5. Dirk Oschmann – La démocratie.

Démocratie[1]

L’Est se fait régulièrement reprocher sa « compréhension défaillante de la démocratie », ou bien il est même, à cause de sa socialisation par la dictature de la RDA, de temps à autre tout bonnement déclaré dépourvu de toute « aptitude démocratique[2] ».  L’historien Per Leo, né à l’Ouest, invoque la « fierté dominatrice de l’Ouest » quand il est question de démocratie, et parle du fait « qu’un climat d’intimidation morale s’est répandu à partir de l’Ouest, une ambiance dans laquelle on perçoit en permanence l’Est comme l’Autre de la démocratie ». A cela on pourrait ajouter dans un premier temps qu’il n’est pas nécessaire d’expliquer à des gens qui ont mis à genoux une dictature, pour certains en courant de grands risques personnels, ce qu’est la démocratie. On pourrait même dire que c’est l’Est qui comprend le mieux la démocratie, étant donné qu’il a dû se battre pour l’obtenir au lieu de la recevoir en cadeau des Américains. Ou bien comme Klaus Wolfram le dit : « Jamais aucun Allemand de l’Est n’a eu de mépris pour la démocratie, pas avant 1989 et encore moins après – c’est juste qu’il la reconnaît avec plus de précision, qu’il la perçoit de manière plus personnelle[3]. » Pourtant, l’Ouest essaye sans cesse de délégitimer les expériences politiques de l’Est, précisément parce qu’elles sont réputées ne consister qu’en expériences de la dictature. « L’historiographie moderne de la démocratie est, plus que toute autre, un récit écrit par les vainqueurs. Les laissés-pour-compte de la démocratie, ceux qui sont passés en pertes et profits, ne méritent pas à ses yeux d’être ne serait-ce que mentionnés[4]. » Cependant, l’Est n’a pas connu uniquement ce type de dictature et n’a pas moins d’expérience politique ; bien au contraire, il a une multitude d’expériences politiques à son acquis, celle de la dictature, celles de la révolution et de la rébellion, après lesquelles il a fait l’expérience de la démocratie directe et immédiate pour finir par ces espèces de jeux actuels de la démocratie « post-démocratique[5] ». Pour cette raison, il a logiquement la possibilité de mettre en œuvre une comparaison très complexe, qui bien entendu lui permet de voir les choses autrement et parfois plus nettement. Mais cela, l’Ouest ne le comprend pourtant pas, ou ne veut pas, comme d’habitude, l’admettre. Car il a rapidement décidé d’interpréter « l’auto-libération de l’Est » comme la « victoire de l’Ouest », de telle manière que le néolibéralisme en sort encore renforcé[6].

Deuxièmement, l’Est fait depuis 1990 l’expérience d’être factuellement exclu de la conception et de la co-construction de cette démocratie, étant donné que, même si les opportunités formelles existent, il n’y a en vérité que peu de possibilités réelles de participation, de représentation, d’accès aux, et encore moins d’ascension dans les sous-systèmes socialement reconnus, sans même parler des sujets de pouvoir, d’argent et d’influence. Sous ces prémisses, accuser l’Est d’être hostile à la démocratie est non seulement cynique mais reproduit en outre un schéma discursif de domination instauré depuis des siècles, par lequel le colonialisme occidental de différentes colorations dans toutes ses déclinaisons cherche à justifier son hégémonie. Dans un premier temps, la supériorité de la culture écrite est mise en avant, puis celle de l’Histoire, plus tard celle d’un niveau de développement plus élevé et récemment, celle d’une longueur d’avance en matière de démocratie : « Nous sommes passés de la caractérisation du ‘peuple sans écriture’ du XVIème siècle, à celle des XVIIIème et XIXème siècles, ‘le peuple sans histoire’, puis à la caractérisation du XXème siècle, celle du ‘peuple sans développement’ pour arriver, au début du XXIème siècle, au ‘peuple sans démocratie’[7] ».

