Elke Erb : choix de poèmes et traduction sur le site poezibao

Elke Erb, née en 1938, a reçu le prix Büchner 2020. La germaniste Françoise Toraille propose un choix de ses poèmes sur le site poezibao :

https://poezibao.typepad.com/poezibao/2020/10/anthologie-permanente-elke-erb-choix-de-po%C3%A8mes-par-fran%C3%A7oise-toraille.html

Compte rendu de lecture : correspondance de Sarah Kirsch et Christa Wolf

Un compte rendu rédigé par Katja Schubert, maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, spécialiste de littérature germanophone contemporaine

Die Fahrt wird schneller dem Rand meines Lands zu.

Sarah Kirsch/Christa Wolf, Wir haben uns wirklich an allerhand gewöhnt. Der Briefwechsel. Hg. Sabine Wolf unter Mitarbeit von Heiner Wolf, Berlin, Suhrkamp 2019, 438 S.

2020 ist das Jahr, in dem drei wichtige Literaturpreise an Autorinnen vergeben werden, die den Großteil ihres Lebens in der DDR verbracht haben: der Büchnerpreis geht an Elke Erb, Continuer la lecture de « Compte rendu de lecture : correspondance de Sarah Kirsch et Christa Wolf »

Compte rendu : Katja Oskamp, Marzahn mon amour – Geschichten einer Fußpflegerin [Marzahn mon amour – Histoires d’une pédicure]

Katja Oskamp

Marzahn mon amour – Geschichten einer Fußpflegerin [Marzahn mon amour – Histoires d’une pédicure]  Hanser, Berlin, 2019, 144 p.

https://www.hanser-literaturverlage.de/buch/marzahn-mon-amour/978-3-446-26414-4/

Les autorités culturelles de la RDA n’avaient de cesse d’envoyer les écrivains « dans la production », c’est-à-dire au contact du monde ouvrier pour les inciter à décrire (positivement) les réalités de l’économie socialiste. Peut-être peut-on situer dans cette lointaine filiation un courant littéraire qui continue d’explorer les expériences de la « vraie vie » pour les décrire au plus près, dans des œuvres proches de la « non-fiction ». Celles-ci ne sont pas nécessairement empreintes de tragique, mais peuvent simplement rendre compte du quotidien en proposant une analyse plus profonde qu’il n’y paraît de la réalité transcrite.  C’est la démarche de Katja Oskamp qui, fatiguée d’une existence de papier qu’elle juge sans perspectives, a décidé de plonger dans un univers qu’elle n’aurait pas découvert sans l’acte volontaire de « changer de vie », pour côtoyer les humbles et les sans-noms. Écrivaine née en 1970 à Leipzig, Continuer la lecture de « Compte rendu : Katja Oskamp, Marzahn mon amour – Geschichten einer Fußpflegerin [Marzahn mon amour – Histoires d’une pédicure] »

Stalinkomplex!? Deutsche Kulturkader im Moskauer Exil und in der DDR

Bochum, 18 au 20 février 2020.

Bourses de participation pour jeunes chercheurs – date limite de candidature : 31 janvier 2020

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-42158?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2020-1&utm_campaign=htmldigest

CFP: Dreißig Jahre danach. Mauerfall und deutsche Einheit in Literatur, Kultur und Politik. Versuch einer Bilanz (01.02.2020)

Appel à communication, colloque du 28 au 30 septembre 2020, Université Adam Mickiewicz, Poznań

https://networks.h-net.org/node/79435/discussions/5434302/tagung-28-30092020-amu-pozna%C5%84-drei%C3%9Fig-jahre-danach-mauerfall-und

Avis de soutenance HDR de Sibylle Goepper, Université de Bordeaux

Le 9 décembre, Sibylle Goepper a soutenu avec succès à l'Université de Bordeaux, son habilitation à diriger des recherches intitulée :

"Contribution à l'étude des rapports entre écrivain, pouvoir et société pendant et après la RDA. Entre dissidence et subculture, collectif et individu, texte et corps"


Le jury était composé de :

