Journée d’étude à Nanterre, 21 mars : La France, l’Allemagne de l’Est et l’Est de l’Allemagne Culture, histoire, mémoire

© picture-alliance/akg

La France, l’Allemagne de l’Est et l’Est de l’Allemagne Culture, histoire, mémoire

Journée d’étude organisée par Franziska FLUCKE

jeudi 21 mars 2024 à l’Université Paris Nanterre
Bâtiment ALLAIS (G) Salle 207

L’appartenance de l’Allemagne de l’Est au bloc soviétique durant la guerre froide a rendu les relations avec la France très complexes et, contrairement à ce qui s’est passé avec la République fédérale, les contacts officiels au plus haut niveau n’ont été que tardivement établis. Les premières formes de rapprochement culturel se sont en revanche manifestées assez tôt et en dehors de toute reconnaissance officielle. On peut par exemple Continuer la lecture de « Journée d’étude à Nanterre, 21 mars : La France, l’Allemagne de l’Est et l’Est de l’Allemagne Culture, histoire, mémoire »

Colloque – La RDA en France – Traces et mémoires d’une relation disparue

Colloque junior CIERA

La RDA en France
Traces et mémoires d’une relation disparue
Acteurs (Dis)continuités Transmissions

9 novembre 2023
GoetheInstitut Paris
17 avenue d’Iéna, 75116 Paris

Soirée d’ouverture du colloque

18h19h : Conférence : Expériences de Français en RDA un double regard


Élisa GoudinSteinmann (Université Sorbonne Nouvelle) et Dorothee Röseberg (Université Martin
Luther de HalleWittenberg / LeibnizSozietät der Wissenschaften zu Berlin)

19h20h : Table ronde : Les relations entre la France et l’Allemagne de l’Est au passé et au présent
Modération : Lucas Delattre (ancien correspondant du journal Le Monde en Allemagne)
Avec JeanLouis Leprêtre (ancien conseiller culturel à l’ambassade de France à BerlinEst, en RDA),
Stephan Steinlein (Ambassadeur de la République fédérale d’Allemagne en France) (sous réserve), et
Christian Wenkel (Université d’Artois)

Continuer la lecture de « Colloque – La RDA en France – Traces et mémoires d’une relation disparue »

Exposition Halle am Meer à la Moritzburg

Exposition d’été de la Moritzburg : « Halle am Meer »

Du 24 juin au 17 septembre 2023

Künstler: Lothar Zitzmann | Titel: Auf dem Urlauberschiff | Datierung: 1968 | Institution/ Museum: Kulturstiftung Sachsen-Anhalt, Kunstmuseum Moritzburg Halle (Saale) | Foto und abgebildetes Werk sind urheberrechtlich geschützt. Foto: Punctum/Bertram Kober © VG Bild-Kunst, Bonn 2023

Le musée d’art de Halle, la Moritzburg, propose cet été une exposition qui retrace 130 ans de liens unissant les artistes de Halle et l’ancien village de pêcheurs d’Ahrenshoop, situé au bord de la mer Baltique sur la presqu’île du Darß, devenu villégiature pour les artistes depuis la fin du XIXème siècle. L’exposition est répartie de façon chronologique sur deux lieux. La vie de la colonie d’origine, de 1892 aux années 1930, est retracée dans l’exposition de la galerie Talstrasse : la première « maison de peintres » des sœurs Anna (1852-1921) et Bertha Gerresheim (1846-1916), véritablement lancée par les stages de peinture pour femmes de Paul Müller-Kaempff (1861-1941) attire alors les artistes las des grandes villes. S’inscrivant dans certains courants de pensée de cette époque (critique de l’industrialisation et de l’urbanisation, naturisme, vie dans la nature), ils trouvent leur inspiration dans les paysages maritimes, peignent le ciel, la mer, le « Bodden » (petit golfe peu profond) et des habitants qui, à leurs yeux, vivent encore en harmonie avec la nature[1].

Le village tient lieu de refuge pendant la République de Weimar et surtout après 1933, par exemple pour Gerhardt Marcks qui s’y retire complètement après avoir été exclu de l’école d’art de Burg Giebichenstein par les nazis en 1933. Jusque dans les années 1940, Ahrenshoop Continuer la lecture de « Exposition Halle am Meer à la Moritzburg »

Un hommage de Gabriele Eckart à Elke Erb. Texte inédit – en allemand.

