Les animaux et le Mur

Avec l’accord de son éditeur (Christoph Links, Berlin), l’historienne Astrid Eckert nous permet de publier la traduction d’un extrait de son ouvrage (Astrid Eckert, Zonenrandgebiet, Westdeutschland und der Eiserne Vorhang, Berlin, Links, 2022, 560 p. « Zone frontalière marginale – L’Allemagne de l‘Ouest et le Rideau de fer »).[1].

Il est ici question d’un aspect particulièrement méconnu de la période de partition de l’Allemagne : les conséquences de l’existence du Rideau de fer sur la faune, sauvage ou domestique, entre 1961 et 1990.

Cet extrait a été traduit par les étudiants du master MEEF de l’université Paris Nanterre, Ulf Clerwall et Tychique Joao, sous la direction d’Anne-Marie Pailhès. Merci à Sylvie Le Grand et Julien Beaufils pour leur relecture.

 

Plus les installations frontalières ont été étendues, plus les conséquences pour la faune ont été importantes. Les animaux, souvent négligés dans l’historiographie, jouent un rôle central en tant qu’« acteurs » dans ce chapitre, non seulement parce que leur présence le long de la frontière a influencé la perception de la ligne de démarcation, mais aussi parce que leur comportement a eu des conséquences concrètes sur le développement des installations frontalières.

Animaux du Rideau de fer

Alors que les oiseaux avaient trouvé des possibilités de tirer profit du Rideau de fer, la situation était bien différente pour les mammifères. Tant que les installations frontalières ne consistaient qu’en un simple barbelé, le monde des animaux pouvait coexister avec elles. La première génération des barrières, telles qu’elles ont été mises en place après mai 1952, ne constituait aucun obstacle pour les êtres vivants de petite taille, ils se glissaient simplement entre les fils. Comme les barrières faisaient obstacle aux passages habituels de la faune, les animaux couraient le long de la clôture jusqu’à trouver une ouverture. La barrière d’origine faisait à peine un mètre et demi de haut et un cerf adulte pouvait la franchir sans peine en sautant. Après le renforcement de la frontière interallemande à la suite de la construction du Mur de Berlin, les barrières frontalières empêchèrent toujours plus efficacement la traversée des personnes, et par là-même, rendirent également impossible la migration des mammifères. La pire nouveauté pour le monde animal, à ce moment-là, fut l’installation de champs de mines. Les troupes frontalières reçurent l’ordre d’installer des mines terrestres – un travail traître qui coûta également la vie à quelques appelés. Certes, elles étaient censées exploser sous les pas des « fuyards de la république », mais même des lièvres et des renards pouvaient déclencher ces engins mortels. Ainsi commença le massacre de la faune dans les années 1960.

Les premières mines terrestres furent installées dans la région du Harz pendant l’hiver 1962. Au milieu de l’année 1963, les agents forestiers avaient déjà dénombré 600 animaux morts. Selon des estimations officielles, la circonscription du Duché de Lauenburg, à côté de Lübeck, perdit 1000 chevreuils en l’espace de deux ans. Un chasseur d’Allemagne de l’Est qui habitait de l’autre côté des zones de sécurité se souvient d’un « champ de cadavres » le long de la barrière. Les journaux locaux ouest-allemands décrivaient le sort des animaux mutilés sur un ton aussi dramatique que celui qui était employé pour décrire les tentatives de fuite : « L’un des cerfs les plus impressionnants du Harz du Sud, un 14 cors, rapporta le Braunschweiger Zeitung, est tombé sur une mine en traversant et a encore réussi à se traîner jusqu’au côté Ouest, où il a reçu le coup de grâce ». Un autre magnifique spécimen reçut le coup de grâce d’un garde-forestier de l’Ouest, après s’être entortillé dans l’enchevêtrement des barbelés. En tentant de se libérer, l’animal avait enroulé ses bois dans plus de 20 kilos de barbelés. Au milieu des années 1960, les fonctionnaires des douanes ouest-allemandes du Harz étaient convaincus que la population de chevreuils avait déjà été fortement décimée par les mines. Mais il n’y avait pas de moyen concret capable de dissuader les animaux de leur migration séculaire. Pour des raisons politiques, il était hors de question de construire une barrière sur le côté ouest. La propagande de la RDA aurait alors abondamment exploité le fait que « l’Ouest » construise aussi des clôtures. L’idée d’une barrière chimique, destinée à agir comme répulsif odorant sur les animaux, ne fut pas mise en œuvre en raison de son coût. Même si l’indignation était grande parmi les forestiers et les chasseurs en Allemagne de l’Ouest, à cause de la cruauté insensée de la frontière, le plus grand ennemi de la faune dans les années 1960 n’était pas le régime frontalier de la RDA, mais la voiture, symbole d’une prospérité nouvellement acquise. Les animaux écrasés sur la route constituaient cependant un sujet moins sensible sur le plan politique que le gibier qui finissait de manière dramatique sur le Rideau de fer.

