Compte rendu : Steffen Mau , Lütten Klein. Leben in der ostdeutschen Transformationsgesellschaft. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2019

La micro-étude sociologique de Steffen Mau sur le quartier de Lütten Klein[1], une banlieue de Rostock faite d’immeubles collectifs en préfabriqué construits dans les années 1970 (on appelait ce type de constructions un Plattenbau) a été un best-seller en Allemagne et vient d’être traduite en français (Éditions de la MSH, traduction de Christophe Lucchese). Outre le fait que cette étude soit très riche et très bien écrite, elle arrive au bon moment : il y a un besoin de plus en plus net en Allemagne de promouvoir dans l’espace public un discours nuancé sur la RDA. L’ouvrage pose la question centrale de la manière dont on met en récit le passé. Si l’on racontait l’histoire de la RFA en se centrant uniquement sur la répression des homosexuels, les élites nazies qui continuent d’être influentes, la police, la RAF, les Zwangserziehungsheime (maisons de redressement), tout le monde s’écrierait : certes, mais ce n’était pas que cela, la RFA. Et cela vaut aussi pour la RDA. D’où l’importance d’ouvrages tels que celui-ci pour raconter l’histoire de la RDA sans « verklären », c’est-à-dire sans minimiser le caractère répressif et dictatorial du régime, mais aussi sans jugements à l’emporte-pièces. En ce sens, ce livre est aussi une façon de « se confronter à la façon dont on s’est confronté » à l’histoire de la RDA (« die Aufarbeitung der Aufarbeitung der DDR-Geschichte », pour reprendre le terme de l’historien Karsten Krampitz qui est d’ailleurs cité[2]). Continuer la lecture de « Compte rendu : Steffen Mau , Lütten Klein. Leben in der ostdeutschen Transformationsgesellschaft. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2019 »

Soutenance HDR sur l’histoire culturelle de la RDA le 23 novembre 2018

La soutenance d’HDR de madame Elisa GOUDIN (membre du CEREG ) aura lieu le 23 novembre 2018 à partir de 10h à l’Université de Paris 4 centre Malesherbes, au 108 boulevard Malesherbes dans le 17ème arrondissement.

Le titre est le suivant : “Pour une socio-histoire des politiques culturelles en RDA et dans les nouveaux Länder : histoire du quotidien et histoire des politiques publiques”. La nouvelle recherche porte sur une institution qui a existé entre 1953 et 1990 en RDA et s’appelait Berliner Haus fur Kulturarbeit, elle était chargée d’encadrer le travail des collectifs artistiques dans les “entreprises du peuple” de Berlin-Est et de gérer la politique mémorielle de la ville, comme les 750 ans de Berlin en 1987 par exemple. Basée sur les archives de cette institution, l’étude utilise les outils de la socio-histoire et de l’histoire du quotidien. Les stratégies d’adaptation et d’évitement dans les pratiques quotidiennes, ainsi que le rapport de cette institution au Parti et plus généralement à la doctrine marxiste, ont pu être mis au jour. Au total, cette étude montre que le Parti n’a jamais eu une mainmise totale sur la politique culturelle de la RDA, en dépit des moyens mis en oeuvre dans ce domaine.

Le jury sera composé de Madame Hélène Miard-Delacroix (garante), madame Hélène Camarade, monsieur Emmanuel Droit, madame Dominique Herbet, monsieur Armin Owzar, et monsieur Hans Stark.

Madame Elisa GOUDIN ( l’une des rédactrices de ce carnet en ligne) est l’auteur d’un article sur l’extrême-droite dans les nouveaux Länder sur ce site :

https://allemagnest.hypotheses.org/tag/extreme-droite

Lien vers sa page personnelle : http://www.univ-paris3.fr/mme-goudin-steinmann-elisa-22236.kjsp

La nouvelle extrême-droite allemande : les spécificités des nouveaux Länder

Les élections qui se sont tenues dimanche 24 septembre en Allemagne ont montré une percée de l’extrême-droite, notamment dans les nouveaux Länder. Nous proposons de revenir sur cette nouvelle extrême droite allemande, sur le type de discours et de rapport à l’histoire allemande qu’elle porte.

Le Parti AfD (i.e. Alternative für Deutschland, Alternative pour l’Allemagne) a obtenu 12,6% des voix, soit une progression de 7,9% par rapport aux dernières élections en 2013[1]. Ce score, au-delà des sondages les plus pessimistes, va permettre à cette formation politique d’extrême-droite d’être représentée au Parlement allemand avec 94 députés. C’est une première : grâce à la règle des 5% mise en place en 1949 pour tirer les leçons de l’échec de la République de Weimar, un Parti ne peut avoir de députés que s’il obtient 5% des voix ou 3 mandats directs, et aucune formation d’extrême-droite n’avait jusqu’à ce dimanche 24 septembre 2013 rempli ces critères. Continuer la lecture de « La nouvelle extrême-droite allemande : les spécificités des nouveaux Länder »