Compte rendu : Verwirrnis – le dernier roman de Christoph Hein (2018)

Christoph Hein. Verwirrnis, Suhrkamp, 2018.

Un compte rendu de Fanny Perrier, qui prépare un doctorat sur l’écriture de l’histoire dans l’œuvre romanesque de Christoph Hein depuis 1990.

Le titre de l’ouvrage mérite un commentaire. Ce terme « Verwirrnis », introuvable dans les dictionnaires de référence, n’est pourtant pas un néologisme ; il s’agit plutôt d’un archaïsme dont le Dictionnaire de Grimm mentionne quelques rares occurrences, essentiellement dans la littérature du XVIème siècle, pour désigner un état d’âme proche de celui qu’exprime le terme plus moderne « Verwirrung » : confusion, désarroi.  Continuer la lecture de « Compte rendu : Verwirrnis – le dernier roman de Christoph Hein (2018) »

Compte rendu : Thomas Höpel, Opposition, Dissidence et “Resistenz” à Leipzig, 1945-1989

Thomas Höpel, Opposition, Dissidenz und Resistenz in Leipzig 1945-1989, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2018, 229 p.

Un compte rendu rédigé par Anne-Marie Pailhès.

Thomas Höpel, historien spécialiste de l’histoire culturelle des villes, vient de publier un volume sur un sujet proche de celui des germanistes Hélène Camarade et Sibylle Goepper, Résistance, dissidence et opposition en RDA (1949-1990)  paru en 2016. Dans une collection consacrée ici à l’histoire de Leipzig, et placée sous l’égide du maire de la ville, ce volume est le premier qui concerne exclusivement la ville pendant l’après-guerre et l’époque de la RDA (Les quatorze autres survolant la plupart du temps les siècles à partir de thématiques générales). Cette époque est abordée en premier lieu, comme c’est souvent le cas dans la recherche allemande actuelle, sous l’angle de la dictature et de la répression. Continuer la lecture de « Compte rendu : Thomas Höpel, Opposition, Dissidence et “Resistenz” à Leipzig, 1945-1989 »

Compte rendu. Kristina Volke, quand le peintre Heisig peignait le chancelier Schmidt.

Kristina Volke: Heisig malt Schmidt. Eine deutsche Geschichte über Kunst und Politik. Ch. Links Verlag, Berlin, 2018, 224 pages

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier, maître de conférences honoraire de l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

 

Helmut Schmidt

Taille : 1,72 m

Aime les pommes de terre sautées avec boulettes de viande et salade de haricots

N’aime pas les lits trop mous

Trois indications parmi beaucoup d’autres – dont l’importance n’échappe à personne – recueillies par la Stasi avant la visite de Helmut Schmidt à Gustrow en 1981 en sa qualité de chancelier d’Allemagne Fédérale.

On ne connaîtra en revanche ni le poids ni la pointure de l’intéressé, les archivistes (de la BStU, l’administration chargée de gérer les archives de la Stasi) ayant estimé nécessaire de noircir ces deux indications. Allez savoir pourquoi !

Helmut Schmidt n’était pas un ami de la RDA. Continuer la lecture de « Compte rendu. Kristina Volke, quand le peintre Heisig peignait le chancelier Schmidt. »