Compte rendu : Thomas Höpel, Opposition, Dissidence et “Resistenz” à Leipzig, 1945-1989

Thomas Höpel, Opposition, Dissidenz und Resistenz in Leipzig 1945-1989, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2018, 229 p.

Un compte rendu rédigé par Anne-Marie Pailhès.

Thomas Höpel, historien spécialiste de l’histoire culturelle des villes, vient de publier un volume sur un sujet proche de celui des germanistes Hélène Camarade et Sibylle Goepper, Résistance, dissidence et opposition en RDA (1949-1990)  paru en 2016. Dans une collection consacrée ici à l’histoire de Leipzig, et placée sous l’égide du maire de la ville, ce volume est le premier qui concerne exclusivement la ville pendant l’après-guerre et l’époque de la RDA (Les quatorze autres survolant la plupart du temps les siècles à partir de thématiques générales). Cette époque est abordée en premier lieu, comme c’est souvent le cas dans la recherche allemande actuelle, sous l’angle de la dictature et de la répression. Continuer la lecture de « Compte rendu : Thomas Höpel, Opposition, Dissidence et “Resistenz” à Leipzig, 1945-1989 »

A écouter – Anne-Marie Pailhès : Revenir à la terre en Allemagne de l’Est dans les années 1990 : l’exemple des jardins des communautés alternatives

Une communication à écouter sur la “forge numérique” de l’université de Caen, donnée dans le cadre du séminaire Organisation et réorganisation des espaces culturels : politiques et représentations de l’équipe de recherche sur les littératures, les imaginaires et les sociétés (ERLIS). Organisation : Hildegard Haberl.

http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/forge/5236

Fichier audio à écouter ou télécharger

Résumé

La chercheuse présente des expériences alternatives d’autosubsistance grâce à des jardins potagers, au sein de communautés créées en Allemagne de l’Est après la chute du Mur en 1990, en les replaçant dans le contexte plus large de ce qui serait un « retour à la terre » dans la culture alternative. Elle rappelle tout d’abord les expériences de communautés rurales qui ont existé en RFA dans les années 1970. Puis elle souligne les moyens spécifiques d’accès à la terre et à des espaces maraîchers en ex-RDA au cours des années 1990, après la réunification allemande et la privatisation des biens communs de la RDA. Enfin elle aborde les principes et les sources de l’autosuffisance au potager pour brosser finalement un portrait actuel de ces tentatives de « permaculture » au bout d’une vingtaine d’années d’existence. Ses recherches résultent d’un travail d’une dizaine d’années sur ces communautés de l’Est depuis 1990 et s’appuient sur des entretiens biographiques menés dans cinq d’entre elles entre 2006 et 2016 : Hof Ulenkrug (Mecklembourg, réseau Longo maï), Sieben Linden (Saxe-Anhalt), Lebenstraum Jahnishausen (Saxe), Klosterdorf ÖkoLea (Brandebourg) et Lebensgut Pommritz (Saxe).

Un parfum de Guerre froide : Louis-Bernard Robitaille, Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu

Louis-Bernard Robitaille

Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu

Editions Noir sur Blanc, Lausanne, 2017, 144 p.

http://www.leseditionsnoirsurblanc.fr/bouffees-d-ostalgie-louis-bernard-robitaille-9782882504456

A la lecture du titre de cet ouvrage, on pourrait croire que prévaut une sincère nostalgie d’un monde communiste disparu, dans ces chroniques du journaliste franco-québécois Louis-Bernard Robitaille, qui déclare être « originaire d’un continent étranger à toute idéologie » (p. 14). Le lecteur se permettra de douter de cette absence totale d’idéologie sous sa plume en découvrant des pages où il est sans cesse question de « prison » ou de « caserne » pour décrire les endroits parcourus.

Le sentiment d’« ostalgie » ne peut être ainsi réinterprété et réduit à un simple discrédit jeté sur une cinquantaine d’années d’histoire de la partie orientale de l’Allemagne. Comme le rappelait Jean Mortier : Continuer la lecture de « Un parfum de Guerre froide : Louis-Bernard Robitaille, Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu »

Leipzig : une galerie de portraits … à trous, ou la démocratie à géométrie variable

Alors qu’à l’échelle nationale, les deux plus grands partis allemands s’efforcent d’aplanir leurs différends pour donner un gouvernement à un pays qui n’en a plus depuis le mois de septembre 2017, l’entente cordiale n’est toujours pas à l’ordre du jour dans les villes est-allemandes : les conflits liés à l’appréciation du passé spécifique de l’Allemagne de l’Est sont prêts à ressurgir à la moindre réévaluation publique perçue de part ou d’autre comme une provocation.

