4. Dirk Oschmann – Les élites

  1. Elites[1]

Dans le cadre d’une nouvelle étude, on aurait maintenant découvert que la véritable raison pour laquelle les Allemands de l’Est n’occupent pas de postes importants dans les élites ne doit pas être recherchée du côté des Allemands de l’Ouest, mais chez les Allemands de l’Est eux-mêmes, qui ne s’intéresseraient pas du tout aux postes de direction et auraient peur des responsabilités, qui seraient en général trop paresseux et trop satisfaits de ce qu’ils ont, et se contenteraient donc du deuxième et du troisième rang ! C’est vraiment trop beau pour être vrai, et c’est surtout une mauvaise excuse ! Il est vraiment étonnant que personne n’y ait pensé jusqu’ici. Mais bien sûr, comme d’habitude, c’est de la faute du « Ossi » : le concept magique est celui de l’« automarginalisation ». En outre, les Allemands de l’Est, selon les auteurs de cette étude dont un article en ligne rend compte, aimeraient « moins le risque » et n’auraient pas appris à « aspirer à faire partir des élites »[2]. S’offrir le luxe d’une explication si belle et si convaincante, voilà qui n’est probablement possible que pour qui est bien assis dans un fauteuil Charles Eames, et par-dessus le marché, le néolibéralisme y trouve tout à fait son compte. On sait depuis longtemps déjà que « l’Allemand de l’Est » est paresseux et incompétent, il apparaît maintenant qu’il est par-dessus le marché dépourvu de toute ambition.

C’est vraiment un comble d’attribuer à bon nombre d’Allemands de l’Est ce manque de goût du risque, alors qu’au début des années 90, le sol s’est ouvert sous leurs pieds, parce qu’ils ont perdu leur travail, leurs terrains, leur confiance dans le monde et qu’ils ont dû trouver de tout nouveaux points de repère, et même souvent se réinventer et réapprendre à vivre. Ce risque existentiel, qui a marqué l’existence de beaucoup d’entre eux pendant les années 90 et bien au-delà, et qui la modèle aujourd’hui encore, l’Ouest n’en a apparemment pas la moindre idée. Après Brême, les régions est-allemandes font partie du « groupe de régions aux taux de risque de pauvreté les plus élevés. La pauvreté durable (sur une durée supérieure à cinq ans) y est six fois plus fréquente que dans les anciennes régions de l’Ouest, où se trouvent, par ailleurs, 95% des revenus les plus élevés. »[3] Absence de goût du risque ? De qui se fout-on ? Risque de pauvreté ! Face à l’inflation actuellement galopante à cause de la guerre, de la menace de récession, de la crise de l’énergie et du coût de la vie qui augmente donc de façon dramatique, l’Est est quant à lui bien plus touché par les pertes en tout genre, car il n’a pas ou peu de réserves, pas ou peu de capital, pas ou peu de propriétés, pas ou peu d’héritage, alors qu’il a un salaire plus bas, moins de retraite, moins de sécurité : le risque est à tous égards l’air vital parcimonieux que l’Est respire. S’il n’avait pas pris des risques en permanence avec la révolution de 1989 et depuis cette date, il n’aurait pas du tout survécu. Etant donné ce contexte, il est aussi absurde et cynique que perfide d’avancer le manque de goût du risque comme raison de l’absence de l’Est aux postes décisifs. Au contraire, les mécanismes d’exclusion sociale, omniprésents, sont d’une importance cruciale. Avec Bourdieu, point n’est besoin de réfléchir longtemps pour savoir si les pratiques invisibles d’éviction ici à l’œuvre doivent encore être qualifiées d’« élimination douce » ou bien déjà d’« élimination brutale ».[4]

