Compte rendu : Frankreich – DDR: zwischen Ideologie, Bücherwissen und persönlichen Begegnungen

Compte rendu : Anne Pirwitz und Dorothee Röseberg (Herausgeberinnen)
Frankreich DDR: zwischen Ideologie, Bücherwissen und
persönlichen Begegnungen

Un compte rendu de Marie-Claude Lühne.

Marie-Claude Lühne est lectrice de français depuis septembre 1989 à l’institut d’études romanes de Halle dirigé alors par Gerda Hassler, elle a travaillé pendant 20 ans avec Dorothee Röseberg, professeure en science de la culture, et vu naître l’engagement franco-allemand d’Anne Pirwitz. Elle a tenu à rendre compte de sa lecture de leur travail collectif paru dans le n° 47 de la revue Leibniz online: https://leibnizsozietaet.de/internetzeitschrift-leibniz-online-nr-47-2022/

Cette publication n’est, comme l’indique Anne Pirwitz dans son introduction, qu’un aspect d’un projet plus large, initié par la Romanistique de Potsdam (A.Pirwitz) et le département d’études germaniques de Bordeaux (Charlotte Metzger), concrétisé par le colloque France et RDA, société civile et transfert culturel, qui s’est tenu à Potsdam le 6 décembre 2021, et par un film réalisé par des étudiants des deux universités, visible depuis début 2022 sur YouTube .

Le propos d’A. Pirwitz et D. Röseberg est de questionner les relations franco-allemandes à l’est de l’Allemagne, résultant de celles qui se sont établies à l’époque de la RDA. Car il a bien existé des échanges, tant officiels que privés, entre le pays de la Révolution Française au parti communiste influent et la RDA. Il s’agit à présent de prolonger une recherche ayant débuté à la fin des années 90, et de mettre au jour, dans l’enchevêtrement des restrictions et interdictions, des intérêts politiques et personnels, la manière dont ont été vécus ces moments partagés, ayant souvent débouché sur des liens durables. Le concept de « Eigen-Sinn » (Alf Lüdtke et Thomas Lindenberger) est pour ce faire un instrument d’analyse utile. L’accent est mis sur l’histoire des individus, leurs témoignages, qu’il faut archiver et analyser. Elles soulignent aussi l’importance du dialogue intergénérationnel permettant aux jeunes, pour qui la mobilité est une évidence, de comprendre le passé mais aussi un présent où l’intérêt réciproque ne va plus de soi.

Dorothee Röseberg met en regard la représentation de la France propagée officiellement en RDA et la perception des individus, la représentation officielle étant elle-même compliquée par la division Est/Ouest, et par l’ambiguïté de la position de la RDA vis-à-vis de la France, pays à la fois ennemi et ami.

Elle évoque tout d’abord le rôle des « Westemigranten », ces intellectuels allemands réfugiés en France pour fuir le nazisme et ayant choisi de participer à la construction de l’autre Allemagne : Anna Seghers, Lion Feuchtwanger, Stephan Hermlin, Max Schroeder…, qui ont œuvré pour la vie et la politique culturelle de la RDA, tout en entretenant leurs liens avec les milieux intellectuels, communistes et résistants français. Si leur littérature de l’exil ne présentait pas sous un jour flatteur la France, plus piège que refuge, n’échappant pas à l’absurdité de l’Histoire, l’image de la France que retient la jeune RDA, ce sont les combats historiques et les victoires de la bourgeoisie progressiste et de la classe ouvrière: le siècle des Lumières, la Révolution de 1789, la Commune de Paris comme première dictature du prolétariat, la Résistance et le combat du PCF contre l’exploitation capitaliste et le colonialisme. Ce processus de mythification a été relayé par les manuels scolaires (Wintgen et Belland), magnifiant la Résistance française, le pacifisme, l’anticolonialisme – toutefois plus informatifs sur la France contemporaine que les manuels qui suivront (Bonjour les amis) –  puis p. ex. par la série télévisée Salut Germain (1971), vantant la fraternisation avec le peuple français pour lutter contre le fascisme.

