Compte rendu : Katja Oskamp, Marzahn mon amour – Geschichten einer Fußpflegerin [Marzahn mon amour – Histoires d’une pédicure]

Katja Oskamp

Marzahn mon amour – Geschichten einer Fußpflegerin [Marzahn mon amour – Histoires d’une pédicure]  Hanser, Berlin, 2019, 144 p.

https://www.hanser-literaturverlage.de/buch/marzahn-mon-amour/978-3-446-26414-4/

Les autorités culturelles de la RDA n’avaient de cesse d’envoyer les écrivains « dans la production », c’est-à-dire au contact du monde ouvrier pour les inciter à décrire (positivement) les réalités de l’économie socialiste. Peut-être peut-on situer dans cette lointaine filiation un courant littéraire qui continue d’explorer les expériences de la « vraie vie » pour les décrire au plus près, dans des œuvres proches de la « non-fiction ». Celles-ci ne sont pas nécessairement empreintes de tragique, mais peuvent simplement rendre compte du quotidien en proposant une analyse plus profonde qu’il n’y paraît de la réalité transcrite.  C’est la démarche de Katja Oskamp qui, fatiguée d’une existence de papier qu’elle juge sans perspectives, a décidé de plonger dans un univers qu’elle n’aurait pas découvert sans l’acte volontaire de « changer de vie », pour côtoyer les humbles et les sans-noms. Écrivaine née en 1970 à Leipzig, Continuer la lecture de « Compte rendu : Katja Oskamp, Marzahn mon amour – Geschichten einer Fußpflegerin [Marzahn mon amour – Histoires d’une pédicure] »

Diffusion sur ZDF de la série « Unterleuten », d’après le roman de Juli Zeh

Unterleuten, le roman de Juli Zeh paru en français sous le titre de Brandebourg, a déjà fait l’objet d’un compte rendu sur ce carnet. Son adaptation cinématographique en trois parties est disponible jusqu’en septembre 2020 sur la médiathèque de ZDF : https://www.zdf.de/serien/unterleuten/unterleuten—das-zerrissene-dorf-1-100.html

CFP: Dreißig Jahre danach. Mauerfall und deutsche Einheit in Literatur, Kultur und Politik. Versuch einer Bilanz (01.02.2020)

Appel à communication, colloque du 28 au 30 septembre 2020, Université Adam Mickiewicz, Poznań

https://networks.h-net.org/node/79435/discussions/5434302/tagung-28-30092020-amu-pozna%C5%84-drei%C3%9Fig-jahre-danach-mauerfall-und

Avis de soutenance HDR de Sibylle Goepper, Université de Bordeaux

Le 9 décembre, Sibylle Goepper a soutenu avec succès à l'Université de Bordeaux, son habilitation à diriger des recherches intitulée :

"Contribution à l'étude des rapports entre écrivain, pouvoir et société pendant et après la RDA. Entre dissidence et subculture, collectif et individu, texte et corps"


Le jury était composé de :

Madame Florence Baillet (Université Paris-Sorbonne Nouvelle) - rapporteure
Monsieur Bernard Banoun (Université Paris-Sorbonne) - rapporteur
Monsieur Patrick Farges (Université Paris Diderot)
Madame Elizabeth Guilhamon (Université Bordeaux Montaigne)
Madame Françoise Lartillot (Université de Lorraine)
Madame Nicole Pelletier (Université Bordeaux Montaigne) - garante


Résumé de l’inédit

Esprit performatif : intermédialité, émotion, mémoire dans l’œuvre expérimentale et essayistique de Jan Faktor (1978-2018) – Sibylle Goepper

 

Ce travail constitue la première monographie consacrée à l’écrivain tchèque Jan Faktor, né à Prague en 1951, installé à Berlin-Est en 1978 et s’exprimant depuis les années 1980 en langue allemande. Il entreprend de croiser la perspective individuelle et collective, en se situant au plus près de l’œuvre de Faktor, mais également du côté de la génération des auteurs et artistes qui formèrent l’underground culturel au sein duquel il évolua jusqu’à la chute du Mur. Tout en accordant une large place au contexte, il adopte une perspective résolument esthétique. Afin de montrer les continuités et les évolutions, la cohérence et la richesse du parcours créatif de Jan Faktor, il dépasse également l’habituelle focalisation sur la période de la RDA et traite de l’époque du Tournant et des années 2000.

