Compte rendu : Poètes de RDA – Sibylle Goepper et Cécile Millot (éds.), Lyrik nach 1989. Gewendete Lyrik ? Gespräche mit deutschen Dichtern aus der DDR, mitteldeutscher verlag, 2016.

Sibylle Goepper et Cécile Millot (éds.), Lyrik nach 1989. Gewendete Lyrik ? Gespräche mit deutschen Dichtern aus der DDR, mitteldeutscher verlag, 2016.

Un compte rendu rédigé par Daniel Argelès.

Alors que l’on s’apprête à commémorer les trente ans de la chute du Mur – à s’interroger sur ce qu’il reste de la RDA dans les domaines politique, social, culturel, mais aussi sur l’évolution des nouveaux Länder dans l’Allemagne réunifiée et la mondialisation – la lecture de Lyrik nach 1989 apporte un éclairage intéressant. Continuer la lecture de « Compte rendu : Poètes de RDA – Sibylle Goepper et Cécile Millot (éds.), Lyrik nach 1989. Gewendete Lyrik ? Gespräche mit deutschen Dichtern aus der DDR, mitteldeutscher verlag, 2016. »

Compte rendu : entretiens avec l’architecte Bruno Flierl

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Bruno Flierl : Haus Stadt MenschÜber Architektur und Gesellschaft. Gespräche. Das Neue Berlin, 2019.

Né en 1927, Bruno Flierl, architecte de formation a fait toute sa carrière en RDA, en qualité d’urbaniste.  C’est à lui qu’on doit, pour une large part, la configuration socio-spatiale du Berlin-Est d’hier. Il est considéré comme un théoricien important de l’architecture et de l’urbanisme. Il a notamment fait partie du collectif d’architectes qui a œuvré à la conception, en 1972/73, de ce bâtiment multi-fonctions qui prit le nom de Palais de la République. Continuer la lecture de « Compte rendu : entretiens avec l’architecte Bruno Flierl »

Ce qui reste de la RDA, un essai d’Elisa Goudin

Une rédactrice de ces carnets, Elisa Goudin, vient de publier un essai sur le blog “La vie des idées” :  https://laviedesidees.fr/Ce-qui-reste-de-la-RDA-1989-2019.html

Voir un autre texte d’Elisa Goudin : “La nouvelle extrême-droite allemande, les spécificités des nouveaux Länder” https://allemagnest.hypotheses.org/143

 

 

Hinter der Maske – Derrière le masque. L’exposition du Palais Barberini de Potsdam

https://www.museum-barberini.com/hinter-der-maske/

Compte rendu de visite rédigé par Jean Mortier, maître de conférences honoraire de l’Université Paris 8-Saint Denis, auteur de nombreuses publications sur l’art est-allemand.

Du 29 octobre 2017 au 4 février 2018 s’est tenue à Potsdam une très grande exposition d’art est-allemand. L’initiative de cette manifestation, importante ne serait-ce que par le nombre d’artistes représentés (84) et celui d’œuvres exposées (117, pour l’essentiel des peintures) est due à un richissime industriel (ouest)-allemand, Hasso Plattner (113ème fortune mondiale), qui fut l’un des cofondateurs du géant informatique SAP. C’est dans un ancien palais baroque, le Palais Barberini, édifié en 1771/72, mais détruit durant la Seconde Guerre mondiale comme la presque totalité du cœur historique de Potsdam, que s’est tenu l’événement. Hasso Plattner a investi quelque 60 millions d’euros dans la reconstruction de ce bâtiment prestigieux – reconstruction qui s’est achevée en décembre 2016 – dans le but entre autres d’y abriter ses collections personnelles. Parmi celles-ci des œuvres picturales de la modernité classique. Mais aussi un ensemble d’une dizaine de tableaux dus à des artistes dont le travail a été réalisé en partie ou en totalité durant l’existence de l’Etat est-allemand. Continuer la lecture de « Hinter der Maske – Derrière le masque. L’exposition du Palais Barberini de Potsdam »

Leipzig : une galerie de portraits … à trous, ou la démocratie à géométrie variable

Alors qu’à l’échelle nationale, les deux plus grands partis allemands s’efforcent d’aplanir leurs différends pour donner un gouvernement à un pays qui n’en a plus depuis le mois de septembre 2017, l’entente cordiale n’est toujours pas à l’ordre du jour dans les villes est-allemandes : les conflits liés à l’appréciation du passé spécifique de l’Allemagne de l’Est sont prêts à ressurgir à la moindre réévaluation publique perçue de part ou d’autre comme une provocation.

A Leipzig, c’est la nouvelle galerie de portraits des maires de la ville qui déclenche la polémique. En effet, comme c’est souvent l’usage dans les grandes cités, la métropole saxonne veut orner son hôtel de ville d’une galerie honorant ceux qui l’ont dirigée depuis l’établissement de la démocratie, ou de ce qui est considéré comme tel par les autorités municipales. Cette galerie, récemment inaugurée par le maire en poste (Burkhard Jung, social-démocrate), présente des portraits photographiques de sept maires ayant officié entre 1877 et 1937, puis entre 1990 et 2005. Continuer la lecture de « Leipzig : une galerie de portraits … à trous, ou la démocratie à géométrie variable »

Asako Miyazaki, Brüche in der Geschichtserzählung. Erinnerung an die DDR in der Post-DDR-Literatur, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2013

[Asako Miyazaki, Fractures du récit historique. Le souvenir de la RDA dans la littérature post-RDA, Wurtzbourg, Königshausen & Neumann, 2013]

 https://www.verlag-koenigshausen-neumann.de/product_info.php/info/p7637_Brueche-in-der-Geschichtserzaehlung–Erinnerung-an-die-DDR-in-der-Post-DDR-Literatur—Epistemata-Literaturwissenschaft-789—-34-00.html

Compte rendu rédigé par Linda Mannewitz, étudiante en Master M2 Etudes germaniques à l’Université Sorbonne Nouvelle

Ce livre d’Asako Miyazaki s’intègre dans le flot d’ouvrages analysant la question du statut de la littérature est-allemande écrite après la chute du Mur. L’auteur n’essaie cependant pas de faire rentrer cette littérature dans le moule d’un modèle d’histoire littéraire. Elle met plutôt l’accent sur la conscience de l’histoire ainsi que sur les différentes formes de mémoire se manifestant à l’égard de cet État disparu. Contrairement aux théories de la mémoire qui associent à cette dernière une fonction créatrice d’identité, Miyazaki met en évidence, à l’aide de motifs récurrents, l’instabilité et l’hétérogénéité de la mémoire. Une telle conception s’oppose au discours sur l’identité collective mis en avant par le régime de la RDA. Son ouvrage représente ainsi une contribution importante à la recherche dans ce domaine. En effet, il se situe à la jonction de la littérature et de la politique de la mémoire, tout en prenant uniquement en compte la littérature évoquant la RDA. Pour étayer son analyse, l’auteur propose un nouveau terme, celui de ‘Post-DDR-Literatur’. Cette littérature peut se définir comme étant une littérature post-nationale, ce qui remet en question l’idée même d’une nation. Elle se distingue du discours national dominant après la réunification, basé sur la construction de l’identité.
Continuer la lecture de « Asako Miyazaki, Brüche in der Geschichtserzählung. Erinnerung an die DDR in der Post-DDR-Literatur, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2013 »