Cinéma. Le vent de la liberté/ Ballon. Un film de Michael Herbig, 2019

Un compte rendu de Perrine Val, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Le Vent de la liberté (Ballon, Michael Herbig, 2019)

L’imminence du trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin semble encourager les initiatives cinématographiques et audiovisuelles à se pencher sur la RDA et son histoire. Plusieurs films allemands sur la RDA sortis au cours des derniers mois peuvent ainsi être évoqués. La Révolution silencieuse (Das schweigende Klassenzimmer, Lars Kraume) revenait par exemple sur la trajectoire de lycéens est-allemands qui, en 1956, firent une minute de silence en hommage aux victimes de la répression soviétique à Budapest et devinrent la cible de plusieurs responsables politiques avant de se résoudre à quitter la RDA. Même s’il n’a pas fait l’objet d’une sortie commerciale en France, le dernier film d’Andreas Dresen, Gundermann, proposait quant à lui un portrait de Gerhard Gundermann, un auteur, compositeur et interprète critique envers le régime, tout en étant ouvrier et collaborateur non-officiel de la Stasi pendant quelques années.

Le Vent de la liberté (Ballon) revient à son tour sur l’opposition d’habitants est-allemands au régime socialiste. En 1979, deux familles originaires de Pößnek, à quelques kilomètres de la frontière avec la Bavière, tentent de fuir la RDA en montgolfière. Les Strelzyk échouent une première fois et, alors que la Stasi déploie de vastes moyens pour les identifier et les retrouver, ils entreprennent une nouvelle tentative avec la famille Wetzel. Que ce soit la presse généraliste ou les ressources pédagogiques destinées aux enseignants et lycéens français, la majorité des commentaires français s’avèrent positifs[1] et le film a d’ailleurs été récompensé par les festivals de Pessac et de Valenciennes. En optant pour un thriller qui maintient le suspense jusqu’à la fin du film, le réalisateur Michael “Bully” Herbig parvient à capter l’attention des spectateurs. Si l’on peut se réjouir que Le Vent de la liberté soit utilisé comme une porte d’entrée pour des spectateurs peu ou moins familiers de l’histoire de la RDA, la représentation de la société est-allemande telle qu’elle est donnée à voir dans le film interroge et renvoie directement à plusieurs éléments pointés dans l’ouvrage collectif La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989  paru l’an dernier. En effet, Le Vent de la liberté reprend à la fois un arc narratif emprunté à Night Crossing (Delbert Mann), film étasunien produit par Walt Disney en 1982, inspiré par l’histoire des deux familles , et des codes de représentation issus des films sur la RDA produits depuis la fin des années 1990.

La binarité, l’absence de toute complexité qui viendrait nuancer le propos s’étend à l’ensemble du film, et en premier lieu aux personnages et aux décors. Les deux familles qui cherchent à s’évader sont présentées comme des victimes du régime : on apprend notamment que le frère de Doris Strelzyk (Karoline Schuch) a été arrêté par la Stasi et que Günter Wetzel (David Kross) n’a pas pu suivre la formation dont il rêvait parce que son père avait tenté de fuir la RDA lorsqu’il était enfant. De leur quotidien hors de leurs domiciles, nous ne verrons presque rien. Rien ne semble les retenir à Pößnek – aucun collègue, aucun ami, aucune famille. Lorsque le jeune Fitscher Strelzyk (Tilman Döbler) demande ce qu’il en est des grands-parents qu’ils laisseront derrière eux, sa mère lui répond implicitement que cette séparation est un sacrifice nécessaire pour accéder à la liberté (matérialisée en l’occurrence par la promesse de se voir offrir un VTT…). Du côté de la famille Wetzel, c’est même le père de Günter qui l’incite à partir sans regret, ni culpabilité. Seul Frank (Jonas Holdenrieder), le fils adolescent des Strelzyk, qui rappelle d’ailleurs le personnage principal de Sonnenallee, hésite un instant à rester parce qu’il est tombé amoureux de sa jeune voisine Klara et qu’il cherche par là à s’opposer à son père. Or, Klara n’est autre que la fille d’Erik Baumann, un collaborateur de la Stasi. Son hésitation ne dure donc pas longtemps.