Madame Florence Baillet (Université Paris-Sorbonne Nouvelle) - rapporteure
Monsieur Bernard Banoun (Université Paris-Sorbonne) - rapporteur
Monsieur Patrick Farges (Université Paris Diderot)
Madame Elizabeth Guilhamon (Université Bordeaux Montaigne)
Madame Françoise Lartillot (Université de Lorraine)
Madame Nicole Pelletier (Université Bordeaux Montaigne) - garante


Résumé de l’inédit

Esprit performatif : intermédialité, émotion, mémoire dans l’œuvre expérimentale et essayistique de Jan Faktor (1978-2018) – Sibylle Goepper

 

Ce travail constitue la première monographie consacrée à l’écrivain tchèque Jan Faktor, né à Prague en 1951, installé à Berlin-Est en 1978 et s’exprimant depuis les années 1980 en langue allemande. Il entreprend de croiser la perspective individuelle et collective, en se situant au plus près de l’œuvre de Faktor, mais également du côté de la génération des auteurs et artistes qui formèrent l’underground culturel au sein duquel il évolua jusqu’à la chute du Mur. Tout en accordant une large place au contexte, il adopte une perspective résolument esthétique. Afin de montrer les continuités et les évolutions, la cohérence et la richesse du parcours créatif de Jan Faktor, il dépasse également l’habituelle focalisation sur la période de la RDA et traite de l’époque du Tournant et des années 2000.

La réception de l’œuvre de Faktor a souffert du discrédit global qui s’est abattu sur les membres du « Prenzlauer Berg » après le scandale des « mouchards » de la Stasi. Il s’agissait donc d’interroger et de réviser le verdict d’innocuité politique (adressé au groupe et à la contre-culture qu’il incarne) et d’innocuité esthétique (adressé aux individus et à l’avant-garde dont ils se réclament) en particulier par Wolf Biermann. Sans retomber dans le travers de la critique ouest-allemande qui, dans les années 1980, avait vu dans cette production une remise en question frontale des structures du pouvoir en RDA, nous ne voulions pas évacuer la question du politique, mais examiner la dimension « protestataire », « subversive » de cette production en renouvelant les catégories d’analyse traditionnelles de « dissidence » et d’« opposition », peu à même de saisir une œuvre expérimentale telle que celle de Faktor

Pour ce faire, notre attention est tout d’abord allée à la tradition de Dada et de la poésie concrète, à laquelle Faktor se réfère à travers les figures de Kurt Schwitters et d’Ernst Jandl. L’exploration d’un corpus mixte, composé de textes, mais surtout de lectures enregistrées et de performances filmées rendait elle aussi justice à l’esprit des avant-gardes historiques. L’étude se penche ainsi sur l’aspect événementiel et spectaculaire de cette production, perspective qui a peu été adoptée, alors même que les filiations littéraires évoquées et la pratique des lectures dans les appartements privés en RDA semblaient y inviter. C’est ici le cas à l’aide de sources audio et vidéo inédites déposées par Jan Faktor à l’Académie des arts de Berlin en 2013.

Des actes de langage d’Austin aux travaux d’Erika Fischer-Lichte sur la performance théâtrale, en passant par la performativité littéraire théorisée par Derrida, la notion de « performatif » permet, dans ses diverses déclinaisons, de saisir les multiples facettes mais également la cohérence profonde de l’œuvre de Faktor : importance de l’oralité, du phonique, centralité du corps et de l’implication physique de l’artiste, notions d’événement, d’action et d’effet sur l’auditoire.

Différents volets de l’œuvre sont ainsi explorés. L’intermédialité, tout d’abord, présente aussi bien à travers les collaborations concrètes de Faktor avec d’autres artistes, notamment peintres et graphistes, qu’au sein de ses poèmes minimalistes ou sériels qui associent texte, image et son. Telle est la constellation performative qui ne s’adresse plus à l’intellect ou à la conscience mais aux couches les plus profondes du psychisme, bouleversant en profondeur l’expérience de lecture de celles et ceux qui la rencontrent.

Cet effet de déstabilisation est renforcé lorsque le texte est incarné en public. S’ajoute alors l’émotion, régulièrement mise en avant par Faktor dans ses déclarations. L’importance qu’il lui accorde suggère que la prestation scénique n’est pas un simple adjuvant de l’œuvre, motivé par le contexte de censure, mais bien au cœur de sa démarche. Si le concept d’émotion permet de remonter à la source de la subjectivité du créateur Faktor, elle possède également une dimension collective qui permet de poser différemment la question du subversif et du politique, notamment à l’aide des notions de « boucle rétroactive » et de « communauté ».

