3. Dirk Oschmann – Hommes de l’Est

Dirk Oschmann commente ici la couverture publiée par l’hebdomadaire Der Spiegel en 2019.

Il est comme ça, l’homme de l’Est![1]

Je voudrais attirer l’attention sur trois aspects de cette couverture. Tout d’abord sur le verbe « ticken », « fonctionner », qui, dans l’usage habituel du terme, ne laisse pas présager quoi que ce soit de de bon. Soit on l’utilise pour dire de quelqu’un qu’il « est à côté de la plaque», ou bien qu’une bombe à retardement, « tickt », c’est-à-dire « fait tic-tac ». Les deux dimensions du terme sont ici mobilisées pour signifier que l’Est doit tout d’abord être conçu comme une variante pathologique, et donc, subséquemment, comme quelque chose d’extrêmement dangereux. On remarque aussi qu’à nouveau, comme c’est finalement le cas depuis plus de 30 ans, on n’en met en scène qu’une version masculine : le « Ossi », c’est l’homme de l’Est. Il est coincé, tordu, faible, lâche, odieux, bête, paresseux, déstructuré. Son comportement est anormal, il est extrémiste, incapable, xénophobe, macho, et bien sûr, c’est un nazi. En règle générale, et ici aussi, ce sont des « hommes de l’Ouest » bien installés, qui se moquent publiquement et sans être inquiétés, de la cible principale que constituent les « hommes de l’Est ». A l’exception de quelques exemples assez récents, ils détiennent le pouvoir et ils occupent les postes qui comptent dans les milieux politiques, économiques, dans les médias, la justice, la science, l’armée etc., donc dans tous les domaines de la vie sociale. Il existe même maintenant des publications spécifiques qui prennent pour objet les hommes de l’Est soi-disant malades et maladifs, comme par exemple L’homme de l’Est, espace problématique ? (Problemzone Ostmann ? Stuttgart 2021), alors qu’on rend plutôt hommage aux femmes de l’Est, car elles ont non seulement réussi leur atterrissage dans l’Allemagne réunifiée, mais parce qu’en outre, elles impriment leur marque au pays et le changent, au-delà même d’Angela Merkel. C’est à cette image que renvoient des titres comme Incroyables femmes de l’Est (Unerhörte Ostfrauen, Stuttgart, 2019) ou bien Les femmes de l’Est changent la République (Ostfrauen verändern die Republik, Berlin, 2019).

Pourquoi ces femmes de l’Est, maintenant élevées au rang de mythe, ont-elles en général mieux que les hommes passé le cap des bouleversements d’après 1989 ? Il existe toute une série de réponses à cette question. A l’Est déjà, elles avaient eu une bonne formation et à la différence de beaucoup d’Allemandes de l’Ouest, elles travaillaient presque toutes. Elles étaient donc financièrement indépendantes et autonomes ; en outre, elles avaient l’habitude de gérer leur famille « à côté » et de s’occuper si nécessaire de leurs proches ; elles avaient donc dû apprendre à assurer et à développer une approche pragmatique efficace, qui a pu leur servir après 1989 de socle stable pour construire du neuf. Elles ne se sont pas laissé intimider ni même au sens littéral, « domestiquer ». S’est ajouté à cela la promotion croissante des femmes depuis cette date, même si les femmes de l’Est ont été choquées de constater que le paragraphe 218, ce reliquat patriarcal, leur était à nouveau applicable[2]. Bien sûr, on les appréciait à l’Ouest, même si on les a tout d’abord sous-estimées, comme le montre le meilleur exemple, celui d’Angela Merkel. Cette situation a tourné à leur avantage, parce qu’on ne les considérait pas en premier lieu comme des concurrentes. Le marché du mariage a aussi joué un rôle – ce n’est d’ailleurs pas un hasard si on parle de « marché », car il est aussi question d’intérêts financiers concrets, et pas seulement d’ « amour ». Le pourcentage d’Allemands de l’Ouest qui ont épousé une Allemande de l’Est est bien plus élevé que la configuration inverse. Il manque simplement aux hommes de l’Est des postes, un patrimoine et des perspectives de carrière.

Il existe donc de nombreuses lignes de conflit qui divisent l’Ouest et l’Est, les générations, les sexes, et surtout d’une part les « hommes de l’Ouest », bien installés, et d’autre part les « hommes de l’Est », privés d’une assise sociale et discursive stable. Aucun groupe social n’a été aussi discriminé après 1990 que celui des hommes allemands de l’Est.

Traduction : Anne-Marie Pailhès

[1] Chapitre 2. Débuts : jamais deux sans trois ! Ici extrait p. 34-37.

[2] NdT : Ce paragraphe du Code pénal allemand, datant de 1871,  fait de l’avortement un délit.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Editeurs carnet Regards RDA et All. Est (12 juin 2024). 3. Dirk Oschmann – Hommes de l’Est. Regards sur la RDA et l'Allemagne de l'Est. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11t94


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search