Ainsi, non seulement les raisons de fuir la RDA ne sont à aucun moment remises en question dans le film, mais lorsque des hésitations surgissent et mettent en cause le projet de fuite, les personnages féminins en sont presque toujours à l’origine. À cet égard, on note que, outre l’absence de parité dans le film, les femmes sont représentées la plupart du temps comme les responsables (directes ou indirectes) des échecs ou des dangers courus par les deux familles. Par exemple, c’est parce que Doris a perdu ses médicaments dans la forêt lors de la première tentative de fuite que la Stasi peut remonter la piste de la famille Strelzyk. Même lorsque son mari Peter (Friedrich Mücke) est en proie au désespoir, elle lui apporte certes une oreille attentive mais ce sont leurs fils qui proposent une solution. Peter s’appuie d’ailleurs davantage sur eux dans la réalisation concrète de la fuite que sur elle. Petra Wetzel (Alicia von Rittberg) est définie quant à elle uniquement par son caractère craintif : l’une des motivations premières de la famille Wetzel est de retrouver la mère malade de Petra à l’Ouest ; Günter se dit prêt à se sacrifier pour qu’elle et leurs enfants partent sans lui, mais c’est elle qui se perd en atermoiements, qui pleure et qui agit finalement très peu. Enfin, la jeune Klara s’illustre par sa passivité : certes, elle garde le silence quand Frank lui confie leur projet de fuite, mais elle apparaît dans le film surtout comme une source de distraction et de danger. Même le personnage secondaire de l’institutrice est trouble : elle semble d’abord forcer le fils des Wetzel à révéler les secrets de ses parents, tout en tenant tête au lieutenant-colonel de la Stasi (incarné par Thomas Kretschmann) lorsque celui-ci l’interroge sur ses élèves. Or, on apprendra plus tard que Petra Wetzel avait simplement expliqué à ses enfants que leur père était en train de coudre une tente pour aller faire du camping. L’institutrice n’avait donc aucun élément compromettant en sa connaissance.

Comme l’écrit Elizabeth Guilhamon au sujet des films de genre sur la RDA, la fuite à l’Ouest est utilisée comme simple ressort dramatique[4]. L’intrigue se résume à une course contre la montre : le bruit du « tic-tac » qui revient très régulièrement et la montre-chronomètre le rappellent. Le film joue sur les codes du thriller, en créant notamment de faux suspenses (la voiture qui ne démarre pas, la lettre que Frank cherche à récupérer dans la boîte aux lettres, le voisin envahissant, etc.). Ces tensions sont celles que ressentent les protagonistes, qui deviennent de plus en plus paranoïaques (la séquence de l’attente dans la chambre d’hôtel berlinoise en est le meilleur exemple).

Cette déformation de la réalité est surtout le fait du réalisateur. À l’instar des personnages qui voient la Stasi partout, Michael Herbig oublie complètement la dimension beaucoup moins palpitante et nettement plus banale de la vie quotidienne en RDA, pour n’en conserver que les aspects « walt-disneyiens» (les bons traqués par les méchants, la course contre la montre et bien sûr la magie de la fuite à bord d’une montgolfière multicolore). En recourant d’une part à la formule usuelle « d’après une histoire vraie » au début du film et en montrant les photographies d’archives des vraies familles et de la vraie montgolfière dans le générique final, et en reprenant d’autre part certains éléments qui renvoient à des films comme Good Bye Lenin!, La Vie des autres ou Sonnenallee (le soin apporté aux couleurs, aux détails du décor, aux costumes des personnages), Herbig cherche à apporter une authenticité au récit, à en faire une représentation fidèle de la réalité (dans ses interviews, Herbig insiste longuement sur le travail de recherche effectué dans les archives de la Stasi ainsi que sur le dialogue noué avec les deux familles). On ne peut donc que regretter que les bonnes intentions du réalisateur n’aient pas abouti à une vision plus complexe et nuancée de la RDA et de ses habitants.

