Colloque: ” Autriche-RDA : relations littéraires en temps de guerre froide (1949-1989)”, Toulouse, 18-20 octobre 2023

Annonce de colloque :

https://ages-info.org/wp-content/uploads/2023/09/prog-lajarrige-21092023.pdf

Compte rendu : Dirk Oschmann, Der Osten-eine westdeutsche Erfindung

Dirk Oschmann, Der Osten – Eine westdeutsche Erfindung, Ullstein, 2023

(L’Est – une invention ouest-allemande)

Compte rendu rédigé par Anne-Marie Pailhès.

Alors que les débats virulents sur l’inégalité de traitement entre l’Est et l’Ouest de l’Allemagne semblaient rangés au rayon des produits périmés, un ouvrage vient ranimer le champ des échanges sur les injustices réelles ou imaginaires (selon les interprétations) subies par les régions qui ont succédé à la RDA.  En France, l’ouvrage d’Elisa Goudin et Agnès Arp, La RDA après la RDA  a remis récemment en lumière le poids des biographies hachées des Allemand.e.s de l’Est dans l’Allemagne contemporaine.

Le livre de Dirk Oschmann, « L’Est, une invention ouest-allemande », perçu comme un simple constat, un essai ou un pamphlet, Continuer la lecture de « Compte rendu : Dirk Oschmann, Der Osten-eine westdeutsche Erfindung »

Séminaire à Nantes, 12 mai 23, hybride : Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? »

Carte d’invitation de Jan Faktor à une lecture

Pour sa troisième séance, le séminaire “Archives manquantes? Les archives et la construction de l’histoire littéraire et culturelle dans l’espace germanophone depuis 1945” accueille Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? » La séance sera animée par Bénédicte Terrisse (Nantes Université, CRINI).

Si elle suscite depuis plusieurs décennies l’intérêt des études germaniques françaises et de nombreux autres pays, en Allemagne, la production des écrivains et artistes de RDA a toujours occupé un statut à part, à la fois dans la société et dans la recherche. Depuis 1989 et la chute du Mur, on ne compte plus les polémiques dénonçant le mauvais sort réservé à l’« autre Allemagne » et à ses artistes dans la société réunifiée : ainsi « querelle littéraire » (Literaturstreit) et « querelle des images » (Bilderstreit) se réenflamment-elles à intervalles réguliers dans l’espace public.

Plus encore que d’autres peut-être, les fonds de l’ancienne RDA font l’objet d’une « politique » d’exposition, de conservation et d’archivage (y compris dans sa version négative) qu’il convient d’interroger. De l’analyse des critères adoptés et des choix opérés dans ce domaine découle en effet la mise en lumière d’enjeux et de mécanismes de canonisation, dans un champ culturel contemporain qui reste surdéterminé par les champs sociétal, politique et par l’Histoire.

https://reigenn.hypotheses.org/

En matière de visibilité et de postérité de certains fonds d’archives, les angles d’attaque peuvent être démultipliés et complexifiés à l’extrême : Berlin/Province, artistes restés en RDA ou passés à l’Ouest, Continuer la lecture de « Séminaire à Nantes, 12 mai 23, hybride : Sibylle Goepper (Université Jean Moulin – Lyon III / IETT): « Le fonds Jan Faktor de l’Académie des arts de Berlin: une entrée dans les archives éphémères de la Prenzlauer Berg-Szene? » »

Parution : L’Est à l’Ouest – Trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels, écrivains et artistes émigrés hors de RDA

Nouveau numéro des Cahiers d’études germaniques :

L’Est à l’Ouest

Trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels, écrivains et artistes émigrés hors de RDA
Dir. : Emmanuelle Aurenche-Beau, Sibylle Goepper, Anne Lemonnier-Lemieux, Ralf Zschachlitz.

 

Cet ouvrage présente et analyse le cheminement d’écrivains et d’artistes plasticiens qui ont quitté la RDA et se concentre sur la période comprise entre le moment de leur passage à l’Ouest et la réunification de 1990. Les contributeurs de ce numéro ont exploré la réalité d’un « seuil » autre que celui, très étudié, de la chute du Mur, en se penchant sur les conséquences, moins connues, de cette Übersiedlung sur leur production artistique. Ils mettent en lumière la variété des réactions à ce qui constituait une rupture biographique, politique et esthétique forte, mais aussi la similitude des stratégies adoptées pour continuer à écrire, peindre et exister dans l’espace public occidental. Entre la césure franche et le choix de la continuité, cet ouvrage dessine les contours d’une adaptation protéiforme. Les études individuelles sont précédées de quatre articles généraux fournissant des outils pour appréhender le phénomène qui, conçu comme un exil littéraire et artistique interallemand, tend vers l’extraterritorialité (Walter Schmitz), appelle des comparaisons avec d’autres exils (Gisèle Sapiro, Patrick Farges), et interroge la translocation des bibliothèques (Bénédicte Terrisse). Si certains ont éprouvé un net sentiment d’exil (Fuchs, Rachowski) ou au contraire insisté sur la continuité (Kirsch, Brasch, Eckart, Lange-Müller), d’autres encore ont joué les médiateurs ou les trouble-fête (Kantorowicz, Johnson, Kunert, Loest, Maron). Les artistes plasticiens (Loewig, Kerbach, Herrmann, Grimmling, Dammbeck, Stelzmann), confrontés au monde de l’art occidental, élargissent pour finir l’horizon de cette étude.

