Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA.

Compte rendu rédigé par Carola Hähnel-Mesnard, Maîtresse de conférences HDR en littérature allemande, Université de Lille.

Anne M. N. Sokoll, Die schreibenden Arbeiter der DDR. Zur Geschichte, Ästhetik und Kulturpraxis einer „Literatur von unten“, Bielefeld, transcript Verlag, 2021 (= Düsseldorfer Schriften zur Literatur und Kulturwissenschaft, Bd. 15), 493 p.

Parmi les travaux de recherche sur la politique culturelle et le champ littéraire de la RDA, une étude exhaustive sur le mouvement des « ouvriers-écrivains » faisait jusque-là défaut. On ne peut que saluer l’initiative de la germaniste Anne M. N. Sokoll de s’être penchée sur ce sujet dans sa thèse de doctorat soutenue en 2016 à l’université de Düsseldorf et dont le présent ouvrage est issu.

Le mouvement des « ouvriers-écrivains » a été initié dans le contexte de la « voie de Bitterfeld » (Bitterfelder Weg), une initiative de politique culturelle au tournant des années 1950/1960 visant à Continuer la lecture de « Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA. »

Appel à communication : Histoire, archives et mémoires des dissidents et exilés de l’URSS et de l’Europe socialiste (1945-1991)

Colloque international de clôture du projet CollEx Persée DISSINVENT.
Histoire, archives et mémoires des dissidents et exilés de l’URSS et de l’Europe socialiste
(1945-1991)
2 et 3 juin 2022

Terre d’asile pour les « vagues » successives d’émigration de Russie, d’Union soviétique et d’Europe centrale et orientale, la France devient l’un des pays d’accueil de la dissidence venue du « bloc » socialiste européen pendant la longue guerre froide. Si pour certains, la France est une plateforme de passage vers le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Amérique du Nord ou Israël, d’autres s’y installent durablement. Un tissu politique et associatif particulièrement actif fait le lien tant avec les diasporas émigrées qu’avec les institutions françaises et les groupes ou les personnes restées à l’Est.
Ces hommes et ces femmes ont produit un important patrimoine documentaire qui reste mal connu, parfois menacé, concernant leur activité éditoriale, de création, de publication et de recherche ainsi que leurs engagements politiques dans ce que l’on peut nommer très largement les « dissidences ». Ils ont aussi été les acteurs de la collecte patrimoniale publique et privée, de son traitement et de sa valorisation, comme collectionneurs, donateurs ou en devenant eux-mêmes des professionnels de la documentation. Ils ont parfois écrit leur propre histoire, et ont été fréquemment sollicités depuis les années 1990 pour des témoignages audiovisuels.

https://lcbam.hypotheses.org/1081