Parution : La RDA après la RDA, Elisa Goudin-Steinmann et Agnès Arp

Aujourd’hui 9 septembre, parution de l’ouvrage La RDA après la RDA, des Allemands de l’Est racontent. Un compte rendu en sera publié sur ce blog.

http://www.nouveau-monde.net/livre/?GCOI=84736100980560

Trente ans après la chute du mur de Berlin en 1989 et la réunification officielle des deux Allemagne le 3 octobre 1990, les auteures dressent un état des lieux basé sur les recherches les plus récentes et, surtout, sur les témoignages des premiers concernés : les Allemands de l’Est, ceux et celles qui ont vécu en RDA. Avec le recul du temps – qui permet de dépasser le seul symbole de liberté qu’a pu représenter la chute du Mur –, cet ouvrage offre une histoire originale de la transition entre deux sociétés. Continuer la lecture de « Parution : La RDA après la RDA, Elisa Goudin-Steinmann et Agnès Arp »

Berliner Zeitung, 23 juillet 2020. Pourquoi la France m’a rappelé la RDA pendant le confinement

Geschlossene Gesellschaft 

Vincent von Wroblewsky

wurde 1939 in Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) als Kind von 1933 aus Berlin emigrierten jüdischen Eltern geboren. 1950 kehrte er mit seiner Mutter und seinem Bruder nach Ost-Berlin zurück. Am Zentralinstitut für Philosophie der Akademie der Wissenschaften promovierte er mit der Arbeit „Jean-Paul Sartre – Theorie und Praxis eines Engagements“, übersetzte später viele Sartre-Werke und wurde 1993 als Präsident der Sartre-Gesellschaft in Deutschland gewählt. Wroblewsky arbeitet als Übersetzer, Dolmetscher, Herausgeber, Autor.

Vincent von Wroblewsky steckt in der Corona-Zeit in Paris fest. Er fühlt sich an die DDR erinnert, entdeckt ein Sartre-Stück neu und erkennt, dass seine psychoanalytische Theorie über die Deutschen haltlos ist.

23.7.2020 – 21:47, Vincent von Wroblewsky

https://www.berliner-zeitung.de/zeitenwende/geschlossene-gesellschaft-li.92231

Publication en ligne – L’image de la RDA dans les manuels scolaires d’allemand en France

Franziska Flucke, docteur en études germaniques et ancienne lectrice du DAAD à l’Université Paris Nanterre, vient de publier en ligne un article sur l’image de la RDA dans les manuels scolaires d’allemand en France. Elle a soutenu en 2018 une thèse intitulée : « Bilingualer Geschichtsunterricht in Deutschland und Frankreich : ein Beitrag zu einem europäischen Geschichtsbewusstsein im Kontext der deutschfranzösischen Kulturbeziehungen seit 1945? »

Voir l’article, paru en ligne dans Deutschland Archiv:

https://www.bpb.de/geschichte/zeitgeschichte/deutschlandarchiv/306870/vom-sozialistischen-paradies-zum-erinnerungsort

Exposition Max Lingner à Montreuil, Musée de l’histoire vivante, 14 mars au 17 mai 2020

http://www.museehistoirevivante.fr/expositions/exposition-du-14-mars-au-17-mai-2020/max-lingner-a-la-recherche-du-temps-present

Du 14 mars au 17 mai 2020

Max Lingner. À la recherche du temps présent

Exposition proposée par la Fondation : Max-Lingner-Stiftung Berlin
Commissaires de l’exposition : Rahel Melis et Franck Hofmann

Si Lingner a pu devenir le portraitiste de l’ouvrier parisien c’est parce qu’il est un « maître de la réalité », un observateur et un fanatique du réel acharné à fixer ce qui est. C’est aussi ce qui donne de la tenue à ses peintures pleines de vie et d’élan, sans pathos. De la retenue dans les coloris, le plus souvent restreints à un gris argenté, un brun, une touche de rouge : il a l’étoffe d’un peintre muraliste.
Paul Westheim, 1939

Max Lingner quitte Weissenfels pour Paris en 1929. Dans la ville des avant-gardes artistiques, il est à la recherche d’impulsions nouvelles qu’il trouvera dans le mouvement ouvrier. Son emploi de dessinateur de presse pour Monde de Barbusse et l’Humanité, fait de lui l’artiste du Front populaire et du Parti communiste. Dans ce contexte, il développe un style éminemment moderne et conçoit une œuvre puissamment ancrée dans son engagement politique : « L’art est un acte, une action ». Pour Lingner l’art est également l’étude de l’expression humaine : ses images de la banlieue, des ouvriers et ouvrières, impressionnent par la sobriété radicale du trait, par le rapport entre figuration et réduction. De retour à Berlin, Lingner transpose, à partir de 1949, des motifs picturaux emblématiques et les grands décors qu’il avait réalisés pour la Fête de l’Humanité dans le contexte de la fondation de la RDA. Nommé professeur de « peinture du temps présent », il a à subir tout à la fois la pression de l’idéologie d’État, des circonstances politiques et de sa propre partialité. Dans l’édification d’un « nouveau réalisme allemand », l’appréhension du réel qui caractérise les œuvres de la période française de Lingner passe à l’arrière-plan. Le cycle mural monumental La Construction de la République dédié à la fondation de la RDA, à la Maison des Ministères est emblématique de la perte dans la sphère artistique soumise au dogme du réalisme socialiste. Mais la « recherche du temps présent » entreprise en France par Lingner conserve sa force trente ans après la chute du mur : en tant qu’interrogation sur le réalisme dans une politique contemporaine de l’art et sur l’humain dans une modernité sociale.

