Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019

Un compte rendu de Fanny Perrier, qui prépare un doctorat sur L’écriture de l’histoire dans l’œuvre romanesque de Christoph Hein depuis la réunification allemande.

CHRISTOPH  HEIN – GEGENLAUSCHANGRIFF (2019)

Réflexion sur la portée de l’ouvrage et sur la polémique que les propos de l’auteur ont déclenchée.

Dans le roman Frau Jenny Treibel de Theodor Fontane, Distelkamp critique la conception de l’histoire du professeur Schmidt : « Tu as toujours eu un faible pour l’anecdote, la peinture de genre. Ce qui importe dans l’histoire, ce sont seulement les grandes choses, pas les petites, les secondaires » [1]. Schmidt répond : « L’histoire néglige presque toujours ce à quoi elle devrait s’accrocher d’abord. […] Les choses secondaires, c’est exact, n’ont aucune importance quand elles sont seulement secondaires, quand il n’y a rien derrière ; mais, quand il y a quelque chose, cela devient l’essentiel, car on y trouve l’élément véritablement humain »[2]Le dernier ouvrage de Christoph Hein illustre à merveille cette importance de l’anecdote et des petites choses. Gegenlauschangriff, que l’on pourrait traduire mot à mot par « contre-écoute » ou « contre-surveillance »[3] est un recueil de 28 anecdotes, souvent très courtes – la plupart font moins de quatre pages – dans lequel l’auteur nous livre quelques souvenirs personnels, voire intimes sur la vie en RDA et dans l’Allemagne réunifiée. Continuer la lecture de « Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019 »

Joris Ivens et la RDA

Unbekannter Ivens. Triumph, Verdammnis, Auferstehung. Joris Ivens bei der DEFA und in der DDR 1948–1989

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-29316?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest

Pascale Hugues, “RDA, mon amour”

La journaliste et écrivaine française Pascale Hugues publie dans son dernier ouvrage, Was ist das ? Chroniques d’une Française à Berlin (2017), un chapitre consacré à la RDA, sous le titre « RDA, mon amour ».  Il s’agit d’une nouvelle variation sur la fascination exercée par la RDA sur les intellectuels français. La découverte qu’elle décrit a cependant lieu très tardivement, in extremis, après la chute du Mur, au printemps 1990, lorsqu’elle est envoyée en reportage en RDA profonde (sans doute par le quotidien Libération, même si elle ne le précise pas dans son récit). Auparavant, les correspondants français n’avaient en effet guère quitté leurs bureaux berlinois… Pascale Hugues en convient lorsqu’elle reconnaît que même alsacienne, elle ne connaissait de l’Allemagne que l’Allemagne de l’Ouest « …c’est à ce moment précis que nous découvrîmes, nous les Français, une autre Allemagne. Car notre Allemagne à nous, c’était l’Allemagne de l’Ouest ( …) Des villes cossues et bien ordonnées, des quartiers entiers reconstruits en vitesse et sans grâce après la guerre, des Mercedes-Benz garées le long des trottoirs… ». Elle ajoute « Voilà pourquoi les premiers mois en RDA furent pour moi un enchantement », et plus loin : « Et je tombai amoureuse de la RDA ». Avec beaucoup d’humour et de finesse, elle décrit ses pérégrinations dans la RDA profonde, ses repas de camembert à la gelée de groseille, ses nuits sur les canapés d’inconnus qui l’hébergent spontanément, le « lac d’argent » de Bitterfeld, la beauté de Görlitz, la fièvre contagieuse qui accompagnait tous les changements : « Ce furent les plus belles années de mon travail de journaliste ». Continuer la lecture de « Pascale Hugues, “RDA, mon amour” »