Catalogue : Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967

Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967, Parenthèses, Marseille, 2021, 224 p. Textes de Nathalie Neumann, Ronan Guinée et Gabrielle de la Selle.

Nous avions déjà fait état dans ce carnet de recherche de l’exposition de photos de Willy Ronis sur la RDA, qui s’est achevée à Versailles le 18 septembre 2021. Le plaisir peut en être prolongé par la lecture du catalogue publié à cette occasion.

L’exposition de ces clichés commandés par les Échanges franco-allemands (association qui a précédé « France-RDA ») avait débuté en 1968 dans la ceinture rouge de Paris, à Montreuil, sans pouvoir alors, dans le contexte du Printemps de Prague, être montrée à Paris même, pour des raisons politiques. Signe des temps, c’est à Versailles qu’elle a été présentée un demi-siècle plus tard. Les textes du catalogue, publié en version bilingue, contextualisent les images au-delà de la Guerre froide et replacent ce travail dans l’œuvre du photographe humaniste.

Les photos reproduites sur environ 120 pages sont classées selon cinq thématiques principales. La partie « Europe vs RDA » met judicieusement en regard, sur des doubles-pages, une photo prise en RDA et une photo prise à Paris, ou bien ailleurs en Europe. La similitude de l’approche saute alors aux yeux : la RDA n’est pas opposée à l’Europe de l’Ouest mais incluse dans la culture européenne (l’objectif de l’exposition étant aussi, en 1968, de contribuer au mouvement pour la reconnaissance de l’État de RDA par les pays occidentaux). Willy Ronis n’a pas photographié de manifestations officielles du pouvoir, mais la partie « Politique » suggère un regard critique porté sur les scènes du quotidien : réception de la radio ouest-allemande par un transistor, contrastes sociaux. Le voyage à proprement parler se lit dans « Villes et paysages », qui montre surtout un pays en pleine mutation industrielle. Le photographe du quotidien excelle dans les portraits qui illustrent « Travail et loisirs » et « Arts et culture ». Continuer la lecture de « Catalogue : Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967 »

Itinéraires contrariés de pièces de théâtre et d’auteurs dramatiques en RDA

Compte rendu de l’ouvrage : Manfred Karge, Hermann Wündrich, Erstürmt die Höhen der Kultur – Umkämpftes Theater in der DDR, Mainz, Ventil, 2020 (326 pages).

URL : https://www.ventil-verlag.de/titel/1886/ersturmt-die-hohen-der-kultur

De janvier 2013 à juin 2017 eut lieu une série de manifestations au Berliner Ensemble, qui suscita un vif intérêt chez les spectateurs : tous les mois, des comédiens lurent des « pièces de la RDA interdites et oubliées » (pour reprendre l’intitulé du projet). Les deux organisateurs, le metteur en scène Manfred Karge, lequel est également auteur dramatique, et le dramaturge (au sens allemand du terme[1]) Hermann Wündrich, en ont tiré un ouvrage, qui, en une succession de 39 brefs chapitres de 5 à 10 pages, présente une partie des textes lus au Berliner Ensemble et d’autres encore, tous ayant en commun d’avoir rencontré des difficultés pour être édités ou mis en scène en RDA. Les auteurs de ces pièces sont tantôt des figures du théâtre passées à la postérité, tels Bertolt Brecht ou Heiner Müller, tantôt des noms moins connus, par exemple des femmes (au demeurant très minoritaires dans le présent volume) comme Berta Waterstradt, qui remporta un certain succès à partir de la fin des années 1950 avec Ehesache Lorenz, une comédie sur un triangle amoureux, ou Regina Weicker, laquelle témoigne, dans son texte Die Ausgezeichneten (créé le 25 septembre 1974 à la Volksbühne) du quotidien d’une brigade entièrement féminine. Continuer la lecture de « Itinéraires contrariés de pièces de théâtre et d’auteurs dramatiques en RDA »

Un portrait de la Saxe-Anhalt, à la veille des élections régionales

Dans la Berliner Zeitung, le journaliste Jens Blankennagel rappelle quelle est l’histoire culturelle de ce Land méconnu où l’on vote dimanche 6 juin. Le résultat de ces élections pourrait être un indicateur de la situation politique actuelle en Allemagne avant les élections fédérales de septembre 2021.

