Séminaire à Nantes, 12 mai 23, hybride : Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? »

Carte d’invitation de Jan Faktor à une lecture

Pour sa troisième séance, le séminaire “Archives manquantes? Les archives et la construction de l’histoire littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945” accueille Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? » La séance sera animée par Bénédicte Terrisse (Nantes Université, CRINI).

Si elle suscite depuis plusieurs décennies l’intérêt des études germaniques françaises et de nombreux autres pays, en Allemagne, la production des écrivains et artistes de RDA a toujours occupé un statut à part, à la fois dans la société et dans la recherche. Depuis 1989 et la chute du Mur, on ne compte plus les polémiques dénonçant le mauvais sort réservé à l’« autre Allemagne » et à ses artistes dans la société réunifiée : ainsi « querelle littéraire » (Literaturstreit) et « querelle des images » (Bilderstreit) se réenflamment-elles à intervalles réguliers dans l’espace public.

Plus encore que d’autres peut-être, les fonds de l’ancienne RDA font l’objet d’une « politique » d’exposition, de conservation et d’archivage (y compris dans sa version négative) qu’il convient d’interroger. De l’analyse des critères adoptés et des choix opérés dans ce domaine découle en effet la mise en lumière d’enjeux et de mécanismes de canonisation, dans un champ culturel contemporain qui reste surdéterminé par les champs sociétal, politique et par l’Histoire.

https://reigenn.hypotheses.org/

En matière de visibilité et de postérité de certains fonds d’archives, les angles d’attaque peuvent être démultipliés et complexifiés à l’extrême : Berlin/Province, artistes restés en RDA ou passés à l’Ouest, Continuer la lecture de « Séminaire à Nantes, 12 mai 23, hybride : Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? » »

Parution : L’Est à l’Ouest – Trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels, écrivains et artistes émigrés hors de RDA

Nouveau numéro des Cahiers d’études germaniques :

L’Est à l’Ouest

Trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels, écrivains et artistes émigrés hors de RDA
Dir. : Emmanuelle Aurenche-Beau, Sibylle Goepper, Anne Lemonnier-Lemieux, Ralf Zschachlitz.

 

Cet ouvrage présente et analyse le cheminement d’écrivains et d’artistes plasticiens qui ont quitté la RDA et se concentre sur la période comprise entre le moment de leur passage à l’Ouest et la réunification de 1990. Les contributeurs de ce numéro ont exploré la réalité d’un « seuil » autre que celui, très étudié, de la chute du Mur, en se penchant sur les conséquences, moins connues, de cette Übersiedlung sur leur production artistique. Ils mettent en lumière la variété des réactions à ce qui constituait une rupture biographique, politique et esthétique forte, mais aussi la similitude des stratégies adoptées pour continuer à écrire, peindre et exister dans l’espace public occidental. Entre la césure franche et le choix de la continuité, cet ouvrage dessine les contours d’une adaptation protéiforme. Les études individuelles sont précédées de quatre articles généraux fournissant des outils pour appréhender le phénomène qui, conçu comme un exil littéraire et artistique interallemand, tend vers l’extraterritorialité (Walter Schmitz), appelle des comparaisons avec d’autres exils (Gisèle Sapiro, Patrick Farges), et interroge la translocation des bibliothèques (Bénédicte Terrisse). Si certains ont éprouvé un net sentiment d’exil (Fuchs, Rachowski) ou au contraire insisté sur la continuité (Kirsch, Brasch, Eckart, Lange-Müller), d’autres encore ont joué les médiateurs ou les trouble-fête (Kantorowicz, Johnson, Kunert, Loest, Maron). Les artistes plasticiens (Loewig, Kerbach, Herrmann, Grimmling, Dammbeck, Stelzmann), confrontés au monde de l’art occidental, élargissent pour finir l’horizon de cette étude.

 

Hélène Camarade, Le tract en RDA, 1949-1990.

Hélène CAMARADE, Le tract en RDA, 1949-1990. Instrument de résistance, d’opposition et de conquête de l’espace public. Pessac : Presses Universitaires de Bordeaux, 2022 (ISBN : 9791030005882, 512 pages).

Écrire une histoire de l’opposition en RDA par les tracts.

