2. Dirk Oschmann – Quelle histoire allons-nous raconter ?

  1. Quelle histoire allons-nous raconter ?[1]

Dans le même temps, je voudrais tout d’abord dire que je ne suis ni politologue de formation, ni sociologue, ni historien, mais spécialiste de littérature. Les objets que j’étudie, à quelques exceptions près, appartiennent à la littérature allemande entre 1750 et 1933 ; mes intérêts de recherche sont par conséquent très éloignés du sujet de ce livre. Je parle ici en tant que profane dont l’expertise se résume à être un observateur participant de longue date. Cela signifie aussi parler de moi d’une façon telle qu’autobiographie et observation participante se lient entre elles, comme on le pratique en ethnographie. Ce procédé, qui consiste à relier « les trajectoires individuelles et collectives »[2], peut être très éclairant, comme le montrent les ouvrages correspondants de sociologues, comme Pierre Bourdieu et Didier Eribon en France ou Oskar Negt et Steffen Mau[3] en Allemagne, ainsi que des autofictions récentes comme celles d’Annie Ernaux, de Gerhard Neumann ou de Christian Baron[4]. Avec Hegel, on peut encore légitimer philosophiquement ce lien entre l’histoire subjective et l’analyse sociale, dans la mesure où il constate qu’il faut devenir entièrement subjectif pour pouvoir devenir entièrement objectif, car c’est dans les généralités qu’apparaissent les particularités.

Je tiens par ailleurs à préciser que je parle constamment de l’Est et de l’Ouest, d’Allemands de l’Est et d’Allemands de l’Ouest, de ZERO et d’UN, de noir et de blanc. Tertium non datur. Au lieu de différencier et de relativiser, je mise sur l’exacerbation, la schématisation et la personnification du discours collectif, afin que l’on puisse identifier clairement ce qui, autrement, resterait au mieux flou, sinon invisible. Le livre traite de notre présent, plus de 30 ans après l’adhésion de la RDA à la RFA, et non de la situation au début des années quatre-vingt-dix. Mais c’est bien sûr à cette époque qu’ont été posés les jalons décisifs qui ont marqué nos vies jusqu’à aujourd’hui et pour longtemps. Les choses sont ainsi aujourd’hui, parce qu’elles sont devenues ainsi, mais surtout parce que, depuis lors, ce sont majoritairement des hommes ouest-allemands qui ont communiqué et pris des décisions d’une certaine manière, et qui continuent à communiquer et à prendre des décisions[5]. Mais la portée des décisions prises à l’époque n’apparaît souvent que maintenant, de façon rétrospective, parce que, pour citer Sören Kierkegaard, s’il faut vivre en allant vers l’avant, on ne peut comprendre qu’en regardant derrière soi. Du point de vue de l’Ouest, cela va de soi, les assemblages EST / ZERO / NOIR d’une part et OUEST / UN / BLANC d’autre part constituent l’ordre prétendument naturel des choses, car dans cette perspective, l’Est n’est que bruyant, sombre, primitif et différent, tandis que l’Ouest est mélodieux, lumineux, cultivé et toujours identique à lui-même.