Foto: SWR Kultur

Als Elke 2020 mit dem Büchner-Preis ausgezeichnet wurde, jubelte ich. Erzählte meinem Mann von ihr und dem Preis. Wir öffneten eine Flasche Sekt und stießen auf ihre Gesundheit an.

Ein Text von Gabriele Eckart

Elke Erb

Fünfzehn Minuten lief ich zu ihr in die Rheinsberger Straße. Durch grauschwarze Straßen, Kohlen wurden ausgefahren, Braunkohlenbriketts, die in Staub zerfielen, wenn ich sie nur mal scharf ansah. Rußig alles. So gut es ging, hatte man sich hier in den abgenutzten und vom Krieg beschädigten Häusern eingerichtet, die meisten Wohnungen hatten noch Außentoiletten. Verschlissen alles. Stimmen Betrunkener lärmten durch den düsteren Nachmittag, dazwischen erhaschte mein Ohr das metallische Zirpen eines Musikinstruments, das aus einem geöffneten Fenster kam. Prenzlauer Berg, der meinem Gefühl nach unglückseligste Stadtbezirk dieser Hauptstadt. Ganz anders sah Elke das, für sie war es der Beste. Zum Dichten ideal. Continuer la lecture de « Un hommage de Gabriele Eckart à Elke Erb. Texte inédit – en allemand. »

Compte rendu : Dirk Oschmann, Der Osten-eine westdeutsche Erfindung

Dirk Oschmann, Der Osten – Eine westdeutsche Erfindung, Ullstein, 2023

(L’Est – une invention ouest-allemande)

Compte rendu rédigé par Anne-Marie Pailhès.

Alors que les débats virulents sur l’inégalité de traitement entre l’Est et l’Ouest de l’Allemagne semblaient rangés au rayon des produits périmés, un ouvrage vient ranimer le champ des échanges sur les injustices réelles ou imaginaires (selon les interprétations) subies par les régions qui ont succédé à la RDA.  En France, l’ouvrage d’Elisa Goudin et Agnès Arp, La RDA après la RDA  a remis récemment en lumière le poids des biographies hachées des Allemand.e.s de l’Est dans l’Allemagne contemporaine.

Le livre de Dirk Oschmann, « L’Est, une invention ouest-allemande », perçu comme un simple constat, un essai ou un pamphlet, Continuer la lecture de « Compte rendu : Dirk Oschmann, Der Osten-eine westdeutsche Erfindung »

Séminaire à Nantes, 12 mai 23, hybride : Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? »

Carte d’invitation de Jan Faktor à une lecture

Pour sa troisième séance, le séminaire “Archives manquantes? Les archives et la construction de l’histoire littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945” accueille Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? » La séance sera animée par Bénédicte Terrisse (Nantes Université, CRINI).

Si elle suscite depuis plusieurs décennies l’intérêt des études germaniques françaises et de nombreux autres pays, en Allemagne, la production des écrivains et artistes de RDA a toujours occupé un statut à part, à la fois dans la société et dans la recherche. Depuis 1989 et la chute du Mur, on ne compte plus les polémiques dénonçant le mauvais sort réservé à l’« autre Allemagne » et à ses artistes dans la société réunifiée : ainsi « querelle littéraire » (Literaturstreit) et « querelle des images » (Bilderstreit) se réenflamment-elles à intervalles réguliers dans l’espace public.

Plus encore que d’autres peut-être, les fonds de l’ancienne RDA font l’objet d’une « politique » d’exposition, de conservation et d’archivage (y compris dans sa version négative) qu’il convient d’interroger. De l’analyse des critères adoptés et des choix opérés dans ce domaine découle en effet la mise en lumière d’enjeux et de mécanismes de canonisation, dans un champ culturel contemporain qui reste surdéterminé par les champs sociétal, politique et par l’Histoire.

https://reigenn.hypotheses.org/

En matière de visibilité et de postérité de certains fonds d’archives, les angles d’attaque peuvent être démultipliés et complexifiés à l’extrême : Berlin/Province, artistes restés en RDA ou passés à l’Ouest, Continuer la lecture de « Séminaire à Nantes, 12 mai 23, hybride : Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? » »

Parution : L’Est à l’Ouest – Trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels, écrivains et artistes émigrés hors de RDA

Nouveau numéro des Cahiers d’études germaniques :

L’Est à l’Ouest

Trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels, écrivains et artistes émigrés hors de RDA
Dir. : Emmanuelle Aurenche-Beau, Sibylle Goepper, Anne Lemonnier-Lemieux, Ralf Zschachlitz.

