1. Dirk Oschmann – L’Est, une invention de l’Ouest ? Bonnes feuilles en français. Préface

L’ouvrage de Dirk Oschmann sur l’Allemagne de l’Est continue d’être au centre de la discussion sur les rapports entre Est et Ouest. Après un compte rendu de l’ouvrage, paru ici en 2023, nous vous proposons, avec l’accord de l’auteur et de son éditeur (Ullstein), quelques bonnes feuilles marquantes de cet essai qui n’a pas encore été publié en français.

Ces traductions ont été élaborées avec des étudiants du master MEEF de l’Université de Paris Nanterre, sous la direction d’Anne-Marie Pailhès. Nous vous présentons cinq extraits, qui font l’objet de cinq publications distinctes dans ce carnet de recherches.

1. Préface

Préface[1]

Ce petit livre est la version longue d’un article sur l’imbroglio interallemand que j’ai publié le 4 février 2022 dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung sous le titre Wie sich der Westen den Osten erfindet (Comment l’Ouest s’invente l’Est). La nature et l’abondance des réactions publiques et privées suggèrent qu’il convient non seulement de compléter et de préciser l’argumentation, mais aussi de mettre en lumière les antécédents et les suites de l’article. Elles invitent en outre à contredire explicitement et d’emblée une erreur d’interprétation apparue ça et là, à savoir que je plaiderais pour une “identité de l’Est” spécifique : c’est le contraire qui est vrai. Il s’agit ici, pour reprendre un mot du philosophe français Jacques Rancière, de “désidentification”. Par ailleurs, il a occasionnellement été reproché à l’article de “manquer de nuance”. Mais ici, nuancer revient à ne s’intéresser qu’à l’arbre qui cache la forêt. Or il est grand temps de rappeler la forêt à notre bon souvenir.

Cela semble d’autant plus important qu’il y va de l’état de crise dans lequel se trouve la démocratie elle-même, voire de ses chances de survie en Allemagne. La rapidité avec laquelle les démocraties peuvent subir des dommages immenses a malheureusement déjà été observée ces dernières années dans des pays voisins limitrophes, sans parler du nombre croissant de dictatures dans le monde. Si, en Allemagne, on ne parle pas de manière fondamentalement différente de l'”Ouest” et de l'”Est”, et surtout si les ostracismes systématiques et les sévères discriminations politiques, économiques et sociales dont l’Est fait l’objet depuis plus de 30 ans ne cessent pas, ce pays n’a aucune perspective de stabilité sociale à long terme. Pour cela, il faut enfin comprendre à quel point nous sommes désormais parvenus. C’est ce point qu’il s’agit de regarder en face. Pourtant, les choses sont si évidentes qu’il suffit de les dire franchement une bonne fois pour toutes. Au fond, je n’avance rien de nouveau. On peut déjà savoir tout cela, pour peu qu’on ait eu envie de le savoir. Mais peut-être sera-t-il possible de redire certaines choses autrement et de les mettre plus vivement en lumière.

 

Leipzig, novembre 2022

Dirk Oschmann

Traduction : Tychique Joao

[1] p.8-9 de l’édition allemande.

 

 

2. Dirk Oschmann – Quelle histoire allons-nous raconter ?

  1. Quelle histoire allons-nous raconter ?[1]

Dans le même temps, je voudrais tout d’abord dire que je ne suis ni politologue de formation, ni sociologue, ni historien, mais spécialiste de littérature. Les objets que j’étudie, à quelques exceptions près, appartiennent à la littérature allemande entre 1750 et 1933 ; mes intérêts de recherche sont par conséquent très éloignés du sujet de ce livre. Je parle ici en tant que profane dont l’expertise se résume à être un observateur participant de longue date. Cela signifie aussi parler de moi d’une façon telle qu’autobiographie et observation participante se lient entre elles, comme on le pratique en ethnographie. Ce procédé, qui consiste à relier « les trajectoires individuelles et collectives »[2], peut être très éclairant, comme le montrent les ouvrages correspondants de sociologues, comme Pierre Bourdieu et Didier Eribon en France ou Oskar Negt et Steffen Mau[3] en Allemagne, ainsi que des autofictions récentes comme celles d’Annie Ernaux, de Gerhard Neumann ou de Christian Baron[4]. Avec Hegel, on peut encore légitimer philosophiquement ce lien entre l’histoire subjective et l’analyse sociale, dans la mesure où il constate qu’il faut devenir entièrement subjectif pour pouvoir devenir entièrement objectif, car c’est dans les généralités qu’apparaissent les particularités. Continuer la lecture de « 2. Dirk Oschmann – Quelle histoire allons-nous raconter ? »

3. Dirk Oschmann – Hommes de l’Est

Dirk Oschmann commente ici la couverture publiée par l’hebdomadaire Der Spiegel en 2019.

