Entre anticolonialisme et propagande communiste : produire des films sur la guerre d’Algérie en RDA

 

Une contribution de Perrine Val, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.  Cet article s’appuie sur des recherches plus longuement détaillées dans la thèse de Perrine Val : Les relations cinématographiques entre la France et la RDA : entre camaraderie et exotisme (1946-1992), soutenue à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne en 2018. Autre contribution du même auteur : https://allemagnest.hypotheses.org/421

En 1957, lorsqu’il tourne Algérie en flammes  (https://progress.film/record/8007) dans le maquis algérien, le documentariste français René Vautier est blessé par une balle française, sa caméra est détruite et il en reçoit un morceau dans la tête. Il est envoyé en RDA pour y être soigné et les médecins est-allemands décident de ne pas intervenir car la blessure a déjà cicatrisé. René Vautier (1928-2015) conservera toute sa vie un morceau de caméra dans le crâne. Cet épisode symbolise l’engagement du cinéaste, qui filme au plus près des combattants au péril de sa vie, et rappelle le rôle ambivalent de la RDA lors de la guerre d’Algérie, dont le soutien aux indépendantistes est motivé par des enjeux autant idéologiques qu’économiques. La RDA voit dans la guerre d’Algérie une occasion de s’affirmer sur la scène internationale comme un État anti-impérialiste pour mieux dénoncer le soutien de la RFA à la France. Fritz Taubert[1] rappelle que la RDA espérait en outre faire de l’Algérie décolonisée l’un de ses partenaires commerciaux, ce qui lui aurait permis d’accéder à des ressources géologiques et agricoles lui faisant défaut. Cette tentative de rapprochement avec l’Algérie échouera finalement puisqu’à l’indépendance, l’Algérie privilégiera la RFA, économiquement plus attractive que la RDA.

            Outre le film de René Vautier, la DEFA (Deutsche Filmaktiengesellschaft, la société étatisée de production et de diffusion du cinéma en RDA) produit une trilogie documentaire sur la guerre d’Algérie réalisée par Karl Gass. Bien que peu nombreuses, ces productions sont soutenues par des moyens financiers conséquents. Si René Vautier tourne par ses propres moyens, la post-production de son documentaire en RDA bénéficie des meilleures conditions techniques des studios est-allemands. Ce soutien permet de tirer des centaines de copies du film, en noir et blanc et en couleurs, dans plusieurs langues, en 16mm et en 35mm. Karl Gass est quant à lui un documentariste déjà avantagé par la DEFA puisqu’il fait partie des rares professionnels du cinéma qui soient autorisés à voyager régulièrement hors de la RDA. En 1961, il se rend à la frontière algéro-tunisienne, non pas seul comme Vautier, mais entouré de toute une équipe et encouragé par ses responsables. Cet article propose une analyse esthétique et génétique de ces quatre documentaires et vise à montrer comment le message anticolonialiste d’Algérie en flammes évolue dans la trilogie de Karl Gass en un discours avant tout marqué par l’idéologie socialiste caractéristique de la RDA à la veille de la construction du Mur de Berlin.

            Dès ses débuts, René Vautier revendique un cinéma militant, un cinéma « d’intervention sociale »[2]. Son immersion au plus près des combats et le mode de production alternatif qu’il est contraint d’adopter lui permettent de présenter les combattants algériens non pas tels que les montrent les films officiels du gouvernement français[3], c’est-à-dire comme illégitimes et criminels, mais comme des hommes luttant pour leur liberté et pour la paix. Le documentaire, long de vingt minutes, accompagne une troupe de combattants algériens et poursuit trois ambitions. La première consiste à mettre en avant l’humanité des soldats algériens et la légitimité de leur combat. La caméra les filme souvent en plan rapproché ou en gros plan, et bien qu’aucune identité ne soit révélée, la voice-over précise le parcours de plusieurs soldats. Le film insiste également sur le rôle des femmes : à la fois victimes du conflit, elles se battent aux côtés des hommes en tant que soldates ou les soignent en tant qu’infirmières. L’armée algérienne est présentée comme une armée peu professionnelle, ne disposant que de mulets pour transporter son équipement quand l’armée française est motorisée. Les Français n’apparaissent d’ailleurs que sous la forme déshumanisée des machines qu’ils conduisent. A contrario, la proximité des visages des soldats algériens permet au spectateur de lire les émotions qui les traversent et de s’identifier à eux.