[1] Voir notamment Antoine de Baecque, « Faire le mur en ballon », L’Histoire n°459, mai 2019, en ligne : https://www.lhistoire.fr/cinéma/faire-le-mur-en-ballon ; Corinne Renou-Nativel, « “Le vent de la liberté”, par la voie des airs », La Croix, 9 avril 2019, en ligne : https://www.la-croix.com/Culture/Cinema/Le-vent-liberte-voie-airs-2019-04-09-1201014515. Voir aussi le dossier proposé par Zéro de conduite, en ligne : https://www.zerodeconduite.net/ressources/5031 et le supplémentaire cinéma de Vocable, en ligne : https://www.vocable.fr/index.php?option=com_content&view=article&layout=enseignants&id=4057&Itemid=1366

[2] « Stasi-Staat », formule employée par le documentariste Thomas Heise dans son entretien avec Matthias Steinle pour dénoncer ces représentations stéréotypées : « Interroger les images de la RDA », in Camarade, Steinle et al., La RDA et la société post-socialiste dans le cinéma allemand après 1989, op. cit., p. 303-318.

[3] « Ich habe die ganze Zeit mitgefiebert. » Rencontre avec Michael “Bully” Herbig, in Supplément cinéma de Vocable, op.cit.

[4] Elizabeth Guilhamon, « Entre les lignes : le franchissement du Rideau de fer dans Ma vraie famille (2002), Vent d’Ouest (2011) et Rendez-vous l’an prochain (2013) », in Camarade, Steinle et al., La RDA et la société post-socialiste dans le cinéma allemand après 1989, op. cit., p.135-148.

La mode en RDA. Catwalk wider den Sozialismus. Die alternative Modeszene der DDR in den 1980er Jahren

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-27406?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-9&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-9&utm_campaign=htmldigest

CR du film de Florian Henckel von Donnersmarck, Werk ohne Autor, par Paul Maurice

 

L’Œuvre sans auteur / Werk ohne Autor

 

Treize ans après sa radioscopie de la surveillance des artistes en RDA par la Stasi dans La Vie des autres, Florian Henckel von Donnersmarck livre son troisième film, L’Œuvre sans auteur / Werk ohne Autor (sorti en France le 17 juillet 2019).

Dans ce film, historique et didactique, il dessine une fresque de plus de trois heures – en deux parties – qui couvre trente ans de l’histoire allemande. Débutant à Dresde au milieu des années 1930 sous le régime nazi et se terminant dans l’Allemagne de l’Ouest des années 1960, après la construction du Mur, un passage important du film est consacré à la RDA de l’après-guerre. Continuer la lecture de « CR du film de Florian Henckel von Donnersmarck, Werk ohne Autor, par Paul Maurice »

Le Heavy Metal en RDA – Wolf-Georg Zaddach, Heavy Metal in der DDR. Szene, Akteure, Praktiken

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-28506?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest

Compte rendu – Carnets de prison, d’Erich Honecker

Erich Honecker, Carnets de prison

Un compte rendu rédigé par David Frapet, docteur en histoire du droit de l’Université de Lyon 3, et Chevalier des Arts et des Lettres. Il se rend souvent en Allemagne, pays dont il apprécie la langue, la culture et les paysages romantiques. 

Les éditions Delga, spécialisées en Sciences Sociales, fondées en 2004 pour promouvoir la recherche marxiste ainsi que l’Histoire du mouvement ouvrier, ont très récemment  publié en langue française les Carnets de prison[1] d’Erich Honecker. Ironie du sort en effet, Erich Honecker ( 1912-1994), l’homme fort de l’ex RDA entre 1971 et 1989, période au cours de laquelle il occupa les fonctions de Secrétaire Général du SED ( le Parti Socialiste Unifié d’Allemagne – Sozialistische Einheitspartei Deutschlands -), mais aussi de Président du Conseil d’État et du Conseil de Défense Nationale de la RDA, fut incarcéré en 1992 à la prison berlinoise de Moabit, là-même où la Gestapo l’avait placé en détention entre 1935 et 1937. Continuer la lecture de « Compte rendu – Carnets de prison, d’Erich Honecker »