Il est comme ça, l’homme de l’Est![1]

Je voudrais attirer l’attention sur trois aspects de cette couverture. Tout d’abord sur le verbe « ticken », « fonctionner », qui, dans l’usage habituel du terme, ne laisse pas présager quoi que ce soit de de bon. Soit on l’utilise pour dire de quelqu’un qu’il « est à côté de la plaque», ou bien qu’une bombe à retardement, « tickt », c’est-à-dire « fait tic-tac ». Les deux dimensions du terme sont ici mobilisées pour signifier que l’Est doit tout d’abord être conçu comme une variante pathologique, et donc, subséquemment, comme quelque chose d’extrêmement dangereux. Continuer la lecture de « 3. Dirk Oschmann – Hommes de l’Est »

4. Dirk Oschmann – Les élites

  1. Elites[1]

Dans le cadre d’une nouvelle étude, on aurait maintenant découvert que la véritable raison pour laquelle les Allemands de l’Est n’occupent pas de postes importants dans les élites ne doit pas être recherchée du côté des Allemands de l’Ouest, mais chez les Allemands de l’Est eux-mêmes, qui ne s’intéresseraient pas du tout aux postes de direction et auraient peur des responsabilités, qui seraient en général trop paresseux et trop satisfaits de ce qu’ils ont, et se contenteraient donc du deuxième et du troisième rang ! C’est vraiment trop beau pour être vrai, et c’est surtout une mauvaise excuse ! Il est vraiment étonnant que personne n’y ait pensé jusqu’ici. Mais bien sûr, comme d’habitude, c’est de la faute du « Ossi » : le concept magique est celui de l’« automarginalisation ». En outre, les Allemands de l’Est, selon les auteurs de cette étude dont un article en ligne rend compte, aimeraient « moins le risque » et n’auraient pas appris à « aspirer à faire partir des élites »[2]. S’offrir le luxe d’une explication si belle et si convaincante, voilà qui n’est probablement possible que pour qui est bien assis dans un fauteuil Charles Eames, et par-dessus le marché, le néolibéralisme y trouve tout à fait son compte. On sait depuis longtemps déjà que « l’Allemand de l’Est » est paresseux et incompétent, Continuer la lecture de « 4. Dirk Oschmann – Les élites »

5. Dirk Oschmann – La démocratie.

Démocratie[1]

L’Est se fait régulièrement reprocher sa « compréhension défaillante de la démocratie », ou bien il est même, à cause de sa socialisation par la dictature de la RDA, de temps à autre tout bonnement déclaré dépourvu de toute « aptitude démocratique[2] ».  L’historien Per Leo, né à l’Ouest, invoque la « fierté dominatrice de l’Ouest » quand il est question de démocratie, et parle du fait « qu’un climat d’intimidation morale s’est répandu à partir de l’Ouest, une ambiance dans laquelle on perçoit en permanence l’Est comme l’Autre de la démocratie ». A cela on pourrait ajouter dans un premier temps qu’il n’est pas nécessaire d’expliquer à des gens qui ont mis à genoux une dictature, pour certains en courant de grands risques personnels, ce qu’est la démocratie. On pourrait même dire que c’est l’Est qui comprend le mieux la démocratie, étant donné qu’il a dû se battre pour l’obtenir au lieu de la recevoir en cadeau des Américains. Ou bien comme Klaus Wolfram le dit : « Jamais aucun Allemand de l’Est n’a eu de mépris pour la démocratie, pas avant 1989 et encore moins après – c’est juste qu’il la reconnaît avec plus de précision, qu’il la perçoit de manière plus personnelle[3]. » Pourtant, l’Ouest essaye sans cesse de délégitimer les expériences politiques de l’Est, précisément parce qu’elles sont réputées ne consister qu’en expériences de la dictature. « L’historiographie moderne de la démocratie est, plus que toute autre, un récit écrit par les vainqueurs. Continuer la lecture de « 5. Dirk Oschmann – La démocratie. »

Berlin, 10 octobre : Ohne Erinnerung keine Zukunft. Die Beziehungen Frankreich – DDR einmal anders erzählt

 

Ohne Erinnerung keine Zukunft.

Die Beziehungen Frankreich – DDR einmal anders erzählt

10. Oktober 2024, 10h00 – 18h00 Uhr

Ort: Centre Français de Berlin, Müllerstraße 74, 13349 Berlin

Ziel der Veranstaltung ist es, die Bedeutung von Zeitzeugenberichten für die Geschichte der deutsch-französischen Beziehungen in der Zeit des Kalten Krieges zu verdeutlichen und zu debattieren. Continuer la lecture de « Berlin, 10 octobre : Ohne Erinnerung keine Zukunft. Die Beziehungen Frankreich – DDR einmal anders erzählt »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search