Il était clair que seuls les organes de la RDA chargés de la frontière pouvaient changer la donne, et ils finirent par le faire. Ils furent poussés à l’action par l’envolée des coûts des installations, et non par le sort des animaux. Les traversées des cerfs leur offrirent un prétexte honteux pour autoriser leur abattage avant qu’ils n’atteignent les champs de mines et n’endommagent les grilles munies d’alarmes. Prétextant des contraintes militaires, de hauts gradés lançaient régulièrement des invitations aux troupes frontalières pour des parties de chasse et partaient à la traque. Ces activités contrevenaient à toutes les règles et traditions de la cynégétique. Les animaux étaient abattus aux points d’alimentation, pendant la période d’interdiction, à la lumière des projecteurs ou à l’intérieur de zones grillagées. Tout ce qui bougeait devenait une cible : des biches en gestation, des faons, des laies avec leurs marcassins. De telles « chasses » étaient censées rester strictement confidentielles, mais en règle générale, elles ne passaient pas inaperçues des habitants des zones de protection[2].

Étant donné que le massacre de la faune à grande échelle n’était en fin de compte pas justifiable, les autorités est-allemandes tentèrent au cours de la phase suivante, en consolidant les installations frontalières, de maintenir les animaux le plus loin possible des champs de mines coûteux. Après quelques expérimentations avec des filets, c’est la construction de doubles clôtures en grillage métallique, dans la deuxième moitié des années 1960, qui se révéla être une mesure efficace pour limiter le massacre. Deux barrières parallèles de trois mètres de haut protégeaient les champs de mines et les rendaient inaccessibles aux chevreuils. Néanmoins, de nombreux animaux continuaient leur déambulation le long de la barrière, à la recherche d’un passage. C’est pourquoi les troupes frontalières aménagèrent des passages à certains endroits, dans la partie inférieure de la barrière, pour qu’au moins les lièvres et les renards puissent emprunter des passages sans mines. Les journaux ouest-allemands rapportèrent en effet au début des années 1970 que la mortalité de la faune sauvage à la frontière avait diminué. En même temps, ils constatèrent aussi la fin de l’interaction biologique. Le pool génétique de la population des cerfs et des chevreuils en Allemagne était désormais divisé. Au même moment, une autre innovation mortifère fut introduite à la frontière interallemande : le dispositif de tir automatique SM-70. Cet engin était connecté à trois fils métalliques : deux étaient censés maintenir les oiseaux et les chevreuils à distance, le fil du milieu déclenchait la munition à fragmentation. Même si les gardes-frontières est-allemands avaient pris des précautions pour éviter le déclenchement des appareils par les animaux – d’ailleurs uniquement pour des raisons de coût – ces derniers étaient néanmoins gravement touchés étant donné que cette nouvelle sorte de barrière frontalière avait été testée sur la faune sauvage afin de prouver ses effets mortels. « Le gibier touché par le dispositif a subi des blessures mortelles à 75 % », pouvait-on lire dans un document du Conseil de défense nationale[3].

Les animaux sauvages n’étaient pas les seuls à souffrir de la frontière, le sort des animaux de service n’était guère plus enviable. L’autorité frontalière de la RDA déployait des chiens qui exerçaient les fonctions traditionnelles de patrouille, de recherche de traces, de poursuite et d’interpellation. Comme chez les gardes-frontières d’Allemagne de l’Ouest, le berger allemand était censé être la race la plus adaptée à ce type de tâches aux yeux des gardes-frontières de la RDA, qui ont, quant à eux, aussi eu recours à des rottweilers, des airedales terriers et des schnauzers. Les meilleurs animaux étaient utilisés par les unités de reconnaissance frontalière. La pénurie permanente de chiens de race de valeur forçait toutefois les autorités à recourir à des chiens de taille comparable, sous condition qu’ils aient démontré leur aptitude à la tâche pendant la formation. Si un chien ne montrait pas les aptitudes requises, il était traité comme un rebut et utilisé comme chien de garde dans les installations spécifiques situées entre les différents dispositifs frontaliers – un destin d’une cruauté qui n’avait d’égale que l’utilisation des chiens comme cible pour les exercices de tir.