Revue Idées n° 6

Dans le n° 6 de la revue Idées (L’actualité des essais), un dossier sur la RDA vue aujourd’hui par les chercheurs français.

« Explorez la RDA Society : 30 ans après la chute du Mur, des chercheurs français trouvent un regain d’intérêt pour la défunte RDA. Pourquoi ? »,          p. 42-51. Alain Lance/Nicolas Offenstadt/Anne-Marie Pailhès/Elisa Goudin

https://www.lesinfluences.fr/Revue-Idees-no6-philosophie-feline-et-democratie-s.html

Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019

Un compte rendu de Fanny Perrier, qui prépare un doctorat sur L’écriture de l’histoire dans l’œuvre romanesque de Christoph Hein depuis la réunification allemande.

CHRISTOPH  HEIN – GEGENLAUSCHANGRIFF (2019)

Réflexion sur la portée de l’ouvrage et sur la polémique que les propos de l’auteur ont déclenchée.

Dans le roman Frau Jenny Treibel de Theodor Fontane, Distelkamp critique la conception de l’histoire du professeur Schmidt : « Tu as toujours eu un faible pour l’anecdote, la peinture de genre. Ce qui importe dans l’histoire, ce sont seulement les grandes choses, pas les petites, les secondaires » [1]. Schmidt répond : « L’histoire néglige presque toujours ce à quoi elle devrait s’accrocher d’abord. […] Les choses secondaires, c’est exact, n’ont aucune importance quand elles sont seulement secondaires, quand il n’y a rien derrière ; mais, quand il y a quelque chose, cela devient l’essentiel, car on y trouve l’élément véritablement humain »[2]Le dernier ouvrage de Christoph Hein illustre à merveille cette importance de l’anecdote et des petites choses. Gegenlauschangriff, que l’on pourrait traduire mot à mot par « contre-écoute » ou « contre-surveillance »[3] est un recueil de 28 anecdotes, souvent très courtes – la plupart font moins de quatre pages – dans lequel l’auteur nous livre quelques souvenirs personnels, voire intimes sur la vie en RDA et dans l’Allemagne réunifiée. Continuer la lecture de « Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019 »

Joris Ivens et la RDA

Unbekannter Ivens. Triumph, Verdammnis, Auferstehung. Joris Ivens bei der DEFA und in der DDR 1948–1989

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-29316?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest

Pascale Hugues, « RDA, mon amour »

La journaliste et écrivaine française Pascale Hugues publie dans son dernier ouvrage, Was ist das ? Chroniques d’une Française à Berlin (2017), un chapitre consacré à la RDA, sous le titre « RDA, mon amour ».  Il s’agit d’une nouvelle variation sur la fascination exercée par la RDA sur les intellectuels français. La découverte qu’elle décrit a cependant lieu très tardivement, in extremis, après la chute du Mur, au printemps 1990, lorsqu’elle est envoyée en reportage en RDA profonde (sans doute par le quotidien Libération, même si elle ne le précise pas dans son récit). Auparavant, les correspondants français n’avaient en effet guère quitté leurs bureaux berlinois… Pascale Hugues en convient lorsqu’elle reconnaît que même alsacienne, elle ne connaissait de l’Allemagne que l’Allemagne de l’Ouest « …c’est à ce moment précis que nous découvrîmes, nous les Français, une autre Allemagne. Car notre Allemagne à nous, c’était l’Allemagne de l’Ouest ( …) Des villes cossues et bien ordonnées, des quartiers entiers reconstruits en vitesse et sans grâce après la guerre, des Mercedes-Benz garées le long des trottoirs… ». Elle ajoute « Voilà pourquoi les premiers mois en RDA furent pour moi un enchantement », et plus loin : « Et je tombai amoureuse de la RDA ». Avec beaucoup d’humour et de finesse, elle décrit ses pérégrinations dans la RDA profonde, ses repas de camembert à la gelée de groseille, ses nuits sur les canapés d’inconnus qui l’hébergent spontanément, le « lac d’argent » de Bitterfeld, la beauté de Görlitz, la fièvre contagieuse qui accompagnait tous les changements : « Ce furent les plus belles années de mon travail de journaliste ». Continuer la lecture de « Pascale Hugues, « RDA, mon amour » »