Exposition Max Lingner à Montreuil, Musée de l’histoire vivante, 14 mars au 17 mai 2020

http://www.museehistoirevivante.fr/expositions/exposition-du-14-mars-au-17-mai-2020/max-lingner-a-la-recherche-du-temps-present

Du 14 mars au 17 mai 2020

Max Lingner. À la recherche du temps présent

Exposition proposée par la Fondation : Max-Lingner-Stiftung Berlin
Commissaires de l’exposition : Rahel Melis et Franck Hofmann

Si Lingner a pu devenir le portraitiste de l’ouvrier parisien c’est parce qu’il est un « maître de la réalité », un observateur et un fanatique du réel acharné à fixer ce qui est. C’est aussi ce qui donne de la tenue à ses peintures pleines de vie et d’élan, sans pathos. De la retenue dans les coloris, le plus souvent restreints à un gris argenté, un brun, une touche de rouge : il a l’étoffe d’un peintre muraliste.
Paul Westheim, 1939

Max Lingner quitte Weissenfels pour Paris en 1929. Dans la ville des avant-gardes artistiques, il est à la recherche d’impulsions nouvelles qu’il trouvera dans le mouvement ouvrier. Son emploi de dessinateur de presse pour Monde de Barbusse et l’Humanité, fait de lui l’artiste du Front populaire et du Parti communiste. Dans ce contexte, il développe un style éminemment moderne et conçoit une œuvre puissamment ancrée dans son engagement politique : « L’art est un acte, une action ». Pour Lingner l’art est également l’étude de l’expression humaine : ses images de la banlieue, des ouvriers et ouvrières, impressionnent par la sobriété radicale du trait, par le rapport entre figuration et réduction. De retour à Berlin, Lingner transpose, à partir de 1949, des motifs picturaux emblématiques et les grands décors qu’il avait réalisés pour la Fête de l’Humanité dans le contexte de la fondation de la RDA. Nommé professeur de « peinture du temps présent », il a à subir tout à la fois la pression de l’idéologie d’État, des circonstances politiques et de sa propre partialité. Dans l’édification d’un « nouveau réalisme allemand », l’appréhension du réel qui caractérise les œuvres de la période française de Lingner passe à l’arrière-plan. Le cycle mural monumental La Construction de la République dédié à la fondation de la RDA, à la Maison des Ministères est emblématique de la perte dans la sphère artistique soumise au dogme du réalisme socialiste. Mais la « recherche du temps présent » entreprise en France par Lingner conserve sa force trente ans après la chute du mur : en tant qu’interrogation sur le réalisme dans une politique contemporaine de l’art et sur l’humain dans une modernité sociale.

Diffusion sur ZDF de la série « Unterleuten », d’après le roman de Juli Zeh

Unterleuten, le roman de Juli Zeh paru en français sous le titre de Brandebourg, a déjà fait l’objet d’un compte rendu sur ce carnet. Son adaptation cinématographique en trois parties est disponible jusqu’en septembre 2020 sur la médiathèque de ZDF : https://www.zdf.de/serien/unterleuten/unterleuten—das-zerrissene-dorf-1-100.html

Kultur und Kulturpolitik in der Systemtransformation Mittel- und Ostmitteleuropas seit 1989

Colloque annulé et reporté à une date ultérieure (dans le cadre de la lutte contre le coronavirus).

Un colloque qui aura lieu à Leipzig les 18 et 19 mars 2020. Il concerne la politique culturelle en Allemagne de l’Est et dans les pays d’Europe de l’Est depuis 1989.

Présentation et programme :

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-42654?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2020-3&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2020-3&utm_campaign=htmldigest

Colloque (annulé) – Les femmes dans l’opposition et les subcultures en RDA, Bordeaux, 26-27 mars 2020

Ce colloque est annulé en raison de la fermeture des universités françaises à partir du 16 mars, pour une durée indéterminée. Nous vous informerons de la suite donnée à ce projet.

https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/les-femmes-dans-l-opposition-et-les-subcultures-en-rda.html

Stalinkomplex!? Deutsche Kulturkader im Moskauer Exil und in der DDR

Bochum, 18 au 20 février 2020.

