Un segment de mur de Berlin à Chicago

Un segment de mur de Berlin à Chicago

Anne-Laure Daux-Combaudon

À l’heure de partir en vacances, pourquoi ne pas envisager un tour du monde des segments du mur de Berlin répartis sur la planète entière ? Il existe en effet plus de 300 segments du Mur dispersés sur les cinq continents du globe[1]. On en trouve en France et dans plusieurs autres pays européens (12), mais aussi en Afrique du Sud, en Australie, en Argentine, au Costa-Rica, au Mexique, au Canada et aux États-Unis – 23 États, 44 segments.

Dans l’État de l’Illinois (États-Unis), à Chicago, un segment du mur de Berlin est exposé depuis 2008 dans la station de métro Western Station sur la brown line (ligne marron), dans le quartier de Lincoln Square. “Exposé” n’est pas tout à fait le mot juste : le segment du Mur est plutôt posé, presque oublié. On s’étonne d’abord de la présence d’un morceau de ce mur historique sur le territoire américain, on s’interroge sur sa raison d’être à cet endroit, on est surpris aussi par sa présence dans un espace public.

La ville de Chicago s’est vu offrir un segment du mur de Berlin par le gouvernement de Berlin en 2006. Le geste visait à remercier les États-Unis d’avoir aidé à sécuriser la liberté de Berlin et le processus de réunification[2]. Le choix de l’emplacement relève de l’initiative conjointe du consul général allemand Wolfgang Drauz, du maire du 47ème district de Chicago Gene Schulter et du président de la société des transports de Chicago (the Chicago Transportation Society, CTA) Ron Huberman. Objectifs touristiques (attirer plus de monde dans le quartier) et économiques (attirer plus de monde sur la ligne de métro) se mêlent aux questions de mémoire. Les associations allemandes et germano-américaines ont soutenu le projet. Continuer la lecture de « Un segment de mur de Berlin à Chicago »

1. Dirk Oschmann – L’Est, une invention de l’Ouest ? Bonnes feuilles en français. Préface

L’ouvrage de Dirk Oschmann sur l’Allemagne de l’Est continue d’être au centre de la discussion sur les rapports entre Est et Ouest. Après un compte rendu de l’ouvrage, paru ici en 2023, nous vous proposons, avec l’accord de l’auteur et de son éditeur (Ullstein), quelques bonnes feuilles marquantes de cet essai qui n’a pas encore été publié en français.

Ces traductions ont été élaborées avec des étudiants du master MEEF de l’Université de Paris Nanterre, sous la direction d’Anne-Marie Pailhès. Nous vous présentons cinq extraits, qui font l’objet de cinq publications distinctes dans ce carnet de recherches.

1. Préface

Préface[1]

Ce petit livre est la version longue d’un article sur l’imbroglio interallemand que j’ai publié le 4 février 2022 dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung sous le titre Wie sich der Westen den Osten erfindet (Comment l’Ouest s’invente l’Est). La nature et l’abondance des réactions publiques et privées suggèrent qu’il convient non seulement de compléter et de préciser l’argumentation, mais aussi de mettre en lumière les antécédents et les suites de l’article. Elles invitent en outre à contredire explicitement et d’emblée une erreur d’interprétation apparue ça et là, à savoir que je plaiderais pour une “identité de l’Est” spécifique : c’est le contraire qui est vrai. Il s’agit ici, pour reprendre un mot du philosophe français Jacques Rancière, de “désidentification”. Par ailleurs, il a occasionnellement été reproché à l’article de “manquer de nuance”. Mais ici, nuancer revient à ne s’intéresser qu’à l’arbre qui cache la forêt. Or il est grand temps de rappeler la forêt à notre bon souvenir.