Lorsqu’enfin on suit l’œuvre au long cours, on assiste au dévoilement progressif d’une strate autobiographique et mémorielle, qui existait déjà chez certains représentants des avant-gardes historiques comme Jandl. Partant de cette hypothèse intime et existentielle, nous montrons comment le dispositif performatif est, à une époque où ils ne peuvent encore être les thèmes explicites de l’œuvre, la manifestation esthétique des traumas familiaux et personnels – Shoah, répression du Printemps de Prague et, dans une moindre mesure, vie sous le régime du SED. Le « bricolage avec les mots » apparaît dès lors comme le reflet du « bricolage avec l’identité » et la performance comme une étape d’élaboration nécessaire avant que n’adviennent la rencontre avec l’Histoire dans les spectacles des années 1990 et les narrations plus classiques dans les romans des années 2000.

 


Travaux de Sibylle Goepper : voir sur ce carnet de recherches https://allemagnest.hypotheses.org/?s=Goepper

Klaus Schlesinger – La fin de la jeunesse. Edition bilingue de nouvelles et soirée de présentation.

Notre rédacteur, Daniel Argelès, publie un recueil bilingue de nouvelles de Klaus Schlesinger.

Quatre nouvelles de Klaus Schlesinger – quatre décennies d’histoire allemande.
Le destin d’un enfant messager de la résistance lors des derniers jours du ghetto de Varsovie ; le sort de deux amis inséparables le jour de la mise en place du Mur de Berlin ; les affres d’une femme d’âge mûr empêtrée dans une affaire de marché noir dans l’Allemagne divisée de l’après-guerre ; les rêves d’un enfant dans la RDA des années 1970 : dans chacun des récits proposés ici, Klaus Schlesinger place ses personnages au coeur de l’histoire allemande, face à son impact et aux choix qu’elle impose.
Né en 1937 à Berlin-Est, Klaus Schlesinger a vécu et écrit des deux côtés du Mur. Il écrit dans une langue à la fois simple, sensible et dotée d’une grande force narrative qui, de la Shoah au Mur, de la guerre froide à l’expérience du socialisme, aborde des thèmes essentiels de la littérature allemande.

https://www.editions.polytechnique.fr/?afficherfiche=238

Ce travail sera présenté lors d’une soirée à la Maison Heinrich Heine le 6 novembre 2019 à 19h30 : https://www.maison-heinrich-heine.org/manifestations-culturelles/2019/novembre/klaus-schlesinger-la-fin-de-la-jeunesse

Rappelons ici l’ouvrage  de Daniel Argelès : Schlesinger ou l’écriture de l’histoire.

 

Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019

Un compte rendu de Fanny Perrier, qui prépare un doctorat sur L’écriture de l’histoire dans l’œuvre romanesque de Christoph Hein depuis la réunification allemande.

CHRISTOPH  HEIN – GEGENLAUSCHANGRIFF (2019)

Réflexion sur la portée de l’ouvrage et sur la polémique que les propos de l’auteur ont déclenchée.

Dans le roman Frau Jenny Treibel de Theodor Fontane, Distelkamp critique la conception de l’histoire du professeur Schmidt : « Tu as toujours eu un faible pour l’anecdote, la peinture de genre. Ce qui importe dans l’histoire, ce sont seulement les grandes choses, pas les petites, les secondaires » [1]. Schmidt répond : « L’histoire néglige presque toujours ce à quoi elle devrait s’accrocher d’abord. […] Les choses secondaires, c’est exact, n’ont aucune importance quand elles sont seulement secondaires, quand il n’y a rien derrière ; mais, quand il y a quelque chose, cela devient l’essentiel, car on y trouve l’élément véritablement humain »[2]Le dernier ouvrage de Christoph Hein illustre à merveille cette importance de l’anecdote et des petites choses. Gegenlauschangriff, que l’on pourrait traduire mot à mot par « contre-écoute » ou « contre-surveillance »[3] est un recueil de 28 anecdotes, souvent très courtes – la plupart font moins de quatre pages – dans lequel l’auteur nous livre quelques souvenirs personnels, voire intimes sur la vie en RDA et dans l’Allemagne réunifiée. Continuer la lecture de « Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019 »

Compte rendu : Poètes de RDA – Sibylle Goepper et Cécile Millot (éds.), Lyrik nach 1989. Gewendete Lyrik ? Gespräche mit deutschen Dichtern aus der DDR, mitteldeutscher verlag, 2016.