Je renonce donc délibérément à toute forme de relativisation et de différenciation. L’intransigeance de cette opposition ne fait que refléter le caractère impitoyable de cette distinction, telle qu’elle détermine le discours germano-allemand dans l’espace public depuis au moins 30 ans, mais en fait depuis 1945 ; Christoph Hein appelle cela dans un livre récent la « dernière guerre germano-allemande »[6]. Pour illustrer immédiatement le contraste, je citerai tout d’abord le juriste et publiciste Arnulf Baring qui décrivait ainsi les Allemands de l’Est dans un entretien avec l’éditeur Wolf Jobst Siedler : « Le régime a nanifié les gens pendant presque un demi-siècle et a bousillé leur éducation et leur formation. Chacun ne devait être qu’un rouage sans cerveau dans un engrenage, un assistant sans volonté. Si aujourd’hui quelqu’un là-bas se nomme juriste ou économiste, pédagogue, psychologue, sociologue, ou même médecin ou ingénieur, cela n’a plus aucune importance. Son savoir n’est en grande partie d’aucune utilité. […] beaucoup de gens ne servent plus à rien en raison de leur manque de connaissances professionnelles. Ils n’ont tout simplement rien appris qu’ils puissent apporter à une société de libre marché »[7]. C’est apparemment pour de telles déclarations que Baring a reçu en 2004 le Prix européen de la Culture Politique et en 2011 la Grande croix fédérale du Mérite. La menace de « l’Estisation » de la RFA, affirme Siedler, ne peut être circonscrite que par une « installation de colons » dirigée par des fonctionnaires ouest-allemands : « En fait, il faudrait une nouvelle colonisation de l’Est »[8]. Et plus loin, on peut lire dans cette injonction à l’action néocoloniale, qui a entre-temps été transformée avec succès en une réalité contemporaine concrète : « Il s’agit vraiment d’une remise en culture sur le long terme, d’une mission de conquête coloniale, d’une nouvelle colonisation de l’Est »[9]. Ici transparaît l’admiration sans retenue de Siedler pour le Troisième Reich, qui était selon lui « un Etat européen extraordinairement moderne, à plus d’un égard le plus moderne d’Europe, si l’on considère les choses d’un point de vue extra-moral »[10]. C’est exactement cela : extra-moral. Cela va de pair avec son affirmation selon laquelle : « Après 1945, à l’Ouest, il a suffi d’écarter Hitler et ses instruments de domination, les dirigeants du parti et des SS, et derrière toutes les destructions de la guerre, une société en grande partie intacte est réapparue »[11]. C’est vraiment formidable, cela ne s’invente pas, mais ces propos peuvent être récompensés officiellement et publiquement : Siedler a déjà reçu en 1995 la Grande croix fédérale du Mérite avec Étoile et en 2002 le Prix national allemand de la Fondation nationale allemande. On voit aussi de qui l’État qui a accordé la plus grande reconnaissance à de telles personnes, est aujourd’hui encore l’héritier.

Traduction : Tychique Joao, Anne-Marie Pailhès

 

[1] Chapitre 1, extrait p.18-22 de l’édition allemande.

[2] Bourdieu, Esquisse pour une auto-analyse (édition allemande : Ein soziologischer Selbstversuch, paru en 2002, deux ans avant l’édition française, ndlt).

[3] Cf Bourdieu, op.cit. (2002), Eribon, Retour à Reims (2009, paru en 2016 en Allemagne) Negt, Überlebensglück (2016), Mau, Lütten-klein (2019 – paru en français en 2021)

[4] Ernaux : La place (1983), Les années (2008), Edouard Louis, En finir avec Eddy Bellegueule (2014), J.D. Vance : Hillilly Elegie (2016),  Gerhard Neumann Selbstversuch (2018) ainsi que Christian Baron Ein Mann seiner Klasse (2020)

[5] On voudra m’opposer ici les exemples de Birgit Breuel et d’Angela Merkel. Mais ces deux exemples d’horizons très différents confirment justement la règle.

[6] Christoph Hein : Gegen-Lauschangriff, Anekdoten aus dem letzten deutsch-deutschen Krieg, Berlin, 2019.

[7] Baring, Deutschland, was nun ? p. 59. Cf aussi à ce sujet Kowalczuck : Die Übernahme, p. 95-101.

[8] Idem, p. 59

[9] Idem p. 70

[10] Idem, p. 76

[11] Idem p. 57.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Editeurs carnet Regards RDA et All. Est (12 juin 2024). 2. Dirk Oschmann – Quelle histoire allons-nous raconter ? Regards sur la RDA et l'Allemagne de l'Est. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11t95


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search