Catalogue : Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967

Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967, Parenthèses, Marseille, 2021, 224 p. Textes de Nathalie Neumann, Ronan Guinée et Gabrielle de la Selle.

Nous avions déjà fait état dans ce carnet de recherche de l’exposition de photos de Willy Ronis sur la RDA, qui s’est achevée à Versailles le 18 septembre 2021. Le plaisir peut en être prolongé par la lecture du catalogue publié à cette occasion.

L’exposition de ces clichés commandés par les Échanges franco-allemands (association qui a précédé « France-RDA ») avait débuté en 1968 dans la ceinture rouge de Paris, à Montreuil, sans pouvoir alors, dans le contexte du Printemps de Prague, être montrée à Paris même, pour des raisons politiques. Signe des temps, c’est à Versailles qu’elle a été présentée un demi-siècle plus tard. Les textes du catalogue, publié en version bilingue, contextualisent les images au-delà de la Guerre froide et replacent ce travail dans l’œuvre du photographe humaniste.

Les photos reproduites sur environ 120 pages sont classées selon cinq thématiques principales. La partie « Europe vs RDA » met judicieusement en regard, sur des doubles-pages, une photo prise en RDA et une photo prise à Paris, ou bien ailleurs en Europe. La similitude de l’approche saute alors aux yeux : la RDA n’est pas opposée à l’Europe de l’Ouest mais incluse dans la culture européenne (l’objectif de l’exposition étant aussi, en 1968, de contribuer au mouvement pour la reconnaissance de l’État de RDA par les pays occidentaux). Willy Ronis n’a pas photographié de manifestations officielles du pouvoir, mais la partie « Politique » suggère un regard critique porté sur les scènes du quotidien : réception de la radio ouest-allemande par un transistor, contrastes sociaux. Le voyage à proprement parler se lit dans « Villes et paysages », qui montre surtout un pays en pleine mutation industrielle. Le photographe du quotidien excelle dans les portraits qui illustrent « Travail et loisirs » et « Arts et culture ». Continuer la lecture de « Catalogue : Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967 »

Deux nouveaux ouvrages sur l’œuvre de Wolfgang Hilbig

Un compte rendu rédigé par Katja Schubert, maître de conférences en littérature allemande contemporaine à l’université Paris Nanterre.

Stephan Pabst, Sylvie Arlaud,Bernard Banoun, Bénédicte Terrisse (Hg.): Wolfgang Hilbig und die [ganze] Moderne, Berlin, Verbrecher Verlag, 2021, 335 Seiten.

Bernard, Banoun, Bénédicte Terrisse, Sylvie Arlaud, Stephan Pabst (Hg.): Wolfgang Hilbigs Lyrik. Eine Werkexpedition, Berlin, Verbrecher Verlag, 2021, 479 Seiten.

« Also leben habe ich nicht gelernt, aber schreiben – denke ich manchmal[1] ».

Hervorgegangen aus einem deutsch-französischen Forschungsprogramm, das die Untersuchung des Werks von Wolfgang Hilbig mit Fragen zur Ost-West-Moderne verknüpfte, sind im Berliner Verbrecher Verlag im April 2021 die zwei Bände Wolfgang Hilbig und die [ganze] Moderne und Wolfgang Hilbigs Lyrik. Eine Werkexpedition erschienen.

Im Zentrum beider Publikationen steht die im Vergleich zur Prosa weniger bekannte Lyrik. Der erste Band legt den Akzent auf Fragen der Zugehörigkeit zur Moderne von Hilbigs Poetik, der zweite Band versteht sich vor allem als Bilanz und Anregung zur weiteren Erkundung von Hilbigs poetischem Werk. Beide Bände haben als weiteren Schwerpunkt auch rezeptionsgeschichtliche Fragen, d.h. Hilbig als Leser moderner Autorinnen und Autoren des 19. und 20. Jahrhunderts und wie deren Werk in sein eigenes Dichten einfloss. Continuer la lecture de « Deux nouveaux ouvrages sur l’œuvre de Wolfgang Hilbig »