Cela semble d’autant plus important qu’il y va de l’état de crise dans lequel se trouve la démocratie elle-même, voire de ses chances de survie en Allemagne. La rapidité avec laquelle les démocraties peuvent subir des dommages immenses a malheureusement déjà été observée ces dernières années dans des pays voisins limitrophes, sans parler du nombre croissant de dictatures dans le monde. Si, en Allemagne, on ne parle pas de manière fondamentalement différente de l'”Ouest” et de l'”Est”, et surtout si les ostracismes systématiques et les sévères discriminations politiques, économiques et sociales dont l’Est fait l’objet depuis plus de 30 ans ne cessent pas, ce pays n’a aucune perspective de stabilité sociale à long terme. Pour cela, il faut enfin comprendre à quel point nous sommes désormais parvenus. C’est ce point qu’il s’agit de regarder en face. Pourtant, les choses sont si évidentes qu’il suffit de les dire franchement une bonne fois pour toutes. Au fond, je n’avance rien de nouveau. On peut déjà savoir tout cela, pour peu qu’on ait eu envie de le savoir. Mais peut-être sera-t-il possible de redire certaines choses autrement et de les mettre plus vivement en lumière.

 

Leipzig, novembre 2022

Dirk Oschmann

Traduction : Tychique Joao

[1] p.8-9 de l’édition allemande.

 

 

2. Dirk Oschmann – Quelle histoire allons-nous raconter ?

  1. Quelle histoire allons-nous raconter ?[1]

Dans le même temps, je voudrais tout d’abord dire que je ne suis ni politologue de formation, ni sociologue, ni historien, mais spécialiste de littérature. Les objets que j’étudie, à quelques exceptions près, appartiennent à la littérature allemande entre 1750 et 1933 ; mes intérêts de recherche sont par conséquent très éloignés du sujet de ce livre. Je parle ici en tant que profane dont l’expertise se résume à être un observateur participant de longue date. Cela signifie aussi parler de moi d’une façon telle qu’autobiographie et observation participante se lient entre elles, comme on le pratique en ethnographie. Ce procédé, qui consiste à relier « les trajectoires individuelles et collectives »[2], peut être très éclairant, comme le montrent les ouvrages correspondants de sociologues, comme Pierre Bourdieu et Didier Eribon en France ou Oskar Negt et Steffen Mau[3] en Allemagne, ainsi que des autofictions récentes comme celles d’Annie Ernaux, de Gerhard Neumann ou de Christian Baron[4]. Avec Hegel, on peut encore légitimer philosophiquement ce lien entre l’histoire subjective et l’analyse sociale, dans la mesure où il constate qu’il faut devenir entièrement subjectif pour pouvoir devenir entièrement objectif, car c’est dans les généralités qu’apparaissent les particularités. Continuer la lecture de « 2. Dirk Oschmann – Quelle histoire allons-nous raconter ? »

3. Dirk Oschmann – Hommes de l’Est

Dirk Oschmann commente ici la couverture publiée par l’hebdomadaire Der Spiegel en 2019.

Il est comme ça, l’homme de l’Est![1]

Je voudrais attirer l’attention sur trois aspects de cette couverture. Tout d’abord sur le verbe « ticken », « fonctionner », qui, dans l’usage habituel du terme, ne laisse pas présager quoi que ce soit de de bon. Soit on l’utilise pour dire de quelqu’un qu’il « est à côté de la plaque», ou bien qu’une bombe à retardement, « tickt », c’est-à-dire « fait tic-tac ». Les deux dimensions du terme sont ici mobilisées pour signifier que l’Est doit tout d’abord être conçu comme une variante pathologique, et donc, subséquemment, comme quelque chose d’extrêmement dangereux. Continuer la lecture de « 3. Dirk Oschmann – Hommes de l’Est »

