Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du “socialisme réel”.

Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du “socialisme réel”, Lormont, Le bord de l’Eau, 2019.

Un compte rendu de Coline PERRON

Après s’être fait connaître dans les années 1990 par ses travaux sur le rapport à l’archive dans les sociétés post-communistes, Sonia Combe revient avec La loyauté à tout prix sur un thème qui lui tient à cœur : la place des intellectuel(le)s en RDA.  Elle l’avait déjà abordé, vingt ans plus tôt, à travers le prisme de la surveillance, dans son ouvrage sur les intellectuels et la Stasi[1]. Il s’agit ici d’un hommage assumé à celles et ceux qui sont retournés en Allemagne après la guerre avec la volonté d’y construire un État socialiste. Le prologue, « Un rêve tué par des imbéciles[2] », donne le ton. Sonia Combe se propose en effet de raconter « l’histoire de cette génération et de ses fils, biologiques et spirituels, floués par l’Histoire […] » ; « Non pas l’histoire des apparatchiks médiocres et redoutables, ni celle des membres du Parti par conformisme, mimétisme, ou opportunisme ; mais l’histoire de ceux qui se sont tus, davantage par loyauté envers un idéal dévoyé que par lâcheté[3]. »

Cet ouvrage se propose donc d’étudier « les racines » de cette loyauté des marxistes est-allemands. Dans un chapitre introductif, « Le prix de la loyauté[4] », Sonia Combe annonce son parti pris et reprend les propos tenus par l’essayiste Daniela Dahn une dizaine d’années après la chute du Mur : l’étude du socialisme allemand serait, et resterait encore, « largement une étude de tonalité anticommuniste[5] ». Continuer la lecture de « Sonia Combe, La loyauté à tout prix. Les floués du “socialisme réel”. »

Compte rendu : Zeitgefühle – Wie die DDR ihre Zukunft besang. Eine Emotionsgeschichte

Zeitgefühle – Wie die DDR ihre Zukunft besang. Eine Emotionsgeschichte
Autor(en) : Brauer, Juliane

 

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-93480

Étienne Dubslaff, « Oser plus de socialdémocratie » La recréation et l’établissement du Parti social-démocrate en RDA, Berlin, Éditions Peter Lang, Civilisations et Histoire, 2019.

 

https://www.peterlang.com/document/1110888

Comme l’a montré Christophe Prochasson dans Le socialisme, une culture[1], la doctrine socialiste ne se laisse pas enfermer dans le périmètre d’une définition simple et stable dans le temps. « Dans la grande cuisine des idéologues, le chaudron socialiste est celui qui réclame le plus de soin et d’attention. Il déborde toujours ses fondateurs, ses organisations, son électorat traditionnel, les forces sociales qu’il est censé représenter[2] ». Dans cette optique, le cas de la recréation du Parti social-démocrate en RDA en octobre 1989 sous le nom de SDP et des diverses expériences qu’il traverse jusqu’à sa fusion avec le SPD ouest-allemand en septembre 1990 nous semble être un cas d’école : c’est à la fois un phénomène fascinant, propre aux époques de grande fièvre collective, où des anonymes peuvent se voir confier, en un temps record, des responsabilités auxquelles ils ne s’étaient pas préparés. Et c’est aussi l’histoire d’un échec, car les sociaux-démocrates est-allemands n’ont finalement pas réussi à empêcher que leur identité et leur pays ne soient happés par la RFA[3]. Continuer la lecture de « Étienne Dubslaff, « Oser plus de socialdémocratie » La recréation et l’établissement du Parti social-démocrate en RDA, Berlin, Éditions Peter Lang, Civilisations et Histoire, 2019. »

Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA.

Compte rendu rédigé par Carola Hähnel-Mesnard, Maîtresse de conférences HDR en littérature allemande, Université de Lille.

Anne M. N. Sokoll, Die schreibenden Arbeiter der DDR. Zur Geschichte, Ästhetik und Kulturpraxis einer „Literatur von unten“, Bielefeld, transcript Verlag, 2021 (= Düsseldorfer Schriften zur Literatur und Kulturwissenschaft, Bd. 15), 493 p.

Parmi les travaux de recherche sur la politique culturelle et le champ littéraire de la RDA, une étude exhaustive sur le mouvement des « ouvriers-écrivains » faisait jusque-là défaut. On ne peut que saluer l’initiative de la germaniste Anne M. N. Sokoll de s’être penchée sur ce sujet dans sa thèse de doctorat soutenue en 2016 à l’université de Düsseldorf et dont le présent ouvrage est issu.

Le mouvement des « ouvriers-écrivains » a été initié dans le contexte de la « voie de Bitterfeld » (Bitterfelder Weg), une initiative de politique culturelle au tournant des années 1950/1960 visant à Continuer la lecture de « Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA. »

Compte rendu – Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR

Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR, Berlin, Aufbau Verlag, 2020.

