Avis de soutenance HDR de Sibylle Goepper, Université de Bordeaux

Le 9 décembre, Sibylle Goepper a soutenu avec succès à l'Université de Bordeaux, son habilitation à diriger des recherches intitulée :

"Contribution à l'étude des rapports entre écrivain, pouvoir et société pendant et après la RDA. Entre dissidence et subculture, collectif et individu, texte et corps"


Le jury était composé de :

Madame Florence Baillet (Université Paris-Sorbonne Nouvelle) - rapporteure
Monsieur Bernard Banoun (Université Paris-Sorbonne) - rapporteur
Monsieur Patrick Farges (Université Paris Diderot)
Madame Elizabeth Guilhamon (Université Bordeaux Montaigne)
Madame Françoise Lartillot (Université de Lorraine)
Madame Nicole Pelletier (Université Bordeaux Montaigne) - garante


Résumé de l’inédit

Esprit performatif : intermédialité, émotion, mémoire dans l’œuvre expérimentale et essayistique de Jan Faktor (1978-2018) – Sibylle Goepper

 

Ce travail constitue la première monographie consacrée à l’écrivain tchèque Jan Faktor, né à Prague en 1951, installé à Berlin-Est en 1978 et s’exprimant depuis les années 1980 en langue allemande. Il entreprend de croiser la perspective individuelle et collective, en se situant au plus près de l’œuvre de Faktor, mais également du côté de la génération des auteurs et artistes qui formèrent l’underground culturel au sein duquel il évolua jusqu’à la chute du Mur. Tout en accordant une large place au contexte, il adopte une perspective résolument esthétique. Afin de montrer les continuités et les évolutions, la cohérence et la richesse du parcours créatif de Jan Faktor, il dépasse également l’habituelle focalisation sur la période de la RDA et traite de l’époque du Tournant et des années 2000.

La réception de l’œuvre de Faktor a souffert du discrédit global qui s’est abattu sur les membres du « Prenzlauer Berg » après le scandale des « mouchards » de la Stasi. Il s’agissait donc d’interroger et de réviser le verdict d’innocuité politique (adressé au groupe et à la contre-culture qu’il incarne) et d’innocuité esthétique (adressé aux individus et à l’avant-garde dont ils se réclament) en particulier par Wolf Biermann. Sans retomber dans le travers de la critique ouest-allemande qui, dans les années 1980, avait vu dans cette production une remise en question frontale des structures du pouvoir en RDA, nous ne voulions pas évacuer la question du politique, mais examiner la dimension « protestataire », « subversive » de cette production en renouvelant les catégories d’analyse traditionnelles de « dissidence » et d’« opposition », peu à même de saisir une œuvre expérimentale telle que celle de Faktor

Pour ce faire, notre attention est tout d’abord allée à la tradition de Dada et de la poésie concrète, à laquelle Faktor se réfère à travers les figures de Kurt Schwitters et d’Ernst Jandl. L’exploration d’un corpus mixte, composé de textes, mais surtout de lectures enregistrées et de performances filmées rendait elle aussi justice à l’esprit des avant-gardes historiques. L’étude se penche ainsi sur l’aspect événementiel et spectaculaire de cette production, perspective qui a peu été adoptée, alors même que les filiations littéraires évoquées et la pratique des lectures dans les appartements privés en RDA semblaient y inviter. C’est ici le cas à l’aide de sources audio et vidéo inédites déposées par Jan Faktor à l’Académie des arts de Berlin en 2013.

Des actes de langage d’Austin aux travaux d’Erika Fischer-Lichte sur la performance théâtrale, en passant par la performativité littéraire théorisée par Derrida, la notion de « performatif » permet, dans ses diverses déclinaisons, de saisir les multiples facettes mais également la cohérence profonde de l’œuvre de Faktor : importance de l’oralité, du phonique, centralité du corps et de l’implication physique de l’artiste, notions d’événement, d’action et d’effet sur l’auditoire.

Différents volets de l’œuvre sont ainsi explorés. L’intermédialité, tout d’abord, présente aussi bien à travers les collaborations concrètes de Faktor avec d’autres artistes, notamment peintres et graphistes, qu’au sein de ses poèmes minimalistes ou sériels qui associent texte, image et son. Telle est la constellation performative qui ne s’adresse plus à l’intellect ou à la conscience mais aux couches les plus profondes du psychisme, bouleversant en profondeur l’expérience de lecture de celles et ceux qui la rencontrent.

Cet effet de déstabilisation est renforcé lorsque le texte est incarné en public. S’ajoute alors l’émotion, régulièrement mise en avant par Faktor dans ses déclarations. L’importance qu’il lui accorde suggère que la prestation scénique n’est pas un simple adjuvant de l’œuvre, motivé par le contexte de censure, mais bien au cœur de sa démarche. Si le concept d’émotion permet de remonter à la source de la subjectivité du créateur Faktor, elle possède également une dimension collective qui permet de poser différemment la question du subversif et du politique, notamment à l’aide des notions de « boucle rétroactive » et de « communauté ».

