Le peuple est mort, vive le peuple ! Variations sur le slogan « Wir sind das Volk! »

Ce carnet de recherches fête aujourd’hui sa première année d’existence, en même temps que les 29 ans de la chute du Mur. Les rédacteurs vous proposent un texte de circonstance sur la réutilisation du célèbre slogan depuis 1989.

Louise Soucheyre  a soutenu un mémoire de master 2 KulturWissenschaften à l’Université Paris Nanterre en 2018, sur la langue de la droite nationale-populiste allemande contemporaine (Dir. Sibylle Sauerwein).

            Automne 2018. Les feuilles tombent, le froid arrive, marquant la fin d’un été allemand agité par des manifestations de la droite radicale. Les feuilles tombent, le froid arrive, et voici déjà venir le 9 novembre, jour hautement symbolique en Allemagne en raison des nombreux événements historiques qu’il rappelle. En particulier le « Schicksalstag », « jour du destin», celui de la chute du mur de Berlin en 1989. C’est l’occasion de revenir sur le rapport controversé mais manifeste qu’entretient l’extrême droite à la mémoire de cet épisode de l’histoire allemande.

            Les idées d’extrême droite connaissent un retentissement particulier à l’Est depuis la réunification allemande ; c’est ce que montrent les résultats des votes par Land à chaque élection[1] ainsi que la carte des mouvements contestataires. Les événements de la fin août 2018 l’ont une nouvelle fois montré : partie de Chemnitz en Saxe, la vague de manifestations s’est rapidement étendu à la Thuringe et au Brandebourg. Ainsi les citoyens partisans de cette mouvance politique semblent-ils aspirer à un nouvel Octobre 1989.

            L’extrême droite n’est en effet pas étrangère aux références à l’histoire révolutionnaire est-allemande. Celles-ci sont véhiculées notamment par la notion de peuple (« Volk »), dont la droite nationale-populiste exploite copieusement la dimension symbolique : elle permet de renvoyer à des événements fédérateurs dans la mémoire collective nationale. L’un des exemples les plus évidents en est la reprise du slogan de la Révolution de 1989 « Wir sind das Volk  » par ses militants depuis quelques années.

   Le slogan apparaît en octobre 1989, lorsqu’une série de manifestations éclate en République Démocratique d’Allemagne en raison du mécontentement de la population à l’égard du SED. Il s’agit alors de la reprise d’une formule déjà utilisée au XIXe siècle, popularisée par un poème de Ferdinand Freiligrath durant la Révolution de mars 1848 (« Wir sind das Volk, die Menschheit wir, / Sind ewig drum, trotz alledem! »)[2]. En RDA, c’est lors d’une « manifestation du lundi » (« Montagsdemonstration ») à Leipzig le 2 octobre 1989 qu’il est entendu pour la première fois. Ces événements sont initialement organisés sous la forme de «prières pour la paix» (« Friedensgebete »), rassemblements pacifiques de réflexion pour la réorganisation politique du pays à l’initiative de pasteurs de Leipzig, et se déroulent par la suite chaque semaine en protestation contre la répression par la Volkspolizei. Le slogan a contribué à fédérer des milliers de personnes à Leipzig puis dans plusieurs villes de RDA.

Au cours des manifestations, « Wir sind das Volk » devient « Wir sind ein Volk » : les versions concernant le déroulement exact du passage de l’un à l’autre divergent[3], mais il semble que le remplacement du pronom défini par l’indéfini, ou plutôt l’adjectif numéral, ait eu pour but de rallier les forces de police à la cause des manifestants. Ces derniers leur signifiaient ainsi leur appartenance à un seul et même peuple, et leurs intérêts communs. Après la chute du mur de Berlin, c’est cette seconde version qui  est reprise pour traduire l’indivisibilité du peuple et la volonté de réunifier l’Allemagne. La devise « Wir sind das Volk » originelle, quoique moteur indirect de la réunification de 1990, ne revendiquait pas l’abolition de la frontière entre les deux Allemagnes.