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Quand on voudra écrire l’histoire de la RDA, il faudra lire sa littérature. C’est en substance ce qu’écrivit Jürgen Kuczyinski en 1984 dans Dialog mit meinem Urenkel. Gunnar Decker[1] se souvenait-il de cette phrase lorsqu’il a écrit ce livre passionnant ? Toujours est-il qu’il nous donne là l’occasion de revisiter les dernières années de la RDA, à travers de larges aperçus sur sa littérature mais aussi de quelques coups de projecteur jetés sur son œuvre picturale et photographique, son théâtre et son cinéma. Continuer la lecture de « Compte rendu – Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR »

Hans Mayer – Revue germanique internationale 33/2021

Hans Mayer

Revue germanique internationale 33/2021, CNRS Editions

Un dossier dirigé par Bénédicte Terrisse et Clément Fradin

Ce numéro de revue consacré à la grande figure intellectuelle allemande que fut Hans Mayer « entend combler un manque dans sa réception française alors même que certains de ses textes ont été traduits, essentiellement dans les années 1990 mais aussi, dans une perspective franco-allemande, ouvrir cette réception à d’autres horizons, notamment celle d’une histoire croisée des intellectuels » (p. 6). Hans Mayer, né en 1907 dans une famille de la bourgeoisie juive de Cologne, a en effet connu le destin de nombreux intellectuels de cette époque, empêchés de poursuivre leur carrière en Allemagne après 1933, contraints à l’exil, et ayant dû choisir entre Est et Ouest à leur retour. Hans Mayer fit le choix de la zone soviétique puis de la RDA, où il connut tous les honneurs avant de quitter sa chaire de littérature à l’université de Leipzig en 1963 après avoir été attaqué et marginalisé. Continuer la lecture de « Hans Mayer – Revue germanique internationale 33/2021 »

Compte rendu : Steffen Mau , Lütten Klein. Leben in der ostdeutschen Transformationsgesellschaft. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2019

La micro-étude sociologique de Steffen Mau sur le quartier de Lütten Klein[1], une banlieue de Rostock faite d’immeubles collectifs en préfabriqué construits dans les années 1970 (on appelait ce type de constructions un Plattenbau) a été un best-seller en Allemagne et vient d’être traduite en français (Éditions de la MSH, traduction de Christophe Lucchese). Outre le fait que cette étude soit très riche et très bien écrite, elle arrive au bon moment : il y a un besoin de plus en plus net en Allemagne de promouvoir dans l’espace public un discours nuancé sur la RDA. L’ouvrage pose la question centrale de la manière dont on met en récit le passé. Si l’on racontait l’histoire de la RFA en se centrant uniquement sur la répression des homosexuels, les élites nazies qui continuent d’être influentes, la police, la RAF, les Zwangserziehungsheime (maisons de redressement), tout le monde s’écrierait : certes, mais ce n’était pas que cela, la RFA. Et cela vaut aussi pour la RDA. D’où l’importance d’ouvrages tels que celui-ci pour raconter l’histoire de la RDA sans « verklären », c’est-à-dire sans minimiser le caractère répressif et dictatorial du régime, mais aussi sans jugements à l’emporte-pièces. En ce sens, ce livre est aussi une façon de « se confronter à la façon dont on s’est confronté » à l’histoire de la RDA (« die Aufarbeitung der Aufarbeitung der DDR-Geschichte », pour reprendre le terme de l’historien Karsten Krampitz qui est d’ailleurs cité[2]). Continuer la lecture de « Compte rendu : Steffen Mau , Lütten Klein. Leben in der ostdeutschen Transformationsgesellschaft. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2019 »

Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten

Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten, dtv, 2021, 222 p.

Un compte rendu d’Anne-Marie Pailhès

Le prix Ingeborg Bachmann, l’un des plus prestigieux en Allemagne, récompense un/e jeune auteur/e qui lit devant un jury des extraits d’un texte inédit. Il a ainsi permis de découvrir de nouveaux talents littéraires, en particulier issus de l’Est de l’Allemagne et de lancer leur carrière. Le prix 2020 dérogea à plusieurs titres à la tradition établie depuis 1977 : il fut décerné en ligne, en raison de la pandémie, et à une auteure de 80 ans, Helga Schubert, née en 1940. Continuer la lecture de « Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten »

Compte rendu : Christoph Hein, Guldenberg, 2021.

Christoph Hein, Guldenberg, Suhrkamp, Frankfurt/Main, 2021, 284 p.

Un compte rendu rédigé par Fanny Perrier, qui prépare une thèse sur les romans de Christoph Hein.