Malgré l’intérêt de la France pour l’existence d’un deuxième État allemand, malgré la création en RDA du « Arbeitsgruppe Frankreich » privilégiant la France par rapport aux autres pays capitalistes, les relations entre la France et la RDA sont restées précaires et imprévisibles. La littérature française était alors le seul véritable accès à la France pour un large public : la littérature prolétaire avec, en tête, Zola dont les œuvres complètes ont été publiées, traduites, annotées par Rita Schober, mais aussi les poèmes de François Villon et les pièces de Molière. Rousseau, Stendhal, Maupassant, Victor Hugo, Anatole France, Romain Rolland, Paul Valéry, Paul Éluard, Barbusse, Vercors, Jean-Paul Sartre et Robert Merle étaient des auteurs appréciés en RDA, pour le caractère esthétique et divertissant de leurs œuvres, mais aussi comme sources d’informations sur la France. La littérature de voyage, p. ex. Von Paris nach Frankreich de Rolf Schneider (1975) a aussi joué ce rôle de transmission, à défaut d’invitation au voyage, d’impressions positives sur la France et a contribué, avec la chanson française (Gilbert Bécaud, Mireille Mathieu, Georges Moustaki, Jean Ferrat…) et le cinéma français (Louis de Funès) à l’émergence d’une francophilie.

L’accès à la culture française par ces médias et arts a abouti à une connaissance lacunaire, résultat de la sélection officielle, faisant la part belle à l’imagination et à l’idéalisation faute de confrontation à la réalité et faute d’expériences d’échanges. L’analyse rétrospective de ce qui conduisait des professeurs de français d’ex-RDA à apprendre et à enseigner le français montre ce mélange de vision idéologique, de motivations culturelles ou purement linguistiques, le repli sur la langue répondant à l’impossibilité de voyager. Après la chute du Mur, la  première visite en France a été pour tous un moment d’émotion très fort, mais a permis une relativisation et une correction de l’image idéalisée, sans entamer cet amour de la France et du français.

Dans les années 2000, les élèves de l’est et de l’ouest de l’Allemagne partageaient une représentation de la France analogue, peu attachée à l’histoire ou à la culture, mais plus à l’art de vivre français.

L’exposé s’achève sur un constat alarmant selon lequel les jeunes, à l’est de l’Allemagne, ne sont actuellement que 5 % à apprendre le français et à participer à des échanges et cursus franco-allemands et s’interroge sur les raisons de ce désintérêt.

Anne Pirwitz retrace les rencontres et échanges entre Français et les Allemands de l’Est dans la limite des conditions politiques et des restrictions concernant les voyages en pays capitalistes.

Malgré un certain échange culturel  (le Berliner Ensemble de Brecht invité à Paris, la DEFA présente au festival de Cannes, la chanson et le cinéma français populaires en RDA), malgré la présence de quelques « Westemigranten », de soldats de l’Occupation française ou de la Légion Étrangère et de quelques résidents français en RDA (pour raisons familiales ou professionnelles), l’expérience de la France se limitait aux rencontres faites sur le territoire de RDA sous forme de visites de délégations françaises dans un cadre institutionnel.

Dès 1950, des rencontres avec de jeunes Français ont eu lieu  à Berlin-Est. En France, les EFA (Échanges Franco-Allemands), fondés en 1958 par des intellectuels, politiciens, anciens résistants, souvent communistes, ont organisé des voyages en RDA destinés à des enseignants, des jeunes, des sportifs, ont initié des jumelages et informé sur la RDA à travers la revue Rencontres francoallemandes, des expositions, des projections de films… À partir de 1963,  les trains de l’amitié ont fait venir en RDA de jeunes Français provenant en partie de milieux communistes, mais aussi de familles modestes, pour des colonies de vacances, des camps linguistiques, le programme Travail-Loisirs. Rebaptisée « France-RDA » après 1973 et la reconnaissance de la RDA par la France, l’association a continué à organiser des rencontres à sens unique, exceptées quelques rares visites en France de maires, scientifiques et artistes de RDA dans les années 1980. Ces colonies de vacances ont permis à des milliers d’enfants et jeunes Français de voyager à moindres frais en RDA, encadrés par des professeurs et étudiants de français dont c’était la seule possibilité d’avoir des contacts avec des locuteurs natifs.