Dans cet ouvrage, paru en octobre 2022 aux Presses Universitaires de Bordeaux, Hélène Camarade, professeure en études germaniques à l’Université Bordeaux Montaigne et membre junior de l’Institut universitaire de France, poursuit ses travaux sur deux thématiques qui constituent le cœur de sa recherche scientifique : d’une part l’opposition et la résistance dans les régimes dictatoriaux, que ce soit sous le national-socialisme (2007) ou, dans ses travaux plus récents, en RDA (Camarade et Goepper 2016; Camarade 2021) ; et d’autre part l’étude de l’objet « tract » (2017). Ce livre est fondé sur les recherches menées par l’autrice dans le cadre de son habilitation à diriger des recherches, soutenue en 2011 à l’Université Bordeaux 3.

H. Camarade vise ici à écrire une histoire de l’opposition et des opposant·e·s en RDA à travers l’évolution des tracts ou, comme elle le formule (p. 13) :

L’étude présentée ici a pour objet d’étudier les caractéristiques formelles et fonctionnelles du tract comme média clandestin en RDA afin de parvenir à une meilleure compréhension des idées, des valeurs, des revendications, des stratégies argumentatives et des moyens d’action préconisés par les individus ou les groupes qui ont cherché à combattre ou à réformer de l’intérieur la dictature du SED. Continuer la lecture de « Hélène Camarade, Le tract en RDA, 1949-1990. »

Hélène Camarade, LE TRACT EN RDA 1949-1990 – Instrument de résistance, d’opposition et de conquête de l’espace public

Hélène Camarade, LE TRACT EN RDA 1949-1990 – Instrument de résistance, d’opposition et de conquête de l’espace public

Cet ouvrage propose une histoire de la résistance et de l’opposition en République démocratique allemande (RDA) au prisme du média clandestin qu’est le tract. À partir d’un corpus inédit de 460 tracts, l’étude montre que la lutte pour la liberté d’expression et la conquête de l’espace public ont été des enjeux décisifs et continus de l’opposition entre 1949 et 1990. Ces sources nous renseignent sur les idées, les valeurs, les revendications, les stratégies argumentatives et les moyens d’action préconisés par plusieurs générations d’opposants, qui ont cherché, seuls ou en groupe, à combattre la dictature du SED ou à la réformer de l’intérieur. Trois types d’événements suscitent régulièrement des tracts : les élections, la répression des opposants politiques et les soulèvements populaires dans les États-frères. Si la comparaison entre stalinisme et national-socialisme domine dans l’après-guerre, c’est autour de l’héritage du socialisme que ferraille la génération du printemps de Prague. L’étude retrace également les évolutions de l’espace public oppositionnel (Gegenöffentlichkeit) : alors que le tract long et argumenté est l’outil privilégié des années 1940 et 1950, d’autres médias plus visuels, comme le Mail Art, ou plus volumineux, notamment le samizdat, se développent à partir des années 1970. C’est à partir de la révolution pacifique de 1989 que le tract redevient l’instrument privilégié de l’action révolutionnaire, puis du combat politique lors des premières élections libres de mars 1990.


Hélène Camarade, professeure en études germaniques
à l’Université Bordeaux Montaigne, membre junior de
l’Institut universitaire de France, est spécialiste des
phénomènes de résistance sous le Troisième Reich
et en RDA.

Le naturisme en RDA/ Freikörperkultur in der DDR – Une forme de micro-résistance dans un État autoritaire ?

Un texte de Justine Guillet, issu d’un mémoire de fin d’études franco-allemandes sous la direction d’Elisa Goudin-Steinmann (Université Sorbonne Nouvelle)

La culture du corps libre, appelée Freikörperkultur en allemand et désignée par le sigle FKK, est l’héritage d’une longue tradition en Allemagne. Elle est la descendante du mouvement de la réforme de la vie, die Lebensreformbewegung, qui date de la fin du XIXème siècle en Allemagne et qui prône un retour à la nature.

[La Réforme de la vie] apparaît en réaction à la modernisation urbaine accélérée, l’industrialisation, l’explosion démographique. C’est une prise de conscience que la vie devient aliénante. On s’interroge sur la pollution visuelle, sonore, l’alimentation, le bio, le végétarisme voire le véganisme, les pratiques sportives, les pédagogies alternatives. Il s’agit de revenir à soi. On lève toute forme de médiation entre soi et la nature. Dans ce contexte, le vêtement est considéré comme une médiation. Il est lié à des tabous sur le corps, à la culture judéo-chrétienne. C’est le vêtement qui crée le péché. Ainsi se développe le naturisme, qui se retrouve désexualisé[1]. Continuer la lecture de « Le naturisme en RDA/ Freikörperkultur in der DDR – Une forme de micro-résistance dans un État autoritaire ? »