4. Dirk Oschmann – Les élites

  1. Elites[1]

Dans le cadre d’une nouvelle étude, on aurait maintenant découvert que la véritable raison pour laquelle les Allemands de l’Est n’occupent pas de postes importants dans les élites ne doit pas être recherchée du côté des Allemands de l’Ouest, mais chez les Allemands de l’Est eux-mêmes, qui ne s’intéresseraient pas du tout aux postes de direction et auraient peur des responsabilités, qui seraient en général trop paresseux et trop satisfaits de ce qu’ils ont, et se contenteraient donc du deuxième et du troisième rang ! C’est vraiment trop beau pour être vrai, et c’est surtout une mauvaise excuse ! Il est vraiment étonnant que personne n’y ait pensé jusqu’ici. Mais bien sûr, comme d’habitude, c’est de la faute du « Ossi » : le concept magique est celui de l’« automarginalisation ». En outre, les Allemands de l’Est, selon les auteurs de cette étude dont un article en ligne rend compte, aimeraient « moins le risque » et n’auraient pas appris à « aspirer à faire partir des élites »[2]. S’offrir le luxe d’une explication si belle et si convaincante, voilà qui n’est probablement possible que pour qui est bien assis dans un fauteuil Charles Eames, et par-dessus le marché, le néolibéralisme y trouve tout à fait son compte. On sait depuis longtemps déjà que « l’Allemand de l’Est » est paresseux et incompétent, Continuer la lecture de « 4. Dirk Oschmann – Les élites »

5. Dirk Oschmann – La démocratie.

Démocratie[1]

L’Est se fait régulièrement reprocher sa « compréhension défaillante de la démocratie », ou bien il est même, à cause de sa socialisation par la dictature de la RDA, de temps à autre tout bonnement déclaré dépourvu de toute « aptitude démocratique[2] ».  L’historien Per Leo, né à l’Ouest, invoque la « fierté dominatrice de l’Ouest » quand il est question de démocratie, et parle du fait « qu’un climat d’intimidation morale s’est répandu à partir de l’Ouest, une ambiance dans laquelle on perçoit en permanence l’Est comme l’Autre de la démocratie ». A cela on pourrait ajouter dans un premier temps qu’il n’est pas nécessaire d’expliquer à des gens qui ont mis à genoux une dictature, pour certains en courant de grands risques personnels, ce qu’est la démocratie. On pourrait même dire que c’est l’Est qui comprend le mieux la démocratie, étant donné qu’il a dû se battre pour l’obtenir au lieu de la recevoir en cadeau des Américains. Ou bien comme Klaus Wolfram le dit : « Jamais aucun Allemand de l’Est n’a eu de mépris pour la démocratie, pas avant 1989 et encore moins après – c’est juste qu’il la reconnaît avec plus de précision, qu’il la perçoit de manière plus personnelle[3]. » Pourtant, l’Ouest essaye sans cesse de délégitimer les expériences politiques de l’Est, précisément parce qu’elles sont réputées ne consister qu’en expériences de la dictature. « L’historiographie moderne de la démocratie est, plus que toute autre, un récit écrit par les vainqueurs. Continuer la lecture de « 5. Dirk Oschmann – La démocratie. »

Les animaux et le Mur

Avec l’accord de son éditeur (Christoph Links, Berlin), l’historienne Astrid Eckert nous permet de publier la traduction d’un extrait de son ouvrage (Astrid Eckert, Zonenrandgebiet, Westdeutschland und der Eiserne Vorhang, Berlin, Links, 2022, 560 p. « Zone frontalière marginale – L’Allemagne de l‘Ouest et le Rideau de fer »).[1].

Il est ici question d’un aspect particulièrement méconnu de la période de partition de l’Allemagne : les conséquences de l’existence du Rideau de fer sur la faune, sauvage ou domestique, entre 1961 et 1990.

Cet extrait a été traduit par les étudiants du master MEEF de l’université Paris Nanterre, Ulf Clerwall et Tychique Joao, sous la direction d’Anne-Marie Pailhès. Merci à Sylvie Le Grand et Julien Beaufils pour leur relecture.

 

Plus les installations frontalières ont été étendues, plus les conséquences pour la faune ont été importantes. Les animaux, souvent négligés dans l’historiographie, jouent un rôle central en tant qu’« acteurs » dans ce chapitre, non seulement parce que leur présence le long de la frontière a influencé la perception de la ligne de démarcation, mais aussi parce que leur comportement a eu des conséquences concrètes sur le développement des installations frontalières.