A Leipzig, c’est la nouvelle galerie de portraits des maires de la ville qui déclenche la polémique. En effet, comme c’est souvent l’usage dans les grandes cités, la métropole saxonne veut orner son hôtel de ville d’une galerie honorant ceux qui l’ont dirigée depuis l’établissement de la démocratie, ou de ce qui est considéré comme tel par les autorités municipales. Cette galerie, récemment inaugurée par le maire en poste (Burkhard Jung, social-démocrate), présente des portraits photographiques de sept maires ayant officié entre 1877 et 1937, puis entre 1990 et 2005. Continuer la lecture de « Leipzig : une galerie de portraits … à trous, ou la démocratie à géométrie variable »

La fille qui venait d’un pays disparu. La chute du Mur vue de l’Est – Saskia Hellmund

La fille qui venait d’un pays disparu

La chute du Mur vue de l’Est

Saskia Hellmund,  Paris, éd. Les points sur les i, 2015, 77 pages

Compte rendu rédigé par Magali Ksibi, étudiante en master 2 Kulturwissenschaften, Université Paris Nanterre

L’auteur de cet ouvrage, Saskia Hellmund, est née en 1974 en Thuringe en République démocratique allemande (RDA), un pays aujourd’hui disparu. C’est de cette perte éminemment douloureuse qu’il est question à travers ce récit autobiographique publié en 2015 aux éditions Les points sur les i. L’ouvrage a été rédigé uniquement en français, car l’auteur souhaitait l’offrir « aux Français désireux d’apprendre et de comprendre la complexité des évènements historiques. » En effet, vingt-cinq ans plus tôt, la chute du Mur de Berlin bouleversait profondément tout un peuple. Continuer la lecture de « La fille qui venait d’un pays disparu. La chute du Mur vue de l’Est – Saskia Hellmund »

Unterleuten/ Brandebourg de Juli Zeh

Un compte rendu rédigé par Anne Plet, étudiante en master 2 KulturWissenschaften de l’Université Paris Nanterre

Juillet 2010.  Sous une chaleur caniculaire, un certain Monsieur Pilz, employé de la société d’énergie éolienne « Vento  Direct », vient à Unterleuten, village du Brandebourg, pour annoncer à ses habitants un projet de construction d’éoliennes dans leur commune. Ce projet déclenche l’ouverture des hostilités dans le village : vont alors s’affronter sans pitié les partisans des éoliennes et leurs opposants, sur fond de vieilles rancœurs villageoises. C’est ce drame que nous raconte Juli Zeh dans son roman, paru en Allemagne en 2016 et en traduction française en 2017. Continuer la lecture de « Unterleuten/ Brandebourg de Juli Zeh »

Madgermanes, une BD de Birgit Weyhe

Birgit Weyhe, Madgermanes, Paris, Cambourakis, Collection Bande dessinée, 2017, 240 p.

Un compte rendu rédigé par Adèle Grondin, étudiante en master 2 KulturWissenschaften, Université Paris Nanterre

 

“Was ist Heimat?”, “Qu’est ce que la terre natale ?” C’est une interrogation sur l’origine et l’identité qui domine dans cette bande-dessinée de Birgit Weyhe.

Ayant passé une grande partie de sa jeunesse en Afrique de l’Est, l’auteure a elle-même été confrontée à ces questions d’identité nationale. Elle a été profondément touchée par le destin  de ceux qui se nomment eux-mêmes les “Madgermanes”, les Made in Germany, ces milliers de Mozambicains déracinés, envoyés en ex-RDA à partir de la fin des années 1970 en réponse à un appel de main d’œuvre. Après avoir récolté de nombreux témoignages, elle raconte leur histoire à travers trois personnages fictifs, José, Basilio et Anabella.