Une démocratie représentative dans laquelle on ne se sent pas représenté de façon adéquate a plus d’un problème, car en principe elle n’est même pas une démocratie représentative du tout ou bien uniquement une démocratie de quelques-uns pour quelques autres. Pour tous les autres, c’est un simulacre de démocratie. Dans les ministères de la République fédérale, qui mettent en place les orientations politiques et préparent les décisions, ceux qui ont leurs origines à l’Est représentent moins d’un pourcent des effectifs (situation en janvier 2022)[8]. En outre, quelle l’impression donne cette démocratie avec ces nombreux dirigeants politiques qui, souvent en soignant une image extrêmement positive de leur propre personne, réalisent pourtant au grand jour des actions négatives à plus d’un égard, qu’ils ne peuvent guère défendre ? Des douzaines d’hommes et de femmes politiques qui ont obtenu leur titre de docteur d’une façon frauduleuse ou du fait d’une autre action malhonnête, et qui ont dû le rendre (Guttenberg, Schavan, Giffey, Koch-Mehrin etc. – à les compter, on perd le souffle), et qui font comme si ce n’était qu’une peccadille, comme si le vol de la propriété intellectuelle était moins criminel que le vol d’argent ou d’objets ; des politiciens qui font pression sur les médias au profit de leurs carrières ou de leurs partis (dont Christian Wulff, l’ancien président de la République fédérale) ; des politiciens qui suivent les consignes des lobbyistes, en particulier ceux de l’industrie automobile, et qui pour cette raison, ont bloqué depuis longtemps la création d’un registre attendu depuis des lustres ; des politiciens dont les données mobiles disparaissent mystérieusement au moment où ils deviennent justiciables (Scheuer, von der Leyen), ceci sans la moindre conséquence ; des femmes politiques qui gonflent leur CV (Baerbock) ; des politiciens qui s’expriment impunément de manière raciste en public (Oettinger) ; des politiciens qui favorisent éhontément leur propre région, voire leur propre circonscription électorale, lors de l’attribution des moyens et des deniers publics (Scheuer, Karliczek) ; des politiciens qui dépensent des millions prélevés sur l’argent du contribuable pour payer des consultants externes (von der Leyen), etc, etc. Décence, dignité, honte, intégrité : tout cela manque à l’appel.  Est-ce qu’on peut appeler cela une image de la démocratie digne de confiance ? D’autant plus que, même si une presse libre existe toujours, celle-ci ne sert plus de véritable correctif et elle est souvent inefficace ; des checks and balances, il ne reste plus grand chose. Ou s’agit-il simplement d’inévitables dommages collatéraux, précisément provoqués par les groupes de pression ? Est-ce que chaque critique de la démocratie telle qu’elle est en réalité concrètement pratiquée doit être réinterprétée comme de l’hostilité à son égard ? Comme si dans une telle critique, il était toujours sous-entendu qu’on préférerait vivre sous une dictature. Quelle sottise ! Cette forme de critique fait partie du principe même de la démocratie.  Or, l’Est se voit systématiquement refuser le droit d’en bénéficier.

De quelle manière l’Est peut-t-il développer sa confiance dans des institutions qu’il n’a pas le droit de cogérer et encore moins de diriger, qu’il ne connaît que sous la forme de machines bureaucratiques, qu’il ne connaît pas de l’intérieur, comme des parties intégrantes d’une démocratie qui fonctionne ? En RDA, les institutions étaient en réalité toujours vécues par la plupart des gens comme un pouvoir hostile et menaçant. Face à cela, il fallait toujours être sur ses gardes, pour assurer sa propre survie morale. Car entrer dans le jeu des institutions n’était souvent rien d’autre que pactiser avec le pouvoir et se laisser corrompre. Le scepticisme qui s’est développé à l’époque dans la majorité de la population s’est enraciné profondément dans la conscience des Allemands de l’Est et n’a, selon mon expérience, toujours pas reculé aujourd’hui. De la même manière qu’on prenait jadis ses distances avec un « système » principalement représenté par les institutions, il est aujourd’hui de nouveau question d’un autre « système » auquel on ne peut pas faire confiance.