Gabriele Eckart : Havelobst, Erinnerungen

Gabriele Eckart

Havelobst, Erinnerungen, Königshausen und Neumann, Würzburg, 2021

L’ouvrage publié en 2021 par Gabriele Eckart nous vient de loin : cette auteure avait connu son heure de gloire dans les années 1980, mais son nom était tombé dans un relatif oubli du fait de son absence sur la scène littéraire allemande depuis une trentaine d’années. Elle réapparaît cette année avec ce recueil de textes autobiographiques. Son titre, Havelobst, renvoie explicitement à l’ouvrage qui la fit connaître en 1984, So sehe ick die Sache. Alors envoyée dans la production après ses études, comme on le disait alors, elle avait été chargée de l’animation culturelle dans la coopérative agricole Havelobst, une entreprise d’État chargée de la culture et de la transformation des pommes dans cette région connue pour son arboriculture. La jeune écrivaine avait mené là une série d’entretiens avec les ouvriers et ouvrières, à partir desquels elle conçut un manuscrit de littérature documentaire. Continuer la lecture de « Gabriele Eckart : Havelobst, Erinnerungen »

Itinéraires contrariés de pièces de théâtre et d’auteurs dramatiques en RDA

Compte rendu de l’ouvrage : Manfred Karge, Hermann Wündrich, Erstürmt die Höhen der Kultur – Umkämpftes Theater in der DDR, Mainz, Ventil, 2020 (326 pages).

URL : https://www.ventil-verlag.de/titel/1886/ersturmt-die-hohen-der-kultur

De janvier 2013 à juin 2017 eut lieu une série de manifestations au Berliner Ensemble, qui suscita un vif intérêt chez les spectateurs : tous les mois, des comédiens lurent des « pièces de la RDA interdites et oubliées » (pour reprendre l’intitulé du projet). Les deux organisateurs, le metteur en scène Manfred Karge, lequel est également auteur dramatique, et le dramaturge (au sens allemand du terme[1]) Hermann Wündrich, en ont tiré un ouvrage, qui, en une succession de 39 brefs chapitres de 5 à 10 pages, présente une partie des textes lus au Berliner Ensemble et d’autres encore, tous ayant en commun d’avoir rencontré des difficultés pour être édités ou mis en scène en RDA. Les auteurs de ces pièces sont tantôt des figures du théâtre passées à la postérité, tels Bertolt Brecht ou Heiner Müller, tantôt des noms moins connus, par exemple des femmes (au demeurant très minoritaires dans le présent volume) comme Berta Waterstradt, qui remporta un certain succès à partir de la fin des années 1950 avec Ehesache Lorenz, une comédie sur un triangle amoureux, ou Regina Weicker, laquelle témoigne, dans son texte Die Ausgezeichneten (créé le 25 septembre 1974 à la Volksbühne) du quotidien d’une brigade entièrement féminine. Continuer la lecture de « Itinéraires contrariés de pièces de théâtre et d’auteurs dramatiques en RDA »

Die DDR als kulturhistorisches Phänomen zwischen Tradition und Moderne

Un ouvrage édité par Dorothee Röseberg et Monika Walter, Trafo Wissenschaftsverlag Berlin 2020, 344 p.

http://www.trafoberlin.de/978-3-86464-214-2.html

Compte rendu en français du colloque dont cet ouvrage est issu, par Françoise Knopper et Sylvie Le Grand

https://www.researchgate.net/publication/341656437_Die_DDR_als_kulturhistorisches_Phanomen_zwischen_Tradition_und_Moderne_Berlin_10-11_septembre_2019_Compte_rendu_Tagungsbericht_Review

 

 

Gunnar Decker, Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-94146?title=g-decker-zwischen-den-zeiten&recno=29&q=DDR&fq=&sort=newestPublished&page=2&total=2359

S. Lorenz: « Schwarze Schwester Angela » – Die DDR und Angela Davis

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-29593?title=s-lorenz-schwarze-schwester-angela-die-ddr-und-angela-davis&recno=18&q=DDR&sort=newestPublished&fq=&total=2359