Animaux du Rideau de fer

Alors que les oiseaux avaient trouvé des possibilités de tirer profit du Rideau de fer, la situation était bien différente pour les mammifères. Tant que les installations frontalières ne consistaient qu’en un simple barbelé, le monde des animaux pouvait coexister avec elles. La première génération des barrières, telles qu’elles ont été mises en place après mai 1952, ne constituait aucun obstacle pour les êtres vivants de petite taille, ils se glissaient simplement entre les fils. Comme les barrières faisaient obstacle aux passages habituels de la faune, les animaux couraient le long de la clôture jusqu’à trouver une ouverture. La barrière d’origine faisait à peine un mètre et demi de haut et un cerf adulte pouvait la franchir sans peine en sautant. Après le renforcement de la frontière interallemande à la suite de la construction du Mur de Berlin, les barrières frontalières empêchèrent toujours plus efficacement la traversée des personnes, et par là-même, rendirent également impossible la migration des mammifères. La pire nouveauté pour le monde animal, à ce moment-là, fut l’installation de champs de mines. Les troupes frontalières reçurent l’ordre d’installer des mines terrestres – un travail traître qui coûta également la vie à quelques appelés. Certes, elles étaient censées exploser sous les pas des « fuyards de la république », mais même des lièvres et des renards pouvaient déclencher ces engins mortels. Ainsi commença le massacre de la faune dans les années 1960. Continuer la lecture de « Les animaux et le Mur »

Un hommage de Gabriele Eckart à Elke Erb. Texte inédit – en allemand.

Foto: SWR Kultur

Als Elke 2020 mit dem Büchner-Preis ausgezeichnet wurde, jubelte ich. Erzählte meinem Mann von ihr und dem Preis. Wir öffneten eine Flasche Sekt und stießen auf ihre Gesundheit an.

Ein Text von Gabriele Eckart

Elke Erb

Fünfzehn Minuten lief ich zu ihr in die Rheinsberger Straße. Durch grauschwarze Straßen, Kohlen wurden ausgefahren, Braunkohlenbriketts, die in Staub zerfielen, wenn ich sie nur mal scharf ansah. Rußig alles. So gut es ging, hatte man sich hier in den abgenutzten und vom Krieg beschädigten Häusern eingerichtet, die meisten Wohnungen hatten noch Außentoiletten. Verschlissen alles. Stimmen Betrunkener lärmten durch den düsteren Nachmittag, dazwischen erhaschte mein Ohr das metallische Zirpen eines Musikinstruments, das aus einem geöffneten Fenster kam. Prenzlauer Berg, der meinem Gefühl nach unglückseligste Stadtbezirk dieser Hauptstadt. Ganz anders sah Elke das, für sie war es der Beste. Zum Dichten ideal. Continuer la lecture de « Un hommage de Gabriele Eckart à Elke Erb. Texte inédit – en allemand. »

Daniel Argelès – Les odeurs de ma vie

Nous prolongeons notre exploration des odeurs de la RDA par la publication d’un texte inédit de Daniel Argelès.

Notre rédacteur Daniel Argelès enseigne la langue et la culture allemande à l’École Polytechnique. Il est l’auteur d’une thèse sur Klaus Schlesinger, d’articles universitaires et d’ouvrages sur la littérature allemande, de traductions littéraires de l’allemand et de nouvelles. Il réserve aux lectrices et lecteurs de ce carnet la primeur de ce texte dans lequel les odeurs de la RDA jouent un rôle important.

Les odeurs de ma vie

Des franges dans la lumière, qui vibrent sous son souffle. Un liseré blanc, des fils beiges tressés au bout d’un pompon. Une odeur de gomme ou de mastic, quelque part entre chantier et hôpital. Les veinules grisées d’un lino, froid contre sa joue. Son épaule droite le lance, il a le muscle du bras endolori. Il soupire et son souffle fait danser la pointe d’un pompon sous ses yeux. Au-delà de la bande de lumière commence l’ombre. Quelque chose peut-être s’y tient tapi, puissances sourdes, comme dans son enfance. Ce goût de sang lorsqu’il avale. S’est-il cassé quelque chose, mordu la langue ? Comment est-il tombé ?

