Compte rendu : Dirk Oschmann, Der Osten-eine westdeutsche Erfindung

Dirk Oschmann, Der Osten – Eine westdeutsche Erfindung, Ullstein, 2023

(L’Est – une invention ouest-allemande)

Compte rendu rédigé par Anne-Marie Pailhès.

Alors que les débats virulents sur l’inégalité de traitement entre l’Est et l’Ouest de l’Allemagne semblaient rangés au rayon des produits périmés, un ouvrage vient ranimer le champ des échanges sur les injustices réelles ou imaginaires (selon les interprétations) subies par les régions qui ont succédé à la RDA.  En France, l’ouvrage d’Elisa Goudin et Agnès Arp, La RDA après la RDA  a remis récemment en lumière le poids des biographies hachées des Allemand.e.s de l’Est dans l’Allemagne contemporaine.

Le livre de Dirk Oschmann, « L’Est, une invention ouest-allemande », perçu comme un simple constat, un essai ou un pamphlet,naît d’un parcours autobiographique à partir duquel ce professeur de littérature de l’université de Leipzig s’interroge sur l’état réel de l’unité allemande, et plus généralement de la démocratie en Allemagne, dans la mesure où la situation de discrimination semble n’avoir guère progressé à ses yeux depuis plus de trente ans, soit l’espace d’une génération. L’auteur part du constat qu’il est le seul professeur de littérature de son université à être originaire d’une région de l’Est, alors que tous les autres postes sont occupés par des Allemand.e.s de l’Ouest, une situation que l’on avait connue dans les années 1990, mais qui semblait appartenir définitivement au passé. Sa position statistiquement inhabituelle dans le paysage des sciences humaines et sociales en fait pour ses collègues le porte-parole naturel des Allemand.e.s de l’Est, empêché.e.s d’accéder à des élites encore largement dominées par les citoyen.ne.s de l’Ouest. Pendant plusieurs années, alors qu’il était régulièrement sollicité pour prendre position et expliquer les différences Est-Ouest et l’état d’esprit de l’Est, Dirk Oschmann s’était refusé à le faire. Il se compare d’ailleurs au singe du récit de Kafka, Rapport devant l’académie, qui doit se présenter devant une assemblée savante et expliquer comment il a réussi à acquérir certaines caractéristiques des humains en surface, tout en restant profondément singe et en gardant le souvenir cuisant de toutes les humiliations et souffrances endurées ! D. Oschmann a lui aussi mis toutes les chances de son côté pour faire oublier la « honte des origines »[1] : passage obligatoire par des séjours prolongés aux Etats-Unis pour effacer son tropisme oriental, choix de sujets de recherche chronologiquement éloignés de la RDA – jusqu’à l’année passée, il avait soigneusement évité de proposer des cours sur la littérature de RDA.

Le récit qu’il nous présente est né d’un processus original de communication médiatique : tout est parti d’un article publié en février 2022 dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung, qu’on ne peut pourtant soupçonner d’avoir une oreille complaisante pour les doléances des Allemand.e.s de l’Est. Les réactions à cet article ont été tellement vives de part et d’autre du « mur dans les têtes » que l’auteur a rapidement été placé sous les projecteurs de l’actualité, et encouragé à rédiger un ouvrage à partir de cet article qui rouvrait la plaie des relations Est-Ouest au cœur de la nation allemande. Depuis sa parution, ce livre figure sur la liste des best-sellers du Spiegel et son auteur est largement présent sur la scène médiatique, enchaînant interviews, lectures et conférences[2].