Les jumelages franco-allemands sont nés également dans l’après-guerre de l’idée de la réconciliation : les premiers furent établis avec la RFA mais suivis dès 1959 de jumelages liant Cottbus à Montreuil, puis Gera à St-Denis, Dessau à Argenteuil, Bitterfeld à Vierzon, les villes françaises en question étant souvent des municipalités communistes.

En 1978, 173 villes de RDA étaient jumelées avec une ville française. Mais là aussi, il s’agissait d’échanges sans réciprocité, contrôlés par la « Liga für Völkerfreundschaft ».

Aujourd’hui, il existe encore 2.200 jumelages entre la France et l’Allemagne, plus ou moins actifs, dont seuls 7% dans la partie est de l’Allemagne.

L’exemple de la ville de Potsdam est intéressant : cette ville a eu, dès 1965, une coopération avec Rouen dont la mairie était de droite, puis a été jumelée officiellement en 1974 avec Bobigny, ville communiste, un jumelage qui s’est endormi après la réunification. En 2016, Potsdam a signé un nouveau contrat de jumelage avec la ville de Versailles…

Les rencontres de formation continue étaient aussi une possibilité très appréciée des professeurs de français de rencontrer des locuteurs natifs. Il s’agissait, pour 70 professeurs par an, de cours d’été de 3 semaines avec enseignement de langue, conférences, soirées culturelles, excursions (dans les limites de la RDA).

Les coopérations universitaires entre Halle et Lille, Leipzig et Lyon II, Greifswald et Besançon, l’université Humboldt de Berlin et Paris 8 ont également permis à des étudiants et universitaires français d’obtenir des bourses d’études et de recherche auprès d’universités de RDA, et à quelques étudiants est-allemands de faire un séjour en France.

Sylvie Mutet, pour définir la place de la France dans les relations internationales de la RDA, énumère les nombreux échanges culturels avec les pays du Pacte de Varsovie, avec les pays neutres et ceux de l’OTAN, évoque les tournées du « Gewandhaus » et du Berliner Ensemble dans le monde occidental, le besoin de représentation dans les domaines de l’art et du sport, évoque la politique linguistique de RDA au moyen de coopérations interuniversitaires, d’ouverture d’instituts culturels, de missions de coopération dans le Tiers-Monde, de revues comme la DDR-Revue, l’Écho d’Allemagne… Après avoir privilégié les relations culturelles avec la Finlande jusque dans les années 1970, la RDA s’est de plus en plus tournée vers la France.

Après la reconnaissance de la RDA par la France en 1973 et la nomination d’ambassadeurs, après la visite à Berlin-Est en 1979 du ministre des Affaires étrangères Jean-Francois Poncet, un accord de coopération culturelle a été signé en 1980 entre la France et la RDA, prévoyant la facilitation réciproque de l’accès à la culture au moyen de la création de centres culturels. Le 12 décembre 1983, a eu lieu l’ouverture du Centre Culturel de la RDA à Paris, boulevard St-Germain, suivie, le 27 janvier 1984, de celle du Centre Culturel Français (CCF) à Berlin-Est, Unter den Linden, le seul centre culturel d’un pays non socialiste en RDA.

Le CCF était une fenêtre ouverte sur la France : sa bibliothèque avec presse et littérature françaises (aussi en traduction), ses expositions, ses présentations de films, discussions, spectacles de théâtre, de chanson française, ses conférences, ses cours de langue connaissaient une forte fréquentation. C’était un lieu de grande liberté, malgré la surveillance de la Stasi. Sylvie Mutet, qui y a enseigné, note la grande motivation des apprenants, l’enthousiasme du public mais aussi l’engagement culturel de la France ayant contribué à une ouverture de la RDA vers le monde occidental. Ayant fusionné en 1991 avec l’Institut Français de Berlin-Ouest, le CCF a définitivement disparu en 1995.

Gerda Haßler raconte son expérience personnelle de la formation des professeurs de français à l’Université Martin-Luther de Halle, de 1971 à 1990. Au début des années 1970, la période fut faste pour les futurs professeurs de langues, la RDA cherchant la reconnaissance internationale et ayant augmenté drastiquement les effectifs d’étudiants et d’enseignants de langues étrangères : les études de français se faisaient dans une certaine improvisation mais avec une grande motivation.