Gunnar Decker, Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-94146?title=g-decker-zwischen-den-zeiten&recno=29&q=DDR&fq=&sort=newestPublished&page=2&total=2359

Nouveau numéro de la revue Allemagne d’Aujourd’hui : L’Allemagne unifiée, 30 ans après

Où en est l’Allemagne trente après avoir réalisé son unification ? Sur le plan politique, économique, social, culturel. La question du différentiel est-ouest et de « l’unité intérieure » Quel rôle assume l’Allemagne unifiée en Europe et dans le monde ? Quelle défense veut-elle pour l’Europe ?

Le numéro peut être acheté sur le site des Presses du Septentrion : http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100509090

ou consulté en ligne sur CAIRN.

Table des matières

DOSSIER

L’Allemagne unifiée, trente ans après

Un dossier dirigé par Étienne Dubslaff, Hans Stark et Jérôme Vaillant

Introduction. Étienne Dubslaff, Hans Stark et Jérôme Vaillant……………..3
É. Dubslaff– La « révolution pacifique » et la « réunification allemande » ..8 Continuer la lecture de « Nouveau numéro de la revue Allemagne d’Aujourd’hui : L’Allemagne unifiée, 30 ans après »

Compte rendu d’ouvrage : Ulla Walter : Die Lust der Kunst. Bildergeschichten.

Un compte rendu de Jean Mortier, illustré de tableaux d’Ulla Walter. Qu’elle soit ici remerciée de bien avoir voulu les mettre à la disposition de notre carnet.

Ulla Walter : Die Lust der Kunst. Bildergeschichten. Mitteldeutscher Verlag, 2019

A travers le récit des étapes ou des événements majeurs qui ont marqué sa vie et dont quelques œuvres, reproduites dans les 287 pages de cette autobiographie, ont été les unes la traduction immédiate et nécessaire, d’autres la résurgence de souvenirs, Ulla Walter nous livre souvent le plus intime d’elle-même (ses amours, ses mariages ratés), sauf « lorsque le fait est vraiment de nature trop privée pour être raconté ». L’histoire personnelle est donc – comme l’indique le sous-titre (Bildergeschichten) – inscrite au cœur même des tableaux, tableaux qu’elle analyse et commente (ce qui est peu commun chez un artiste) et dont elle nous livre ainsi un peu la clé.

«Chaque fois, ce que je venais immédiatement de vivre ou avais antérieurement vécu commandait de façon impérieuse le geste pictural». Continuer la lecture de « Compte rendu d’ouvrage : Ulla Walter : Die Lust der Kunst. Bildergeschichten. »

Colloque (annulé) – Les femmes dans l’opposition et les subcultures en RDA, Bordeaux, 26-27 mars 2020

Ce colloque est annulé en raison de la fermeture des universités françaises à partir du 16 mars, pour une durée indéterminée. Nous vous informerons de la suite donnée à ce projet.

https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/les-femmes-dans-l-opposition-et-les-subcultures-en-rda.html

Avis de soutenance HDR de Sibylle Goepper, Université de Bordeaux

Le 9 décembre, Sibylle Goepper a soutenu avec succès à l'Université de Bordeaux, son habilitation à diriger des recherches intitulée :

"Contribution à l'étude des rapports entre écrivain, pouvoir et société pendant et après la RDA. Entre dissidence et subculture, collectif et individu, texte et corps"


Le jury était composé de :

Madame Florence Baillet (Université Paris-Sorbonne Nouvelle) - rapporteure
Monsieur Bernard Banoun (Université Paris-Sorbonne) - rapporteur
Monsieur Patrick Farges (Université Paris Diderot)
Madame Elizabeth Guilhamon (Université Bordeaux Montaigne)
Madame Françoise Lartillot (Université de Lorraine)
Madame Nicole Pelletier (Université Bordeaux Montaigne) - garante


Résumé de l’inédit

Esprit performatif : intermédialité, émotion, mémoire dans l’œuvre expérimentale et essayistique de Jan Faktor (1978-2018) – Sibylle Goepper

 

Ce travail constitue la première monographie consacrée à l’écrivain tchèque Jan Faktor, né à Prague en 1951, installé à Berlin-Est en 1978 et s’exprimant depuis les années 1980 en langue allemande. Il entreprend de croiser la perspective individuelle et collective, en se situant au plus près de l’œuvre de Faktor, mais également du côté de la génération des auteurs et artistes qui formèrent l’underground culturel au sein duquel il évolua jusqu’à la chute du Mur. Tout en accordant une large place au contexte, il adopte une perspective résolument esthétique. Afin de montrer les continuités et les évolutions, la cohérence et la richesse du parcours créatif de Jan Faktor, il dépasse également l’habituelle focalisation sur la période de la RDA et traite de l’époque du Tournant et des années 2000.