La réception de l’œuvre de Faktor a souffert du discrédit global qui s’est abattu sur les membres du « Prenzlauer Berg » après le scandale des « mouchards » de la Stasi. Il s’agissait donc d’interroger et de réviser le verdict d’innocuité politique (adressé au groupe et à la contre-culture qu’il incarne) et d’innocuité esthétique (adressé aux individus et à l’avant-garde dont ils se réclament) en particulier par Wolf Biermann. Sans retomber dans le travers de la critique ouest-allemande qui, dans les années 1980, avait vu dans cette production une remise en question frontale des structures du pouvoir en RDA, nous ne voulions pas évacuer la question du politique, mais examiner la dimension « protestataire », « subversive » de cette production en renouvelant les catégories d’analyse traditionnelles de « dissidence » et d’« opposition », peu à même de saisir une œuvre expérimentale telle que celle de Faktor

Pour ce faire, notre attention est tout d’abord allée à la tradition de Dada et de la poésie concrète, à laquelle Faktor se réfère à travers les figures de Kurt Schwitters et d’Ernst Jandl. L’exploration d’un corpus mixte, composé de textes, mais surtout de lectures enregistrées et de performances filmées rendait elle aussi justice à l’esprit des avant-gardes historiques. L’étude se penche ainsi sur l’aspect événementiel et spectaculaire de cette production, perspective qui a peu été adoptée, alors même que les filiations littéraires évoquées et la pratique des lectures dans les appartements privés en RDA semblaient y inviter. C’est ici le cas à l’aide de sources audio et vidéo inédites déposées par Jan Faktor à l’Académie des arts de Berlin en 2013.

Des actes de langage d’Austin aux travaux d’Erika Fischer-Lichte sur la performance théâtrale, en passant par la performativité littéraire théorisée par Derrida, la notion de « performatif » permet, dans ses diverses déclinaisons, de saisir les multiples facettes mais également la cohérence profonde de l’œuvre de Faktor : importance de l’oralité, du phonique, centralité du corps et de l’implication physique de l’artiste, notions d’événement, d’action et d’effet sur l’auditoire.

Différents volets de l’œuvre sont ainsi explorés. L’intermédialité, tout d’abord, présente aussi bien à travers les collaborations concrètes de Faktor avec d’autres artistes, notamment peintres et graphistes, qu’au sein de ses poèmes minimalistes ou sériels qui associent texte, image et son. Telle est la constellation performative qui ne s’adresse plus à l’intellect ou à la conscience mais aux couches les plus profondes du psychisme, bouleversant en profondeur l’expérience de lecture de celles et ceux qui la rencontrent.

Cet effet de déstabilisation est renforcé lorsque le texte est incarné en public. S’ajoute alors l’émotion, régulièrement mise en avant par Faktor dans ses déclarations. L’importance qu’il lui accorde suggère que la prestation scénique n’est pas un simple adjuvant de l’œuvre, motivé par le contexte de censure, mais bien au cœur de sa démarche. Si le concept d’émotion permet de remonter à la source de la subjectivité du créateur Faktor, elle possède également une dimension collective qui permet de poser différemment la question du subversif et du politique, notamment à l’aide des notions de « boucle rétroactive » et de « communauté ».

Lorsqu’enfin on suit l’œuvre au long cours, on assiste au dévoilement progressif d’une strate autobiographique et mémorielle, qui existait déjà chez certains représentants des avant-gardes historiques comme Jandl. Partant de cette hypothèse intime et existentielle, nous montrons comment le dispositif performatif est, à une époque où ils ne peuvent encore être les thèmes explicites de l’œuvre, la manifestation esthétique des traumas familiaux et personnels – Shoah, répression du Printemps de Prague et, dans une moindre mesure, vie sous le régime du SED. Le « bricolage avec les mots » apparaît dès lors comme le reflet du « bricolage avec l’identité » et la performance comme une étape d’élaboration nécessaire avant que n’adviennent la rencontre avec l’Histoire dans les spectacles des années 1990 et les narrations plus classiques dans les romans des années 2000.

 


Travaux de Sibylle Goepper : voir sur ce carnet de recherches https://allemagnest.hypotheses.org/?s=Goepper

Projection du film Lange Weile de Tina Bara, Paris, Le Bal, 28 novembre 2019, 20 h

Tina Bara : Lange weile

Les années 1980 en RDA : une décennie de photos

Projection & Rencontre a/c Tina Bara et Henryk Gericke
Jeudi 28 novembre 2019 – 20h

Parcourant la dernière décennie de la RDA, le film Lange Weile (Un long moment d’ennui) de la photographe allemande Tina Bara traverse avec un regard intimiste sa vie, ses sentiments et son engagement politique dans cette période mouvementée de l’histoire. Par ricochets, c’est aussi les questionnements de sa génération qu’elle interroge. Montré à l’occasion de l’exposition Corps Impatients- Photographie est-allemande 1980-89 à Arles, le film sera projeté à Paris pour la première fois lors d’une soirée de rencontre avec la photographe et la commissaire d’exposition Sonia Voss. L’auteur, DJ et réalisateur Henryk Gericke, protagoniste majeur du mouvement punk en ex-RDA, sera aussi présent pour évoquer cette période historique importante.