Martin se soulève sur un coude, écarte la poignée rétractable de la valise qui lui meurtrissait l’épaule. Il roule sur le dos, repousse dans un corps à corps maladroit le bagage dont la coque lui froisse les côtes. Une rangée d’extincteurs le fixe depuis le plafond. Il entend le souffle de l’air conditionné, troublé par un léger bruit de moteur, signe d’une machine mal entretenue. Oui, c’est cela, le souvenir lui revient : Chicago, salon de la clim’. Une journée mal engagée, les flyers oubliés, l’ordi qui ne reconnaît pas le projo. La réservation d’hôtel ratée. Sa secrétaire, hystérique au téléphone. « Comment ça, plus de place au Hilton ? Mais ils avaient confirmé ! » Leur prise de bec. « Tu te débrouilles, tu me trouves quelque chose ! » Coups de fil stressés, hôtel de rechange, au centre-ville quand même. L’éreintement d’une journée d’expo, mal de tête, abus de donuts et de mauvais café. Cartes de visite, pitchs commerciaux. Deux signatures quand même, dont cette boîte d’électronique, dans le Minnesota. Puis la navette pour le centre-ville, entouré d’une vingtaine de confrères bavards. Le front de lac, le haricot métallique, le pont-levis sur la rivière, la trouée de lumière entre les gratte-ciel. L’arrêt devant la statue géante de Marilyn, attraction de l’année, la moitié des gars voulaient se prendre en photo. Un vertige, déjà, dans l’air étouffant de la place. Continuer la lecture de « Daniel Argelès – Les odeurs de ma vie »

Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Par Camille Grapa, diplômée du master Métiers de la culture dans le domaine franco-allemand, Université Sorbonne Nouvelle.  Elle a rédigé un mémoire sur ce sujet sous la direction de Jean-Louis Georget.

Le présent article résulte d’un travail de master et d’une enquête sur les dispositifs olfactifs des expositions allemandes contemporaines, qui avait abouti à une première typologie de ces manifestations, soutenu en juin 2022 à l’Université de Paris 3. Pour cet article, nous nous concentrons sur la question des odeurs en RDA : que sentait la RDA ? Comment la Stasi utilisait-elle les odeurs ? Quel rapport à l’olfaction peut-on mettre en évidence dans les expositions récentes ayant trait à la RDA ?

A la suite de la chute du mur de Berlin en 1989, on observe l’apparition d’un phénomène que l’artiste est-allemand Uwe Steimle nomme pour la première fois en 1992 « Ostalgie[1] ». La population est-allemande se trouve confrontée sans transition à un nouveau système politique et économique, ressentant une difficulté à se trouver des points communs avec ses compatriotes de l’Ouest. Eux aussi ont du mal à comprendre un mode de vie imposé à l’Est pendant 40 ans. L’« Ostalgie » correspond alors à une nostalgie de l’enfance ou de la jeunesse : on se souvient par exemple de l’entraide informelle qui palliait les carences du système, ou on a encore le souvenir des produits typiques consommés.

L’olfaction a un pouvoir d’évocation très fort, notamment du fait de la partie du cerveau qui permet d’analyser et interpréter les odeurs, le « bulbe olfactif » situé à côté de l’hippocampe, qui joue un rôle dans la création et la fixation des souvenirs. La mémoire olfactive est souvent brusque, intense et involontaire et renvoie à des souvenirs fabriqués pendant l’enfance ou la jeunesse. La capacité mnésique de l’olfaction, soit l’usage des odeurs, peut aider la mémoire et ainsi faciliter l’apprentissage.

Une histoire du sensible qui serait celle de l’odorat à l’époque de la RDA reste encore largement à écrire. De ce point de vue, la Guerre froide représente un moment de conflit, de rivalité culturelle matérielle qui passe aussi par les sens[2]. Nous interrogerons ici la manière dont cette période historique peut être racontée à travers le souvenir olfactif des gens qui l’ont vécue, mais aussi par le biais des manifestations odorantes de l’époque et leurs traductions contemporaines actuelles, dans une série d’expositions et d’artistes qui se sont emparé du sujet.