Cette comparaison entre les institutions de la dictature d’un côté et celles de la démocratie d’autre part, ne doit en rien suggérer qu’elles sont identiques ; il est ici question de pointer le fait qu’il y a des raisons établies depuis longtemps pour expliquer certains schémas comportementaux, à leur tour renforcés par les effets du manque de participation dans cette même démocratie. On voit ces institutions à l’œuvre, mais on ne ressent pas leur utilité pour, par exemple, la stabilité sociale[9]. De ce fait, et c’est sans aucun doute lié à son expérience existentielle de la démocratie en 1989, l’Est descend plus rapidement dans la rue afin d’attirer l’attention par des manifestations, pour ainsi pouvoir faire bouger quelque chose dans l’État, ou même l’État lui-même dans son intégralité. La rue est aussi évidemment le lieu où la sphère publique peut prendre forme, et elle est le seul espace d’expression où les Allemands de l’Est dans leur ensemble peuvent être sûrs d’être perçus du public et en même temps constater qu’eux-mêmes existent ; les nazis en profitent aussi bien sûr, avec un effet secondaire fatal : l’Ouest dénonce aussitôt un comportement indécent et suspect.  Ces modes d’expression démocratiques essentiels, empreints d’un scepticisme légitime, et qui correspondent après tout aux droits inscrits dans la Constitution, sont à leur tour reprochés à l’Est comme des prises de position hostiles à la démocratie, ou encore comme une attitude pathologique, des émeutes et du bruit. Or, la démocratie ne signifie pas seulement que les résultats électoraux correspondent ce qu’attendent les personnes établies dans cette société. Nous y reviendrons.

L’exclusion totale du processus de co-construction démocratique se manifeste même là où on le soupçonnerait le moins, au sein de l’AfD[10]. L’AfD n’a pas seulement été fondé à l’Ouest – c’est d’ailleurs même un parti de professeurs d’université ouest-allemands -, il a aussi une équipe dirigeante venue entièrement de l’Ouest, à l’exception de Tino Chrupalla, même si quelques-uns de ces politiciens à réputation nationale résident désormais à l’Est. « L’AfD n’est cependant pas un produit de l’Est » écrit Klaus Wolfram, « mais une conséquence de l’Ouest à tous points de vue. Le parti incarne le divorce entre la petite et la grande bourgeoisie[11]. » Tous sont venus et viennent de l’Ouest, Bernd Lucke, Alexander Gauland, Jörg Meuthen, Alice Weidel, Beatrix von Storch, Andreas Kalbitz, Gottfried Curio, Björn Höcke, que l’on peut désormais même officiellement et publiquement désigner comme « fasciste », et le penseur d’extrême droite Götz Kubitschek vient bien sûr lui aussi de l’Ouest, plus précisément de Ravensburg, un détail piquant qui n’est pas du tout dû au hasard, cette ville étant située dans l’Allemagne du sud-ouest, l’eldorado des théoriciens complotistes. Même Thomas Kemmerich, le célèbre homme politique du parti libéral FDP, collaborateur notoire de l’AfD et brièvement premier ministre de Thüringen, vient de Aix-la-Chapelle, à l’Ouest de l’Ouest.  On se rend compte que l’arme de la provenance est à double tranchant. L’AfD est pourtant avant tout perçu comme le parti de l’Est, ce qui ternit encore l’image de ce territoire. Si l’AfD a pu devenir si scandaleusement fort, avec des résultats électoraux parfois supérieurs à 25%, c’est évidemment aussi le résultat de l’échec politique des autres partis, du fait de leur méconnaissance et de leur désintérêt monumental pour l’Est, mais il ne faut pas oublier que le succès de l’AfD augmente continuellement aussi à l’Ouest : ce parti obtient maintenant plus de 10% des suffrages, même dans le riche Land de Bade-Wurtemberg et en Basse-Saxe.  On ne se débarrasse plus des fantômes qu’on a invoqués. Si avant 1989, l’Est affirmait que tous les nazis vivaient à l’Ouest, depuis c’est l’inverse qui se produit. Maintenant, l’Ouest affirme que c’est à l’Est que vivent tous les nazis. Les deux points de vue sont en quelque sorte exacts, et tous les deux sont en même temps faux, d’autant plus que depuis quelque temps, beaucoup de nazis convaincus quittent l’Ouest pour l’Est. Au début de 2022, les services de protection de la Constitution (Verfassungsschutz) ont explicitement signalé la menace qui apparaît du fait que de plus en plus d’extrémistes de droite déménagent d’Ouest en Est, faisant de facto glisser cette région vers l’extrême-droite, aux yeux de l’opinion publique.