 

Hommage à Gerhard Wolf, décédé le 7 février 2023.

En 2018, Alain Lance publiait ce texte.

Les 90 ans de Gerhard Wolf

© Alain Lance, 2003, île de Ré.

Ce samedi 20 octobre, plus de cent quarante personnes étaient réunies à Berlin pour témoigner à Gerhard Wolf leur admiration et leur amitié à l’occasion de son quatre-vingt-dixième anniversaire. Famille, amis, écrivains, artistes, éditeurs, d’Allemagne, de France, d’Italie et d’ailleurs. Mari de Christa Wolf, Gerhard fut son précieux et attentif soutien, comme en témoignent de nombreux écrits de la romancière, par exemple Un jour dans l’année (Fayard) ou Lire écrire vivre (Christian Bourgois). Les écrits de Gerhard Wolf sont par contre moins connus hors d’Allemagne, alors qu’il a joué un rôle considérable dans les domaines de la poésie et des arts. D’abord journaliste littéraire à la radio de la RDA puis lecteur dans différentes maisons d’édition, il est l’auteur de plusieurs livres consacrés à des poètes allemands, notamment Hölderlin et Bobrowski. En 1976 il fut, avec Christa, l’un des auteurs de la pétition protestant contre la décision des dirigeants de la RDA de priver le chansonnier Wolf Biermann der ses droits civiques. Ce qui lui valut d’être exclu du parti SED. En 1988 il créa aux éditions est-allemandes Aufbau une collection de poésie intitulée Ausser der Reihe, où il publia de nouveaux auteurs encore marginaux avant de fonder en 1990 sa propre maison d’édition, Janus Press.
Christa et Gerhard Wolf ont publié ensemble des essais sur les écrivains romantiques allemands. Et c’est également avec Christa qu’il écrivit le scénario du film Till Eulenspiegel. Au cinéma encore, le plus grand réalisateur est allemand, Konrad Wolf (sans lien de parenté avec Christa et Gerhard) l’associa à l’écriture du scénario du film Ich war neunzehn (J’avais dix-neuf ans). Gerhard a également publié, parfois avec Christa, de nombreux essais sur des peintres contemporains. Dans quelques semaines va d’ailleurs paraître un livre rassemblant, avec de nombreuses reproductions, la correspondance de Christa et Gerhard Wolf avec le peintre Carlfriedrich Claus (1930-1998). Cet artiste avant-gardiste qui s’intéresse tout particulièrement aux zones situées à la marge de la langue, aussi bien orale qu’écrite, était déjà connu à l’Ouest quand il commença à être exposé dans son pays, en RDA, au milieu des années soixante-dix. Lors de cette fête d’anniversaire, les éditions Radius de Stuttgart ont présenté le livre de Gerhard Wolf qui venait des sortir des presses : Im deutschen Dichtergarten – Lyrik zwischen Mutter Natur und Vater Staat (Dans le jardin allemand des poètes – Poésie entre mère nature et père État). Précédé d’un essai de Friedrich Dieckmann, ce volume de 450 pages rassemble des études écrites par Gerhard Wolf au cours de cinq décennies consacrées à des poètes de la RDA et notamment Erich Arendt, Stephan Hermlin, Günter Kunert, Karl Mickel, Elke Erb, Sarah Kirsch et Volker Braun. Continuer la lecture de « Hommage à Gerhard Wolf, décédé le 7 février 2023. »

Hélène Roussel – Avec Anna Seghers, au fil du temps


© Archives familiales, DR

Hélène Roussel – Avec Anna Seghers, au fil du temps

Hélène Roussel est Maître de conférences honoraire de l’Université Paris 8, spécialiste de l’exil allemand (1933-1945).