Sibylle Goepper et Cécile Millot (éds.), Lyrik nach 1989. Gewendete Lyrik ? Gespräche mit deutschen Dichtern aus der DDR, mitteldeutscher verlag, 2016.

Un compte rendu rédigé par Daniel Argelès.

Alors que l’on s’apprête à commémorer les trente ans de la chute du Mur – à s’interroger sur ce qu’il reste de la RDA dans les domaines politique, social, culturel, mais aussi sur l’évolution des nouveaux Länder dans l’Allemagne réunifiée et la mondialisation – la lecture de Lyrik nach 1989 apporte un éclairage intéressant. Continuer la lecture de « Compte rendu : Poètes de RDA – Sibylle Goepper et Cécile Millot (éds.), Lyrik nach 1989. Gewendete Lyrik ? Gespräche mit deutschen Dichtern aus der DDR, mitteldeutscher verlag, 2016. »

Journée d’étude sur Lutz Seiler, 22 mars 2019, Paris

L’écrivain Luz Seiler est en résidence d’écrivain à la Sorbonne en mars et avril 2019.

Une journée d’étude lui est consacrée :

https://www.maison-heinrich-heine.org/manifestations-culturelles/2019/mars/lutz-seiler

Lectures de Volker Braun à Paris, Toulouse, Montpellier et Lyon, 2 au 8 avril

Lectures de Volker Braun

à l’occasion de la parution de Poèmes choisis (Gallimard)
traduits par Jean-Paul Barbe et Alain Lance
Préface d’Alain Lance

http://adeaf.net/Lectures-de-Volker-Braun

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Poesie-Gallimard/Poemes-choisis2

Lectures de Christoph Hein à Vincennes, Lyon et Marseille – 5 au 7 février 2019

Le roman de Christoph Hein Glückskind mit Vater paraît en français sous le titre L’ombre du père (éd. Métailié), dans une traduction de Nicole Bary.

A cette occasion, l’écrivain lira ses textes :

mardi 5 février à 19h30, librairie Mille Pages, Vincennes

mercredi 6 février à Lyon, librairie Passages, Lyon

jeudi 7 février à Marseille, librairie L’attrape-mots

https://editions-metailie.com/auteur/christoph-hein/

 

Compte rendu : Verwirrnis – le dernier roman de Christoph Hein (2018)

Christoph Hein. Verwirrnis, Suhrkamp, 2018.

Un compte rendu de Fanny Perrier, qui prépare un doctorat sur l’écriture de l’histoire dans l’œuvre romanesque de Christoph Hein depuis 1990.

Le titre de l’ouvrage mérite un commentaire. Ce terme « Verwirrnis », introuvable dans les dictionnaires de référence, n’est pourtant pas un néologisme ; il s’agit plutôt d’un archaïsme dont le Dictionnaire de Grimm mentionne quelques rares occurrences, essentiellement dans la littérature du XVIème siècle, pour désigner un état d’âme proche de celui qu’exprime le terme plus moderne « Verwirrung » : confusion, désarroi.  Continuer la lecture de « Compte rendu : Verwirrnis – le dernier roman de Christoph Hein (2018) »

Compte rendu signalé. Histoire culturelle de la RDA. Kulturgeschichte der DDR

 

Gerd Dietrich

Kulturgeschichte der DDR. Band I: Kultur in der Übergangsgesellschaft 1945–1957; Band II: Kultur in der Bildungsgesellschaft 1957–1976; Band III: Kultur in der Konsumgesellschaft 1977–1990, Göttingen 2018: Vandenhoeck & Ruprecht

https://www.hsozkult.de/review/id/rezbuecher-29923?title=g-dietrich-kulturgeschichte-der-ddr-band-i-iii&recno=4&q=&sort=&fq=&total=15993