Compte rendu – Peter Michel, Künstler in der Zeitwende

Peter Michel : Künstler in der Zeitwende. Biographische Miniaturen. Verlag Wiljo Heinen, Berlin,  2016 (Bd 1), 2018 (Bd.2)

Un compte rendu de Jean Mortier

Peter Michel est historien de l’art. Il fut de 1974 à 1984 rédacteur en chef de la revue Bildende Kunst, organe de l’Union des artistes de RDA. De 1971 à 1991, il fut membre de l’Association internationale des critiques d’art. Devenu (par la force des choses) travailleur indépendant après la chute du Mur, il œuvre depuis cette date, à travers la Société pour les droits civiques et la dignité humaine (GBM) et le groupe des « Amis de l’art de RDA », à la défense des intérêts des artistes de l’ancienne RDA et à la sauvegarde de la mémoire de leur production artistique.

Ce sont effectivement quelque 140 portraits en miniature que Peter Michel esquisse dans ces deux gros volumes parus à deux années d’intervalle. Parmi les « artistes » dont il évoque en trois ou quatre pages le parcours et l’œuvre, on trouve à côté d’une majorité de plasticiens (peintres et sculpteurs allemands de l’Est pour la plupart, mais aussi certains étrangers comme Alfred Hrdlicka ou Josep Renau, des Finlandais, des Italiens, etc.), quelques écrivains, quelques historiens ou critiques d’art, un urbaniste. Continuer la lecture de « Compte rendu – Peter Michel, Künstler in der Zeitwende »

Compte rendu d’ouvrage : Ulla Walter : Die Lust der Kunst. Bildergeschichten.

Un compte rendu de Jean Mortier, illustré de tableaux d’Ulla Walter. Qu’elle soit ici remerciée de bien avoir voulu les mettre à la disposition de notre carnet.

Ulla Walter : Die Lust der Kunst. Bildergeschichten. Mitteldeutscher Verlag, 2019

A travers le récit des étapes ou des événements majeurs qui ont marqué sa vie et dont quelques œuvres, reproduites dans les 287 pages de cette autobiographie, ont été les unes la traduction immédiate et nécessaire, d’autres la résurgence de souvenirs, Ulla Walter nous livre souvent le plus intime d’elle-même (ses amours, ses mariages ratés), sauf « lorsque le fait est vraiment de nature trop privée pour être raconté ». L’histoire personnelle est donc – comme l’indique le sous-titre (Bildergeschichten) – inscrite au cœur même des tableaux, tableaux qu’elle analyse et commente (ce qui est peu commun chez un artiste) et dont elle nous livre ainsi un peu la clé.

«Chaque fois, ce que je venais immédiatement de vivre ou avais antérieurement vécu commandait de façon impérieuse le geste pictural». Continuer la lecture de « Compte rendu d’ouvrage : Ulla Walter : Die Lust der Kunst. Bildergeschichten. »

Exposition Max Lingner à Montreuil, Musée de l’histoire vivante, 14 mars au 17 mai 2020

http://www.museehistoirevivante.fr/expositions/exposition-du-14-mars-au-17-mai-2020/max-lingner-a-la-recherche-du-temps-present

Du 14 mars au 17 mai 2020

Max Lingner. À la recherche du temps présent

Exposition proposée par la Fondation : Max-Lingner-Stiftung Berlin
Commissaires de l’exposition : Rahel Melis et Franck Hofmann

Si Lingner a pu devenir le portraitiste de l’ouvrier parisien c’est parce qu’il est un « maître de la réalité », un observateur et un fanatique du réel acharné à fixer ce qui est. C’est aussi ce qui donne de la tenue à ses peintures pleines de vie et d’élan, sans pathos. De la retenue dans les coloris, le plus souvent restreints à un gris argenté, un brun, une touche de rouge : il a l’étoffe d’un peintre muraliste.
Paul Westheim, 1939