            La deuxième ambition du film vise à démontrer que ce que la métropole française qualifiera longtemps d’ « événements algériens » est en réalité une véritable guerre meurtrière. Le film montre frontalement les combats, les destructions et les morts. Les plans et le commentaire en voice-over témoignent de la violence du conflit. La troisième ambition du film est de présenter la France comme l’entière responsable de cette guerre. Le ton humaniste du film ne peut que convaincre de l’absurdité de la guerre et de l’urgence à y mettre fin. Enfin, le parallèle explicite entre la Résistance française et le combat des soldats algériens, cachés dans le maquis, disposant de peu de moyens et proches de la population, contribue à faire de cette armée de l’ombre une entité beaucoup plus légitime que ne l’est l’armée française. Le film se clôt sur l’assurance de la libération à venir et de la souveraineté retrouvée du peuple algérien.

            Algérie en flammes se définit pleinement par son anticolonialisme et par son militantisme en faveur de l’indépendance algérienne. En dépit des risques qu’il n’a pas hésité à prendre pour tourner ce documentaire, René Vautier est rapidement mis à l’écart des accords conclus entre les partenaires est-allemands et algériens lors de la post-production du film. En mai 1959, les accords finaux[4] entre la DEFA, le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) basé au Caire et René Vautier se font en effet sans lui. Entre-temps, Vautier s’est rendu au Caire pour présenter son film aux responsables du FLN (Front de Libération Nationale). Il est alors accusé d’avoir été en contact avec Abane Ramdane, un ancien dirigeant du FLN assassiné en raison d’une lutte de pouvoir au sein de la résistance algérienne. Il était en outre peut-être trop délicat pour les responsables du FLN qu’un film défendant aussi bien leur cause ait été réalisé par un cinéaste français. René Vautier est alors emprisonné en Tunisie. L’émissaire algérien chargé des relations avec la DEFA affirme à l’équipe est-allemande qu’il est mort au combat[5]. Si, grâce aux archives allemandes[6], il est possible de retracer les échanges entre la DEFA, René Vautier et le GPRA, le nom du cinéaste français, qui n’apparaissait pas dans le générique pour protéger son identité, est cependant toujours absent dans l’indexation de la version allemande du film (Flammendes Algerien).

            La manière dont on confisque à René Vautier la paternité de son film annonce le détournement de la situation algérienne à des fins de propagande dans les documentaires réalisés par Karl Gass en 1961. Mit Kombi und Camping durch Tunesien (En van et camping en Tunisie), Sorah und Ali (Sorah et Ali) et Allons enfants… pour l’Algérie partagent certes le discours anticolonialiste d’Algérie en flammes, mais s’inscrivent avant tout dans le contexte de la Guerre froide et dans celui de l’opposition de la RDA à l’« impérialisme » de l’Ouest. Karl Gass (1917-2009) a été formé aux côtés d’Andrew Thorndike, l’un des documentaristes les plus reconnus de la DEFA. Il a tourné en Grèce, en Espagne, en Italie et au Brésil. Ces voyages témoignent de la confiance que lui accordent les autorités est-allemandes en raison de sa contribution au discours officiel à travers les films qu’il réalise. En 1960, il dénonce déjà le colonialisme des puissances occidentales dans Freiheit… Freiheit… über alles (Liberté… Liberté… avant tout). Le succès d’Algérie en flammes et les contacts noués avec des responsables algériens encouragent la DEFA à financer le tournage d’une trilogie documentaire consacrée à la guerre d’Algérie. Karl Gass possède toutes les qualités requises. Les trois films sont tournés lors du même voyage au printemps 1961 en Tunisie et à la frontière avec l’Algérie.