 

Cet ouvrage présente et analyse le cheminement d’écrivains et d’artistes plasticiens qui ont quitté la RDA et se concentre sur la période comprise entre le moment de leur passage à l’Ouest et la réunification de 1990. Les contributeurs de ce numéro ont exploré la réalité d’un « seuil » autre que celui, très étudié, de la chute du Mur, en se penchant sur les conséquences, moins connues, de cette Übersiedlung sur leur production artistique. Ils mettent en lumière la variété des réactions à ce qui constituait une rupture biographique, politique et esthétique forte, mais aussi la similitude des stratégies adoptées pour continuer à écrire, peindre et exister dans l’espace public occidental. Entre la césure franche et le choix de la continuité, cet ouvrage dessine les contours d’une adaptation protéiforme. Les études individuelles sont précédées de quatre articles généraux fournissant des outils pour appréhender le phénomène qui, conçu comme un exil littéraire et artistique interallemand, tend vers l’extraterritorialité (Walter Schmitz), appelle des comparaisons avec d’autres exils (Gisèle Sapiro, Patrick Farges), et interroge la translocation des bibliothèques (Bénédicte Terrisse). Si certains ont éprouvé un net sentiment d’exil (Fuchs, Rachowski) ou au contraire insisté sur la continuité (Kirsch, Brasch, Eckart, Lange-Müller), d’autres encore ont joué les médiateurs ou les trouble-fête (Kantorowicz, Johnson, Kunert, Loest, Maron). Les artistes plasticiens (Loewig, Kerbach, Herrmann, Grimmling, Dammbeck, Stelzmann), confrontés au monde de l’art occidental, élargissent pour finir l’horizon de cette étude.

 

Compte rendu : Frankreich – DDR: zwischen Ideologie, Bücherwissen und persönlichen Begegnungen

Compte rendu : Anne Pirwitz und Dorothee Röseberg (Herausgeberinnen)
Frankreich DDR: zwischen Ideologie, Bücherwissen und
persönlichen Begegnungen

Un compte rendu de Marie-Claude Lühne.

Marie-Claude Lühne est lectrice de français depuis septembre 1989 à l’institut d’études romanes de Halle dirigé alors par Gerda Hassler, elle a travaillé pendant 20 ans avec Dorothee Röseberg, professeure en science de la culture, et vu naître l’engagement franco-allemand d’Anne Pirwitz. Elle a tenu à rendre compte de sa lecture de leur travail collectif paru dans le n° 47 de la revue Leibniz online: https://leibnizsozietaet.de/internetzeitschrift-leibniz-online-nr-47-2022/

Cette publication n’est, comme l’indique Anne Pirwitz dans son introduction, qu’un aspect d’un projet plus large, initié par la Romanistique de Potsdam (A.Pirwitz) et le département d’études germaniques de Bordeaux (Charlotte Metzger), concrétisé par le colloque France et RDA, société civile et transfert culturel, qui s’est tenu à Potsdam le 6 décembre 2021, et par un film réalisé par des étudiants des deux universités, visible depuis début 2022 sur YouTube .

Le propos d’A. Pirwitz et D. Röseberg est de questionner les relations franco-allemandes à l’est de l’Allemagne, résultant de celles qui se sont établies à l’époque de la RDA. Car il a bien existé des échanges, tant officiels que privés, entre le pays de la Révolution Française au parti communiste influent et la RDA. Il s’agit à présent de prolonger une recherche ayant débuté à la fin des années 90, et de mettre au jour, dans l’enchevêtrement des restrictions et interdictions, des intérêts politiques et personnels, la manière dont ont été vécus ces moments partagés, ayant souvent débouché sur des liens durables. Le concept de « Eigen-Sinn » (Alf Lüdtke et Thomas Lindenberger) est pour ce faire un instrument d’analyse utile. L’accent est mis sur l’histoire des individus, leurs témoignages, qu’il faut archiver et analyser. Elles soulignent aussi l’importance du dialogue intergénérationnel permettant aux jeunes, pour qui la mobilité est une évidence, de comprendre le passé mais aussi un présent où l’intérêt réciproque ne va plus de soi. Continuer la lecture de « Compte rendu : Frankreich – DDR: zwischen Ideologie, Bücherwissen und persönlichen Begegnungen »