Max Lingner quitte Weissenfels pour Paris en 1929. Dans la ville des avant-gardes artistiques, il est à la recherche d’impulsions nouvelles qu’il trouvera dans le mouvement ouvrier. Son emploi de dessinateur de presse pour Monde de Barbusse et l’Humanité, fait de lui l’artiste du Front populaire et du Parti communiste. Dans ce contexte, il développe un style éminemment moderne et conçoit une œuvre puissamment ancrée dans son engagement politique : « L’art est un acte, une action ». Pour Lingner l’art est également l’étude de l’expression humaine : ses images de la banlieue, des ouvriers et ouvrières, impressionnent par la sobriété radicale du trait, par le rapport entre figuration et réduction. De retour à Berlin, Lingner transpose, à partir de 1949, des motifs picturaux emblématiques et les grands décors qu’il avait réalisés pour la Fête de l’Humanité dans le contexte de la fondation de la RDA. Nommé professeur de « peinture du temps présent », il a à subir tout à la fois la pression de l’idéologie d’État, des circonstances politiques et de sa propre partialité. Dans l’édification d’un « nouveau réalisme allemand », l’appréhension du réel qui caractérise les œuvres de la période française de Lingner passe à l’arrière-plan. Le cycle mural monumental La Construction de la République dédié à la fondation de la RDA, à la Maison des Ministères est emblématique de la perte dans la sphère artistique soumise au dogme du réalisme socialiste. Mais la « recherche du temps présent » entreprise en France par Lingner conserve sa force trente ans après la chute du mur : en tant qu’interrogation sur le réalisme dans une politique contemporaine de l’art et sur l’humain dans une modernité sociale.

Kultur und Kulturpolitik in der Systemtransformation Mittel- und Ostmitteleuropas seit 1989

Colloque annulé et reporté à une date ultérieure (dans le cadre de la lutte contre le coronavirus).

Un colloque qui aura lieu à Leipzig les 18 et 19 mars 2020. Il concerne la politique culturelle en Allemagne de l’Est et dans les pays d’Europe de l’Est depuis 1989.

Présentation et programme :

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-42654?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2020-3&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2020-3&utm_campaign=htmldigest

Colloque (annulé) – Les femmes dans l’opposition et les subcultures en RDA, Bordeaux, 26-27 mars 2020

Ce colloque est annulé en raison de la fermeture des universités françaises à partir du 16 mars, pour une durée indéterminée. Nous vous informerons de la suite donnée à ce projet.

https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/les-femmes-dans-l-opposition-et-les-subcultures-en-rda.html

Avis de soutenance HDR de Sibylle Goepper, Université de Bordeaux

Le 9 décembre, Sibylle Goepper a soutenu avec succès à l'Université de Bordeaux, son habilitation à diriger des recherches intitulée :

"Contribution à l'étude des rapports entre écrivain, pouvoir et société pendant et après la RDA. Entre dissidence et subculture, collectif et individu, texte et corps"


Le jury était composé de :

Madame Florence Baillet (Université Paris-Sorbonne Nouvelle) - rapporteure
Monsieur Bernard Banoun (Université Paris-Sorbonne) - rapporteur
Monsieur Patrick Farges (Université Paris Diderot)
Madame Elizabeth Guilhamon (Université Bordeaux Montaigne)
Madame Françoise Lartillot (Université de Lorraine)
Madame Nicole Pelletier (Université Bordeaux Montaigne) - garante


Résumé de l’inédit

Esprit performatif : intermédialité, émotion, mémoire dans l’œuvre expérimentale et essayistique de Jan Faktor (1978-2018) – Sibylle Goepper

 

Ce travail constitue la première monographie consacrée à l’écrivain tchèque Jan Faktor, né à Prague en 1951, installé à Berlin-Est en 1978 et s’exprimant depuis les années 1980 en langue allemande. Il entreprend de croiser la perspective individuelle et collective, en se situant au plus près de l’œuvre de Faktor, mais également du côté de la génération des auteurs et artistes qui formèrent l’underground culturel au sein duquel il évolua jusqu’à la chute du Mur. Tout en accordant une large place au contexte, il adopte une perspective résolument esthétique. Afin de montrer les continuités et les évolutions, la cohérence et la richesse du parcours créatif de Jan Faktor, il dépasse également l’habituelle focalisation sur la période de la RDA et traite de l’époque du Tournant et des années 2000.

La réception de l’œuvre de Faktor a souffert du discrédit global qui s’est abattu sur les membres du « Prenzlauer Berg » après le scandale des « mouchards » de la Stasi. Il s’agissait donc d’interroger et de réviser le verdict d’innocuité politique (adressé au groupe et à la contre-culture qu’il incarne) et d’innocuité esthétique (adressé aux individus et à l’avant-garde dont ils se réclament) en particulier par Wolf Biermann. Sans retomber dans le travers de la critique ouest-allemande qui, dans les années 1980, avait vu dans cette production une remise en question frontale des structures du pouvoir en RDA, nous ne voulions pas évacuer la question du politique, mais examiner la dimension « protestataire », « subversive » de cette production en renouvelant les catégories d’analyse traditionnelles de « dissidence » et d’« opposition », peu à même de saisir une œuvre expérimentale telle que celle de Faktor

Pour ce faire, notre attention est tout d’abord allée à la tradition de Dada et de la poésie concrète, à laquelle Faktor se réfère à travers les figures de Kurt Schwitters et d’Ernst Jandl. L’exploration d’un corpus mixte, composé de textes, mais surtout de lectures enregistrées et de performances filmées rendait elle aussi justice à l’esprit des avant-gardes historiques. L’étude se penche ainsi sur l’aspect événementiel et spectaculaire de cette production, perspective qui a peu été adoptée, alors même que les filiations littéraires évoquées et la pratique des lectures dans les appartements privés en RDA semblaient y inviter. C’est ici le cas à l’aide de sources audio et vidéo inédites déposées par Jan Faktor à l’Académie des arts de Berlin en 2013.

Des actes de langage d’Austin aux travaux d’Erika Fischer-Lichte sur la performance théâtrale, en passant par la performativité littéraire théorisée par Derrida, la notion de « performatif » permet, dans ses diverses déclinaisons, de saisir les multiples facettes mais également la cohérence profonde de l’œuvre de Faktor : importance de l’oralité, du phonique, centralité du corps et de l’implication physique de l’artiste, notions d’événement, d’action et d’effet sur l’auditoire.

Différents volets de l’œuvre sont ainsi explorés. L’intermédialité, tout d’abord, présente aussi bien à travers les collaborations concrètes de Faktor avec d’autres artistes, notamment peintres et graphistes, qu’au sein de ses poèmes minimalistes ou sériels qui associent texte, image et son. Telle est la constellation performative qui ne s’adresse plus à l’intellect ou à la conscience mais aux couches les plus profondes du psychisme, bouleversant en profondeur l’expérience de lecture de celles et ceux qui la rencontrent.

Cet effet de déstabilisation est renforcé lorsque le texte est incarné en public. S’ajoute alors l’émotion, régulièrement mise en avant par Faktor dans ses déclarations. L’importance qu’il lui accorde suggère que la prestation scénique n’est pas un simple adjuvant de l’œuvre, motivé par le contexte de censure, mais bien au cœur de sa démarche. Si le concept d’émotion permet de remonter à la source de la subjectivité du créateur Faktor, elle possède également une dimension collective qui permet de poser différemment la question du subversif et du politique, notamment à l’aide des notions de « boucle rétroactive » et de « communauté ».

Lorsqu’enfin on suit l’œuvre au long cours, on assiste au dévoilement progressif d’une strate autobiographique et mémorielle, qui existait déjà chez certains représentants des avant-gardes historiques comme Jandl. Partant de cette hypothèse intime et existentielle, nous montrons comment le dispositif performatif est, à une époque où ils ne peuvent encore être les thèmes explicites de l’œuvre, la manifestation esthétique des traumas familiaux et personnels – Shoah, répression du Printemps de Prague et, dans une moindre mesure, vie sous le régime du SED. Le « bricolage avec les mots » apparaît dès lors comme le reflet du « bricolage avec l’identité » et la performance comme une étape d’élaboration nécessaire avant que n’adviennent la rencontre avec l’Histoire dans les spectacles des années 1990 et les narrations plus classiques dans les romans des années 2000.

 


Travaux de Sibylle Goepper : voir sur ce carnet de recherches https://allemagnest.hypotheses.org/?s=Goepper

Regard(s) sur Käthe Kollwitz : exposition et colloque à Strasbourg

https://calenda.org/715519

Alors que se tient au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg la première grande rétrospective française de l’œuvre de Käthe Kollwitz (1867-1945) et qu’a été publiée dans le même temps une édition complète de la traduction du Journal (1908-1944) et de différents écrits de Käthe Kollwitz, l’HiCSA et l’IDHES organisent un premier colloque français consacré à l’artiste, là où l’historiographie se développe surtout en Allemagne et aux États-Unis. Continuer la lecture de « Regard(s) sur Käthe Kollwitz : exposition et colloque à Strasbourg »

Jazz en RDA : une émission de Radio Campus Paris, avec Jean Mortier

Derrière le mur : le jazz qui venait du froid, 02.11.19

C’est un titre que ne renierait pas John Le Carré. En effet à l’occasion des trente ans de la chute du mur de Berlin nous entamons un voyage dans le temps et nous revenons sur les trente dernières années d’avant la chute pour redécouvrir l’émergence du jazz d’avant garde en Allemagne de l’est. Comment a pu éclore le free jazz si souvent associé à une musique subversive, dans ce pays qui tentait d’appliquer aux arts le « réalisme socialiste » et ou la police secrète était omniprésente. Nous allons donc rencontrer des « camarades » particulièrement créatifs qui ont écrits quelques pages très passionnantes de l’histoire du jazz européen.

https://www.radiocampusparis.org/derriere-le-mur-le-jazz-qui-venait-du-froid-02-11-19/

avec:
– Jean Mortier, maître de conférences émérite en Etudes germaniques à l’Université Paris 8
– Gérard Rouy, journaliste à Jazz magazine. Continuer la lecture de « Jazz en RDA : une émission de Radio Campus Paris, avec Jean Mortier »

Séries d’émissions sur la musique à Berlin : Berlin, le son du mur

Une série de cinq émissions diffusées en août 2019 sur France Culture

https://www.franceculture.fr/emissions/la-serie-musicale-dete/berlin-les-sons-du-mur

La mode en RDA. Catwalk wider den Sozialismus. Die alternative Modeszene der DDR in den 1980er Jahren

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-27406?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-9&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-9&utm_campaign=htmldigest

CR du film de Florian Henckel von Donnersmarck, Werk ohne Autor, par Paul Maurice

 

L’Œuvre sans auteur / Werk ohne Autor

 

Treize ans après sa radioscopie de la surveillance des artistes en RDA par la Stasi dans La Vie des autres, Florian Henckel von Donnersmarck livre son troisième film, L’Œuvre sans auteur / Werk ohne Autor (sorti en France le 17 juillet 2019).

Dans ce film, historique et didactique, il dessine une fresque de plus de trois heures – en deux parties – qui couvre trente ans de l’histoire allemande. Débutant à Dresde au milieu des années 1930 sous le régime nazi et se terminant dans l’Allemagne de l’Ouest des années 1960, après la construction du Mur, un passage important du film est consacré à la RDA de l’après-guerre. Continuer la lecture de « CR du film de Florian Henckel von Donnersmarck, Werk ohne Autor, par Paul Maurice »

Leipzig : exposition Point of No Return. « Wende und Umbruch in der ostdeutschen Kunst »

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-41014?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest

Compte rendu Uschi Brüning. So wie ich. Autobiographie. Ullstein Verlag, 2019 (mit Krista Maria Schädlich)

Uschi Brüning. So wie ich. Autobiographie. Ullstein Verlag, 2019 (mit Krista Maria Schädlich)

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Dans son Histoire culturelle de RDA[1], Gerd Dietrich consacre de nombreuses pages, fort bien documentées, à la scène musicale populaire, que la RDA plaçait sous le terme générique de Unterhaltungskunst (Art du divertissement). Même si, sur le plan de la méthode, il affirme vouloir déconnecter, dans la mesure du possible, les goûts et les pratiques culturelles de la politique culturelle, et donc avoir pour chacun de ces champs une périodisation propre, afin de distinguer la réalité vécue de la réalité idéelle, il n’échappe pas à la nécessité de considérer souvent ces deux champs dans leur interaction, voire dans leur concomitance. Continuer la lecture de « Compte rendu Uschi Brüning. So wie ich. Autobiographie. Ullstein Verlag, 2019 (mit Krista Maria Schädlich) »

A. Saunders: Memorializing the GDR. Monuments and Memory after 1989

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-29582?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-6&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-6&utm_campaign=htmldigest

L’art dans l’espace public en RDA – Martin Maleschka, DDR-Baubezogene Kunst. Kunst im öffentlichen Raum 1950 bis 1990

Martin Maleschka, DDRBaubezogene Kunst. Kunst im öffentlichen Raum 1950 bis 1990, Berlin, DOM publishers, 2018, 504 p. (500 ill.)

Un compte rendu de Jean Mortier

Il subsiste encore aujourd’hui dans l’espace public des Nouveaux Länder de très nombreux vestiges d’art urbain, notamment les décorations de façades qui en RDA faisaient partie intégrante de la politique de construction – qu’il s’agisse des décors pour immeubles d’habitation, écoles ou ouvrages publics, la plupart construits à partir d’éléments modulaires préfabriqués en béton (Plattenbau). Certains ont très tôt disparu, beaucoup sont menacés de destructions. Dès 2005, Martin Maleschka, architecte de Cottbus né en 1962 à Eisenhüttenstadt, l’ancienne Stalinstadt, – nom qu‘elle conserva jusqu’en 1961 –, a eu à cœur de garder pour la postérité des traces photographiques de ces décorations. Il a ainsi, depuis 2005, année après année, constitué une collection de plus de 100 000 photographies qu’il a déposées sur une plate-forme internet. Continuer la lecture de « L’art dans l’espace public en RDA – Martin Maleschka, DDR-Baubezogene Kunst. Kunst im öffentlichen Raum 1950 bis 1990 »