Comment expliquer ce succès ? Les détracteurs de ce pamphlet reprochent à son auteur de ne rien exposer qui soit vraiment nouveau, ni inconnu et de contribuer à creuser le fossé du ressentiment au lieu de regarder vers l’avant. Effectivement, la plupart des analyses qu’il présente sont étayées par des enquêtes et études scientifiques déjà publiées, qu’il juge cependant opportun de rappeler de façon synthétique pour en faire une analyse globale. L’enquête de 2022 sur les élites ressemble en tous points à celles des années 1990[3] : les Allemand.e.s de l’Est continuent, il rappelle, d’être scandaleusement sous-représenté.e.s dans la grande majorité des fonctions de direction à la fois dans le secteur privé (entreprises cotées en bourse) et dans le secteur public. De même, Oschmann répète que le patrimoine est très inégalement réparti entre Est et Ouest : l’écart de salaire de 22 % perdure, le patrimoine immobilier est bien moindre à l’Est. Dans le cas précis qu’il connaît bien, celui de l’université, il explique que cela a bien entendu des incidences sur le choix des études, selon que les enfants doivent rapidement subvenir à leurs propres besoins (cas le plus courant à l’Est), ou bien qu’ils peuvent compter sur les héritages constitués lors du « miracle économique » (et par exemple s’engager dans la rédaction d’un doctorat aux débouchés incertains).

Mais cet essai va bien plus loin que la synthèse ou l’énumération d’études factuelles déjà connues, comme on le lui reproche. Il vaut surtout par l’analyse du discours qui accompagne le maintien de l’inégalité, s’appuyant sur une essentialisation de « l’Est » portée par des médias ayant tous leurs sièges à l’Ouest du pays. Selon ce discours, l’ « Ossi » aurait toutes les clefs de sa réussite en mains, mais sa psychologie héritée de structures politiques autoritaires l’empêcherait d’emprunter les voies de la réussite et de la liberté, devenant l’artisan de son propre malheur. Oschmann utilise des outils qui n’étaient pas encore répandus dans les années 1990, ou du moins encore minoritaires : il remet à l’ordre du jour les thèses sur la colonialisation de la RDA, en étudiant le vocabulaire employé par l’Etat lors du « tournant », allant de l’Aufbau Ost, terme emprunté à la conquête de l’Est par les chevaliers teutoniques puis utilisé par le Troisième Reich, à la célèbre Buschzulage, la « prime de brousse » versée aux serviteurs de l’Etat qui ont accepté de s’aventurer dans l’Est profond[4]. Dorénavant, ces considérations sont accompagnées, quelques décennies plus tard, par une analyse de l’« assignation culturelle » de l’Allemand de l’Est : le discours dominant lui assignerait, selon l’auteur, le rôle de l’éternel perdant qu’il finirait par endosser. D’ailleurs l’écriture inclusive n’est ici pas de mise, puisque le projecteur est effectivement braqué sur l’homme de l’Est, qui ne bénéficie pas des mêmes préjugés favorables que la femme de l’Est. Cette dernière est réputée plus autonome sur le plan matériel, donc plus attirante. L’homme de l’Est, quant à lui, ne revêt pas les habits de la réussite, a moins de succès, et, d’après les innombrables citations de diverses personnalités (que le lecteur ou la lectrice redécouvre avec stupéfaction), il est la quintessence du provincialisme, de la bêtise, des tendances chauvines et d’extrême-droite. Le Saxon concentre, quant à lui, tous les défauts de l’Est – et ne parle d’ailleurs qu’avec un accent assimilé à l’absence de culture.

Partant donc de l’expérience des élites à l’université, Oschmann démonte les thèses tendant à justifier la situation de discrimination par l’essence passive des Est-Allemand.e.s et sa démonstration culmine avec l’analyse du rôle joué par la Saxe, cet « Est de l’Est »[5] dans le discours national. Tout ce qui fait obstacle à la démocratie – abstention électorale, vote pour l’extrême-droite, hostilité envers les étrangers – est, selon lui, délocalisé vers « l’Est », un procédé bien connu qui évite une remise en question de l’ancienne république de Bonn. Sur ce point, ses détracteurs lui reprochent de minimiser l’importance du vote AfD en Allemagne de l’Est. L’auteur analyse précisément la façon dont naît le discours dominant dans des médias nationaux qui sont tous exclusivement dirigés par des Allemand.e.s de l’Ouest : « L’information sur l’Est dans les médias suprarégionaux est souvent totalement empreinte de préjugés, condescendante et tendancieuse, elle rappelle parfois les ‘reportages’ de Class Relotius sur les électeurs de Trump aux Etats-Unis »[6].