La réception de l’œuvre de Faktor a souffert du discrédit global qui s’est abattu sur les membres du « Prenzlauer Berg » après le scandale des « mouchards » de la Stasi. Il s’agissait donc d’interroger et de réviser le verdict d’innocuité politique (adressé au groupe et à la contre-culture qu’il incarne) et d’innocuité esthétique (adressé aux individus et à l’avant-garde dont ils se réclament) en particulier par Wolf Biermann. Sans retomber dans le travers de la critique ouest-allemande qui, dans les années 1980, avait vu dans cette production une remise en question frontale des structures du pouvoir en RDA, nous ne voulions pas évacuer la question du politique, mais examiner la dimension « protestataire », « subversive » de cette production en renouvelant les catégories d’analyse traditionnelles de « dissidence » et d’« opposition », peu à même de saisir une œuvre expérimentale telle que celle de Faktor

Pour ce faire, notre attention est tout d’abord allée à la tradition de Dada et de la poésie concrète, à laquelle Faktor se réfère à travers les figures de Kurt Schwitters et d’Ernst Jandl. L’exploration d’un corpus mixte, composé de textes, mais surtout de lectures enregistrées et de performances filmées rendait elle aussi justice à l’esprit des avant-gardes historiques. L’étude se penche ainsi sur l’aspect événementiel et spectaculaire de cette production, perspective qui a peu été adoptée, alors même que les filiations littéraires évoquées et la pratique des lectures dans les appartements privés en RDA semblaient y inviter. C’est ici le cas à l’aide de sources audio et vidéo inédites déposées par Jan Faktor à l’Académie des arts de Berlin en 2013.

Des actes de langage d’Austin aux travaux d’Erika Fischer-Lichte sur la performance théâtrale, en passant par la performativité littéraire théorisée par Derrida, la notion de « performatif » permet, dans ses diverses déclinaisons, de saisir les multiples facettes mais également la cohérence profonde de l’œuvre de Faktor : importance de l’oralité, du phonique, centralité du corps et de l’implication physique de l’artiste, notions d’événement, d’action et d’effet sur l’auditoire.

Différents volets de l’œuvre sont ainsi explorés. L’intermédialité, tout d’abord, présente aussi bien à travers les collaborations concrètes de Faktor avec d’autres artistes, notamment peintres et graphistes, qu’au sein de ses poèmes minimalistes ou sériels qui associent texte, image et son. Telle est la constellation performative qui ne s’adresse plus à l’intellect ou à la conscience mais aux couches les plus profondes du psychisme, bouleversant en profondeur l’expérience de lecture de celles et ceux qui la rencontrent.

Cet effet de déstabilisation est renforcé lorsque le texte est incarné en public. S’ajoute alors l’émotion, régulièrement mise en avant par Faktor dans ses déclarations. L’importance qu’il lui accorde suggère que la prestation scénique n’est pas un simple adjuvant de l’œuvre, motivé par le contexte de censure, mais bien au cœur de sa démarche. Si le concept d’émotion permet de remonter à la source de la subjectivité du créateur Faktor, elle possède également une dimension collective qui permet de poser différemment la question du subversif et du politique, notamment à l’aide des notions de « boucle rétroactive » et de « communauté ».

Lorsqu’enfin on suit l’œuvre au long cours, on assiste au dévoilement progressif d’une strate autobiographique et mémorielle, qui existait déjà chez certains représentants des avant-gardes historiques comme Jandl. Partant de cette hypothèse intime et existentielle, nous montrons comment le dispositif performatif est, à une époque où ils ne peuvent encore être les thèmes explicites de l’œuvre, la manifestation esthétique des traumas familiaux et personnels – Shoah, répression du Printemps de Prague et, dans une moindre mesure, vie sous le régime du SED. Le « bricolage avec les mots » apparaît dès lors comme le reflet du « bricolage avec l’identité » et la performance comme une étape d’élaboration nécessaire avant que n’adviennent la rencontre avec l’Histoire dans les spectacles des années 1990 et les narrations plus classiques dans les romans des années 2000.

