Exposition Halle am Meer à la Moritzburg

Exposition d’été de la Moritzburg : « Halle am Meer »

Du 24 juin au 17 septembre 2023

Künstler: Lothar Zitzmann | Titel: Auf dem Urlauberschiff | Datierung: 1968 | Institution/ Museum: Kulturstiftung Sachsen-Anhalt, Kunstmuseum Moritzburg Halle (Saale) | Foto und abgebildetes Werk sind urheberrechtlich geschützt. Foto: Punctum/Bertram Kober © VG Bild-Kunst, Bonn 2023

Le musée d’art de Halle, la Moritzburg, propose cet été une exposition qui retrace 130 ans de liens unissant les artistes de Halle et l’ancien village de pêcheurs d’Ahrenshoop, situé au bord de la mer Baltique sur la presqu’île du Darß, devenu villégiature pour les artistes depuis la fin du XIXème siècle. L’exposition est répartie de façon chronologique sur deux lieux. La vie de la colonie d’origine, de 1892 aux années 1930, est retracée dans l’exposition de la galerie Talstrasse : la première « maison de peintres » des sœurs Anna (1852-1921) et Bertha Gerresheim (1846-1916), véritablement lancée par les stages de peinture pour femmes de Paul Müller-Kaempff (1861-1941) attire alors les artistes las des grandes villes. S’inscrivant dans certains courants de pensée de cette époque (critique de l’industrialisation et de l’urbanisation, naturisme, vie dans la nature), ils trouvent leur inspiration dans les paysages maritimes, peignent le ciel, la mer, le « Bodden » (petit golfe peu profond) et des habitants qui, à leurs yeux, vivent encore en harmonie avec la nature[1].

Le village tient lieu de refuge pendant la République de Weimar et surtout après 1933, par exemple pour Gerhardt Marcks qui s’y retire complètement après avoir été exclu de l’école d’art de Burg Giebichenstein par les nazis en 1933. Jusque dans les années 1940, Ahrenshoop voit passer, l’été, des artistes de la modernité classique comme Georg Grosz ou Alexej von Jawlensky ainsi que des peintres venus de Halle comme Karl Völker, Erwin Hahs ou Charles Crodel.

La partie de l’exposition montrée à la Moritzburg s’attarde plus sur le rôle d’Ahrenshoop pour les artistes de Halle après 1945, et se concentre en particulier sur l’épisode de 1951 (« Le cas d’Ahrenshoop ») : Ulrich Knispel, professeur à la Burg Giebichenstein, emmène sa classe réaliser des œuvres de plein air en bord de mer pour fuir la ville et les reproches de « formalisme » qui lui sont alors adressés. Les œuvres réalisées par les élèves pendant ce séjour font scandale lors d’une petite exposition locale, que visitent des fonctionnaires du SED fidèles à la ligne d’un réalisme plat. Les articles publiés dans l’organe officiel du parti, Neues Deutschland, décrivent un art friand de « poissons morts », images de la décomposition propre à la mentalité décadente. Les œuvres des étudiants sont alors confisquées et disparaissent. Ulrich Knispel s’enfuit en RFA pour échapper à l’arrestation[2]. Cela donne un coup d’arrêt à la tentative de ces artistes de renouer avec l’art moderne d’avant 1933 et cet épisode marque le début d’un exode vers l’Ouest des artistes de Halle au cours des années 1950

Ahrenshoop conservera pendant les décennies suivantes ce rôle d’échappatoire pour les artistes de Halle, entre idylle et paysage politique, à la fois surface de projection, lieu d’utopie et de déception, lieu de rêverie sur l’horizon et frontière avec l’Ouest étroitement surveillée. On estime à plusieurs centaines le nombre d’artistes dont l’œuvre est liée d’une façon ou d’une autre à l’ancien village de pêcheurs[3]. « D’une part, les artistes cherchaient à renouer avec le langage visuel et l’injonction d’autonomie de l’art à travers le topos de la plage et de la mer, d’autre part la topographie géopolitique en vigueur après 1945 et jusqu’à la chute du Mur en 1989 donnait à ces sujets une connotation sociale qui allait bien au-delà de la force symbolique de l’histoire de l’art. Ce n’est pas seulement l’aspiration à un refuge au cœur de la beauté de la nature qui attirait les artistes et leur inspirait des sujets : les plages de la Baltique étaient à la fois une coulisse pleine de contrastes et un espace social de contradiction. Sur cet étroit territoire se côtoyaient différentes sphères sociales, différents mondes sociaux, strictement séparés les uns des autres au sein du système de la RDA »[4], notent les commissaires de l’exposition. Effectivement, la nomenklatura et les artistes patentés y croisaient des représentants de la contre-culture et même dans les années 1980, les intellectuels du Prenzlauer Berg étaient liés à ce lieu à travers la céramiste Wilfriede Maaβ dont la famille était originaire d’Ahrenshoop.

 

Künstler: Hermann Bachmann | Titel: Am Meer | Datierung: um 1950 | Institution/ Museum: Kulturstiftung Sachsen-Anhalt, Kunstmuseum Moritzburg Halle (Saale) | Foto und abgebildetes Werk sind urheberrechtlich geschützt. Foto: Punctum/Bertram Kober © Nachlass Hermann Bachmann

Le fil rouge de la confrontation avec la mer se déroule jusqu’à l’époque contemporaine, les différents tableaux exposés témoignant d’une inspiration toujours renouvelée. Si l’essentiel des œuvres visibles sont des peintures, on découvre également des céramiques, des tapisseries et des photos, rappelant l’excellence de Burg Giebichenstein dans différents genres. Le catalogue revient sur des variations thématiques telles que nostalgie, idylle et paysage politique , société socialiste et plage, brossant un tableau original de l’histoire de la peinture de la RDA, vue à travers les relations spatiales entre ville et nature, centre et périphérie, loyauté politique et exil forcé.

L’exposition sera montrée à l’automne 2023 à Ahrenshoop.

Catalogue : Halle am Meer, Künstlerkolonie, Sommergäste, Strandzone, Ahrenshoop 1892-2023. Herausgegeben von Christian Philipsen in Verbindung  mit Thomas Bauer-Friedrich und Paul Kaiser, Michael Imhof Verlag, Pertersberg, 2023

 

 

Künstler: Ulrich Knispel | Titel: Fischstillleben | Datierung: um 1951 | Institution/ Museum: Privatbesitz | Foto und abgebildetes Werk sind urheberrechtlich geschützt. Foto: David Ertl © Nachlass Ulrich Knispel

Lien vers vidéo de présentation : https://www.youtube.com/watch?v=UPvQxcQs3jQ

 

[1] Le chapitre du catalogue intitulé Anfänge – Die Kolonie Ahrenshoop, Freilichtmalerei und Künslterwahrheiten rédigé par Katrin Arrieta, revient sur cette période. Voir référence en fin de compte rendu, p. 47-143.

[2] Pour un récit complet de cet épisode, voir le chapitre du catalogue : Chronik eines angekündigeten Tribunals, Der Fall Ahrenshoop 1951 zwischen Skandal und Exodus, rédigé par Thomas Bauer-Friedrich et Paul Kaiser, p. 147.

[3] Chiffre cité par Paul Kaiser, catalogue, p. 17.

[4] Catalogue, p. 10. Traduction AMP.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Anne-Marie Pailhès (20 juillet 2023). Exposition Halle am Meer à la Moritzburg. Regards sur la RDA et l'Allemagne de l'Est. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/aysi


Auteur/autrice : Anne-Marie Pailhès

Professeure en Études germaniques à l'Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search