Séminaire à Nantes, 12 mai 23, hybride : Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? »

Carte d’invitation de Jan Faktor à une lecture

Pour sa troisième séance, le séminaire “Archives manquantes? Les archives et la construction de l’histoire littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945” accueille Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? » La séance sera animée par Bénédicte Terrisse (Nantes Université, CRINI).

Si elle suscite depuis plusieurs décennies l’intérêt des études germaniques françaises et de nombreux autres pays, en Allemagne, la production des écrivains et artistes de RDA a toujours occupé un statut à part, à la fois dans la société et dans la recherche. Depuis 1989 et la chute du Mur, on ne compte plus les polémiques dénonçant le mauvais sort réservé à l’« autre Allemagne » et à ses artistes dans la société réunifiée : ainsi « querelle littéraire » (Literaturstreit) et « querelle des images » (Bilderstreit) se réenflamment-elles à intervalles réguliers dans l’espace public.

Plus encore que d’autres peut-être, les fonds de l’ancienne RDA font l’objet d’une « politique » d’exposition, de conservation et d’archivage (y compris dans sa version négative) qu’il convient d’interroger. De l’analyse des critères adoptés et des choix opérés dans ce domaine découle en effet la mise en lumière d’enjeux et de mécanismes de canonisation, dans un champ culturel contemporain qui reste surdéterminé par les champs sociétal, politique et par l’Histoire.

https://reigenn.hypotheses.org/

En matière de visibilité et de postérité de certains fonds d’archives, les angles d’attaque peuvent être démultipliés et complexifiés à l’extrême : Berlin/Province, artistes restés en RDA ou passés à l’Ouest, hommes/femmes, littérature/arts plastiques. Dans le cadre de ce séminaire, on se concentrera toutefois sur les pratiques intermédiales des subcultures artistiques de RDA, actives du milieu des années 1970 à 1989, afin de mettre au premier plan une autre dichotomie, tout aussi pertinente pour la problématique des « archives manquantes » : celle existant entre archives matérielles et archives éphémères. Les différents médiums employés par les artistes de la Prenzlauer Berg-Szene et parmi eux par Jan Faktor, ancrés aussi bien dans le texte, que dans les arts plastiques, la musique et la performance, placent le chercheur face à des œuvres qui se distinguent par leur caractère fugace et volatil, phénomène renforcé par la censure partielle, voire complète à laquelle ces productions restent soumises dans la RDA finissante. Le processus de réunification enclenché quelques années plus tard, qui marque l’avènement d’une sphère culturelle réunifiée dont le fonctionnement est largement calqué sur le modèle ouest-allemand, achèvera de renforcer le péril pesant d’emblée sur ces sources : de clandestines, elles deviennent fantômes, disparaissant avant même d’avoir émergé dans l’espace public. Telle est la double invisibilisation, et les défis qu’elle représente pour le/la chercheur.se, que nous nous proposons d’explorer.

 



Citer ce billet
Editeurs carnet Regards RDA et All. Est (2023, 9 mai). Séminaire à Nantes, 12 mai 23, hybride : Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? ». Regards sur la RDA et l'Allemagne de l'Est. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/aysd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search