Tina Bara est née en 1962 dans les environs de Berlin-Est, où elle étudie l’histoire et l’histoire de l’art avant de rejoindre la Hochschule für Grafik und Buchkunst à Leipzig pour étudier la photographie. Dès 1983 et jusqu’à son départ à l’Ouest en 1989, peu avant la chute du Mur, elle pratique la photographie de façon intensive, documentant au quotidien sa vie intime et celle de son entourage.L’ensemble des photographies prises pendant ces quelques années forment la matière d’un film réalisé en 2016, intitulé Lange Weile (Un long moment d’ennui), dans lequel elle revient sur son mode de vie, ses questionnements, ses sentiments, mais aussi son engagement politique pendant la dernière décennie de la RDA.

Film sous-titré en français et anglais. Rencontre en anglais.
Evènement organisé en collaboration avec le Goethe Institut

https://www.le-bal.fr/2019/11/tina-bara-lange-weile

Exposition sur la RDA, Université Paris 8, Saint-Denis

(Crédit photo :© Harald Hauswald/OSTKREUZ)

L’exposition « Voll der Osten » est le résultat d’une collaboration entre un photographe et un historien allemands, Harald Hauswald et Stefan Wolle, pour la Stiftung zur Aufarbeitung der SED-Diktatur. Cette exposition vous est proposée du 14 novembre au 30 novembre 2018 dans le hall de la BU de l’université de Saint Denis par les étudiants du master 2 Kulturwissenschaften de l’université de Nanterre et les étudiants germanistes de LEA, en licence 2 de l’université de Saint Denis et leurs enseignants Anne-Marie Pailhès et Kolja Lindner.

L’exposition propose une entrée en textes et en images dans le quotidien de l’ancienne Allemagne de l’Est. Articulée autour de 18 thèmes, elle présente des photographies de Harald Hauswald prises de la fin des années 70 jusqu’à la chute du mur et de la RDA commentées par de courts textes en allemand de Stefan Wolle, tantôt par des recontextualisations, tantôt par des anecdotes. Continuer la lecture de « Exposition sur la RDA, Université Paris 8, Saint-Denis »

Un parfum de Guerre froide : Louis-Bernard Robitaille, Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu

Louis-Bernard Robitaille

Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu

Editions Noir sur Blanc, Lausanne, 2017, 144 p.

http://www.leseditionsnoirsurblanc.fr/bouffees-d-ostalgie-louis-bernard-robitaille-9782882504456

A la lecture du titre de cet ouvrage, on pourrait croire que prévaut une sincère nostalgie d’un monde communiste disparu, dans ces chroniques du journaliste franco-québécois Louis-Bernard Robitaille, qui déclare être « originaire d’un continent étranger à toute idéologie » (p. 14). Le lecteur se permettra de douter de cette absence totale d’idéologie sous sa plume en découvrant des pages où il est sans cesse question de « prison » ou de « caserne » pour décrire les endroits parcourus.

Le sentiment d’« ostalgie » ne peut être ainsi réinterprété et réduit à un simple discrédit jeté sur une cinquantaine d’années d’histoire de la partie orientale de l’Allemagne. Comme le rappelait Jean Mortier : Continuer la lecture de « Un parfum de Guerre froide : Louis-Bernard Robitaille, Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu »

Soldats américains à Berlin-Est – article signalé

Vient de paraître dans le dernier numéro de la revue en ligne Zeithistorische Forschungen

Stefanie Eisenhuth – Freizeit beim Feind – US-amerikanische Soldaten in Ost-Berlin

http://www.zeithistorische-forschungen.de/1-2018/id=5555

Sociologie de Berlin, de Denis Bocquet et Pascale Laborier

Compte rendu d’ouvrage

Denis Bocquet, Pascale Laborier, Sociologie de Berlin, Repères, La Découverte, 2016, 126 p.

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Sociologie_de_Berlin-9782707176899.html

Dans quelle mesure la partition Est-Ouest de la ville de Berlin se décrypte-t-elle encore à travers une photographie sociologique de la ville, plus de 27 ans après la chute du Mur et l’unification allemande ? C’est une question qui peut servir de fil conducteur à la lecture de cet ouvrage dans le cadre de ce carnet de recherche. On sait que depuis 2001, les autorités n’ont plus souhaité tenir de statistiques séparées Est-Ouest sur la ville, il faut donc se référer aux chiffres disponibles par arrondissement pour y déceler d’éventuelles disparités héritées. Continuer la lecture de « Sociologie de Berlin, de Denis Bocquet et Pascale Laborier »

Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001

           Compte rendu d’ouvrage

Daniel Argelès  Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001. Septentrion, 2017. Collection Mondes germaniques.

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100094640

Pour la première fois en France, un ouvrage complet présente l’œuvre de l’écrivain allemand Klaus Schlesinger, auteur qui a connu plusieurs régimes politiques, Troisième Reich, Allemagne occupée, RFA, RDA et Allemagne unifiée. Les années déterminantes de son existence se sont cependant déroulées en RDA, pays où est née sa vocation et où il est devenu écrivain. Et qu’il a quitté en 1980, à la suite de l’affaire Biermann de 1976, avec cependant un visa permanent. Continuer la lecture de « Klaus Schlesinger ou l’écriture de l’histoire, Berlin et l’Allemagne, 1937-2001 »