Prix Christa et Gerhard Wolf 2024

La société Christa Wolf  (Christa-Wolf-Gesellschaft) décerne tous les deux ans un prix d’excellence jeune chercheur Christa et Gerhard Wolf (1000€) à un mémoire de Bachelor ou de Master consacré à l’œuvre de Christa ou de Gerhard Wolf.

Autres conditions d’éligibilité : les travaux doivent être rédigés en allemand ou en anglais et avoir reçu la mention “très bien” ou “excellent” (ou l’équivalent)  dans les deux ans qui précèdent la participation au prix, donc entre le 1er octobre 2022 et le 1er octobre 2024 .

Le jury international est composé des 5 membres suivants :
Birgit Dahlke (Berlin), Carsten Gansel (Gießen), Anke Jaspers (Graz), Georgina Paul (Oxford), Aija Sakova (Tallinn).

Merci d’envoyer entre le 1er août 2024 et le 1er octobre 2024

par mail en format PDF
– le mémoire
– le relevé de notes et l’évaluation qu’il a reçus dans son université d’origine
– ainsi que quelques éléments biobibliographiques sur l’autrice ou l’auteur du mémoire
à Anke Jaspers:  anke.jaspers@uni-graz.at

ET par la poste un exemplaire papier relié  à
PD Dr. Birgit Dahlke
Humboldt-Universität zu Berlin, 
Institut für Sprach- und Literaturwissenschaft
Arbeits- und Forschungsstelle Privatbibliothek Christa und Gerhard Wolf
Unter den Linden 6,
D-10099 Berlin.

La remise du prix aura lieu au printemps 2025 à Berlin. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à écrire à  anke.jaspers@uni-graz.at.

Lien vers l’annonce en allemand: https://networks.h-net.org/group/announcements/20016103/christa-und-gerhard-wolf-forderpreis

Lien vers le groupe de travail et de recherche à l’initiative de ce prix: https://www.literatur.hu-berlin.de/de/forschung/archive-forschungsstellen/arbeits-und-forschungsstelle-privatbibliothek-cgw

Christoph Hein, Unterm Staub der Zeit. Un compte rendu de Fanny Perrier.

Le roman Von allem Anfang an que Christoph Hein écrit en 1997 commence ainsi : « Le jour où il me fallut prendre congé de tante Magdalena, je rencontrai Lucie devant la porte, dans la Molkengasse. »[1] Nous sommes en 1958, Daniel a quatorze ans et quitte Guldenberg, la petite ville de RDA où il a grandi. Il est fils de pasteur et se voit refuser l’accès à la Oberschule. Comme son frère, il va poursuivre sa scolarité à Berlin-Ouest, au lycée protestant de Grunewald qui accueille les enfants de l’intelligentsia de RDA malmenés par le régime communiste. Dans ce roman, Daniel, devenu adulte, tente de faire ressurgir de « la mer de l’oubli »[2] ses souvenirs d’enfance en RDA. Vingt-six années plus tard, il poursuit ou reprend ce projet dans Unterm Staub der Zeit, paru en avril 2023[3] : il fait revivre l’épisode de sa vie à Berlin-Ouest entre 1958 et 1961, son retour en RDA et la construction du Mur de Berlin sous la forme de seize chapitres, comme une succession d’anecdotes rédigées à la première personne.

Ces aventures de lycée et d’internat ressembleraient à celles que la littérature de Franz Werfel ou Robert Musil nous a déjà livrées si l’Histoire si particulière de l’Allemagne et de Berlin à cette époque ne marquait au fer blanc le destin de Daniel. Continuer la lecture de « Christoph Hein, Unterm Staub der Zeit. Un compte rendu de Fanny Perrier. »

Colloque: ” Autriche-RDA : relations littéraires en temps de guerre froide (1949-1989)”, Toulouse, 18-20 octobre 2023

Annonce de colloque :

https://ages-info.org/wp-content/uploads/2023/09/prog-lajarrige-21092023.pdf

Séminaire à Nantes, 12 mai 23, hybride : Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? »

Carte d’invitation de Jan Faktor à une lecture

Pour sa troisième séance, le séminaire “Archives manquantes? Les archives et la construction de l’histoire littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945” accueille Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? » La séance sera animée par Bénédicte Terrisse (Nantes Université, CRINI).