CR publié ailleurs : Jessica Bock: Frauenbewegung in Ostdeutschland

Jessica Bock: Frauenbewegung in Ostdeutschland. Aufbruch, Revolte und Transformation in Leipzig 1980-2000 (= Studien zur Geschichte und Kultur Mitteldeutschlands; Bd. 6), Halle/Saale: mdv Mitteldeutscher Verlag 2020, 460 S., 13 s/w-Abb., 1 Tbl., ISBN 978-3-96311-395-6

http://www.sehepunkte.de/2021/02/35239.html

Recension de l’ouvrage d’Elisa Goudin-Steinmann et Agnès Arp, La RDA après la RDA – et interview avec Médiapart

Une recension de cet ouvrage, rédigée par Anne-Marie Pailhès, est parue dans le blog La vie des idées : https://laviedesidees.fr/Arp-Goudin-Steinmann-La-RDA-apres-la-RDA.html

Les abonnés à Médiapart peuvent aussi regarder en ligne l’interview filmé d’Elisa Goudin-Steinmann :https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/271220/allemagne-les-discours-sur-la-rda-sont-parfois-caricaturaux

 

Compte rendu – Daniela Dahn, Rainer Mausfeld, Tam Tam und Tabu

Daniela Dahn, Rainer Mausfeld : Tam Tam und Tabu. Die Einheit : Drei Jahrzehnte ohne Bewährung, Frankfurt/Main, Westend Verlag, 2020, 192 p.

Un compte rendu de Jean Mortier.

Nul n’ignore, en Allemagne, le nom de Daniela Dahn. Redoutable polémiste, elle est, par ses analyses percutantes des effets de la réunification sur l’Est de l’Allemagne et sur ses habitants, toujours allée à contre-courant des opinions établies et des récits convenus. Rares sont ses textes qui, au moment de leur publication n’ont pas été un événement médiatique en même temps qu’un sujet de controverses.

En sera-t-il de même de celui qui vient d’être publié et dont elle est la co-autrice avec Rainer Mausfeld ? On verra.

Rainer Mausfeld est moins connu du grand public. Depuis 2015 il publie sur les méthodes de manipulation mentale dans les médias et dans la politique, et sur la transformation, perçue par lui, de la démocratie représentative en une « démocratie d’élite néolibérale » (extrait de Wikipedia).

Le présent volume comporte cinq textes : trois d’entre eux ont Daniela Dahn pour auteur, Rainer Mausfeld en signe un ; le cinquième est un échange à deux voix. Continuer la lecture de « Compte rendu – Daniela Dahn, Rainer Mausfeld, Tam Tam und Tabu »

Roger Loewig, peintre, dessinateur, poète et ami. Un ouvrage d’Anna Schädlich

Compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Anna Schädlich : Ikarus, um deinen Flug beneide ich dich. Roger Loewig, Maler, Zeichner, Dichter und Freund. Mitteldeutscher Verlag, 2018

Ce livre n’est pas une classique biographie. Le dernier terme du titre,  « Freund », ami, nous indique que nous allons pénétrer un peu dans l’intimité de l’artiste. Roger Loewig deviendra en effet, à partir de 1980, un ami très proche des Schädlich, Hans Joachim et Krista Maria, lesquels « contraints de quitter librement la RDA » vivaient depuis 1977 à Berlin-Ouest. Cette intimité, leur fille Anna Schädlich, née en 1973, la partagera dès son plus jeune âge. Avec ce livre, d’une tonalité toute personnelle, on est souvent au plus près de l’artiste.

« Icare je t’envie de voler ». Le livre emprunte son titre à une poésie de Loewig qui, lue à l’enfant, est restée dans l’oreille de l’adulte. Car Loewig, peintre, dessinateur et graveur était aussi poète. Associé au groupe de peintres-poètes de Berlin (avec Günter Grass, Christoph Meckel et quelques autres) créé en 1972, il serait, selon elle, « le plus grand Malerpoet (peintre-poète) de l’Allemagne unifiée ».

À lire tous les témoignages d’admiration dont l’œuvre graphique de Loewig fut, de son vivant, l’objet, Continuer la lecture de « Roger Loewig, peintre, dessinateur, poète et ami. Un ouvrage d’Anna Schädlich »