Lorsqu’enfin on suit l’œuvre au long cours, on assiste au dévoilement progressif d’une strate autobiographique et mémorielle, qui existait déjà chez certains représentants des avant-gardes historiques comme Jandl. Partant de cette hypothèse intime et existentielle, nous montrons comment le dispositif performatif est, à une époque où ils ne peuvent encore être les thèmes explicites de l’œuvre, la manifestation esthétique des traumas familiaux et personnels – Shoah, répression du Printemps de Prague et, dans une moindre mesure, vie sous le régime du SED. Le « bricolage avec les mots » apparaît dès lors comme le reflet du « bricolage avec l’identité » et la performance comme une étape d’élaboration nécessaire avant que n’adviennent la rencontre avec l’Histoire dans les spectacles des années 1990 et les narrations plus classiques dans les romans des années 2000.

 


Travaux de Sibylle Goepper : voir sur ce carnet de recherches https://allemagnest.hypotheses.org/?s=Goepper

Regard(s) sur Käthe Kollwitz : exposition et colloque à Strasbourg

https://calenda.org/715519

Alors que se tient au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg la première grande rétrospective française de l’œuvre de Käthe Kollwitz (1867-1945) et qu’a été publiée dans le même temps une édition complète de la traduction du Journal (1908-1944) et de différents écrits de Käthe Kollwitz, l’HiCSA et l’IDHES organisent un premier colloque français consacré à l’artiste, là où l’historiographie se développe surtout en Allemagne et aux États-Unis. Continuer la lecture de « Regard(s) sur Käthe Kollwitz : exposition et colloque à Strasbourg »

Projection du film Lange Weile de Tina Bara, Paris, Le Bal, 28 novembre 2019, 20 h

Tina Bara : Lange weile

Les années 1980 en RDA : une décennie de photos

Projection & Rencontre a/c Tina Bara et Henryk Gericke
Jeudi 28 novembre 2019 – 20h

Parcourant la dernière décennie de la RDA, le film Lange Weile (Un long moment d’ennui) de la photographe allemande Tina Bara traverse avec un regard intimiste sa vie, ses sentiments et son engagement politique dans cette période mouvementée de l’histoire. Par ricochets, c’est aussi les questionnements de sa génération qu’elle interroge. Montré à l’occasion de l’exposition Corps Impatients- Photographie est-allemande 1980-89 à Arles, le film sera projeté à Paris pour la première fois lors d’une soirée de rencontre avec la photographe et la commissaire d’exposition Sonia Voss. L’auteur, DJ et réalisateur Henryk Gericke, protagoniste majeur du mouvement punk en ex-RDA, sera aussi présent pour évoquer cette période historique importante.

Tina Bara est née en 1962 dans les environs de Berlin-Est, où elle étudie l’histoire et l’histoire de l’art avant de rejoindre la Hochschule für Grafik und Buchkunst à Leipzig pour étudier la photographie. Dès 1983 et jusqu’à son départ à l’Ouest en 1989, peu avant la chute du Mur, elle pratique la photographie de façon intensive, documentant au quotidien sa vie intime et celle de son entourage.L’ensemble des photographies prises pendant ces quelques années forment la matière d’un film réalisé en 2016, intitulé Lange Weile (Un long moment d’ennui), dans lequel elle revient sur son mode de vie, ses questionnements, ses sentiments, mais aussi son engagement politique pendant la dernière décennie de la RDA.

Film sous-titré en français et anglais. Rencontre en anglais.
Evènement organisé en collaboration avec le Goethe Institut

https://www.le-bal.fr/2019/11/tina-bara-lange-weile

Festival de cinéma Entrevues à Belfort : De l’autre côté du mur, le cinéma est-allemand – 18 au 25 novembre

Certaines séances seront présentées par notre collaboratrice Perrine Val

https://www.festival-entrevues.com/fr/retrospectives/2019/de-lautre-cote-du-mur-le-cinema-est-allemand

Klaus Schlesinger – La fin de la jeunesse. Edition bilingue de nouvelles et soirée de présentation.

Notre rédacteur, Daniel Argelès, publie un recueil bilingue de nouvelles de Klaus Schlesinger.