Si elle suscite depuis plusieurs décennies l’intérêt des études germaniques françaises et de nombreux autres pays, en Allemagne, la production des écrivains et artistes de RDA a toujours occupé un statut à part, à la fois dans la société et dans la recherche. Depuis 1989 et la chute du Mur, on ne compte plus les polémiques dénonçant le mauvais sort réservé à l’« autre Allemagne » et à ses artistes dans la société réunifiée : ainsi « querelle littéraire » (Literaturstreit) et « querelle des images » (Bilderstreit) se réenflamment-elles à intervalles réguliers dans l’espace public.

Plus encore que d’autres peut-être, les fonds de l’ancienne RDA font l’objet d’une « politique » d’exposition, de conservation et d’archivage (y compris dans sa version négative) qu’il convient d’interroger. De l’analyse des critères adoptés et des choix opérés dans ce domaine découle en effet la mise en lumière d’enjeux et de mécanismes de canonisation, dans un champ culturel contemporain qui reste surdéterminé par les champs sociétal, politique et par l’Histoire.

https://reigenn.hypotheses.org/

En matière de visibilité et de postérité de certains fonds d’archives, les angles d’attaque peuvent être démultipliés et complexifiés à l’extrême : Berlin/Province, artistes restés en RDA ou passés à l’Ouest, Continuer la lecture de « Séminaire à Nantes, 12 mai 23, hybride : Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? » »

Parution : L’Est à l’Ouest – Trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels, écrivains et artistes émigrés hors de RDA

Nouveau numéro des Cahiers d’études germaniques :

L’Est à l’Ouest

Trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels, écrivains et artistes émigrés hors de RDA
Dir. : Emmanuelle Aurenche-Beau, Sibylle Goepper, Anne Lemonnier-Lemieux, Ralf Zschachlitz.

 

Cet ouvrage présente et analyse le cheminement d’écrivains et d’artistes plasticiens qui ont quitté la RDA et se concentre sur la période comprise entre le moment de leur passage à l’Ouest et la réunification de 1990. Les contributeurs de ce numéro ont exploré la réalité d’un « seuil » autre que celui, très étudié, de la chute du Mur, en se penchant sur les conséquences, moins connues, de cette Übersiedlung sur leur production artistique. Ils mettent en lumière la variété des réactions à ce qui constituait une rupture biographique, politique et esthétique forte, mais aussi la similitude des stratégies adoptées pour continuer à écrire, peindre et exister dans l’espace public occidental. Entre la césure franche et le choix de la continuité, cet ouvrage dessine les contours d’une adaptation protéiforme. Les études individuelles sont précédées de quatre articles généraux fournissant des outils pour appréhender le phénomène qui, conçu comme un exil littéraire et artistique interallemand, tend vers l’extraterritorialité (Walter Schmitz), appelle des comparaisons avec d’autres exils (Gisèle Sapiro, Patrick Farges), et interroge la translocation des bibliothèques (Bénédicte Terrisse). Si certains ont éprouvé un net sentiment d’exil (Fuchs, Rachowski) ou au contraire insisté sur la continuité (Kirsch, Brasch, Eckart, Lange-Müller), d’autres encore ont joué les médiateurs ou les trouble-fête (Kantorowicz, Johnson, Kunert, Loest, Maron). Les artistes plasticiens (Loewig, Kerbach, Herrmann, Grimmling, Dammbeck, Stelzmann), confrontés au monde de l’art occidental, élargissent pour finir l’horizon de cette étude.