L’accent était mis sur les cours de langue selon la méthode directe audio-orale consistant à répéter des dialogues par cœur. Leur contenu : la visite d’une délégation de syndiqués français en RDA dans différents contextes sociaux et privés, sans informations sur la France, que n’apportaient pas vraiment non plus les cours de civilisation.

L’engagement des enseignants, souvent de langue maternelle, parfois installés durablement à Halle, a malgré tout contribué à un bon niveau de langue des étudiants, a permis de créer chez eux un lien avec la France et généré quelques vocations scientifiques.

Les influences de Victor Klemperer (1881-1960) et de Werner Krauss (1900-1976) étaient encore palpables, la faction de l’histoire littéraire narrative affrontant celle de l’approche socio-historique qui finit par s’imposer avec les nominations des professeurs Ulrich Ricken et de Rudolf Noack.

Dans la deuxième moitié des années 1970, l’effort pour les langues étrangères étant retombé, le français fut le plus souvent relégué au rang de matière optionnelle, le nombre d’étudiants chuta, et le « Romanisches Seminar » devint « Lehrbereich Französisch » sans place pour la recherche. Les cours de méthodologie apportaient une certaine base théorique et des exercices pratiques d’enseignement. Quelques personnalités ont heureusement marqué les étudiants comme Hadwig Klemperer, veuve de Victor Klemperer, avec ses explications de textes littéraires contemporains ou Friedrich-Wilhelm Wolter et son amour communicatif pour la grammaire.

Le profil scientifique a été relancé par le professeur Ricken au moyen de contrats de coopération avec les universités de  Lille III et Grenoble III. Dès lors, des conférences de spécialistes français de littérature et linguistique destinées aux chercheurs, enseignants et aux étudiants de Halle avaient lieu,  des cours d’été  et des échanges de lecteurs devenaient possibles en France.

Au début des années 1980, l’enseignement de plus en plus limité aux besoins de l’école était complètement déconnecté d’une recherche très pointue. C’est en 1985, avec l’arrivée à la direction de G. Hassler, nouvellement habilitée, et la qualification de nouveaux docteurs dans plusieurs langues et littératures romanes que l’Institut est redevenu « Wissenschaftsbereich Romanistik », avec une diversification de l’offre (italien, espagnol, portugais).

Dans la deuxième moitié des années 1980, quelques étudiants choisis ont eu la possibilité de passer un semestre en France, les enseignants de faire des séjours linguistiques ou de recherches ou de travailler comme lecteurs d’allemand en France. Si la formation des professeurs restait une priorité, des conférences de chercheurs français, italiens et espagnols venaient compléter les cours et l’accès à la littérature et la presse françaises, quoique limité, était possible.

La deuxième partie de la revue est composée de témoignages, agrémentés de photos et documents de l’époque, d’acteurs français et est-allemands de ces échanges entre la France et la RDA.

Nicole Bary, libraire, traductrice, éditrice, a eu, dès les années 1970, des contacts avec des écrivains, artistes, éditeurs mais aussi avec les autorités de RDA.

Alors que ses études d’allemand à la Sorbonne l’avaient laissée ignorante de la RDA, son séjour à Munich en 1961 lui a fait prendre conscience de la construction du Mur de Berlin et de ses conséquences. Professeure d’allemand, elle a eu l’occasion d’aller à Leipzig, Dresde et Weimar et de lire Christa Wolf, Volker Braun, Heiner Müller mais sans nouer de contacts personnels.

Après avoir ouvert la librairie allemande Le roi des Aulnes pour diffuser la littérature des quatre pays germanophones, dont la RDA, elle est entrée en 1979 en contact avec Christoph Hein puis avec d’autres écrivains de RDA, devenus des amis. Elle s’est heurtée à des difficultés pour trouver les livres est-allemands non parus en RFA, pour obtenir des visas afin d’acheter les livres sur place, heureusement résolues grâce à l’intervention de Georges Castellan, alors directeur de France-RDA.

Devenue elle-même présidente de l’association rebaptisée EFA après 1990, elle déplore, malgré l’intensification des échanges universitaires entre la France et l’Allemagne, un déclin des jumelages de villes.