Bourses de participation pour jeunes chercheurs – date limite de candidature : 31 janvier 2020

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-42158?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2020-1&utm_campaign=htmldigest

Soutenance de thèse Julien BEAUFILS – Sport et politique

13 décembre 2019, Université Sorbonne Nouvelle

Julien Beaufils, l’un des rédacteurs de ce carnet de recherche, a soutenu avec succès sa thèse de doctorat en Études germaniques intitulée :

Le quotidien d’une « école rouge ». La politisation protéiforme du sport en République Démocratique Allemande à l’exemple de la Deutsche Hochschule fûr Köperkultur de Leipzig (1969-1990)

Directeur :
M. Armin OWZAR- Université Sorbonne Nouvelle, CEREG

Membres du jury :

M. André GOUNOT, Professeur des universités
Université de Strasbourg
 
Mme Dominique HERBET,  Professeur des universités
Université de Lille

Mme Hélène MIARD-DELACROIX, Professeur des universités 
Université Paris 4 – Paris Sorbonne

M. Armin OWZAR , Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Mme Anne-Marie PAILHES, Maître de conférences HDR
Université Paris Nanterre

Bref résumé de la thèse

Le sport a été un des rares domaines où la RDA a atteint l’excellence mondiale, avec 519 médailles olympiques, dont 192 en or. Toutefois, pour les dirigeants du SED, « le sport n’est pas un objectif en soi, c’est un moyen d’atteindre cet objectif », comme l’avait déjà dit Erich Honecker en 1948, alors qu’il était président de la FDJ. Cette réussite sportive a cependant été acquise au prix d’un encadrement permanent et très strict de la part des autorités (moyens humains et financiers importants, dopage systématique, culte du secret, etc.). Pour le gouvernement, le sport était un outil devant servir à propager une image de puissance et d’indépendance. Continuer la lecture de « Soutenance de thèse Julien BEAUFILS – Sport et politique »

Avis de soutenance HDR de Sibylle Goepper, Université de Bordeaux

Le 9 décembre, Sibylle Goepper a soutenu avec succès à l'Université de Bordeaux, son habilitation à diriger des recherches intitulée :

"Contribution à l'étude des rapports entre écrivain, pouvoir et société pendant et après la RDA. Entre dissidence et subculture, collectif et individu, texte et corps"


Le jury était composé de :

Madame Florence Baillet (Université Paris-Sorbonne Nouvelle) - rapporteure
Monsieur Bernard Banoun (Université Paris-Sorbonne) - rapporteur
Monsieur Patrick Farges (Université Paris Diderot)
Madame Elizabeth Guilhamon (Université Bordeaux Montaigne)
Madame Françoise Lartillot (Université de Lorraine)
Madame Nicole Pelletier (Université Bordeaux Montaigne) - garante


Résumé de l’inédit

Esprit performatif : intermédialité, émotion, mémoire dans l’œuvre expérimentale et essayistique de Jan Faktor (1978-2018) – Sibylle Goepper

 

Ce travail constitue la première monographie consacrée à l’écrivain tchèque Jan Faktor, né à Prague en 1951, installé à Berlin-Est en 1978 et s’exprimant depuis les années 1980 en langue allemande. Il entreprend de croiser la perspective individuelle et collective, en se situant au plus près de l’œuvre de Faktor, mais également du côté de la génération des auteurs et artistes qui formèrent l’underground culturel au sein duquel il évolua jusqu’à la chute du Mur. Tout en accordant une large place au contexte, il adopte une perspective résolument esthétique. Afin de montrer les continuités et les évolutions, la cohérence et la richesse du parcours créatif de Jan Faktor, il dépasse également l’habituelle focalisation sur la période de la RDA et traite de l’époque du Tournant et des années 2000.

La réception de l’œuvre de Faktor a souffert du discrédit global qui s’est abattu sur les membres du « Prenzlauer Berg » après le scandale des « mouchards » de la Stasi. Il s’agissait donc d’interroger et de réviser le verdict d’innocuité politique (adressé au groupe et à la contre-culture qu’il incarne) et d’innocuité esthétique (adressé aux individus et à l’avant-garde dont ils se réclament) en particulier par Wolf Biermann. Sans retomber dans le travers de la critique ouest-allemande qui, dans les années 1980, avait vu dans cette production une remise en question frontale des structures du pouvoir en RDA, nous ne voulions pas évacuer la question du politique, mais examiner la dimension « protestataire », « subversive » de cette production en renouvelant les catégories d’analyse traditionnelles de « dissidence » et d’« opposition », peu à même de saisir une œuvre expérimentale telle que celle de Faktor