 

Hommage à Gerhard Wolf, décédé le 7 février 2023.

En 2018, Alain Lance publiait ce texte.

Les 90 ans de Gerhard Wolf

© Alain Lance, 2003, île de Ré.

Ce samedi 20 octobre, plus de cent quarante personnes étaient réunies à Berlin pour témoigner à Gerhard Wolf leur admiration et leur amitié à l’occasion de son quatre-vingt-dixième anniversaire. Famille, amis, écrivains, artistes, éditeurs, d’Allemagne, de France, d’Italie et d’ailleurs. Mari de Christa Wolf, Gerhard fut son précieux et attentif soutien, comme en témoignent de nombreux écrits de la romancière, par exemple Un jour dans l’année (Fayard) ou Lire écrire vivre (Christian Bourgois). Les écrits de Gerhard Wolf sont par contre moins connus hors d’Allemagne, alors qu’il a joué un rôle considérable dans les domaines de la poésie et des arts. D’abord journaliste littéraire à la radio de la RDA puis lecteur dans différentes maisons d’édition, il est l’auteur de plusieurs livres consacrés à des poètes allemands, notamment Hölderlin et Bobrowski. En 1976 il fut, avec Christa, l’un des auteurs de la pétition protestant contre la décision des dirigeants de la RDA de priver le chansonnier Wolf Biermann der ses droits civiques. Ce qui lui valut d’être exclu du parti SED. En 1988 il créa aux éditions est-allemandes Aufbau une collection de poésie intitulée Ausser der Reihe, où il publia de nouveaux auteurs encore marginaux avant de fonder en 1990 sa propre maison d’édition, Janus Press.
Christa et Gerhard Wolf ont publié ensemble des essais sur les écrivains romantiques allemands. Et c’est également avec Christa qu’il écrivit le scénario du film Till Eulenspiegel. Au cinéma encore, le plus grand réalisateur est allemand, Konrad Wolf (sans lien de parenté avec Christa et Gerhard) l’associa à l’écriture du scénario du film Ich war neunzehn (J’avais dix-neuf ans). Gerhard a également publié, parfois avec Christa, de nombreux essais sur des peintres contemporains. Dans quelques semaines va d’ailleurs paraître un livre rassemblant, avec de nombreuses reproductions, la correspondance de Christa et Gerhard Wolf avec le peintre Carlfriedrich Claus (1930-1998). Cet artiste avant-gardiste qui s’intéresse tout particulièrement aux zones situées à la marge de la langue, aussi bien orale qu’écrite, était déjà connu à l’Ouest quand il commença à être exposé dans son pays, en RDA, au milieu des années soixante-dix. Lors de cette fête d’anniversaire, les éditions Radius de Stuttgart ont présenté le livre de Gerhard Wolf qui venait des sortir des presses : Im deutschen Dichtergarten – Lyrik zwischen Mutter Natur und Vater Staat (Dans le jardin allemand des poètes – Poésie entre mère nature et père État). Précédé d’un essai de Friedrich Dieckmann, ce volume de 450 pages rassemble des études écrites par Gerhard Wolf au cours de cinq décennies consacrées à des poètes de la RDA et notamment Erich Arendt, Stephan Hermlin, Günter Kunert, Karl Mickel, Elke Erb, Sarah Kirsch et Volker Braun. Continuer la lecture de « Hommage à Gerhard Wolf, décédé le 7 février 2023. »

Daniel Argelès – Les odeurs de ma vie

Nous prolongeons notre exploration des odeurs de la RDA par la publication d’un texte inédit de Daniel Argelès.

Notre rédacteur Daniel Argelès enseigne la langue et la culture allemande à l’École Polytechnique. Il est l’auteur d’une thèse sur Klaus Schlesinger, d’articles universitaires et d’ouvrages sur la littérature allemande, de traductions littéraires de l’allemand et de nouvelles. Il réserve aux lectrices et lecteurs de ce carnet la primeur de ce texte dans lequel les odeurs de la RDA jouent un rôle important.