            Le slogan est ensuite réutilisé publiquement pour la première fois en 2004 par les opposants aux réformes « Hartz-IV »[4], sous une forme un peu différente, mettant en exergue le pronom « wir » : « Das Volk sind wir » (« Le peuple c’est nous », sous-entendu à l’exclusion du gouvernement). Des « Manifestations du lundi contre la destruction sociale » (Montagsdemonstrationen gegen Sozialabbau) sont alors organisées à l’initiative de mouvements de gauche (notamment le Parti Marxiste-Léniniste d’Allemagne, MLPD). La première a lieu en juillet 2004 à Magdebourg, et d’autres suivent principalement à l’Est, par exemple à Berlin, Iéna, Erfurt ou Eisenach. Elles sont toutefois rapidement infiltrées par des mouvements d’extrême droite et néo-nazis, tels que le NPD (amateur lui aussi du slogan « Wir sind das Volk »), bien que les mouvements initiateurs s’en désolidarisent fermement[5].

L’utilisation du terme « Montagsdemonstration » et la référence au slogan « Wir sind das Volk », vues comme une imposture, déclenchent déjà à l’époque un vif débat dans la société allemande. Dans quelle mesure et avec quelle légitimité l’opposition à une réforme sociale peut-elle être comparée au mouvement qui avait mené à la chute d’un régime dictatorial ? Le Président fédéral d’alors, Joachim Gauck, déclare : « Quand on a de bonnes raisons de manifester, on n’a pas besoin de fausse étiquette » (« Wer gute Gründe für Demos hat, braucht kein falsches Etikett »[6]).

            Dix ans plus tard, le slogan est repris lors d’autres « Manifestations du lundi », celles du mouvement Pegida. Les quatre mots emblématiques apparaissent aussi bien sur des pancartes que dans des discours politiques ou sur les réseaux sociaux, puis également chez les sympathisants de l’AfD.

            Se revendiquer du peuple n’est toutefois pas dénué d’ambiguïté. S’agit-il du peuple « ethnique », ou du peuple citoyen, comme il est entendu dans la loi fondamentale allemande qui utilise parfois le mot « Volk » pour dire « Bürger » ? S’agit-il du peuple par opposition aux élites, ou bien encore du peuple allemand dit « de souche » au sens raciste ?

            Nombreux sont ceux qui se défendent de cette dernière conception en insistant sur une définition culturelle du peuple (ethnos), comme le député fédéral Alexander Gauland, dans son discours d’ouverture du 9e Congrès fédéral du parti AfD le 1er juillet 2018[7]. Selon lui, ceux qui ne partagent pas les mêmes traditions culturelles ne feraient, par essence, pas partie du même peuple, ni de la même « patrie » (on traduit ici « Heimat », qui n’a pas d’équivalent exact en français). Or si cette définition permet de se dédouaner en apparence de tout racisme, elle déplace en réalité le critère d’exclusion, de la « race » à la culture, et ainsi essentialise cette dernière. Un individu issu d’un groupe culturel donné serait nécessairement incapable, par nature, de s’adapter à une autre culture. Ce danger d’une essentialisation de la culture a été mis en évidence par Theodor Adorno en 1975[8], et théorisé ensuite notamment par Etienne Balibar et son concept de «racisme sans races»[9].

            Il s’avère ainsi hasardeux de fonder son discours essentiellement sur la notion de « Volk » sans préciser de contexte ni en mesurer les enjeux. L’historien Michael Wildt[10] suggère même que ce terme serait aujourd’hui inutilisable, car dépassé. Mais l’extrême droite sait tirer profit de l’apparente légitimité que lui confère la formule « Wir sind das Volk » et de la valeur positive de 1989 dans la mémoire collective, liée à l’unité nationale[11].

            De façon générale, le slogan « Wir sind das Volk » est répété et réapproprié car sa symbolique constitue un apport essentiel à l’identité des mouvements politiques. Lorsque les manifestants de Pegida reprennent cette formule dès 2014, ils mettent évidemment à profit sa connotation positive et unificatrice, mais s’identifient également à l’insurrection des citoyens de RDA en tant que peuple uni contre les dérives de leurs dirigeants, contre « die da oben » (« ceux de là-haut »).