En ce qui concerne les générations, je renvoie ici encore à des études sociologiques récentes qui prouvent que le groupe le plus défavorisé depuis 1990 à l’échelle de l’ensemble de la société est celui des hommes est-allemands, en particulier ceux qui sont nés entre 1945 et 1975, c’est-à-dire la première et la seconde génération masculine d’après-guerre en RDA.[5] Donc précisément ceux que les réseaux sociaux et malheureusement aussi les médias du service public aiment particulièrement présenter et transformer comme des citoyens en colère (« Wutbürger »), des électeurs de l’AfD, des nazis, des racistes ou simplement des primates qui bégaient et ne sont pas en possession de toutes leurs capacités mentales. Ces exemples, les médias les cherchent avec soin et les choisissent pour qu’à l’étape suivante, ils puissent être présentés comme représentatifs. Il y a parmi eux aussi ces gens qui ont mis la dictature à genoux en 1989 et qui ont acquis de haute lutte l’émancipation et la liberté – pour être aussitôt remis sous tutelle d’une autre façon, parce qu’ils n’avaient plus de pouvoir, plus d’argent, plus de relations et souvent plus de travail. Mis sous tutelle, notez-le bien, en démocratie et par la démocratie ![6] Bien entendu, on n’évoque jamais ce sujet en dehors de la sociologie. Ne voir aucun rapport entre la dévalorisation sociale totale de ces gens dans l’Allemagne réunifiée et certaines évolutions contemporaines, c’est ignorer totalement les effets de l’histoire à long terme. Je suis d’ailleurs très souvent surpris de constater à quel point la situation actuelle est interprétée de façon ahistorique, même dans les médias qui pensent avoir un certain niveau de réflexion. Cela constitue de toute évidence une partie de ce « présentisme totalitaire », récemment critiqué dans un autre contexte par Horst Bredekamp.[7]

Et puisque je parle de l’histoire, je veux faire encore un pas décisif en arrière, jusqu’à l’origine de toute cette désolation. De 1933 à 1945, les Allemands, en compagnie de l’Autrichien Adolf Hitler, ont été responsables du soi-disant Troisième Reich, du National-socialisme, de la Seconde guerre mondiale, de l’Holocauste et ont commis tous les crimes imaginables et inimaginables. C’est pourquoi le pays a été partagé par les puissances victorieuses, et cela signifie concrètement que le destin de l’Est a aussi été scellé par la conférence de Ialta –pour bien plus de 100 ans, j’en suis sûr. Soixante-dix-sept ans sont déjà passés. Alors qu’après la guerre, l’Ouest s’est vu donner le plan Marshall[8] pour l’économie et la rééducation politique pour avoir des points de repère en démocratie, et qu’il a pu continuer de s’intégrer dans les institutions occidentales, l’Est a quant à lui dû payer d’énormes réparations à l’Union soviétique[9] et passer 40 ans derrière le Rideau de Fer sous un régime de réelle violence. Dit par August Winkler : « Les Allemands de l’Est avaient d’emblée été les véritables perdants de la guerre ».[10] Et nous en sommes encore là aujourd’hui ! Mais on ne voit pas pourquoi l’Est serait seul, à la longue, à payer pour les conséquences du national-socialisme dont tous les Allemands sont responsables.

Traduction : Anne-Marie Pailhès

[1] Chapitre 3 : Qui suis-je ou que suis-je ? Extrait p. 69-73.

[2] Cf https///www.springerprofessional.de/personalmanagement/transformation/der-wessi-ist-immer-der-chef/17223048

[3] Mau, Lütten Klein, p. 163.

[4] Bourdieu, La misère du monde, p….

[5] Cf Mau, op.cit., p 166 sq. A ce sujet voir aussi le podcast de la station de radio Deutschlandfunk avec Greta Taubert, 4 octobre 2020, cycle « Essai et discours » : A la recherche de l’homme est-allemand (né entre 1975 et 1990).

[6] Cf aussi le chapitre « Démocratisation freinée » in Mau, op. cit. p. 122-125.

[7] Cf Horst Bredekamp, „Warum der identitäre Wahn unsere größte Bedrohung ist“. In: Frankfurter Allgemeine Zeitung, 8 mars 2021.

[8] « Le plan Marshall a été un cadeau de reconstruction à la société allemande de l’Ouest dans l’après-guerre– même si cette compensation a sans aucun doute aussi servi à utiliser l’Allemagne de l’Ouest comme rempart contre le communisme sur le front de la Guerre froide ». Negt : Überlebensglück, p.11

[9] Pour un ordre de grandeur, voir les indications de Wikipedia : l’Est a payé 130 fois que l’Ouest par personne.

[10] Winkler, Wie wie wurden, was wir sind. Eine kurze Geschichte der Deutschen, 2021.  p. 130.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Editeurs carnet Regards RDA et All. Est (12 juin 2024). 4. Dirk Oschmann – Les élites. Regards sur la RDA et l'Allemagne de l'Est. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11t93


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search