Landtagswahl: Sachsen-Anhalt ist der größte politische Experimentier-Baukasten

Diese Region ist ein Land zwischen allen Stühlen. Anders als andere Länder im Osten wurde es ganz früh zum Land der Wechselwähler und der politischen Premieren.

https://www.berliner-zeitung.de/wochenende/kommentar-meinung-landtagswahl-sachsen-anhalt-ist-der-wichtigste-politische-experimentierbaukasten-li.163119

Soutenance de doctorat – Im Spannungsfeld zwischen Konflikt und Versöhnung: Die Netzwerke Gilbert Badias und der deutsch-deutsch-französische Kulturtransfer – Affrontement comme vecteur de réconciliation : Gilbert Badia et ses réseaux dans les transferts culturels entre la France, la RDA et la RFA

Le 5 mars 2021, Imke Schultz a soutenu sa thèse sous la direction conjointe (cotutelle) de Mesdames les Professeures Nicole Colin et Dorothee Kimmich (Aix-Marseille Université et Eberhard Karls Universität Tübingen).

Résumé en français et en allemand

Continuer la lecture de « Soutenance de doctorat – Im Spannungsfeld zwischen Konflikt und Versöhnung: Die Netzwerke Gilbert Badias und der deutsch-deutsch-französische Kulturtransfer – Affrontement comme vecteur de réconciliation : Gilbert Badia et ses réseaux dans les transferts culturels entre la France, la RDA et la RFA »

Mémoire des migrations : les Mozambicains en RDA

Aujourd’hui 14 avril 2o21, des chercheuses publient une lettre ouverte adressée au gouvernement fédéral allemand, demandant le dédommagement des anciennes ouvrières et anciens ouvriers du Mozambique ayant travaillé en RDA:

Christine Bartlitz und Isabel Enzenbach, Für Entschädigungszahlungen an die ehemaligen mosambikanischen Vertragsarbeiter:innen. Offener Brief an die Bundesregierung, in: Zeitgeschichte-online, April 2021, URL: Continuer la lecture de « Mémoire des migrations : les Mozambicains en RDA »

Compte rendu – Peter Michel, Künstler in der Zeitwende

Peter Michel : Künstler in der Zeitwende. Biographische Miniaturen. Verlag Wiljo Heinen, Berlin,  2016 (Bd 1), 2018 (Bd.2)

Un compte rendu de Jean Mortier

Peter Michel est historien de l’art. Il fut de 1974 à 1984 rédacteur en chef de la revue Bildende Kunst, organe de l’Union des artistes de RDA. De 1971 à 1991, il fut membre de l’Association internationale des critiques d’art. Devenu (par la force des choses) travailleur indépendant après la chute du Mur, il œuvre depuis cette date, à travers la Société pour les droits civiques et la dignité humaine (GBM) et le groupe des « Amis de l’art de RDA », à la défense des intérêts des artistes de l’ancienne RDA et à la sauvegarde de la mémoire de leur production artistique.

Ce sont effectivement quelque 140 portraits en miniature que Peter Michel esquisse dans ces deux gros volumes parus à deux années d’intervalle. Parmi les « artistes » dont il évoque en trois ou quatre pages le parcours et l’œuvre, on trouve à côté d’une majorité de plasticiens (peintres et sculpteurs allemands de l’Est pour la plupart, mais aussi certains étrangers comme Alfred Hrdlicka ou Josep Renau, des Finlandais, des Italiens, etc.), quelques écrivains, quelques historiens ou critiques d’art, un urbaniste. Continuer la lecture de « Compte rendu – Peter Michel, Künstler in der Zeitwende »

Publication en ligne – L’image de la RDA dans les manuels scolaires d’allemand en France

Franziska Flucke, docteur en études germaniques et ancienne lectrice du DAAD à l’Université Paris Nanterre, vient de publier en ligne un article sur l’image de la RDA dans les manuels scolaires d’allemand en France. Elle a soutenu en 2018 une thèse intitulée : « Bilingualer Geschichtsunterricht in Deutschland und Frankreich : ein Beitrag zu einem europäischen Geschichtsbewusstsein im Kontext der deutschfranzösischen Kulturbeziehungen seit 1945? »

