Daniel Argelès – Les odeurs de ma vie

Nous prolongeons notre exploration des odeurs de la RDA par la publication d’un texte inédit de Daniel Argelès.

Notre rédacteur Daniel Argelès enseigne la langue et la culture allemande à l’École Polytechnique. Il est l’auteur d’une thèse sur Klaus Schlesinger, d’articles universitaires et d’ouvrages sur la littérature allemande, de traductions littéraires de l’allemand et de nouvelles. Il réserve aux lectrices et lecteurs de ce carnet la primeur de ce texte dans lequel les odeurs de la RDA jouent un rôle important.

Les odeurs de ma vie

Des franges dans la lumière, qui vibrent sous son souffle. Un liseré blanc, des fils beiges tressés au bout d’un pompon. Une odeur de gomme ou de mastic, quelque part entre chantier et hôpital. Les veinules grisées d’un lino, froid contre sa joue. Son épaule droite le lance, il a le muscle du bras endolori. Il soupire et son souffle fait danser la pointe d’un pompon sous ses yeux. Au-delà de la bande de lumière commence l’ombre. Quelque chose peut-être s’y tient tapi, puissances sourdes, comme dans son enfance. Ce goût de sang lorsqu’il avale. S’est-il cassé quelque chose, mordu la langue ? Comment est-il tombé ?

Martin se soulève sur un coude, écarte la poignée rétractable de la valise qui lui meurtrissait l’épaule. Il roule sur le dos, repousse dans un corps à corps maladroit le bagage dont la coque lui froisse les côtes. Une rangée d’extincteurs le fixe depuis le plafond. Il entend le souffle de l’air conditionné, troublé par un léger bruit de moteur, signe d’une machine mal entretenue. Oui, c’est cela, le souvenir lui revient : Chicago, salon de la clim’. Une journée mal engagée, les flyers oubliés, l’ordi qui ne reconnaît pas le projo. La réservation d’hôtel ratée. Sa secrétaire, hystérique au téléphone. « Comment ça, plus de place au Hilton ? Mais ils avaient confirmé ! » Leur prise de bec. « Tu te débrouilles, tu me trouves quelque chose ! » Coups de fil stressés, hôtel de rechange, au centre-ville quand même. L’éreintement d’une journée d’expo, mal de tête, abus de donuts et de mauvais café. Cartes de visite, pitchs commerciaux. Deux signatures quand même, dont cette boîte d’électronique, dans le Minnesota. Puis la navette pour le centre-ville, entouré d’une vingtaine de confrères bavards. Le front de lac, le haricot métallique, le pont-levis sur la rivière, la trouée de lumière entre les gratte-ciel. L’arrêt devant la statue géante de Marilyn, attraction de l’année, la moitié des gars voulaient se prendre en photo. Un vertige, déjà, dans l’air étouffant de la place. Continuer la lecture de « Daniel Argelès – Les odeurs de ma vie »

Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Par Camille Grapa, diplômée du master Métiers de la culture dans le domaine franco-allemand, Université Sorbonne Nouvelle.  Elle a rédigé un mémoire sous la direction d’Elisa Goudin-Steinmann.

Le présent article résulte d’un travail de master et d’une enquête sur les dispositifs olfactifs des expositions allemandes contemporaines, qui avait abouti à une première typologie de ces manifestations, soutenu en juin 2022 à l’Université de Paris 3. Pour cet article, nous nous concentrons sur la question des odeurs en RDA : que sentait la RDA ? Comment la Stasi utilisait-elle les odeurs ? Quel rapport à l’olfaction peut-on mettre en évidence dans les expositions récentes ayant trait à la RDA ?

A la suite de la chute du mur de Berlin en 1989, on observe l’apparition d’un phénomène que l’artiste est-allemand Uwe Steimle nomme pour la première fois en 1992 « Ostalgie[1] ». La population est-allemande se trouve confrontée sans transition à un nouveau système politique et économique, ressentant une difficulté à se trouver des points communs avec ses compatriotes de l’Ouest. Eux aussi ont du mal à comprendre un mode de vie imposé à l’Est pendant 40 ans. L’« Ostalgie » correspond alors à une nostalgie de l’enfance ou de la jeunesse : on se souvient par exemple de l’entraide informelle qui palliait les carences du système, ou on a encore le souvenir des produits typiques consommés.

L’olfaction a un pouvoir d’évocation très fort, notamment du fait de la partie du cerveau qui permet d’analyser et interpréter les odeurs, le « bulbe olfactif » situé à côté de l’hippocampe, qui joue un rôle dans la création et la fixation des souvenirs. La mémoire olfactive est souvent brusque, intense et involontaire et renvoie à des souvenirs fabriqués pendant l’enfance ou la jeunesse. La capacité mnésique de l’olfaction, soit l’usage des odeurs, peut aider la mémoire et ainsi faciliter l’apprentissage.

Une histoire du sensible qui serait celle de l’odorat à l’époque de la RDA reste encore largement à écrire. De ce point de vue, la Guerre froide représente un moment de conflit, de rivalité culturelle matérielle qui passe aussi par les sens[2]. Nous interrogerons ici la manière dont cette période historique peut être racontée à travers le souvenir olfactif des gens qui l’ont vécue, mais aussi par le biais des manifestations odorantes de l’époque et leurs traductions contemporaines actuelles, dans une série d’expositions et d’artistes qui se sont emparé du sujet.

L’invention de l’odeur est-allemande

Le phénomène de l’Ostalgie survient presque immédiatement après la chute du mur de Berlin en 1990. Il faut préciser ici quelques éléments de contextualisation : l’Allemagne de l’Est est alors une société très industrielle, le socialisme y est profondément lié à une idéologie de production[3]. La loyauté envers l’État est assurée par les industries, qui pratiquent une forme de paternalisme, en concentrant un lieu de travail, des possibilités de socialisation, avec des voyages organisés par exemple, et des commodités importantes, en proposant souvent une garderie, un magasin général, ou encore un cabinet médical. Le lieu de travail est ainsi un espace symbolique de communauté et offre un sentiment général d’appartenance. Il faut aussi prendre en compte le fait que l’offre des produits est-allemands reste quasiment identique tout au long des quarante années de la République Démocratique. On n’observe peu d’innovation dans les produits, ce qui ajoute au sentiment général que cette proposition immuable fait partie d’une identité est-allemande. Ce sentiment a été renforcé à partir de 1989 a contrario par un discours « triomphaliste » capitaliste considérant les produits est-allemands comme ternes et de mauvaise facture. Continuer la lecture de « Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search