Le chapitre consacré à l’art (Kunst im Osten – « Alles Gesinnung! »[7]) pointe les entreprises de délégitimation dont ont fait l’objet aussi bien la littérature que les arts plastiques de RDA, et ensuite les artistes originaires de l’Est – une étiquette qui colle à la peau même des plus jeunes, qui n’ont pas connu la RDA mais continuent d’être présentés et promus comme des voix de l’Est, ce qui leur dénie a priori toute envergure non-régionale. Concernant la littérature, il note un « effacement de la mémoire des textes », puisque les écrivains et écrivaines de RDA ne sont plus à l’ordre du jour, plus étudié.e.s – Oschmann cite quelques réflexions édifiantes de ses collègues ouest-allemand.e.s lorsqu’il est question de la littérature de RDA dans les cercles d’experts en la matière. Ailleurs il évoque ces sujets comme des « torpilleurs de carrière ». De la même façon, un effacement est à l’œuvre dans le domaine de la peinture. Le peintre Neo Rauch est diffamé par les critiques ouest-allemands et l’opprobre de l’origine touche même la génération de ceux qui sont nés à la fin des années 1980.

Le chapitre de conclusion revient sur le projet du livre, en analysant le terme préféré du discours ouest-allemand pour décrire la psychologie est-allemande : « jammern », pleurnicher, faire des jérémiades. « Qu’est-ce que c’est donc que ce texte ? Un libelle, une tirade, une litanie, une polémique, un flot de paroles sans nuances ? … La jérémiade caractéristique de l’Ossi »[8]. Les propos conclusifs justifient le ton employé, rendu nécessaire, selon l’auteur, par réaction au caractère conformiste et moutonnier d’une grande partie de la société allemande : « Le ton que j’emploie gêne énormément, j’en conviens tout à fait. Car je ne dis rien de nouveau, mais j’espère le dire différemment : mon ton est empli de colère, et libre. Je trouve qu’il est pertinent de parler ainsi dans une société qui a sans cesse le mot ‘liberté’ à la bouche. Mais une liberté qui ne se manifeste que dans le cadre conformiste d’une société moutonnière n’est est pas une. »[9] ; « C’est moins ma langue qui est ‘agressive’ que le contexte qu’elle décrit »[10] ; « La réalité est le véritable scandale, pas mon ton ». Il est temps, comme il l’écrit, que l’Est  constitue un espace commun de parole publique et d’action dans lequel Ouest et Est pourraient se parler comme des égaux. Citant Rancière, il évoque sa théorie de la mésentente qui rend inaudibles les « jérémiades » des sans-part. Et il appelle au dépassement du schéma Est-Ouest qu’il est lui-même obligé de convoquer pour prendre au sérieux l’ensemble du pays dans toute la richesse de ses régions, ses dialectes et ses mentalités.

[1] Didier Eribon est cité plusieurs fois dans l’ouvrage.

[2] Par exemple : interview du 23 février dans le Spiegel : https://www.spiegel.de/panorama/dirk-oschmann-ueber-ostdeutschland-man-grenzt-die-ostmaenner-systematisch-aus-a-9fffdc26-9e0a-48a4-9baf-08c5e40eb9d2, dans la Berliner Zeitung : https://www.berliner-zeitung.de/kultur-vergnuegen/debatte/neues-buch-der-osten-eine-westdeutsche-erfindung-literaturprofessor-dirk-oschmann-ueber-die-arroganz-der-wessis-und-die-scham-der-ossis-li.319955, plusieurs articles dans la Zeit en mars et avril 2023, invitation à des débats.

[3] Olaf Jacobs, Der lange Weg nach oben – wie Ostdeutsche es in die Eliten schaffen, 2022.

[4] p. 54-55.

[5] p.123.

[6] p. 104.

[7] p. 155. « L’art à l’Est ? Pure idéologie ! ».

[8] p. 178.

[9] p. 193

[10] P. 194.



Citer ce billet
Anne-Marie Pailhès (2023, 11 mai). Compte rendu : Dirk Oschmann, Der Osten-eine westdeutsche Erfindung. Regards sur la RDA et l'Allemagne de l'Est. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ayse

Auteur/autrice : Anne-Marie Pailhès

Professeure en Études germaniques à l'Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search