 

Lorsque tous les quatre à cinq ans, l’Est a la possibilité d’une réelle participation démocratique lors des élections, alors là les médias et les élites de la société se mettent à hausser fortement le ton. Le reste du temps, ils s’intéressent autant à l’Est qu’à la face cachée de la Lune, mais en période électorale, c’est le début du grand frémissement. Avant même les résultats, l’ARD, le ZDF et d’autres médias de premier plan en passant par Die Zeit, le Spiegel, la FAZ, le Tagesspiegel et la Süddeutsche Zeitung, attisent une peur sans fin pour ensuite traiter abondamment de cette horreur dans leurs colonnes, comme si des hordes de Mongols armés se trouvaient aux portes de l’Europe. Les différentes élections des Länder et celle du Bundestag en 2021 en ont encore donné des exemples dramatiques.

Traduction : Ulf Clerwall, Anne-Marie Pailhès

[1] p. 93-101. Édition allemande.

[2] Leo Per, Tränen ohne Trauer. Nach der Erinnerungskultur, Stuttgart, Klett-Cotta, 2021, p. 160.

[3] Wolfram Klaus, Discours à l’Académie des Arts, le 8 novembre 2019.

[4] Lessenich Stephan, Grenzen der Demokratie. Teilhabe als Verteilungsproblem, Reclam, Stuttgart, 2020, p. 15.

[5] Je reprends ici un terme fort que [Jacques] Rancière a inventé afin de décrire les démocraties occidentales après 1989. Il définit la « post-démocratie » comme suit : « Ce terme nous servira simplement à désigner le paradoxe qui fait valoir sous le nom de démocratie la pratique consensuelle d’effacement des formes de l’agir démocratique. » Rancière Jacques, La mésentente, Paris, Editions Galilée, 1995, p. 135.

[6] Schulze Ingo, Der Amerikaner der den Kolumbus zuerst entdeckte … Essays, S. Fischer, Frankfurt am Main, 2022, p. 297.

[7] Grosfoguel Ramon, « The Epistemic Decolonial Turn », Cultural Studies 21/2007, Nr 2-3, p. 211-223, ici p. 214. Je remercie Anne Chahine de m’avoir indiqué ce texte éclairant.  « We went from the sixteenth century characterization of “people without writing” to the eighteenth and nineteenth century characterization of “people without history”, to the twentieth century characterization of “people without development” and more recently, to the early twenty-first century of “people without democracy ».

[8] Chiffre cité dans la Tagesschau du 26 janvier 2022 : https://www.tagesschau.de/inland/innenpolitik/ostdeutsche-bundesregierung-101.html

[9] « Une bonne institution est […] une institution dans laquelle les individus peuvent réaliser leurs intérêts et avec laquelle ils peuvent s’identifier. Une [mauvaise] institution moribonde reste une contrainte externe. Elle se caractérise par une rigidité qui s’exprime entre autres par le fait que ce qui lui résiste et ce qui ne se conforme pas à ses procédures n’a même pas le droit d’apparaître dans son champ de vue. », Jaeggi Rahel, « Was ist eine (gute) Institution », in Forst Rainer et al. (dir.), Sozialphilosophie und Kritik, Suhrkamp, Frankfurt am Main, 2009, p. 528-544, ici p. 542.

[10] NdT : Alternative für Deutschland, parti d’extrême-droite.

[11] Wolfram poursuit : « Cette rupture est significative pour la République fédérale, elle est profonde et elle la rend méconnaissable. Ses fondations s’affaisseront encore. L’Allemagne de l’Est ne possède pas une telle bourgeoisie. Ici, les succès électoraux émanent d’autres sources. Ce sont peut-être cinq pour cent de l’électorat local qui partagent réellement les convictions de la direction du parti. Mais la blessure qui vient d’être privée de parole publique et qui couve depuis bien longtemps, pourrait nous amener à quinze pour cent. En revanche, les 25 pour cent actuels sont véritablement le résultat des enseignements que les Allemands de l’Est ont tirés du manque de civilité de cette démocratie donneuse-de-leçons. » Wolfram Klaus, Discours à l’Académie des Arts, le 8 novembre 2019.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Editeurs carnet Regards RDA et All. Est (12 juin 2024). 5. Dirk Oschmann – La démocratie. Regards sur la RDA et l'Allemagne de l'Est. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11t92


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search