Compte rendu Uschi Brüning. So wie ich. Autobiographie. Ullstein Verlag, 2019 (mit Krista Maria Schädlich)

Uschi Brüning. So wie ich. Autobiographie. Ullstein Verlag, 2019 (mit Krista Maria Schädlich)

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Dans son Histoire culturelle de RDA[1], Gerd Dietrich consacre de nombreuses pages, fort bien documentées, à la scène musicale populaire, que la RDA plaçait sous le terme générique de Unterhaltungskunst (Art du divertissement). Même si, sur le plan de la méthode, il affirme vouloir déconnecter, dans la mesure du possible, les goûts et les pratiques culturelles de la politique culturelle, et donc avoir pour chacun de ces champs une périodisation propre, afin de distinguer la réalité vécue de la réalité idéelle, il n’échappe pas à la nécessité de considérer souvent ces deux champs dans leur interaction, voire dans leur concomitance. Continuer la lecture de « Compte rendu Uschi Brüning. So wie ich. Autobiographie. Ullstein Verlag, 2019 (mit Krista Maria Schädlich) »

A. Saunders: Memorializing the GDR. Monuments and Memory after 1989

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-29582?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-6&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-6&utm_campaign=htmldigest

Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019

Un compte rendu de Fanny Perrier, qui prépare un doctorat sur L’écriture de l’histoire dans l’œuvre romanesque de Christoph Hein depuis la réunification allemande.

CHRISTOPH  HEIN – GEGENLAUSCHANGRIFF (2019)

Réflexion sur la portée de l’ouvrage et sur la polémique que les propos de l’auteur ont déclenchée.

Dans le roman Frau Jenny Treibel de Theodor Fontane, Distelkamp critique la conception de l’histoire du professeur Schmidt : « Tu as toujours eu un faible pour l’anecdote, la peinture de genre. Ce qui importe dans l’histoire, ce sont seulement les grandes choses, pas les petites, les secondaires » [1]. Schmidt répond : « L’histoire néglige presque toujours ce à quoi elle devrait s’accrocher d’abord. […] Les choses secondaires, c’est exact, n’ont aucune importance quand elles sont seulement secondaires, quand il n’y a rien derrière ; mais, quand il y a quelque chose, cela devient l’essentiel, car on y trouve l’élément véritablement humain »[2]Le dernier ouvrage de Christoph Hein illustre à merveille cette importance de l’anecdote et des petites choses. Gegenlauschangriff, que l’on pourrait traduire mot à mot par « contre-écoute » ou « contre-surveillance »[3] est un recueil de 28 anecdotes, souvent très courtes – la plupart font moins de quatre pages – dans lequel l’auteur nous livre quelques souvenirs personnels, voire intimes sur la vie en RDA et dans l’Allemagne réunifiée. Continuer la lecture de « Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019 »

Histoire d’un camp de transit en RFA. Arne Hoffrichter: Verwaltung, Politik, Geheimdienste. Das Notaufnahmelager Uelzen-Bohldamm im Prozess der Zuwanderung aus SBZ und DDR 1945-1963

Arne Hoffrichter: Verwaltung, Politik, Geheimdienste. Das Notaufnahmelager Uelzen-Bohldamm im Prozess der Zuwanderung aus SBZ und DDR 1945-1963 (= Veröffentlichungen der historischen Kommission für Niedersachsen und Bremen; 297), Göttingen: Wallstein 2018, 403 S.

Compte rendu de Helga Heidemeyer publié dans sehepunkte.

L’image de la Stasi au cinéma. Andreas Kötzing (Hg.): Bilder der Allmacht

Andreas Kötzing (Hg.): Bilder der Allmacht. Die Staatssicherheit in Film und Fernsehen, Göttingen: Wallstein 2018, 336 S.