“Comment, vous étudiez l’allemand et vous ne connaissez pas La septième croix?”, m’avait demandé incrédule Danielle M., une journaliste française travaillant pour la radio allemande, que j’avais rencontrée par hasard dans le train entre Cologne et Düsseldorf, en sillonnant la vallée du Rhin au cours de mes migrations estivales. Cela se passait dans l’été 1966, je venais d’achever ma licence d’études germaniques en Sorbonne et c’était à peine si je connaissais le nom d’Anna Seghers. J’avais dû me demander, la première fois que je l’avais rencontré, si elle n’était pas la fille de Pierre Seghers, dont je fréquentais assidûment, dans mes lectures buissonnières, la collection Poètes d’aujourd’hui. C’était sans doute en feuilletant les Lettres françaises et leurs chroniques de littérature allemande que j’étais tombée sur le nom d’Anna, sous la plume de Claude Prévost ou de Jean Tailleur probablement, que je ne connaissais encore ni l’un ni l’autre, mais ce n’était certainement pas dans mes études d’allemand, où les auteurs vivants n’étaient pas jugés dignes d’être présentés aux futurs germanistes. Certes il y avait bien déjà au Grand Palais1 quelques enseignants plus jeunes pour proposer, lorsqu’on le leur permettait, des auteurs récents comme Brecht par exemple, mais ils n’étaient pas en position de pouvoir, et à de rares exceptions près, pour avoir accès au panthéon professoral des lettres allemandes et autrichiennes, il fallait être mort, de préférence depuis longtemps, et au minimum depuis trente ou quarante ans. Et si j’avais aimé travailler sur Goethe, Hölderlin, Novalis, Rilke ou Kafka, je ressentais comme déprimant un tel passéisme, au point de ne plus trouver ma place dans cette germanistique sorbonicole, et d’envisager sans enthousiasme de me réorienter vers les lettres modernes, discipline alors nouvelle et réputée plus ouverte à la littérature contemporaine. Or je voulais absolument comprendre comment on en était arrivé là en Allemagne : à l’accession au pouvoir d’Hitler, au déclenchement de la Seconde guerre mondiale, au génocide des Juifs qu’on n’appelait pas encore l’Holocauste ou la Shoah. Comment l’impensable avait-il été possible, malgré une aussi riche tradition culturelle? Je voulais essayer de comprendre cette époque qui me faisait peur, et ainsi pouvoir mieux en mesurer les conséquences dans le présent, dans les deux Allemagnes et dans la division même de l’Allemagne, et non pas faire l’impasse sur elle pour me réfugier, amnésique, dans la grande culture allemande du passé. Il me semblait que c’était là une responsabilité incontournable que nous avions à assumer en tant que germanistes. C’était peu avant 1968. Continuer la lecture de « Hélène Roussel – Avec Anna Seghers, au fil du temps »

Soutenance d’HDR : Anne Lemonnier-Lemieux – Quelle tradition pour la littérature est-allemande et ses suites? Du rôle des crises et de la critique dans la construction d’une filiation littéraire.

Anne Lemonnier-Lemieux soutiendra le jeudi 30 juin 2022, à la Faculté des Lettres de la Sorbonne, son habilitation à diriger des recherches sur le sujet:

“Quelle tradition pour la littérature est-allemande et ses suites? Du rôle des crises et de la critique dans la construction d’une filiation littéraire.”

Son travail inédit sera, lui, consacré plus spécifiquement à un roman de Reinhard Jirgl (2005):

“Les formes critiques de Reinhard Jirgl: vers une lecture postromantique de Renégat, roman du temps nerveux.”

Le jury se composera de:

– M. Bernard Banoun, professeur à la Sorbonne, garant,

– Mme Florence Baillet, professeure à la Sorbonne nouvelle Paris 3,

– Mme Sylvie Le Moël, professeure à la Sorbonne,

– M. Fabrice Malkani, professeur à l’université Lumière Lyon 2,

– M. Alain Muzelle, professeur émérite à l’université de Nancy,

– Mme Nicole Pelletier, professeure émérite à l’université Montaigne Bordeaux 3.

La soutenance aura lieu le jeudi 30 juin à 14 heures précises à la Maison de la Recherche, 28, rue Serpente, en salle 223.

Anne Lemonnier-Lemieux
ENS de Lyon
Maître de conférences en Études germaniques
Responsable de l’agrégation d’allemand
Chercheuse au CERCC
Membre associé du laboratoire LCE-Lyon2

Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA.

Compte rendu rédigé par Carola Hähnel-Mesnard, Maîtresse de conférences HDR en littérature allemande, Université de Lille.

Anne M. N. Sokoll, Die schreibenden Arbeiter der DDR. Zur Geschichte, Ästhetik und Kulturpraxis einer „Literatur von unten“, Bielefeld, transcript Verlag, 2021 (= Düsseldorfer Schriften zur Literatur und Kulturwissenschaft, Bd. 15), 493 p.

Parmi les travaux de recherche sur la politique culturelle et le champ littéraire de la RDA, une étude exhaustive sur le mouvement des « ouvriers-écrivains » faisait jusque-là défaut. On ne peut que saluer l’initiative de la germaniste Anne M. N. Sokoll de s’être penchée sur ce sujet dans sa thèse de doctorat soutenue en 2016 à l’université de Düsseldorf et dont le présent ouvrage est issu.

