Parution : L’Est à l’Ouest – Trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels, écrivains et artistes émigrés hors de RDA

Nouveau numéro des Cahiers d’études germaniques :

L’Est à l’Ouest

Trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels, écrivains et artistes émigrés hors de RDA
Dir. : Emmanuelle Aurenche-Beau, Sibylle Goepper, Anne Lemonnier-Lemieux, Ralf Zschachlitz.

 

Cet ouvrage présente et analyse le cheminement d’écrivains et d’artistes plasticiens qui ont quitté la RDA et se concentre sur la période comprise entre le moment de leur passage à l’Ouest et la réunification de 1990. Les contributeurs de ce numéro ont exploré la réalité d’un « seuil » autre que celui, très étudié, de la chute du Mur, en se penchant sur les conséquences, moins connues, de cette Übersiedlung sur leur production artistique. Ils mettent en lumière la variété des réactions à ce qui constituait une rupture biographique, politique et esthétique forte, mais aussi la similitude des stratégies adoptées pour continuer à écrire, peindre et exister dans l’espace public occidental. Entre la césure franche et le choix de la continuité, cet ouvrage dessine les contours d’une adaptation protéiforme. Les études individuelles sont précédées de quatre articles généraux fournissant des outils pour appréhender le phénomène qui, conçu comme un exil littéraire et artistique interallemand, tend vers l’extraterritorialité (Walter Schmitz), appelle des comparaisons avec d’autres exils (Gisèle Sapiro, Patrick Farges), et interroge la translocation des bibliothèques (Bénédicte Terrisse). Si certains ont éprouvé un net sentiment d’exil (Fuchs, Rachowski) ou au contraire insisté sur la continuité (Kirsch, Brasch, Eckart, Lange-Müller), d’autres encore ont joué les médiateurs ou les trouble-fête (Kantorowicz, Johnson, Kunert, Loest, Maron). Les artistes plasticiens (Loewig, Kerbach, Herrmann, Grimmling, Dammbeck, Stelzmann), confrontés au monde de l’art occidental, élargissent pour finir l’horizon de cette étude.

 

Gabriele Eckart : Havelobst, Erinnerungen

Gabriele Eckart

Havelobst, Erinnerungen, Königshausen und Neumann, Würzburg, 2021

L’ouvrage publié en 2021 par Gabriele Eckart nous vient de loin : cette auteure avait connu son heure de gloire dans les années 1980, mais son nom était tombé dans un relatif oubli du fait de son absence sur la scène littéraire allemande depuis une trentaine d’années. Elle réapparaît cette année avec ce recueil de textes autobiographiques. Son titre, Havelobst, renvoie explicitement à l’ouvrage qui la fit connaître en 1984, So sehe ick die Sache. Alors envoyée dans la production après ses études, comme on le disait alors, elle avait été chargée de l’animation culturelle dans la coopérative agricole Havelobst, une entreprise d’État chargée de la culture et de la transformation des pommes dans cette région connue pour son arboriculture. La jeune écrivaine avait mené là une série d’entretiens avec les ouvriers et ouvrières, à partir desquels elle conçut un manuscrit de littérature documentaire. Continuer la lecture de « Gabriele Eckart : Havelobst, Erinnerungen »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search