Anne Pirwitz und Dorothee Röseberg (Hg.) Frankreich – DDR: zwischen Ideologie, Bücherwissen und persönlichen Begegnungen

https://leibnizsozietaet.de/wp-content/uploads/2022/12/LO47.pdf

Anne Pirwitz: Vorwort zu Frankreich DDR
Anne Pirwitz und Dorothee Röseberg: Einleitung zu Frankreich DDR

Dorothee Röseberg: Frankreich für die DDR Frankreich in der DDR

Anne Pirwitz: Möglichkeiten und Formen persönlicher Begegnungen zwischen Bürgerinnen
und Bürgern aus Frankreich und der DDR

Sylvie Mutet: Kulturpolitik DDR Frankreich. Das Centre culturel français und andere
kulturelle Beziehungen

Gerda Haßler: Klemperer und Krauss, Französischlehrerausbildung und Romanistik und
einige weitere vereinbare „Gegensätze“

Zeitzeugenberichte von: Nicole Bary, Jutta Nest, Regina Gerber, Karin Rieger, Corinne Cartron
Schmidt, Agnès Wittner, Gabrielle Robein, Françoise Bertrand, Wilfried Baumgarten

Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Par Camille Grapa, diplômée du master Métiers de la culture dans le domaine franco-allemand, Université Sorbonne Nouvelle.  Elle a rédigé un mémoire sur ce sujet sous la direction de Jean-Louis Georget.

Le présent article résulte d’un travail de master et d’une enquête sur les dispositifs olfactifs des expositions allemandes contemporaines, qui avait abouti à une première typologie de ces manifestations, soutenu en juin 2022 à l’Université de Paris 3. Pour cet article, nous nous concentrons sur la question des odeurs en RDA : que sentait la RDA ? Comment la Stasi utilisait-elle les odeurs ? Quel rapport à l’olfaction peut-on mettre en évidence dans les expositions récentes ayant trait à la RDA ?

A la suite de la chute du mur de Berlin en 1989, on observe l’apparition d’un phénomène que l’artiste est-allemand Uwe Steimle nomme pour la première fois en 1992 « Ostalgie[1] ». La population est-allemande se trouve confrontée sans transition à un nouveau système politique et économique, ressentant une difficulté à se trouver des points communs avec ses compatriotes de l’Ouest. Eux aussi ont du mal à comprendre un mode de vie imposé à l’Est pendant 40 ans. L’« Ostalgie » correspond alors à une nostalgie de l’enfance ou de la jeunesse : on se souvient par exemple de l’entraide informelle qui palliait les carences du système, ou on a encore le souvenir des produits typiques consommés.

L’olfaction a un pouvoir d’évocation très fort, notamment du fait de la partie du cerveau qui permet d’analyser et interpréter les odeurs, le « bulbe olfactif » situé à côté de l’hippocampe, qui joue un rôle dans la création et la fixation des souvenirs. La mémoire olfactive est souvent brusque, intense et involontaire et renvoie à des souvenirs fabriqués pendant l’enfance ou la jeunesse. La capacité mnésique de l’olfaction, soit l’usage des odeurs, peut aider la mémoire et ainsi faciliter l’apprentissage.

Une histoire du sensible qui serait celle de l’odorat à l’époque de la RDA reste encore largement à écrire. De ce point de vue, la Guerre froide représente un moment de conflit, de rivalité culturelle matérielle qui passe aussi par les sens[2]. Nous interrogerons ici la manière dont cette période historique peut être racontée à travers le souvenir olfactif des gens qui l’ont vécue, mais aussi par le biais des manifestations odorantes de l’époque et leurs traductions contemporaines actuelles, dans une série d’expositions et d’artistes qui se sont emparé du sujet.

L’invention de l’odeur est-allemande

Le phénomène de l’Ostalgie survient presque immédiatement après la chute du mur de Berlin en 1990. Il faut préciser ici quelques éléments de contextualisation : l’Allemagne de l’Est est alors une société très industrielle, le socialisme y est profondément lié à une idéologie de production[3]. La loyauté envers l’État est assurée par les industries, qui pratiquent une forme de paternalisme, en concentrant un lieu de travail, des possibilités de socialisation, avec des voyages organisés par exemple, et des commodités importantes, en proposant souvent une garderie, un magasin général, ou encore un cabinet médical. Le lieu de travail est ainsi un espace symbolique de communauté et offre un sentiment général d’appartenance. Il faut aussi prendre en compte le fait que l’offre des produits est-allemands reste quasiment identique tout au long des quarante années de la République Démocratique. On n’observe peu d’innovation dans les produits, ce qui ajoute au sentiment général que cette proposition immuable fait partie d’une identité est-allemande. Ce sentiment a été renforcé à partir de 1989 a contrario par un discours « triomphaliste » capitaliste considérant les produits est-allemands comme ternes et de mauvaise facture. Continuer la lecture de « Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction »

Journée d’études “Ce qu’il reste de la RDA. Une bibliothèque est-allemande à Nantes” _18 et 19 novembre 2022_Nantes Université

https://ages-info.org/fr/2022/11/11/journee-detudes-ce-quil-reste-de-la-rda-une-bibliotheque-est-allemande-a-nantes-_18-et-19-novembre-2022_nantes-universite/#content

Jusqu’en juin 2021, la bibliothèque Lettres de Nantes Université possédait dans l’un de ses magasins environ 850 ouvrages non répertoriés, liés par leur origine est-allemande. Ils sont issus pour la plupart de dons du centre culturel de la RDA à Paris, de

l’ambassade de RDA en République française ou encore de la Délégation Permanente de la République Démocratique Allemande auprès de l’UNESCO, 24 rue Marbeau, 75116 Paris. Cet ensemble n’avait encore jamais fait l’objet d’aucune attention.

Afin de marquer l’entrée de ce fonds dans les collections de la BU lettres grâce au catalogage des ouvrages, nous souhaitons en proposer une première exploration scientifique lors d’une journée d’études qui se tiendra sur le campus tertre de Nantes Université vendredi 18 et samedi 19 novembre 2022.
L’objectif est à la fois de faire revivre le contexte dans lequel ce fonds à été constitué, d’ éclairer les thématiques pertinentes pour ce corpus et de présenter certains ouvrages-clé de façon plus approfondie.

 

Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA.

Compte rendu rédigé par Carola Hähnel-Mesnard, Maîtresse de conférences HDR en littérature allemande, Université de Lille.

Anne M. N. Sokoll, Die schreibenden Arbeiter der DDR. Zur Geschichte, Ästhetik und Kulturpraxis einer „Literatur von unten“, Bielefeld, transcript Verlag, 2021 (= Düsseldorfer Schriften zur Literatur und Kulturwissenschaft, Bd. 15), 493 p.

Parmi les travaux de recherche sur la politique culturelle et le champ littéraire de la RDA, une étude exhaustive sur le mouvement des « ouvriers-écrivains » faisait jusque-là défaut. On ne peut que saluer l’initiative de la germaniste Anne M. N. Sokoll de s’être penchée sur ce sujet dans sa thèse de doctorat soutenue en 2016 à l’université de Düsseldorf et dont le présent ouvrage est issu.

Le mouvement des « ouvriers-écrivains » a été initié dans le contexte de la « voie de Bitterfeld » (Bitterfelder Weg), une initiative de politique culturelle au tournant des années 1950/1960 visant à Continuer la lecture de « Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA. »

Compte rendu – Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR

Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR, Berlin, Aufbau Verlag, 2020.

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Quand on voudra écrire l’histoire de la RDA, il faudra lire sa littérature. C’est en substance ce qu’écrivit Jürgen Kuczyinski en 1984 dans Dialog mit meinem Urenkel. Gunnar Decker[1] se souvenait-il de cette phrase lorsqu’il a écrit ce livre passionnant ? Toujours est-il qu’il nous donne là l’occasion de revisiter les dernières années de la RDA, à travers de larges aperçus sur sa littérature mais aussi de quelques coups de projecteur jetés sur son œuvre picturale et photographique, son théâtre et son cinéma. Continuer la lecture de « Compte rendu – Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR »

Die DDR als kulturhistorisches Phänomen zwischen Tradition und Moderne

Un ouvrage édité par Dorothee Röseberg et Monika Walter, Trafo Wissenschaftsverlag Berlin 2020, 344 p.

http://www.trafoberlin.de/978-3-86464-214-2.html

Compte rendu en français du colloque dont cet ouvrage est issu, par Françoise Knopper et Sylvie Le Grand

https://www.researchgate.net/publication/341656437_Die_DDR_als_kulturhistorisches_Phanomen_zwischen_Tradition_und_Moderne_Berlin_10-11_septembre_2019_Compte_rendu_Tagungsbericht_Review

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search