Voir l’article, paru en ligne dans Deutschland Archiv:

https://www.bpb.de/geschichte/zeitgeschichte/deutschlandarchiv/306870/vom-sozialistischen-paradies-zum-erinnerungsort

SEPT BLAGUES D’HIER POUR LES 30 ANS AUJOURD’HUI

Votre blog Regards sur la RDA et les nouveaux Länder vous propose, en ce jour de célébration des trente ans de la chute du Mur, de laisser de côté les polémiques sur l’annexion de la RDA par la RFA et de lire autre chose que des discours sur la crise de l’Est en lisant plutôt… des blagues est-allemandes !

Nous vous proposons donc de retenir de la RDA une chose qui la caractérisait depuis le début, comme les autres démocraties populaires : le second degré, la capacité à mettre à distance par l’humour un quotidien qui n’était pas toujours facile et une bureaucratie parfois absurde. Place donc à quelques blagues de RDA qui nous plaisent bien :

 

Le capitalisme, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme. Le socialisme, c’est l’inverse !

 

Trois prisonniers politiques discutent en prison des raisons de leur incarcération. Le premier dit qu’il est arrivé cinq minutes trop tard au travail et a été arrêté pour sabotage, parce qu’il ne contribuait pas suffisamment à la croissance de l’économie socialiste. Le deuxième est arrivé cinq minutes trop tôt au travail et a été accusé d’espionnage industriel pour le compte de l’ennemi de l’Ouest. Et le dernier, enfin, dit qu’il est arrivé précisément à l’heure au travail et a été incarcéré pour « conformisme petit-bourgeois ! ».

 

Un client entre dans un grand magasin, montre au second étage, et demande si c’est bien là l’étage où il n’y pas de chaussures ? « Non monsieur, là c’est l’étage où il n’y a pas de pantalons, l’étage où il n’y a pas de chaussures est juste en dessous ».

 

Walter Ulbricht interroge personnellement les gens que la police arrête parce qu’ils racontent des blagues sur lui. Le premier est un retraité de Gera et Walter Ulbricht le sermonne : 
 « Alors, camarade, pourquoi racontez-vous de sales blagues sur moi ? Ce n’est pas gentil. Vous êtes bien, pourtant, en RDA, non ? On vous donne une bonne retraite, non ? »
Le retraité : 
 « Un moment, Herr Ulbricht, cette dernière blague que vous venez de raconter, elle ne vient pas de moi… ».

 

Pourquoi en RDA faut-il se servir exclusivement de papier-toilette double épaisseur ? – Pour en envoyer un double à Moscou ! 

 

Quelles sont les quatre plus grands problèmes du Conseil d’Entraide Économique du bloc de l’Est ? 
1) la microélectronique mongole
2) l’agriculture soviétique
3) l’ardeur au travail polonaise
4) les statistiques est-allemandes.

 

« Deux garde-frontières discutent en surveillant le Mur, au soleil couchant. L’un dit à l’autre, à quoi tu penses ? – A la même chose que toi. – Alors tu es en état d’arrestation ! ».

Elisa GOUDIN

Compte rendu : Poètes de RDA – Sibylle Goepper et Cécile Millot (éds.), Lyrik nach 1989. Gewendete Lyrik ? Gespräche mit deutschen Dichtern aus der DDR, mitteldeutscher verlag, 2016.

Sibylle Goepper et Cécile Millot (éds.), Lyrik nach 1989. Gewendete Lyrik ? Gespräche mit deutschen Dichtern aus der DDR, mitteldeutscher verlag, 2016.

Un compte rendu rédigé par Daniel Argelès.

Alors que l’on s’apprête à commémorer les trente ans de la chute du Mur – à s’interroger sur ce qu’il reste de la RDA dans les domaines politique, social, culturel, mais aussi sur l’évolution des nouveaux Länder dans l’Allemagne réunifiée et la mondialisation – la lecture de Lyrik nach 1989 apporte un éclairage intéressant. Continuer la lecture de « Compte rendu : Poètes de RDA – Sibylle Goepper et Cécile Millot (éds.), Lyrik nach 1989. Gewendete Lyrik ? Gespräche mit deutschen Dichtern aus der DDR, mitteldeutscher verlag, 2016. »

Compte rendu : entretiens avec l’architecte Bruno Flierl

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Bruno Flierl : Haus Stadt MenschÜber Architektur und Gesellschaft. Gespräche. Das Neue Berlin, 2019.