A partir de 1968, certaines sections de frontière difficiles à surveiller étaient équipées d’installations et de ’installations spécifiquement conçues pour le recours aux chiens de garde. L’utilisation de ces derniers s’est accrue après 1983, quand la RDA a commencé à démanteler les SM-70 (les dispositifs de tir automatique), sous la pression internationale. Sur ces parcours, les chiens couraient au bout de longues laisses attachées à un câble d’acier tendu entre des poteaux. Des butées posées sur le câble d’acier empêchaient les animaux de s’atteindre les uns les autres, et délimitaient leur zone de surveillance. Il arrivait que des chiens s’étranglent avec leur laisse. A l’intérieur de la zone délimitée par la laisse de course, il y avait une simple niche et une gamelle fixée au sol. Une fois qu’ils étaient attachés là-bas, les animaux étaient plus ou moins abandonnés à leur sort. Un soldat passait une fois par jour et lançait un peu de nourriture en direction des malheureuses créatures, du haut du plateau de chargement d’un camion militaire. Si la nourriture atterrissait hors de la portée du chien, celui-ci était obligé de passer une journée sans manger. Il est arrivé, au moins dans le Harz, que les animaux ne puissent pas du tout être nourris pendant l’hiver, à cause des neiges abondantes. Certains mouraient de froid, affaiblis par le manque de nourriture. Mais les actes de cruauté envers les animaux n’étaient pas seulement dus aux conditions météorologiques. Privés de tout contact humain significatif, la plupart des chiens devenaient peu à peu fous. Les observateurs de l’Ouest décrivaient souvent ces animaux surnommés « chiens du Mur » comme des bêtes particulièrement agressives et sanguinaires, élevées pour attaquer des fugitifs. Or, en réalité il s’agissait seulement d’animaux subissant des sévices.

Rien ne le démontre mieux que le destin des chiens du Lankower See. Pendant un hiver particulièrement rude – les témoins ne s’accordent pas sur l’année exacte -, le lac situé entre Schlagdorf (à l’Est) et Ratzeburg (à l’Ouest) gela entièrement. Afin d’empêcher que des fugitifs ne traversent le lac, on installa des chiens sur la glace. Personne n’essaya de s’évader, l’hiver passa et la glace devint de plus en plus mince. L’officier responsable n’était pas présent, mais estima à distance que la glace tenait toujours. Les chiens durent donc rester là où ils étaient. Les soldats frontaliers se trouvant sur place, mieux au fait de la situation, n’osaient plus se rapprocher des animaux avec de la nourriture. Le chien le plus lourd, posté au milieu, passa le premier au travers de la glace et le poids de son corps tira sur le câble par lequel il était attaché aux autres. L’un après l’autre, tous partagèrent son destin et coulèrent dans le Lankower See. Sauf un collie croisé qui survécut, parce qu’il était attaché à proximité de la rive et put être sauvé par un soldat. Quand le Mur tomba, il y avait à peu près 6 500 chiens en service auprès des gardes-frontières de la RDA. Parmi eux, 2 500 retrouvèrent une fonction dans les services des douanes et polices de l’Ouest. Mille cinq cents autres chiens furent accueillis par des Allemands de l’Est, mais pour les 2500 qui restaient, l’avenir était sombre. La ligue de protection des animaux ouest-allemande lança une campagne d’adoption pour les chiens du Mur. La plupart d’entre eux purent être placés. Les animaux qui ne furent pas adoptés connurent une fin aussi misérable que l’avait été le reste de leur existence.

[1] p. 232-237. « Tiere am Eisernen Vorhang ». Ce passage fait partie du chapitre 5, Grenzgeprägte Naturräume: Der Eiserne Vorhang und sein Einfluss auf die Landschaft.

[2] Il s’agit ici des zones proches de la frontière, dans lesquelles les habitants faisaient l’objet d’un contrôle renforcé.

[3] Nationaler Verteidigungsrat.

L’ouvrage d’Astrid Eckert est maintenant diffusé par la Bundeszentrale für politische Bildung: https://www.bpb.de/shop/buecher/schriftenreihe/524051/zonenrandgebiet/

Un compte rendu de l’ouvrage est disponible ici en français.



Citer ce billet
Anne-Marie Pailhès (2024, 9 février). Les animaux et le Mur. Regards sur la RDA et l'Allemagne de l'Est. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vsh3

Auteur/autrice : Anne-Marie Pailhès

Professeure en Études germaniques à l'Université Paris Nanterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search