Les odeurs de ma vie

Des franges dans la lumière, qui vibrent sous son souffle. Un liseré blanc, des fils beiges tressés au bout d’un pompon. Une odeur de gomme ou de mastic, quelque part entre chantier et hôpital. Les veinules grisées d’un lino, froid contre sa joue. Son épaule droite le lance, il a le muscle du bras endolori. Il soupire et son souffle fait danser la pointe d’un pompon sous ses yeux. Au-delà de la bande de lumière commence l’ombre. Quelque chose peut-être s’y tient tapi, puissances sourdes, comme dans son enfance. Ce goût de sang lorsqu’il avale. S’est-il cassé quelque chose, mordu la langue ? Comment est-il tombé ?

Martin se soulève sur un coude, écarte la poignée rétractable de la valise qui lui meurtrissait l’épaule. Il roule sur le dos, repousse dans un corps à corps maladroit le bagage dont la coque lui froisse les côtes. Une rangée d’extincteurs le fixe depuis le plafond. Il entend le souffle de l’air conditionné, troublé par un léger bruit de moteur, signe d’une machine mal entretenue. Oui, c’est cela, le souvenir lui revient : Chicago, salon de la clim’. Une journée mal engagée, les flyers oubliés, l’ordi qui ne reconnaît pas le projo. La réservation d’hôtel ratée. Sa secrétaire, hystérique au téléphone. « Comment ça, plus de place au Hilton ? Mais ils avaient confirmé ! » Leur prise de bec. « Tu te débrouilles, tu me trouves quelque chose ! » Coups de fil stressés, hôtel de rechange, au centre-ville quand même. L’éreintement d’une journée d’expo, mal de tête, abus de donuts et de mauvais café. Cartes de visite, pitchs commerciaux. Deux signatures quand même, dont cette boîte d’électronique, dans le Minnesota. Puis la navette pour le centre-ville, entouré d’une vingtaine de confrères bavards. Le front de lac, le haricot métallique, le pont-levis sur la rivière, la trouée de lumière entre les gratte-ciel. L’arrêt devant la statue géante de Marilyn, attraction de l’année, la moitié des gars voulaient se prendre en photo. Un vertige, déjà, dans l’air étouffant de la place. Continuer la lecture de « Daniel Argelès – Les odeurs de ma vie »

Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten

Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten, dtv, 2021, 222 p.

Un compte rendu d’Anne-Marie Pailhès

Le prix Ingeborg Bachmann, l’un des plus prestigieux en Allemagne, récompense un/e jeune auteur/e qui lit devant un jury des extraits d’un texte inédit. Il a ainsi permis de découvrir de nouveaux talents littéraires, en particulier issus de l’Est de l’Allemagne et de lancer leur carrière. Le prix 2020 dérogea à plusieurs titres à la tradition établie depuis 1977 : il fut décerné en ligne, en raison de la pandémie, et à une auteure de 80 ans, Helga Schubert, née en 1940. Continuer la lecture de « Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten »

Compte rendu : Christoph Hein, Guldenberg, 2021.

Christoph Hein, Guldenberg, Suhrkamp, Frankfurt/Main, 2021, 284 p.

Un compte rendu rédigé par Fanny Perrier, qui prépare une thèse sur les romans de Christoph Hein.

 

Guldenberg, petite ville de Saxe, 2017.

La vie y est décrite comme « calme, familière, agréable »[1]. Les fonds européens ont permis de restaurer quelques belles bâtisses et de redonner aux anciennes façades leur éclat d’antan.
Cette ville s’appelle tantôt Guldenberg, tantôt Bad Guldenberg car on y accueille des curistes qui profitent d’un gigantesque centre de bien-être, on Continuer la lecture de « Compte rendu : Christoph Hein, Guldenberg, 2021. »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search