Deux nouveaux ouvrages sur l’œuvre de Wolfgang Hilbig

Un compte rendu rédigé par Katja Schubert, maître de conférences en littérature allemande contemporaine à l’université Paris Nanterre.

Stephan Pabst, Sylvie Arlaud,Bernard Banoun, Bénédicte Terrisse (Hg.): Wolfgang Hilbig und die [ganze] Moderne, Berlin, Verbrecher Verlag, 2021, 335 Seiten.

Bernard, Banoun, Bénédicte Terrisse, Sylvie Arlaud, Stephan Pabst (Hg.): Wolfgang Hilbigs Lyrik. Eine Werkexpedition, Berlin, Verbrecher Verlag, 2021, 479 Seiten.

« Also leben habe ich nicht gelernt, aber schreiben – denke ich manchmal[1] ».

Hervorgegangen aus einem deutsch-französischen Forschungsprogramm, das die Untersuchung des Werks von Wolfgang Hilbig mit Fragen zur Ost-West-Moderne verknüpfte, sind im Berliner Verbrecher Verlag im April 2021 die zwei Bände Wolfgang Hilbig und die [ganze] Moderne und Wolfgang Hilbigs Lyrik. Eine Werkexpedition erschienen.

Im Zentrum beider Publikationen steht die im Vergleich zur Prosa weniger bekannte Lyrik. Der erste Band legt den Akzent auf Fragen der Zugehörigkeit zur Moderne von Hilbigs Poetik, der zweite Band versteht sich vor allem als Bilanz und Anregung zur weiteren Erkundung von Hilbigs poetischem Werk. Beide Bände haben als weiteren Schwerpunkt auch rezeptionsgeschichtliche Fragen, d.h. Hilbig als Leser moderner Autorinnen und Autoren des 19. und 20. Jahrhunderts und wie deren Werk in sein eigenes Dichten einfloss. Continuer la lecture de « Deux nouveaux ouvrages sur l’œuvre de Wolfgang Hilbig »

Gabriele Eckart : Havelobst, Erinnerungen

Gabriele Eckart

Havelobst, Erinnerungen, Königshausen und Neumann, Würzburg, 2021

L’ouvrage publié en 2021 par Gabriele Eckart nous vient de loin : cette auteure avait connu son heure de gloire dans les années 1980, mais son nom était tombé dans un relatif oubli du fait de son absence sur la scène littéraire allemande depuis une trentaine d’années. Elle réapparaît cette année avec ce recueil de textes autobiographiques. Son titre, Havelobst, renvoie explicitement à l’ouvrage qui la fit connaître en 1984, So sehe ick die Sache. Alors envoyée dans la production après ses études, comme on le disait alors, elle avait été chargée de l’animation culturelle dans la coopérative agricole Havelobst, une entreprise d’État chargée de la culture et de la transformation des pommes dans cette région connue pour son arboriculture. La jeune écrivaine avait mené là une série d’entretiens avec les ouvriers et ouvrières, à partir desquels elle conçut un manuscrit de littérature documentaire. Continuer la lecture de « Gabriele Eckart : Havelobst, Erinnerungen »

Colloque Femmes de RDA de 1949 à nos jours, Institut Goethe de Bordeaux, 23-24 septembre 2021.

Le colloque Femmes de RDA de 1949 à nos jours, qui aurait dû avoir lieu en mars 2020 à l’université de Bordeaux, se tiendra les 23 et 24 septembre 2021 à l’Institut Goethe.

Informations et programme à télécharger sous le lien suivant : https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/colloque-international-femmes-de-rda-de-1949-a-nos-jours.html#

Itinéraires contrariés de pièces de théâtre et d’auteurs dramatiques en RDA

Compte rendu de l’ouvrage : Manfred Karge, Hermann Wündrich, Erstürmt die Höhen der Kultur – Umkämpftes Theater in der DDR, Mainz, Ventil, 2020 (326 pages).

URL : https://www.ventil-verlag.de/titel/1886/ersturmt-die-hohen-der-kultur

De janvier 2013 à juin 2017 eut lieu une série de manifestations au Berliner Ensemble, qui suscita un vif intérêt chez les spectateurs : tous les mois, des comédiens lurent des « pièces de la RDA interdites et oubliées » (pour reprendre l’intitulé du projet). Les deux organisateurs, le metteur en scène Manfred Karge, lequel est également auteur dramatique, et le dramaturge (au sens allemand du terme[1]) Hermann Wündrich, en ont tiré un ouvrage, qui, en une succession de 39 brefs chapitres de 5 à 10 pages, présente une partie des textes lus au Berliner Ensemble et d’autres encore, tous ayant en commun d’avoir rencontré des difficultés pour être édités ou mis en scène en RDA. Les auteurs de ces pièces sont tantôt des figures du théâtre passées à la postérité, tels Bertolt Brecht ou Heiner Müller, tantôt des noms moins connus, par exemple des femmes (au demeurant très minoritaires dans le présent volume) comme Berta Waterstradt, qui remporta un certain succès à partir de la fin des années 1950 avec Ehesache Lorenz, une comédie sur un triangle amoureux, ou Regina Weicker, laquelle témoigne, dans son texte Die Ausgezeichneten (créé le 25 septembre 1974 à la Volksbühne) du quotidien d’une brigade entièrement féminine. Continuer la lecture de « Itinéraires contrariés de pièces de théâtre et d’auteurs dramatiques en RDA »