Pour ce faire, notre attention est tout d’abord allée à la tradition de Dada et de la poésie concrète, à laquelle Faktor se réfère à travers les figures de Kurt Schwitters et d’Ernst Jandl. L’exploration d’un corpus mixte, composé de textes, mais surtout de lectures enregistrées et de performances filmées rendait elle aussi justice à l’esprit des avant-gardes historiques. L’étude se penche ainsi sur l’aspect événementiel et spectaculaire de cette production, perspective qui a peu été adoptée, alors même que les filiations littéraires évoquées et la pratique des lectures dans les appartements privés en RDA semblaient y inviter. C’est ici le cas à l’aide de sources audio et vidéo inédites déposées par Jan Faktor à l’Académie des arts de Berlin en 2013.

Des actes de langage d’Austin aux travaux d’Erika Fischer-Lichte sur la performance théâtrale, en passant par la performativité littéraire théorisée par Derrida, la notion de « performatif » permet, dans ses diverses déclinaisons, de saisir les multiples facettes mais également la cohérence profonde de l’œuvre de Faktor : importance de l’oralité, du phonique, centralité du corps et de l’implication physique de l’artiste, notions d’événement, d’action et d’effet sur l’auditoire.

Différents volets de l’œuvre sont ainsi explorés. L’intermédialité, tout d’abord, présente aussi bien à travers les collaborations concrètes de Faktor avec d’autres artistes, notamment peintres et graphistes, qu’au sein de ses poèmes minimalistes ou sériels qui associent texte, image et son. Telle est la constellation performative qui ne s’adresse plus à l’intellect ou à la conscience mais aux couches les plus profondes du psychisme, bouleversant en profondeur l’expérience de lecture de celles et ceux qui la rencontrent.

Cet effet de déstabilisation est renforcé lorsque le texte est incarné en public. S’ajoute alors l’émotion, régulièrement mise en avant par Faktor dans ses déclarations. L’importance qu’il lui accorde suggère que la prestation scénique n’est pas un simple adjuvant de l’œuvre, motivé par le contexte de censure, mais bien au cœur de sa démarche. Si le concept d’émotion permet de remonter à la source de la subjectivité du créateur Faktor, elle possède également une dimension collective qui permet de poser différemment la question du subversif et du politique, notamment à l’aide des notions de « boucle rétroactive » et de « communauté ».

Lorsqu’enfin on suit l’œuvre au long cours, on assiste au dévoilement progressif d’une strate autobiographique et mémorielle, qui existait déjà chez certains représentants des avant-gardes historiques comme Jandl. Partant de cette hypothèse intime et existentielle, nous montrons comment le dispositif performatif est, à une époque où ils ne peuvent encore être les thèmes explicites de l’œuvre, la manifestation esthétique des traumas familiaux et personnels – Shoah, répression du Printemps de Prague et, dans une moindre mesure, vie sous le régime du SED. Le « bricolage avec les mots » apparaît dès lors comme le reflet du « bricolage avec l’identité » et la performance comme une étape d’élaboration nécessaire avant que n’adviennent la rencontre avec l’Histoire dans les spectacles des années 1990 et les narrations plus classiques dans les romans des années 2000.

 


Travaux de Sibylle Goepper : voir sur ce carnet de recherches https://allemagnest.hypotheses.org/?s=Goepper

Regard(s) sur Käthe Kollwitz : exposition et colloque à Strasbourg

https://calenda.org/715519

Alors que se tient au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg la première grande rétrospective française de l’œuvre de Käthe Kollwitz (1867-1945) et qu’a été publiée dans le même temps une édition complète de la traduction du Journal (1908-1944) et de différents écrits de Käthe Kollwitz, l’HiCSA et l’IDHES organisent un premier colloque français consacré à l’artiste, là où l’historiographie se développe surtout en Allemagne et aux États-Unis. Continuer la lecture de « Regard(s) sur Käthe Kollwitz : exposition et colloque à Strasbourg »

Projection du film Lange Weile de Tina Bara, Paris, Le Bal, 28 novembre 2019, 20 h

Tina Bara : Lange weile

Les années 1980 en RDA : une décennie de photos

Projection & Rencontre a/c Tina Bara et Henryk Gericke
Jeudi 28 novembre 2019 – 20h