En 2004 comme en 2014, le slogan s’adresse donc au gouvernement allemand, auquel les manifestants reprochent un certain nombre de « dérives ». Mais, contrairement au slogan de 1989/90 qui était devenu par la suite une devise unificatrice et l’est resté dans les consciences collectives, celui de 2014 exclut en réalité. Le célèbre slogan s’adresse aussi cette fois plutôt aux migrants, immigrés, et descendants d’immigrés, et ne signifie pas simplement « Nous sommes le peuple », mais « Nous sommes le peuple, et vous n’en faites pas partie ». Le « Wir sind das Volk » contemporain, du moins tel qu’il est entendu par l’extrême droite, reflète donc tout le paradoxe de la notion de peuple-volk : elle inclut et constitue un groupe qui, nécessairement, exclut ce qui lui est étranger. Le peuple, fourre-tout dialectique des mouvements populistes, dit ce qu’on veut lui faire dire. Unir, diviser, exclure : il est plurivoque, et c’est ce qui le rend si propre à être recyclé. Le peuple est mort, vive le peuple !


[1]     Le site fédéral bundeswahlleiter.de fournit les résultats des élections législatives depuis 1949 : https://www.bundeswahlleiter.de/dam/jcr/397735e3-0585-46f6-a0b5-2c60c5b83de6/btw_ab49_gesamt.pdf

On prêtera une attention particulière aux résultats des partis DP, NPD, REP, Schill puis AfD en fonction des années.  Voir aussi : https://fr.statista.com/infographie/11326/le-vote-afd-en-allemagne/  (Consultés le 26/10/2018)

[2]     Wurst Alain-Xavier, 10 octobre 2009, « « Nous sommes le peuple! », ce slogan qui changea le monde », nouvelobs.com, consulté le 17/08/2018 https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-cousins-germains/20091010.RUE8514/nous-sommes-le-peuple-ce-slogan-qui-changea-le-monde.html

[3]     Fischer Vanessa, 29 septembre 2005, «  »Wir sind ein Volk » : Die Geschichte eines deutschen Rufes », deutschlandfunkkultur.de, consulté le 17/08/2018  https://www.deutschlandfunkkultur.de/wir-sind-ein-volk.1001.de.html?dram:article_id=155887

[4]     https://www.zeit.de/2004/36/Montagsl_8aufer/komplettansicht

[5]     http://www.montagsdemo-reutlingen.de/grundsatz/grundsatz.htm

[6]     https://www.berliner-zeitung.de/joachim-gauck-nennt-die-hartz-iv-proteste-berechtigt–sieht-aber-einen-grundlegenden-unterschied-zum-herbst-1989–wer-gute-gruende-fuer-demos-hat–braucht-kein-falsches-etikett–15899378

[7]     System Crash, 19 juillet 2018, « AfD Gauland * Bevölkerungsaustausch VERHINDERN // System Crash », youtube.com, consulté le 17/08/2018, https://www.youtube.com/watch?v=o3AyeqhiNdI

[8]     « Das vornehme Wort Kultur tritt anstelle des verpönten Ausdrucks Rasse, bleibt aber ein bloßes Deckbild für den brutalen Herrschaftsanspruch. » : « Le noble mot « culture » remplace l’expression proscrite de « race », mais reste le simple déguisement de brutales prétentions de domination. » , Adorno Theodor W., Schuld und Abwehr. Gesammelte Schriften Band 9/2, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag, 1975

[9]     Balibar Étienne, 1992, « Le mot race n’est pas « de trop » dans la Constitution française », In: Mots, n°33, décembre 1992, pp. 241-256

[10]   Wildt Michael, 2017, Volk, Volksgemeinschaft, AfD, Hamburg, Verlag Hamburger Edition, Hamburg (Kleine Reihe)  

[11]   Holtmann Everhard, Jaeck Tobias, 7 août 2015, « Was denkt und meint das Volk? Deutschland im dritten Jahrzehnt der Einheit », bpb.de, consulté le 17/08/2018  http://www.bpb.de/apuz/210548/was-denkt-und-meint-das-volk-deutschland-im-dritten-jahrzehnt-der-einheit?p=all


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.