Quatre nouvelles de Klaus Schlesinger – quatre décennies d’histoire allemande.
Le destin d’un enfant messager de la résistance lors des derniers jours du ghetto de Varsovie ; le sort de deux amis inséparables le jour de la mise en place du Mur de Berlin ; les affres d’une femme d’âge mûr empêtrée dans une affaire de marché noir dans l’Allemagne divisée de l’après-guerre ; les rêves d’un enfant dans la RDA des années 1970 : dans chacun des récits proposés ici, Klaus Schlesinger place ses personnages au coeur de l’histoire allemande, face à son impact et aux choix qu’elle impose.
Né en 1937 à Berlin-Est, Klaus Schlesinger a vécu et écrit des deux côtés du Mur. Il écrit dans une langue à la fois simple, sensible et dotée d’une grande force narrative qui, de la Shoah au Mur, de la guerre froide à l’expérience du socialisme, aborde des thèmes essentiels de la littérature allemande.

https://www.editions.polytechnique.fr/?afficherfiche=238

Ce travail sera présenté lors d’une soirée à la Maison Heinrich Heine le 6 novembre 2019 à 19h30 : https://www.maison-heinrich-heine.org/manifestations-culturelles/2019/novembre/klaus-schlesinger-la-fin-de-la-jeunesse

Rappelons ici l’ouvrage  de Daniel Argelès : Schlesinger ou l’écriture de l’histoire.

 

Séries d’émissions sur la musique à Berlin : Berlin, le son du mur

Une série de cinq émissions diffusées en août 2019 sur France Culture

https://www.franceculture.fr/emissions/la-serie-musicale-dete/berlin-les-sons-du-mur

France Culture, série de cinq émissions sur la RDA : “1989, la fin des certitudes”

Emission de Xavier Mauduit, “Le cours de l’histoire”, du 26 au 30 août 2019, à réécouter :

https://www.franceculture.fr/emissions/series/1989-la-fin-des-certitudes

Notre rédacteur Jean Mortier intervient dans l’émission du 28 août à partir d’une contribution rédigée pour notre carnet de recherches.

Les jeunes Allemands dans la Guerre froide, colloque “Jugend im Kalten Krieg”

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-41016?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest

Leipzig : exposition Point of No Return. “Wende und Umbruch in der ostdeutschen Kunst”

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-41014?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest

Photographie est-allemande aux rencontres d’Arles jusqu’au 22 septembre !

Corps impatients

Photographie est-allemande, 1980 — 1989

1 juillet – 22 septembre

10H00 – 19H30

30 ans après la chute du mur de Berlin, que sait-on en France de la photographie est-allemande ? De ce large chapitre encore trop peu connu, l’exposition met en avant la dernière décennie, par le prisme du corps. Elle entend montrer comment, dans un état autoritaire reposant sur la négation de l’individu, l’enfermement physique, la surveillance et la normativité, la photographie fut un médium par lequel les artistes ont manifesté la singularité de leur vie, de leur rapport au corps, exprimant ainsi une puissante liberté intérieure. Après trois décennies marquées par une photographie documentaire et humaniste, le début des années 1980 voit apparaître un langage plus subjectif et hybride. Sans désavouer l’héritage de leurs aînés, les photographes se détachent du réalisme subtilement critique de ceux-ci pour s’attaquer de front aux tabous sociaux et donner chair aux hommes et femmes de leur temps. Les corps, marginaux ou solidaires, mis en scène ou auto-performés, rêveurs, introspectifs, explosifs, racontent avant tout la vie qui déborde sous le couvercle de la répression, la solitude de l’individu au sein de la collectivité, l’irréductibilité du sujet.

https://www.rencontres-arles.com/fr/expositions/view/757/corps-impatients

Voir quelques photos :

https://www.lense.fr/news/le-corps-dans-lallemagne-de-lest-la-photo-comme-exutoire/

 

Internationale Tagung – Die DDR als kulturhistorisches Phänomen zwischen Tradition und Moderne 10./11. September 2019

Annonce d’un colloque sur la RDA, organisé par la Leibniz-Sozietät.

Lieu :

Einstein-Saal der Archenhold-Sternwarte

Alt-Treptow 1, 12435 Berlin-Treptow

Programme:

Continuer la lecture de « Internationale Tagung – Die DDR als kulturhistorisches Phänomen zwischen Tradition und Moderne 10./11. September 2019 »

Séminaire franco-allemand : “La RDA et sa postérité”, Berlin, avril-juillet 2019

11 avril : Nicolas Offenstadt, “Le pays disparu”

16 mai : Sarah Kiani, “Sexual revolution oder sexual evolution? Repression und Überwachung von Homosexualitäten im Vergleich: Berlin-Ost und Berlin-West (1970–1980)”

10 juillet : Etienne Dubslaff, “Die Bedeutung sozialdemokratischen Handelns im letzten Jahr der DDR”

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-39790?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest

Journée d’étude sur Lutz Seiler, 22 mars 2019, Paris

L’écrivain Luz Seiler est en résidence d’écrivain à la Sorbonne en mars et avril 2019.

Une journée d’étude lui est consacrée :

https://www.maison-heinrich-heine.org/manifestations-culturelles/2019/mars/lutz-seiler

Lectures de Volker Braun à Paris, Toulouse, Montpellier et Lyon, 2 au 8 avril

Lectures de Volker Braun

à l’occasion de la parution de Poèmes choisis (Gallimard)
traduits par Jean-Paul Barbe et Alain Lance
Préface d’Alain Lance

http://adeaf.net/Lectures-de-Volker-Braun

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Poesie-Gallimard/Poemes-choisis2