Parcourant la dernière décennie de la RDA, le film Lange Weile (Un long moment d’ennui) de la photographe allemande Tina Bara traverse avec un regard intimiste sa vie, ses sentiments et son engagement politique dans cette période mouvementée de l’histoire. Par ricochets, c’est aussi les questionnements de sa génération qu’elle interroge. Montré à l’occasion de l’exposition Corps Impatients- Photographie est-allemande 1980-89 à Arles, le film sera projeté à Paris pour la première fois lors d’une soirée de rencontre avec la photographe et la commissaire d’exposition Sonia Voss. L’auteur, DJ et réalisateur Henryk Gericke, protagoniste majeur du mouvement punk en ex-RDA, sera aussi présent pour évoquer cette période historique importante.

Tina Bara est née en 1962 dans les environs de Berlin-Est, où elle étudie l’histoire et l’histoire de l’art avant de rejoindre la Hochschule für Grafik und Buchkunst à Leipzig pour étudier la photographie. Dès 1983 et jusqu’à son départ à l’Ouest en 1989, peu avant la chute du Mur, elle pratique la photographie de façon intensive, documentant au quotidien sa vie intime et celle de son entourage.L’ensemble des photographies prises pendant ces quelques années forment la matière d’un film réalisé en 2016, intitulé Lange Weile (Un long moment d’ennui), dans lequel elle revient sur son mode de vie, ses questionnements, ses sentiments, mais aussi son engagement politique pendant la dernière décennie de la RDA.

Film sous-titré en français et anglais. Rencontre en anglais.
Evènement organisé en collaboration avec le Goethe Institut

https://www.le-bal.fr/2019/11/tina-bara-lange-weile

Festival de cinéma Entrevues à Belfort : De l’autre côté du mur, le cinéma est-allemand – 18 au 25 novembre

Certaines séances seront présentées par notre collaboratrice Perrine Val

https://www.festival-entrevues.com/fr/retrospectives/2019/de-lautre-cote-du-mur-le-cinema-est-allemand

Klaus Schlesinger – La fin de la jeunesse. Edition bilingue de nouvelles et soirée de présentation.

Notre rédacteur, Daniel Argelès, publie un recueil bilingue de nouvelles de Klaus Schlesinger.

Quatre nouvelles de Klaus Schlesinger – quatre décennies d’histoire allemande.
Le destin d’un enfant messager de la résistance lors des derniers jours du ghetto de Varsovie ; le sort de deux amis inséparables le jour de la mise en place du Mur de Berlin ; les affres d’une femme d’âge mûr empêtrée dans une affaire de marché noir dans l’Allemagne divisée de l’après-guerre ; les rêves d’un enfant dans la RDA des années 1970 : dans chacun des récits proposés ici, Klaus Schlesinger place ses personnages au coeur de l’histoire allemande, face à son impact et aux choix qu’elle impose.
Né en 1937 à Berlin-Est, Klaus Schlesinger a vécu et écrit des deux côtés du Mur. Il écrit dans une langue à la fois simple, sensible et dotée d’une grande force narrative qui, de la Shoah au Mur, de la guerre froide à l’expérience du socialisme, aborde des thèmes essentiels de la littérature allemande.

https://www.editions.polytechnique.fr/?afficherfiche=238

Ce travail sera présenté lors d’une soirée à la Maison Heinrich Heine le 6 novembre 2019 à 19h30 : https://www.maison-heinrich-heine.org/manifestations-culturelles/2019/novembre/klaus-schlesinger-la-fin-de-la-jeunesse

Rappelons ici l’ouvrage  de Daniel Argelès : Schlesinger ou l’écriture de l’histoire.

 

Séries d’émissions sur la musique à Berlin : Berlin, le son du mur

Une série de cinq émissions diffusées en août 2019 sur France Culture

https://www.franceculture.fr/emissions/la-serie-musicale-dete/berlin-les-sons-du-mur

France Culture, série de cinq émissions sur la RDA : « 1989, la fin des certitudes »

Emission de Xavier Mauduit, « Le cours de l’histoire », du 26 au 30 août 2019, à réécouter :

https://www.franceculture.fr/emissions/series/1989-la-fin-des-certitudes

Notre rédacteur Jean Mortier intervient dans l’émission du 28 août à partir d’une contribution rédigée pour notre carnet de recherches.

Les jeunes Allemands dans la Guerre froide, colloque « Jugend im Kalten Krieg »

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-41016?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest