Exposition Halle am Meer à la Moritzburg

Exposition d’été de la Moritzburg : « Halle am Meer »

Du 24 juin au 17 septembre 2023

Künstler: Lothar Zitzmann | Titel: Auf dem Urlauberschiff | Datierung: 1968 | Institution/ Museum: Kulturstiftung Sachsen-Anhalt, Kunstmuseum Moritzburg Halle (Saale) | Foto und abgebildetes Werk sind urheberrechtlich geschützt. Foto: Punctum/Bertram Kober © VG Bild-Kunst, Bonn 2023

Le musée d’art de Halle, la Moritzburg, propose cet été une exposition qui retrace 130 ans de liens unissant les artistes de Halle et l’ancien village de pêcheurs d’Ahrenshoop, situé au bord de la mer Baltique sur la presqu’île du Darß, devenu villégiature pour les artistes depuis la fin du XIXème siècle. L’exposition est répartie de façon chronologique sur deux lieux. La vie de la colonie d’origine, de 1892 aux années 1930, est retracée dans l’exposition de la galerie Talstrasse : la première « maison de peintres » des sœurs Anna (1852-1921) et Bertha Gerresheim (1846-1916), véritablement lancée par les stages de peinture pour femmes de Paul Müller-Kaempff (1861-1941) attire alors les artistes las des grandes villes. S’inscrivant dans certains courants de pensée de cette époque (critique de l’industrialisation et de l’urbanisation, naturisme, vie dans la nature), ils trouvent leur inspiration dans les paysages maritimes, peignent le ciel, la mer, le « Bodden » (petit golfe peu profond) et des habitants qui, à leurs yeux, vivent encore en harmonie avec la nature[1].

Le village tient lieu de refuge pendant la République de Weimar et surtout après 1933, par exemple pour Gerhardt Marcks qui s’y retire complètement après avoir été exclu de l’école d’art de Burg Giebichenstein par les nazis en 1933. Jusque dans les années 1940, Ahrenshoop Continuer la lecture de « Exposition Halle am Meer à la Moritzburg »

Séminaire à Nantes, 12 mai 23, hybride : Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? »

Carte d’invitation de Jan Faktor à une lecture

Pour sa troisième séance, le séminaire “Archives manquantes? Les archives et la construction de l’histoire littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945” accueille Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? » La séance sera animée par Bénédicte Terrisse (Nantes Université, CRINI).

Si elle suscite depuis plusieurs décennies l’intérêt des études germaniques françaises et de nombreux autres pays, en Allemagne, la production des écrivains et artistes de RDA a toujours occupé un statut à part, à la fois dans la société et dans la recherche. Depuis 1989 et la chute du Mur, on ne compte plus les polémiques dénonçant le mauvais sort réservé à l’« autre Allemagne » et à ses artistes dans la société réunifiée : ainsi « querelle littéraire » (Literaturstreit) et « querelle des images » (Bilderstreit) se réenflamment-elles à intervalles réguliers dans l’espace public.

Plus encore que d’autres peut-être, les fonds de l’ancienne RDA font l’objet d’une « politique » d’exposition, de conservation et d’archivage (y compris dans sa version négative) qu’il convient d’interroger. De l’analyse des critères adoptés et des choix opérés dans ce domaine découle en effet la mise en lumière d’enjeux et de mécanismes de canonisation, dans un champ culturel contemporain qui reste surdéterminé par les champs sociétal, politique et par l’Histoire.

https://reigenn.hypotheses.org/

En matière de visibilité et de postérité de certains fonds d’archives, les angles d’attaque peuvent être démultipliés et complexifiés à l’extrême : Berlin/Province, artistes restés en RDA ou passés à l’Ouest, Continuer la lecture de « Séminaire à Nantes, 12 mai 23, hybride : Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? » »

Parution : L’Est à l’Ouest – Trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels, écrivains et artistes émigrés hors de RDA

Nouveau numéro des Cahiers d’études germaniques :

L’Est à l’Ouest

Trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels, écrivains et artistes émigrés hors de RDA
Dir. : Emmanuelle Aurenche-Beau, Sibylle Goepper, Anne Lemonnier-Lemieux, Ralf Zschachlitz.

 

Cet ouvrage présente et analyse le cheminement d’écrivains et d’artistes plasticiens qui ont quitté la RDA et se concentre sur la période comprise entre le moment de leur passage à l’Ouest et la réunification de 1990. Les contributeurs de ce numéro ont exploré la réalité d’un « seuil » autre que celui, très étudié, de la chute du Mur, en se penchant sur les conséquences, moins connues, de cette Übersiedlung sur leur production artistique. Ils mettent en lumière la variété des réactions à ce qui constituait une rupture biographique, politique et esthétique forte, mais aussi la similitude des stratégies adoptées pour continuer à écrire, peindre et exister dans l’espace public occidental. Entre la césure franche et le choix de la continuité, cet ouvrage dessine les contours d’une adaptation protéiforme. Les études individuelles sont précédées de quatre articles généraux fournissant des outils pour appréhender le phénomène qui, conçu comme un exil littéraire et artistique interallemand, tend vers l’extraterritorialité (Walter Schmitz), appelle des comparaisons avec d’autres exils (Gisèle Sapiro, Patrick Farges), et interroge la translocation des bibliothèques (Bénédicte Terrisse). Si certains ont éprouvé un net sentiment d’exil (Fuchs, Rachowski) ou au contraire insisté sur la continuité (Kirsch, Brasch, Eckart, Lange-Müller), d’autres encore ont joué les médiateurs ou les trouble-fête (Kantorowicz, Johnson, Kunert, Loest, Maron). Les artistes plasticiens (Loewig, Kerbach, Herrmann, Grimmling, Dammbeck, Stelzmann), confrontés au monde de l’art occidental, élargissent pour finir l’horizon de cette étude.

 

Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Par Camille Grapa, diplômée du master Métiers de la culture dans le domaine franco-allemand, Université Sorbonne Nouvelle.  Elle a rédigé un mémoire sur ce sujet sous la direction de Jean-Louis Georget.

Le présent article résulte d’un travail de master et d’une enquête sur les dispositifs olfactifs des expositions allemandes contemporaines, qui avait abouti à une première typologie de ces manifestations, soutenu en juin 2022 à l’Université de Paris 3. Pour cet article, nous nous concentrons sur la question des odeurs en RDA : que sentait la RDA ? Comment la Stasi utilisait-elle les odeurs ? Quel rapport à l’olfaction peut-on mettre en évidence dans les expositions récentes ayant trait à la RDA ?

A la suite de la chute du mur de Berlin en 1989, on observe l’apparition d’un phénomène que l’artiste est-allemand Uwe Steimle nomme pour la première fois en 1992 « Ostalgie[1] ». La population est-allemande se trouve confrontée sans transition à un nouveau système politique et économique, ressentant une difficulté à se trouver des points communs avec ses compatriotes de l’Ouest. Eux aussi ont du mal à comprendre un mode de vie imposé à l’Est pendant 40 ans. L’« Ostalgie » correspond alors à une nostalgie de l’enfance ou de la jeunesse : on se souvient par exemple de l’entraide informelle qui palliait les carences du système, ou on a encore le souvenir des produits typiques consommés.

L’olfaction a un pouvoir d’évocation très fort, notamment du fait de la partie du cerveau qui permet d’analyser et interpréter les odeurs, le « bulbe olfactif » situé à côté de l’hippocampe, qui joue un rôle dans la création et la fixation des souvenirs. La mémoire olfactive est souvent brusque, intense et involontaire et renvoie à des souvenirs fabriqués pendant l’enfance ou la jeunesse. La capacité mnésique de l’olfaction, soit l’usage des odeurs, peut aider la mémoire et ainsi faciliter l’apprentissage.

Une histoire du sensible qui serait celle de l’odorat à l’époque de la RDA reste encore largement à écrire. De ce point de vue, la Guerre froide représente un moment de conflit, de rivalité culturelle matérielle qui passe aussi par les sens[2]. Nous interrogerons ici la manière dont cette période historique peut être racontée à travers le souvenir olfactif des gens qui l’ont vécue, mais aussi par le biais des manifestations odorantes de l’époque et leurs traductions contemporaines actuelles, dans une série d’expositions et d’artistes qui se sont emparé du sujet.

L’invention de l’odeur est-allemande

Le phénomène de l’Ostalgie survient presque immédiatement après la chute du mur de Berlin en 1990. Il faut préciser ici quelques éléments de contextualisation : l’Allemagne de l’Est est alors une société très industrielle, le socialisme y est profondément lié à une idéologie de production[3]. La loyauté envers l’État est assurée par les industries, qui pratiquent une forme de paternalisme, en concentrant un lieu de travail, des possibilités de socialisation, avec des voyages organisés par exemple, et des commodités importantes, en proposant souvent une garderie, un magasin général, ou encore un cabinet médical. Le lieu de travail est ainsi un espace symbolique de communauté et offre un sentiment général d’appartenance. Il faut aussi prendre en compte le fait que l’offre des produits est-allemands reste quasiment identique tout au long des quarante années de la République Démocratique. On n’observe peu d’innovation dans les produits, ce qui ajoute au sentiment général que cette proposition immuable fait partie d’une identité est-allemande. Ce sentiment a été renforcé à partir de 1989 a contrario par un discours « triomphaliste » capitaliste considérant les produits est-allemands comme ternes et de mauvaise facture. Continuer la lecture de « Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction »

Colloque Femmes de RDA de 1949 à nos jours, Institut Goethe de Bordeaux, 23-24 septembre 2021.

Le colloque Femmes de RDA de 1949 à nos jours, qui aurait dû avoir lieu en mars 2020 à l’université de Bordeaux, se tiendra les 23 et 24 septembre 2021 à l’Institut Goethe.

Informations et programme à télécharger sous le lien suivant : https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/colloque-international-femmes-de-rda-de-1949-a-nos-jours.html#

Gunnar Decker, Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-94146?title=g-decker-zwischen-den-zeiten&recno=29&q=DDR&fq=&sort=newestPublished&page=2&total=2359

Les relations cinématographiques entre la France et la RDA – Entre camaraderie, bureaucratie et exotisme (1946-1992)

A paraître aux Presses du Septentrion, l’ouvrage de l’une de nos contributrices :

Perrine Val

Les relations cinématographiques entre la France et la RDAEntre camaraderie, bureaucratie et exotisme (1946-1992)

https://www.septentrion.com/FR/livre/?GCOI=27574100849030

Willy Ronis en RDA – La vie avant tout – Exposition de photos à Versailles

« Willy Ronis en RDA » : une rencontre de l’histoire et de l’émotion par la photographie

Célèbre photographe humaniste français, Willy Ronis (1910-2009) a fondé sa renommée sur ses photos sensibles de Paris, ses illustrations des régions françaises, ses vues engagées du monde ouvrier et des mouvements sociaux. Willy Ronis se vit rarement confier des missions à l’étranger. La Ville de Versailles lui rend hommage à l’Espace Richaud en exposant ses clichés pris en 1960 et 1967 dans l’ex-République démocratique allemande (RDA).  https://www.versailles.fr/willy-ronis-202

© Donation Willy Ronis, ministère de la Culture, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diff. RMN-GP

Le catalogue de l’exposition est paru !

“Willy Ronis en RDA – La vie avant tout”
Nathalie Neumann / Gabrielle de la Selle / Ronan Guinée – Éditions Parenthèses – Édition bilingue (français / allemand), établie avec la coopération de la maison d’édition Wasmuth & Zohlen 224 pages – Format 25 x 21 cm

 

Colloque L’EST À L’OUEST : trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels et artistes émigrés hors de RDA

Colloque L’EST À L’OUEST : trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels et artistes émigrés hors de RDA – Der Osten im Westen: Lebens(ver)läufe, Erfahrungen, Ausdrucksformen von ausgereisten Intellektuellen und Künstlern der DDR

Roger Loewig, Eine deutsche Herbstlandschaft © VG Bild-Kunst, Bonn 2021

Colloque international organisé à distance du 25 au 27 mars
et le 09 avril 2021 par Emmanuelle Aurenche-Beau,
Sibylle Goepper, Anne Lemonnier-Lemieux, Ralf Zschachlitz.

Université Lyon 2, Université Lyon 3, ENS Lyon, Goethe Institut

Programme complet : http://llce.ens-lyon.fr/a-la-une/actualites-du-departement/section-allemand/lest-a-louest-trajectoires-experiences-et-modes-dexpression-des-intellectuels-et-artistes-emigres-hors-de-rda

Mardi 16 mars à 19 h : soirée Sarah Kirsch en ligne, Lyon, Goethe Institut

SARAH KIRSCH, LA FUGITIVE ET L’ENRACINÉE, EN DIALOGUE AVEC CHRISTA WOLF

Soirée conférences,  poèmes et aquarelles

https://www.goethe.de/ins/fr/fr/sta/lyo/ver.cfm?fuseaction=events.detail&event_id=22129061

Cette soirée donnera le coup d’envoi du  colloque international « L’Est à l’Ouest : trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels et artistes émigrés hors de RDA » organisé à distance les 25, 26, 27 mars et le 9 avril 2021.

Roger Loewig, peintre, dessinateur, poète et ami. Un ouvrage d’Anna Schädlich

Compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Anna Schädlich : Ikarus, um deinen Flug beneide ich dich. Roger Loewig, Maler, Zeichner, Dichter und Freund. Mitteldeutscher Verlag, 2018

Ce livre n’est pas une classique biographie. Le dernier terme du titre,  « Freund », ami, nous indique que nous allons pénétrer un peu dans l’intimité de l’artiste. Roger Loewig deviendra en effet, à partir de 1980, un ami très proche des Schädlich, Hans Joachim et Krista Maria, lesquels « contraints de quitter librement la RDA » vivaient depuis 1977 à Berlin-Ouest. Cette intimité, leur fille Anna Schädlich, née en 1973, la partagera dès son plus jeune âge. Avec ce livre, d’une tonalité toute personnelle, on est souvent au plus près de l’artiste.

« Icare je t’envie de voler ». Le livre emprunte son titre à une poésie de Loewig qui, lue à l’enfant, est restée dans l’oreille de l’adulte. Car Loewig, peintre, dessinateur et graveur était aussi poète. Associé au groupe de peintres-poètes de Berlin (avec Günter Grass, Christoph Meckel et quelques autres) créé en 1972, il serait, selon elle, « le plus grand Malerpoet (peintre-poète) de l’Allemagne unifiée ».

À lire tous les témoignages d’admiration dont l’œuvre graphique de Loewig fut, de son vivant, l’objet, Continuer la lecture de « Roger Loewig, peintre, dessinateur, poète et ami. Un ouvrage d’Anna Schädlich »

Compte rendu – Peter Michel, Künstler in der Zeitwende

Peter Michel : Künstler in der Zeitwende. Biographische Miniaturen. Verlag Wiljo Heinen, Berlin,  2016 (Bd 1), 2018 (Bd.2)

Un compte rendu de Jean Mortier

Peter Michel est historien de l’art. Il fut de 1974 à 1984 rédacteur en chef de la revue Bildende Kunst, organe de l’Union des artistes de RDA. De 1971 à 1991, il fut membre de l’Association internationale des critiques d’art. Devenu (par la force des choses) travailleur indépendant après la chute du Mur, il œuvre depuis cette date, à travers la Société pour les droits civiques et la dignité humaine (GBM) et le groupe des « Amis de l’art de RDA », à la défense des intérêts des artistes de l’ancienne RDA et à la sauvegarde de la mémoire de leur production artistique.

Ce sont effectivement quelque 140 portraits en miniature que Peter Michel esquisse dans ces deux gros volumes parus à deux années d’intervalle. Parmi les « artistes » dont il évoque en trois ou quatre pages le parcours et l’œuvre, on trouve à côté d’une majorité de plasticiens (peintres et sculpteurs allemands de l’Est pour la plupart, mais aussi certains étrangers comme Alfred Hrdlicka ou Josep Renau, des Finlandais, des Italiens, etc.), quelques écrivains, quelques historiens ou critiques d’art, un urbaniste. Continuer la lecture de « Compte rendu – Peter Michel, Künstler in der Zeitwende »

Compte rendu d’ouvrage : Ulla Walter : Die Lust der Kunst. Bildergeschichten.

Un compte rendu de Jean Mortier, illustré de tableaux d’Ulla Walter. Qu’elle soit ici remerciée de bien avoir voulu les mettre à la disposition de notre carnet.

Ulla Walter : Die Lust der Kunst. Bildergeschichten. Mitteldeutscher Verlag, 2019

A travers le récit des étapes ou des événements majeurs qui ont marqué sa vie et dont quelques œuvres, reproduites dans les 287 pages de cette autobiographie, ont été les unes la traduction immédiate et nécessaire, d’autres la résurgence de souvenirs, Ulla Walter nous livre souvent le plus intime d’elle-même (ses amours, ses mariages ratés), sauf « lorsque le fait est vraiment de nature trop privée pour être raconté ». L’histoire personnelle est donc – comme l’indique le sous-titre (Bildergeschichten) – inscrite au cœur même des tableaux, tableaux qu’elle analyse et commente (ce qui est peu commun chez un artiste) et dont elle nous livre ainsi un peu la clé.

«Chaque fois, ce que je venais immédiatement de vivre ou avais antérieurement vécu commandait de façon impérieuse le geste pictural». Continuer la lecture de « Compte rendu d’ouvrage : Ulla Walter : Die Lust der Kunst. Bildergeschichten. »

Exposition Max Lingner à Montreuil, Musée de l’histoire vivante, 14 mars au 17 mai 2020

http://www.museehistoirevivante.fr/expositions/exposition-du-14-mars-au-17-mai-2020/max-lingner-a-la-recherche-du-temps-present

Du 14 mars au 17 mai 2020

Max Lingner. À la recherche du temps présent

Exposition proposée par la Fondation : Max-Lingner-Stiftung Berlin
Commissaires de l’exposition : Rahel Melis et Franck Hofmann

Si Lingner a pu devenir le portraitiste de l’ouvrier parisien c’est parce qu’il est un « maître de la réalité », un observateur et un fanatique du réel acharné à fixer ce qui est. C’est aussi ce qui donne de la tenue à ses peintures pleines de vie et d’élan, sans pathos. De la retenue dans les coloris, le plus souvent restreints à un gris argenté, un brun, une touche de rouge : il a l’étoffe d’un peintre muraliste.
Paul Westheim, 1939

Max Lingner quitte Weissenfels pour Paris en 1929. Dans la ville des avant-gardes artistiques, il est à la recherche d’impulsions nouvelles qu’il trouvera dans le mouvement ouvrier. Son emploi de dessinateur de presse pour Monde de Barbusse et l’Humanité, fait de lui l’artiste du Front populaire et du Parti communiste. Dans ce contexte, il développe un style éminemment moderne et conçoit une œuvre puissamment ancrée dans son engagement politique : « L’art est un acte, une action ». Pour Lingner l’art est également l’étude de l’expression humaine : ses images de la banlieue, des ouvriers et ouvrières, impressionnent par la sobriété radicale du trait, par le rapport entre figuration et réduction. De retour à Berlin, Lingner transpose, à partir de 1949, des motifs picturaux emblématiques et les grands décors qu’il avait réalisés pour la Fête de l’Humanité dans le contexte de la fondation de la RDA. Nommé professeur de « peinture du temps présent », il a à subir tout à la fois la pression de l’idéologie d’État, des circonstances politiques et de sa propre partialité. Dans l’édification d’un « nouveau réalisme allemand », l’appréhension du réel qui caractérise les œuvres de la période française de Lingner passe à l’arrière-plan. Le cycle mural monumental La Construction de la République dédié à la fondation de la RDA, à la Maison des Ministères est emblématique de la perte dans la sphère artistique soumise au dogme du réalisme socialiste. Mais la « recherche du temps présent » entreprise en France par Lingner conserve sa force trente ans après la chute du mur : en tant qu’interrogation sur le réalisme dans une politique contemporaine de l’art et sur l’humain dans une modernité sociale.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search