Compte rendu de Jens Gieseke publié dans sehepunkte

 

Le protestantisme en RDA/ Protestantismus in der DDR, Veronika Albrecht-Birkner

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-30605?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-5&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-5&utm_campaign=htmldigest

Surveillance de l’opposition par écoute téléphonique en RDA. I.-S. Kowalczuk u.a. (Hrsg.): Fasse Dich kurz!

Fasse Dich kurz!. Der grenzüberschreitende Telefonverkehr der Opposition in den 1980er Jahren und das Ministerium für Staatssicherheit Hrsg. v.
Kowalczuk, Ilko-Sascha; Polzin, Arno, Göttingen 2014: Vandenhoeck & Ruprecht

Compte rendu. Wolfgang Engler – Jana Hensel. Wer wir sind. Die Erfahrung, ostdeutsch zu sein.

Wolfgang Engler/Jana Hensel : Wer wir sind. Die Erfahrung, ostdeutsch zu sein, Berlin, Aufbau Verlag, 2018, 288 pages

Un compte rendu de Jean Mortier.

Qui nous sommes ! Et non pas : « Qui sommes-nous ? » La nuance est d’importance. De quoi les Allemands de l’Est sont-ils le nom ? Le titre de l’ouvrage est audacieux, car il laisse entendre, de façon presque catégorique, qu’il existe une singularité est-allemande, une « étrangeté », que nombre d’observateurs et analystes ouest-allemands ont été, dès le début des années quatre-vingt-dix, jusqu’à qualifier d’« ethnicité »[1]. Dans ce livre à deux voix, (deux voix de l’Est, mais de générations différentes), est abordée, sous des angles divers, cette question de l’identité est-allemande dont certaines manifestations, notamment les plus récentes, celles de Pegida et de l’AfD, ont décontenancé et choqué beaucoup d’Allemands de l’Ouest. Continuer la lecture de « Compte rendu. Wolfgang Engler – Jana Hensel. Wer wir sind. Die Erfahrung, ostdeutsch zu sein. »

W. Schmidt: Erinnerungen eines deutschen Historikers

Compte rendu sur l’autobiographie de l’un des historiens les plus fidèles au régime de la RDA :

Walter Schmidt  Erinnerungen eines deutschen Historikers. Vom schlesischen Auras an der Oder übers vogtländische Greiz und thüringische Jena nach Berlin,

Berlin 2018: Trafo Verlag, 562 S.

 

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-30485?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-4&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-4&utm_campaign=htmldigest

 

L’art dans l’espace public en RDA – Martin Maleschka, DDR-Baubezogene Kunst. Kunst im öffentlichen Raum 1950 bis 1990

Martin Maleschka, DDRBaubezogene Kunst. Kunst im öffentlichen Raum 1950 bis 1990, Berlin, DOM publishers, 2018, 504 p. (500 ill.)

Un compte rendu de Jean Mortier

Il subsiste encore aujourd’hui dans l’espace public des Nouveaux Länder de très nombreux vestiges d’art urbain, notamment les décorations de façades qui en RDA faisaient partie intégrante de la politique de construction – qu’il s’agisse des décors pour immeubles d’habitation, écoles ou ouvrages publics, la plupart construits à partir d’éléments modulaires préfabriqués en béton (Plattenbau). Certains ont très tôt disparu, beaucoup sont menacés de destructions. Dès 2005, Martin Maleschka, architecte de Cottbus né en 1962 à Eisenhüttenstadt, l’ancienne Stalinstadt, – nom qu‘elle conserva jusqu’en 1961 –, a eu à cœur de garder pour la postérité des traces photographiques de ces décorations. Il a ainsi, depuis 2005, année après année, constitué une collection de plus de 100 000 photographies qu’il a déposées sur une plate-forme internet. Continuer la lecture de « L’art dans l’espace public en RDA – Martin Maleschka, DDR-Baubezogene Kunst. Kunst im öffentlichen Raum 1950 bis 1990 »