Né en 1927, Bruno Flierl, architecte de formation a fait toute sa carrière en RDA, en qualité d’urbaniste.  C’est à lui qu’on doit, pour une large part, la configuration socio-spatiale du Berlin-Est d’hier. Il est considéré comme un théoricien important de l’architecture et de l’urbanisme. Il a notamment fait partie du collectif d’architectes qui a œuvré à la conception, en 1972/73, de ce bâtiment multi-fonctions qui prit le nom de Palais de la République. Continuer la lecture de « Compte rendu : entretiens avec l’architecte Bruno Flierl »

Ce qui reste de la RDA, un essai d’Elisa Goudin

Une rédactrice de ces carnets, Elisa Goudin, vient de publier un essai sur le blog « La vie des idées » :  https://laviedesidees.fr/Ce-qui-reste-de-la-RDA-1989-2019.html

Voir un autre texte d’Elisa Goudin : « La nouvelle extrême-droite allemande, les spécificités des nouveaux Länder » https://allemagnest.hypotheses.org/143

 

 

Hinter der Maske – Derrière le masque. L’exposition du Palais Barberini de Potsdam

https://www.museum-barberini.com/hinter-der-maske/

Compte rendu de visite rédigé par Jean Mortier, maître de conférences honoraire de l’Université Paris 8-Saint Denis, auteur de nombreuses publications sur l’art est-allemand.

Du 29 octobre 2017 au 4 février 2018 s’est tenue à Potsdam une très grande exposition d’art est-allemand. L’initiative de cette manifestation, importante ne serait-ce que par le nombre d’artistes représentés (84) et celui d’œuvres exposées (117, pour l’essentiel des peintures) est due à un richissime industriel (ouest)-allemand, Hasso Plattner (113ème fortune mondiale), qui fut l’un des cofondateurs du géant informatique SAP. C’est dans un ancien palais baroque, le Palais Barberini, édifié en 1771/72, mais détruit durant la Seconde Guerre mondiale comme la presque totalité du cœur historique de Potsdam, que s’est tenu l’événement. Hasso Plattner a investi quelque 60 millions d’euros dans la reconstruction de ce bâtiment prestigieux – reconstruction qui s’est achevée en décembre 2016 – dans le but entre autres d’y abriter ses collections personnelles. Parmi celles-ci des œuvres picturales de la modernité classique. Mais aussi un ensemble d’une dizaine de tableaux dus à des artistes dont le travail a été réalisé en partie ou en totalité durant l’existence de l’Etat est-allemand. Continuer la lecture de « Hinter der Maske – Derrière le masque. L’exposition du Palais Barberini de Potsdam »

Leipzig : une galerie de portraits … à trous, ou la démocratie à géométrie variable

Alors qu’à l’échelle nationale, les deux plus grands partis allemands s’efforcent d’aplanir leurs différends pour donner un gouvernement à un pays qui n’en a plus depuis le mois de septembre 2017, l’entente cordiale n’est toujours pas à l’ordre du jour dans les villes est-allemandes : les conflits liés à l’appréciation du passé spécifique de l’Allemagne de l’Est sont prêts à ressurgir à la moindre réévaluation publique perçue de part ou d’autre comme une provocation.

A Leipzig, c’est la nouvelle galerie de portraits des maires de la ville qui déclenche la polémique. En effet, comme c’est souvent l’usage dans les grandes cités, la métropole saxonne veut orner son hôtel de ville d’une galerie honorant ceux qui l’ont dirigée depuis l’établissement de la démocratie, ou de ce qui est considéré comme tel par les autorités municipales. Cette galerie, récemment inaugurée par le maire en poste (Burkhard Jung, social-démocrate), présente des portraits photographiques de sept maires ayant officié entre 1877 et 1937, puis entre 1990 et 2005. Continuer la lecture de « Leipzig : une galerie de portraits … à trous, ou la démocratie à géométrie variable »