 

Guldenberg, petite ville de Saxe, 2017.

La vie y est décrite comme « calme, familière, agréable »[1]. Les fonds européens ont permis de restaurer quelques belles bâtisses et de redonner aux anciennes façades leur éclat d’antan.
Cette ville s’appelle tantôt Guldenberg, tantôt Bad Guldenberg car on y accueille des curistes qui profitent d’un gigantesque centre de bien-être, on Continuer la lecture de « Compte rendu : Christoph Hein, Guldenberg, 2021. »

Parteiauftrag: Städtepartnerschaft. Kommunalpartnerschaften zwischen Polen und der DDR und ihre Transformation nach 1989

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-94398

Catalogue : Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967

Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967, Parenthèses, Marseille, 2021, 224 p. Textes de Nathalie Neumann, Ronan Guinée et Gabrielle de la Selle.

Nous avions déjà fait état dans ce carnet de recherche de l’exposition de photos de Willy Ronis sur la RDA, qui s’est achevée à Versailles le 18 septembre 2021. Le plaisir peut en être prolongé par la lecture du catalogue publié à cette occasion.

L’exposition de ces clichés commandés par les Échanges franco-allemands (association qui a précédé « France-RDA ») avait débuté en 1968 dans la ceinture rouge de Paris, à Montreuil, sans pouvoir alors, dans le contexte du Printemps de Prague, être montrée à Paris même, pour des raisons politiques. Signe des temps, c’est à Versailles qu’elle a été présentée un demi-siècle plus tard. Les textes du catalogue, publié en version bilingue, contextualisent les images au-delà de la Guerre froide et replacent ce travail dans l’œuvre du photographe humaniste.

Les photos reproduites sur environ 120 pages sont classées selon cinq thématiques principales. La partie « Europe vs RDA » met judicieusement en regard, sur des doubles-pages, une photo prise en RDA et une photo prise à Paris, ou bien ailleurs en Europe. La similitude de l’approche saute alors aux yeux : la RDA n’est pas opposée à l’Europe de l’Ouest mais incluse dans la culture européenne (l’objectif de l’exposition étant aussi, en 1968, de contribuer au mouvement pour la reconnaissance de l’État de RDA par les pays occidentaux). Willy Ronis n’a pas photographié de manifestations officielles du pouvoir, mais la partie « Politique » suggère un regard critique porté sur les scènes du quotidien : réception de la radio ouest-allemande par un transistor, contrastes sociaux. Le voyage à proprement parler se lit dans « Villes et paysages », qui montre surtout un pays en pleine mutation industrielle. Le photographe du quotidien excelle dans les portraits qui illustrent « Travail et loisirs » et « Arts et culture ». Continuer la lecture de « Catalogue : Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967 »

Deux nouveaux ouvrages sur l’œuvre de Wolfgang Hilbig

Un compte rendu rédigé par Katja Schubert, maître de conférences en littérature allemande contemporaine à l’université Paris Nanterre.

Stephan Pabst, Sylvie Arlaud,Bernard Banoun, Bénédicte Terrisse (Hg.): Wolfgang Hilbig und die [ganze] Moderne, Berlin, Verbrecher Verlag, 2021, 335 Seiten.

Bernard, Banoun, Bénédicte Terrisse, Sylvie Arlaud, Stephan Pabst (Hg.): Wolfgang Hilbigs Lyrik. Eine Werkexpedition, Berlin, Verbrecher Verlag, 2021, 479 Seiten.

« Also leben habe ich nicht gelernt, aber schreiben – denke ich manchmal[1] ».

Hervorgegangen aus einem deutsch-französischen Forschungsprogramm, das die Untersuchung des Werks von Wolfgang Hilbig mit Fragen zur Ost-West-Moderne verknüpfte, sind im Berliner Verbrecher Verlag im April 2021 die zwei Bände Wolfgang Hilbig und die [ganze] Moderne und Wolfgang Hilbigs Lyrik. Eine Werkexpedition erschienen.

Im Zentrum beider Publikationen steht die im Vergleich zur Prosa weniger bekannte Lyrik. Der erste Band legt den Akzent auf Fragen der Zugehörigkeit zur Moderne von Hilbigs Poetik, der zweite Band versteht sich vor allem als Bilanz und Anregung zur weiteren Erkundung von Hilbigs poetischem Werk. Beide Bände haben als weiteren Schwerpunkt auch rezeptionsgeschichtliche Fragen, d.h. Hilbig als Leser moderner Autorinnen und Autoren des 19. und 20. Jahrhunderts und wie deren Werk in sein eigenes Dichten einfloss. Continuer la lecture de « Deux nouveaux ouvrages sur l’œuvre de Wolfgang Hilbig »