Jutta Nest et Regina Gerber, Allemandes de l’Est, professeures de français, ont eu un parcours analogue, marqué par un intérêt précoce pour la langue française et la France (premier Larousse acheté à Moscou, revue Nous les garçons et les filles). Ayant étudié le français, l’une à l’université Humboldt de Berlin, l’autre à l’université Martin-Luther de Halle, elles ont apprécié l’enseignement donné par des Français de langue maternelle, ont aimé servir d’interprètes dans le cadre des colonies de vacances, lesquelles ont parfois débouché sur une correspondance.

Elles étaient frustrées de n’enseigner le français que comme matière optionnelle, avec des manuels démodés, et surtout de ne pas pouvoir voyager en France. Après la chute du Mur, le français est devenu une matière à part entière, les matériels pédagogiques ont inondé les écoles, les jumelages d’école se sont multipliés, les premiers voyages chargés d’émotions ont enfin permis de se confronter aux réalités françaises.

Karin Rieger raconte son amitié épistolaire avec une Française, commencée en 1968 alors qu’elle apprenait le français à l’école. Elles échangeaient des timbres, parlaient de leurs goûts musicaux, de recettes de cuisine. Les lettres étaient bien sûr lues par la Stasi.

Quelques rencontres ont eu lieu en RDA à partir de 1974, Elisabeth y étant venue dans le cadre du jumelage entre Laon et Zeulenroda. Ce n’est qu’en 1990 que Karin et sa famille ont pu rendre visite à Elisabeth et sa famille dans les Vosges, première de nombreuses visites réciproques consignées dans un livre que Karin a publié en 2021, sous le titre Eine außergewöhnliche Freundschaft.

Corinne Cartron-Schmidt est une Française qui, au collège, avait entretenu une correspondance avec une élève de Leipzig. Après des études d’allemand, elle a été assistante de langue à Bad-Hersfeld en 1989, où elle a assisté à la chute du Mur. Dans l’euphorie du moment, elle a recontacté son ancienne correspondante et lui a rendu visite : mais la jeune femme, déjà maman et dépassée par la situation, n’a pas répondu aux attentes de Corinne, qui fut déçue mais s’est montrée compréhensive.

Agnès Wittner, Gabrielle Robein et Françoise Bertrand sont trois Françaises ayant participé, en tant qu’adolescentes, à des colonies de vacances en RDA, dans les années 1970 et 1980. Elles sont revenues plusieurs années de suite, plus tard aussi pour des camps linguistiques, le programme Travail-Loisirs ou en tant que monitrices.

Elles racontent les détails de ces programmes de vacances, les expériences interculturelles et humaines qui ont fait naître leur intérêt pour l’Allemagne.

Pour Wilfried Baumgarten, la langue française est une histoire d’amour. Ne pouvant l’apprendre à l’école, il a utilisé tous les livres et autres supports qu’il trouvait pour le faire de manière autodidacte, a entretenu de nombreuses correspondances de manière à mettre son savoir en pratique. Devenu interprète après des études d’arabe et d’anglais, il n’a pas cessé ses efforts pour améliorer son français. Il a même écrit un livre sur les prépositions françaises, a donné occasionnellement des cours de français. La chute du Mur lui a  permis de voyager pour la première fois en France, de mettre à l’épreuve et d’améliorer son niveau linguistique. Par la suite, il s’est intéressé à la langue tahitienne dont il a rédigé un manuel scolaire.

Ces contributions présentent différents points de vue, différentes approches des échanges entre la France et la RDA mais elles partagent une même volonté de réaffirmer ces liens qui furent enrichissants sur les plans individuel et culturel en dépit des difficultés politiques. On peut toutefois regretter une sous-représentation de la perspective française et le peu de place accordé à la manière dont la RDA et sa culture étaient perçues en France.

M.C. Lühne


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Editeurs carnet Regards RDA et All. Est (19 avril 2023). Compte rendu : Frankreich – DDR: zwischen Ideologie, Bücherwissen und persönlichen Begegnungen. Regards sur la RDA et l'Allemagne de l'Est. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/aysb


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search