Grâce à un style très épuré (la dessinatrice n’utilise que trois couleurs, le blanc le noir et le marron) et des bulles d’une grande simplicité, Birgit Weyhe décrit l’expérience et les nombreuses désillusions de ces trois personnages. D’abord enthousiastes à l’idée de découvrir l’Europe de l’Est, de trouver un travail et de fuir la misère du Mozambique, les personnages se retrouvent non seulement confrontés à un changement de climat important auquel ils n’étaient pas préparés, mais aussi à un accueil hostile, loin de la “solidarité” promise par l’ex-RDA. Les personnages se heurtent rapidement à des mentalités différentes : la ponctualité, les règles de vie strictes mais aussi le racisme font désormais partie de leur quotidien. “Je n’étais pas chez moi” est une phrase récurrente dans les témoignages des Madgermanes cités dans l’ouvrage. Mais le retour au pays est lui aussi difficile : la guerre civile du Mozambique étant terminée depuis 1992, ceux qui y retournent retrouvent un pays décimé, des familles anéanties. Ils sont accueillis en étrangers, parfois même en lâches (Drückeberger) car ils ne reviennent qu’après la guerre. Continuer la lecture de « Madgermanes, une BD de Birgit Weyhe »

Sociologie de Berlin, de Denis Bocquet et Pascale Laborier

Compte rendu d’ouvrage

Denis Bocquet, Pascale Laborier, Sociologie de Berlin, Repères, La Découverte, 2016, 126 p.

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Sociologie_de_Berlin-9782707176899.html

Dans quelle mesure la partition Est-Ouest de la ville de Berlin se décrypte-t-elle encore à travers une photographie sociologique de la ville, plus de 27 ans après la chute du Mur et l’unification allemande ? C’est une question qui peut servir de fil conducteur à la lecture de cet ouvrage dans le cadre de ce carnet de recherche. On sait que depuis 2001, les autorités n’ont plus souhaité tenir de statistiques séparées Est-Ouest sur la ville, il faut donc se référer aux chiffres disponibles par arrondissement pour y déceler d’éventuelles disparités héritées. Continuer la lecture de « Sociologie de Berlin, de Denis Bocquet et Pascale Laborier »

Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001

           Compte rendu d’ouvrage

Daniel Argelès  Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001. Septentrion, 2017. Collection Mondes germaniques.

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100094640

Pour la première fois en France, un ouvrage complet présente l’œuvre de l’écrivain allemand Klaus Schlesinger, auteur qui a connu plusieurs régimes politiques, Troisième Reich, Allemagne occupée, RFA, RDA et Allemagne unifiée. Les années déterminantes de son existence se sont cependant déroulées en RDA, pays où est née sa vocation et où il est devenu écrivain. Et qu’il a quitté en 1980, à la suite de l’affaire Biermann de 1976, avec cependant un visa permanent. Continuer la lecture de « Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001 »

Pascale Hugues, “RDA, mon amour”

La journaliste et écrivaine française Pascale Hugues publie dans son dernier ouvrage, Was ist das ? Chroniques d’une Française à Berlin (2017), un chapitre consacré à la RDA, sous le titre « RDA, mon amour ».  Il s’agit d’une nouvelle variation sur la fascination exercée par la RDA sur les intellectuels français. La découverte qu’elle décrit a cependant lieu très tardivement, in extremis, après la chute du Mur, au printemps 1990, lorsqu’elle est envoyée en reportage en RDA profonde (sans doute par le quotidien Libération, même si elle ne le précise pas dans son récit). Auparavant, les correspondants français n’avaient en effet guère quitté leurs bureaux berlinois… Pascale Hugues en convient lorsqu’elle reconnaît que même alsacienne, elle ne connaissait de l’Allemagne que l’Allemagne de l’Ouest « …c’est à ce moment précis que nous découvrîmes, nous les Français, une autre Allemagne. Car notre Allemagne à nous, c’était l’Allemagne de l’Ouest ( …) Des villes cossues et bien ordonnées, des quartiers entiers reconstruits en vitesse et sans grâce après la guerre, des Mercedes-Benz garées le long des trottoirs… ». Elle ajoute « Voilà pourquoi les premiers mois en RDA furent pour moi un enchantement », et plus loin : « Et je tombai amoureuse de la RDA ». Avec beaucoup d’humour et de finesse, elle décrit ses pérégrinations dans la RDA profonde, ses repas de camembert à la gelée de groseille, ses nuits sur les canapés d’inconnus qui l’hébergent spontanément, le « lac d’argent » de Bitterfeld, la beauté de Görlitz, la fièvre contagieuse qui accompagnait tous les changements : « Ce furent les plus belles années de mon travail de journaliste ». Continuer la lecture de « Pascale Hugues, “RDA, mon amour” »