L’invention de l’odeur est-allemande

Le phénomène de l’Ostalgie survient presque immédiatement après la chute du mur de Berlin en 1990. Il faut préciser ici quelques éléments de contextualisation : l’Allemagne de l’Est est alors une société très industrielle, le socialisme y est profondément lié à une idéologie de production[3]. La loyauté envers l’État est assurée par les industries, qui pratiquent une forme de paternalisme, en concentrant un lieu de travail, des possibilités de socialisation, avec des voyages organisés par exemple, et des commodités importantes, en proposant souvent une garderie, un magasin général, ou encore un cabinet médical. Le lieu de travail est ainsi un espace symbolique de communauté et offre un sentiment général d’appartenance. Il faut aussi prendre en compte le fait que l’offre des produits est-allemands reste quasiment identique tout au long des quarante années de la République Démocratique. On n’observe peu d’innovation dans les produits, ce qui ajoute au sentiment général que cette proposition immuable fait partie d’une identité est-allemande. Ce sentiment a été renforcé à partir de 1989 a contrario par un discours « triomphaliste » capitaliste considérant les produits est-allemands comme ternes et de mauvaise facture. Continuer la lecture de « Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction »

Hélène Roussel – Avec Anna Seghers, au fil du temps


© Archives familiales, DR

Hélène Roussel – Avec Anna Seghers, au fil du temps

Hélène Roussel est Maître de conférences honoraire de l’Université Paris 8, spécialiste de l’exil allemand (1933-1945).

“Comment, vous étudiez l’allemand et vous ne connaissez pas La septième croix?”, m’avait demandé incrédule Danielle M., une journaliste française travaillant pour la radio allemande, que j’avais rencontrée par hasard dans le train entre Cologne et Düsseldorf, en sillonnant la vallée du Rhin au cours de mes migrations estivales. Cela se passait dans l’été 1966, je venais d’achever ma licence d’études germaniques en Sorbonne et c’était à peine si je connaissais le nom d’Anna Seghers. J’avais dû me demander, la première fois que je l’avais rencontré, si elle n’était pas la fille de Pierre Seghers, dont je fréquentais assidûment, dans mes lectures buissonnières, la collection Poètes d’aujourd’hui. C’était sans doute en feuilletant les Lettres françaises et leurs chroniques de littérature allemande que j’étais tombée sur le nom d’Anna, sous la plume de Claude Prévost ou de Jean Tailleur probablement, que je ne connaissais encore ni l’un ni l’autre, mais ce n’était certainement pas dans mes études d’allemand, où les auteurs vivants n’étaient pas jugés dignes d’être présentés aux futurs germanistes. Certes il y avait bien déjà au Grand Palais1 quelques enseignants plus jeunes pour proposer, lorsqu’on le leur permettait, des auteurs récents comme Brecht par exemple, mais ils n’étaient pas en position de pouvoir, et à de rares exceptions près, pour avoir accès au panthéon professoral des lettres allemandes et autrichiennes, il fallait être mort, de préférence depuis longtemps, et au minimum depuis trente ou quarante ans. Et si j’avais aimé travailler sur Goethe, Hölderlin, Novalis, Rilke ou Kafka, je ressentais comme déprimant un tel passéisme, au point de ne plus trouver ma place dans cette germanistique sorbonicole, et d’envisager sans enthousiasme de me réorienter vers les lettres modernes, discipline alors nouvelle et réputée plus ouverte à la littérature contemporaine. Or je voulais absolument comprendre comment on en était arrivé là en Allemagne : à l’accession au pouvoir d’Hitler, au déclenchement de la Seconde guerre mondiale, au génocide des Juifs qu’on n’appelait pas encore l’Holocauste ou la Shoah. Comment l’impensable avait-il été possible, malgré une aussi riche tradition culturelle? Je voulais essayer de comprendre cette époque qui me faisait peur, et ainsi pouvoir mieux en mesurer les conséquences dans le présent, dans les deux Allemagnes et dans la division même de l’Allemagne, et non pas faire l’impasse sur elle pour me réfugier, amnésique, dans la grande culture allemande du passé. Il me semblait que c’était là une responsabilité incontournable que nous avions à assumer en tant que germanistes. C’était peu avant 1968. Continuer la lecture de « Hélène Roussel – Avec Anna Seghers, au fil du temps »