            Le premier film de la trilogie (Mit Kombi und Camping durch Tunesien) est un film d’actualité pour enfants. De manière ludique et pédagogique, le film retrace le voyage de Karl Gass et de son équipe, le tout sur un ton joyeux et ponctué de questions adressées aux jeunes spectateurs. Le tournage, ainsi dévoilé dans le film, n’a plus rien de périlleux. S’il s’adresse avant tout aux enfants, Mit Kombi und Camping… est également vu par leurs parents et le ton particulièrement didactique du film, les informations assez « simplistes » données sur la Tunisie et l’Algérie révèlent aussi le niveau de méconnaissance prêté aux Allemands de l’Est au sujet de la guerre d’Algérie. Le deuxième film (Sorah und Ali) propose le portrait de deux enfants algériens dans un camp de réfugiés en Tunisie. La voice-over perd de sa désinvolture pour témoigner du sort des réfugiés, et des enfants en particulier. Karl Gass a appris l’existence de ce camp grâce à René Vautier. Un autre court métrage y est d’ailleurs réalisé la même année par une équipe française[7]. En dépit de son titre, le dernier volet de la trilogie, Allons enfants… pour l’Algérie, relègue en partie la guerre d’Algérie au second plan et l’aborde via le filtre de l’opposition entre les deux Allemagnes. Le film dénonce l’implication de la RFA dans le conflit algérien et voit dans l’« impérialisme occidental » une réminiscence du nazisme. La voice-over explique que la RFA convoite les ressources géologiques de l’Algérie et que les industriels ouest-allemands exploitent le travail des enfants et des ouvriers algériens pour s’enrichir. Les plans montrant le soutien d’Adenauer à de Gaulle sont entrecoupés d’images d’archives montrant des explosions et des cadavres. L’implication des soldats ouest-allemands dans la Légion étrangère est également dénoncée. L’un d’eux raconte les essais de la bombe atomique réalisés sur des habitants algériens. Les témoignages des anciens légionnaires dans le film poursuivent un triple but : dénoncer les crimes dont la Légion étrangère se rend complice auprès de la France, présenter son action comme une menace pour les Allemands de l’Est et enfin montrer la RDA comme un lieu de refuge pour ces légionnaires déserteurs, qui peuvent y retrouver la paix et leur liberté. Cette partie du documentaire annonce le film suivant de Karl Gass, Schaut auf diese Stadt (Regardez cette ville, 1962), qui légitime la construction du Mur de Berlin comme un rempart antifasciste[8]. En 1962, Karl Gass confirmera que le but premier de Allons enfants… pour l’Algérie est de « dénoncer l’esprit néo-colonialiste de l’Allemagne fédérale »[9]. La guerre d’Algérie fournit donc à la RDA l’occasion de témoigner de sa solidarité avec le FLN, mais surtout de disposer d’arguments supplémentaires dans son affrontement idéologique avec la RFA.


[1] Fritz Taubert, La Guerre d’Algérie et la République démocratique allemande : le rôle de l’« autre » Allemagne pendant les « événements » (1954 à 1962), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2010.

[2] Hélène Amblard, René Vautier, « Pas de vie sociale sans caméra ou c’est la fin du cinéma », Regards, octobre 1998, cité par Valentin Schaepelynck, « René Vautier : esthétique et politique de l’intervention », in François Bovier, Cédric Fluckiger (dir.), « René Vautier », Décadrages n°29-30, printemps 2015, p. 45-59, p. 55.

[3] Sébastien Denis, Le Cinéma et la guerre d’Algérie : la propagande à l’écran 1945-1962, Paris, Nouveau monde, 2009.

[4] Dossier « Flammendes Algerien », BArch DR 118/1793.

[5] René Vautier, Caméra citoyenne, Vendôme, Éditions Apogée, 1998, p. 156.

[6] Le dossier des archives de la DEFA étant devenu inaccessible, j’ai pu accéder à une copie grâce à sa fille Moïra Chappedelaine Vautier et à la programmatrice Madeleine Bernstorff, que je remercie chaleureusement.

[7] J’ai huit ans (Yann Le Masson, Olga Baïda-Poliakoff, 1961). https://www.youtube.com/watch?v=6f-cgzPoaxw

[8] Réalisé au lendemain de la construction du Mur de Berlin avec une équipe technique assez similaire à celle de la trilogie algérienne, Regardez cette ville montre les transformations des deux parties de Berlin depuis 1945 jusqu’au 13 août 1961. Les méthodes d’Adenauer et du gouvernement de Bonn sont comparées à celles du Troisième Reich. Le film participe de l’entreprise de justification officielle de la construction du Mur, Mur considéré comme rempart à la menace « impérialiste » que représente la RFA pour la RDA. Matthias Steinle identifie dans ce film plusieurs processus ? (procédés ?) déjà présents dans Allons enfants… pour l’Algérie pour délégitimer la RFA, tels que le procédé consistant à faire d’un cas particulier une généralité ou bien à chercher des analogies entre la RFA et le Troisième Reich. Matthias Steinle, Vom Feindbild zum Fremdbild. Die gegenseitige Darstellung von BRD und DDR im Dokumentarfilm, Konstanz, coll. CLOSE UP tome 18, UVK, 2003, p. 198-199.

[9] Positif n°49, décembre 1962, p. 29-31, p. 32.


2 réflexions sur « Entre anticolonialisme et propagande communiste : produire des films sur la guerre d’Algérie en RDA »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.