 


Travaux de Sibylle Goepper : voir sur ce carnet de recherches https://allemagnest.hypotheses.org/?s=Goepper

Projection du film Lange Weile de Tina Bara, Paris, Le Bal, 28 novembre 2019, 20 h

Tina Bara : Lange weile

Les années 1980 en RDA : une décennie de photos

Projection & Rencontre a/c Tina Bara et Henryk Gericke
Jeudi 28 novembre 2019 – 20h

Parcourant la dernière décennie de la RDA, le film Lange Weile (Un long moment d’ennui) de la photographe allemande Tina Bara traverse avec un regard intimiste sa vie, ses sentiments et son engagement politique dans cette période mouvementée de l’histoire. Par ricochets, c’est aussi les questionnements de sa génération qu’elle interroge. Montré à l’occasion de l’exposition Corps Impatients- Photographie est-allemande 1980-89 à Arles, le film sera projeté à Paris pour la première fois lors d’une soirée de rencontre avec la photographe et la commissaire d’exposition Sonia Voss. L’auteur, DJ et réalisateur Henryk Gericke, protagoniste majeur du mouvement punk en ex-RDA, sera aussi présent pour évoquer cette période historique importante.

Tina Bara est née en 1962 dans les environs de Berlin-Est, où elle étudie l’histoire et l’histoire de l’art avant de rejoindre la Hochschule für Grafik und Buchkunst à Leipzig pour étudier la photographie. Dès 1983 et jusqu’à son départ à l’Ouest en 1989, peu avant la chute du Mur, elle pratique la photographie de façon intensive, documentant au quotidien sa vie intime et celle de son entourage.L’ensemble des photographies prises pendant ces quelques années forment la matière d’un film réalisé en 2016, intitulé Lange Weile (Un long moment d’ennui), dans lequel elle revient sur son mode de vie, ses questionnements, ses sentiments, mais aussi son engagement politique pendant la dernière décennie de la RDA.

Film sous-titré en français et anglais. Rencontre en anglais.
Evènement organisé en collaboration avec le Goethe Institut

https://www.le-bal.fr/2019/11/tina-bara-lange-weile

Anne-Marie Pailhès, Communautés rurales en Allemagne de l’Est : vers une réunification des contre-cultures ?

Anne-Marie Pailhès, Communautés rurales en Allemagne de l’Est : vers une réunification des contre-cultures ?, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2019, 356 p.

ISBN: 978-2-379065-020-5

Le présent ouvrage livre les résultats très richement contextualisés d’une vaste enquête de terrain menée par l’auteure en deux temps, à presque dix ans d’intervalle, en 2006/2007 et 2015/16, dans cinq communautés rurales d’Allemagne de l’Est. Ces communautés rurales se sont établies sur le territoire de l’ex-RDA à la suite de l’unification, en octobre 1990, des deux Etats allemands et représentent un petit échantillon d’un phénomène quantitativement plus important.

Le fil rouge de l’analyse est indiqué dans le titre et porte tout particulièrement sur la dimension Est-Ouest du phénomène étudié, considérée sous différents angles : quels ont été les ressorts principaux (économiques, idéologiques, historiques ou autres) de cette installation numériquement remarquable de communautés « alternatives » en Allemagne de l’Est, après 1990 ? Quel rôle y ont joué les éventuels transferts culturels d’Ouest en Est ou réciproquement, qu’il s’agisse de l’héritage du mouvement alternatif ouest-allemand des années 1970/80 et de ses diverses racines intellectuelles, ou, à l’inverse, qu’il s’agisse de l’impact exercé par l’environnement est-allemand, géographiquement et socialement spécifique, sur les communautés étudiées ? Que peut-on dire des relations Est-Ouest au sein de la mouvance communautaire étudiée ? Continuer la lecture de « Anne-Marie Pailhès, Communautés rurales en Allemagne de l’Est : vers une réunification des contre-cultures ? »

Séries d’émissions sur la musique à Berlin : Berlin, le son du mur

Une série de cinq émissions diffusées en août 2019 sur France Culture

https://www.franceculture.fr/emissions/la-serie-musicale-dete/berlin-les-sons-du-mur

La mode en RDA. Catwalk wider den Sozialismus. Die alternative Modeszene der DDR in den 1980er Jahren

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-27406?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-9&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-9&utm_campaign=htmldigest

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search