Volker Braun “Grande Fugue” – “Große Fuge”

Volker Braun

Grande fugue 

traduit et présenté par Alain Lance

En mars-avril 2020, Volker Braun a écrit ce cycle de poèmes inspiré par la pandémie. Comme parfois dans sa poésie, on trouvera des allusions ou des citations. Ici Shakespeare, Hölderlin, Karl Mickel ou Ezra Pound. Ou encore Greta Thunberg à la fin du poème Citoyens du vent. La personne évoquée dans le poème Le paria est Rudolf Bahro, qui était un philosophe critique en RDA, emprisonné puis expulsé en RFA. C’était un ami de Volker Braun, qui lui avait dédié le poème Bruno : Comment faire avec l’hérétique/Inutile de lui montrer les instruments:/ Il les a décrits/ Il persiste dans sa position hostile:/ C’est la Terre qui se déplace./ Les inquisiteurs n’en croient pas leurs oreilles/En taule il fait de l’agitation parmi les moines/Comme s’ils ne savaient pas où Dieu se trouve/La torture n’opère pas : il chante un Te Deum/Que faire de lui ? L’enfer n’en voudra pas/ Le bûcher serait une solution, mais elle n’est  pas nouvelle.

 

Le livre dont sont extraits ces poèmes, Große Fuge, est paru en 2021 aux éditions Suhrkamp.

 

CATARRHSIS

 

La ville est mise au repos

comme un malade de la peste

Paix matinale jusqu’à minuit

Rues déshumanisées, comme libérées

de la gale

Des clients. Le sénat ferme les bistrots

Les stades se vident de l’UNION DE PLOMB. Les musées

Des momies

de marbre, les théâtres des esprits

HALTE. QUI VA LÀ/NON, Á TOI DE ME RÉPONDRE

Pas devant le public, pas en cette saison.

Claustrophobie respiration courte catarrhe dans l’industrie culturelle, pour une fois

Toute la (niaiserie) à l’arrêt. UNE ANNÉE SANS ART

C’est ainsi qu’on se calme, bande de dilettantes.

Le secours alimentaire lui aussi

est fermé,

mesure préventive

Mais having non (les sans-le-sou) hath no care to defend it.

La chancelière déconseille les contacts sociaux.

Des patrouilles de police

vont voir s’il ça vit encore

Que faisiez-vous en deux mille vingt ? – Lavage des mains

Pas de shakehands, mais par précaution le salut

Allemand. Le Seigneur retire son doigt dans la Chapelle Sixtine

Pour ne pas être contaminé

dans le groupe à risque

Des trop âgés, un (dieu) sur quatre meurt.

Une ombre en passant te met à nu, un souffle blême

Tutoie tes bronches, tu inspires

Dans l’anthropocène

The scientists are in terror

Ant the European mind stops (Canto CXV)

La Chine élimine le mal avec une prise

Étranglement bras-tête (: tousser au creux du coude)

Apprenez, continents, à faire bouillir la lave.

Continuer la lecture de « Volker Braun “Grande Fugue” – “Große Fuge” »

Le naturisme en RDA/ Freikörperkultur in der DDR – Une forme de micro-résistance dans un État autoritaire ?

Un texte de Justine Guillet, issu d’un mémoire de fin d’études franco-allemandes sous la direction d’Elisa Goudin-Steinmann (Université Sorbonne Nouvelle)

La culture du corps libre, appelée Freikörperkultur en allemand et désignée par le sigle FKK, est l’héritage d’une longue tradition en Allemagne. Elle est la descendante du mouvement de la réforme de la vie, die Lebensreformbewegung, qui date de la fin du XIXème siècle en Allemagne et qui prône un retour à la nature.

[La Réforme de la vie] apparaît en réaction à la modernisation urbaine accélérée, l’industrialisation, l’explosion démographique. C’est une prise de conscience que la vie devient aliénante. On s’interroge sur la pollution visuelle, sonore, l’alimentation, le bio, le végétarisme voire le véganisme, les pratiques sportives, les pédagogies alternatives. Il s’agit de revenir à soi. On lève toute forme de médiation entre soi et la nature. Dans ce contexte, le vêtement est considéré comme une médiation. Il est lié à des tabous sur le corps, à la culture judéo-chrétienne. C’est le vêtement qui crée le péché. Ainsi se développe le naturisme, qui se retrouve désexualisé[1]. Continuer la lecture de « Le naturisme en RDA/ Freikörperkultur in der DDR – Une forme de micro-résistance dans un État autoritaire ? »

Quel fut l’impact de la division et de la réunification de l’Allemagne sur sa toponymie ?

Réflexions sur les subtilités d’emploi des termes désignant les deux Allemagnes et leurs habitants. Un essai de Jean-Michel Pouget

Jean-Michel Pouget est maitre de conférences au département d’études germaniques de l’Université Paris Nanterre où il enseigne notamment la civilisation allemande et l’histoire des idées. (profil détaillé : https://www.parisnanterre.fr/m-jean-michel-pouget–790350.kjsp )

Le 3 octobre 1990, au terme de quarante années de division en deux États [1], l’Allemagne redevenait une nation, le peuple allemand renouait avec cette unité dont les concepteurs de la Loi fondamentale (Grundgesetz) avaient fait un impératif absolu inscrit en préambule à la constitution de 1949 qui ne valait à l’époque que pour une partie seulement du peuple allemand. « Ce qui va ensemble va maintenant grandir ensemble [2] » avait lancé l’ancien chancelier fédéral Willy Brandt au moment de la chute du Mur. Cette formule allait pourtant être cruellement démentie par la réalité des années 1990 caractérisée par la fracture persistante entre des populations devenues étrangères au terme de quatre décennies de vies séparées. Ce fossé qui n’est toujours pas totalement comblé, peut être appréhendé sous des angles multiples. Nous proposons ici un éclairage linguistique qui s’appuie sur les travaux du Leibniz Institut für Deutsche Sprache [3]. Dans une analyse de corpus consacrée aux termes clés du tournant de 1989/90 (Wendezeit) sont notamment étudiées de façon diachronique les différentes désignations des deux États allemands et de leurs habitants respectifs avant, pendant et après la chute du Mur. Continuer la lecture de « Quel fut l’impact de la division et de la réunification de l’Allemagne sur sa toponymie ? »

8 mars, journée internationale des droits des femmes : “Tricoter en RDA”, par Rosemarie Fret

Rosemarie Fret, née en 1935, écrivaine et photographe,  vit à Leipzig. Elle a publié des recueils de nouvelles et des ouvrages de photos dont elle a écrit les textes.

Elle nous confie un texte que nous souhaitons publier à l’occasion du 8 mars, journée internationale des femmes, qui était célébrée chaque année en RDA. Nous proposerons par la suite une traduction de ce texte en français.

 

Wenn dich die bösen Buben locken

Das wortlose Gespräch zwischen Augen, Händen und einem Wollknäuel begann mit einem Stubenarrest. Nachdem die Tür hinter mir verschlossen war und ich mich mit der Lage abgefunden hatte, fiel mein Blick auf ein flaches Körbchen mit mehreren Farbknäulen, obenauf leuchtete es tomatenrot, daneben zartgrün. Ich bin mir heute sicher, dass diese Glück versprechende Versuchung – schon beim Anblick von Wolle – hier ihren Ursprung hatte. Heimlich versteckte ich mir ein buntes Knäuel nach dem anderen. Warum? Ich konnte zu der Zeit weder stricken noch häkeln. Deshalb fiel auf mich kein Verdacht. Im Handarbeitsunterricht bekam ich nur schlechte Noten. Aber meine geduldige Großmutter gab nicht auf, sie schenkte mir einen Stopfpilz mit dem sinnvollen Spruch: „Wenn dich die bösen Buben locken, bleib zu Haus und stopf die Socken.“ Ich aber ließ mich locken und lernte so – aus Liebe zu den „bösen Buben“ – das Stricken. Continuer la lecture de « 8 mars, journée internationale des droits des femmes : “Tricoter en RDA”, par Rosemarie Fret »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search