Le mouvement des « ouvriers-écrivains » a été initié dans le contexte de la « voie de Bitterfeld » (Bitterfelder Weg), une initiative de politique culturelle au tournant des années 1950/1960 visant à Continuer la lecture de « Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA. »

Compte rendu – Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR

Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR, Berlin, Aufbau Verlag, 2020.

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Quand on voudra écrire l’histoire de la RDA, il faudra lire sa littérature. C’est en substance ce qu’écrivit Jürgen Kuczyinski en 1984 dans Dialog mit meinem Urenkel. Gunnar Decker[1] se souvenait-il de cette phrase lorsqu’il a écrit ce livre passionnant ? Toujours est-il qu’il nous donne là l’occasion de revisiter les dernières années de la RDA, à travers de larges aperçus sur sa littérature mais aussi de quelques coups de projecteur jetés sur son œuvre picturale et photographique, son théâtre et son cinéma. Continuer la lecture de « Compte rendu – Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR »

Hans Mayer – Revue germanique internationale 33/2021

Hans Mayer

Revue germanique internationale 33/2021, CNRS Editions

Un dossier dirigé par Bénédicte Terrisse et Clément Fradin

Ce numéro de revue consacré à la grande figure intellectuelle allemande que fut Hans Mayer « entend combler un manque dans sa réception française alors même que certains de ses textes ont été traduits, essentiellement dans les années 1990 mais aussi, dans une perspective franco-allemande, ouvrir cette réception à d’autres horizons, notamment celle d’une histoire croisée des intellectuels » (p. 6). Hans Mayer, né en 1907 dans une famille de la bourgeoisie juive de Cologne, a en effet connu le destin de nombreux intellectuels de cette époque, empêchés de poursuivre leur carrière en Allemagne après 1933, contraints à l’exil, et ayant dû choisir entre Est et Ouest à leur retour. Hans Mayer fit le choix de la zone soviétique puis de la RDA, où il connut tous les honneurs avant de quitter sa chaire de littérature à l’université de Leipzig en 1963 après avoir été attaqué et marginalisé. Continuer la lecture de « Hans Mayer – Revue germanique internationale 33/2021 »

Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten

Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten, dtv, 2021, 222 p.

Un compte rendu d’Anne-Marie Pailhès

Le prix Ingeborg Bachmann, l’un des plus prestigieux en Allemagne, récompense un/e jeune auteur/e qui lit devant un jury des extraits d’un texte inédit. Il a ainsi permis de découvrir de nouveaux talents littéraires, en particulier issus de l’Est de l’Allemagne et de lancer leur carrière. Le prix 2020 dérogea à plusieurs titres à la tradition établie depuis 1977 : il fut décerné en ligne, en raison de la pandémie, et à une auteure de 80 ans, Helga Schubert, née en 1940. Continuer la lecture de « Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten »

Gabriele Eckart : Havelobst, Erinnerungen

Gabriele Eckart

Havelobst, Erinnerungen, Königshausen und Neumann, Würzburg, 2021

L’ouvrage publié en 2021 par Gabriele Eckart nous vient de loin : cette auteure avait connu son heure de gloire dans les années 1980, mais son nom était tombé dans un relatif oubli du fait de son absence sur la scène littéraire allemande depuis une trentaine d’années. Elle réapparaît cette année avec ce recueil de textes autobiographiques. Son titre, Havelobst, renvoie explicitement à l’ouvrage qui la fit connaître en 1984, So sehe ick die Sache. Alors envoyée dans la production après ses études, comme on le disait alors, elle avait été chargée de l’animation culturelle dans la coopérative agricole Havelobst, une entreprise d’État chargée de la culture et de la transformation des pommes dans cette région connue pour son arboriculture. La jeune écrivaine avait mené là une série d’entretiens avec les ouvriers et ouvrières, à partir desquels elle conçut un manuscrit de littérature documentaire. Continuer la lecture de « Gabriele Eckart : Havelobst, Erinnerungen »

Gunnar Decker, Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-94146?title=g-decker-zwischen-den-zeiten&recno=29&q=DDR&fq=&sort=newestPublished&page=2&total=2359

Publication – Utz Rachowski : La lumière des jardins/Das Licht aus den Gärten

Notre éditeur Daniel Argelès publie en édition bilingue des textes de l’auteur est-allemand Utz Rachowski (Éditions de l’Ecole Polytechnique). Ils sont ainsi accessibles pour la première fois aux francophones.

Table des matières et extrait à lire sur le site de l’éditeur: https://www.editions.polytechnique.fr/?auteur=1092

Né en 1954 en Allemagne de l’Est, Utz Rachowski a écrit deux magnifiques nouvelles sur des journées d’été ayant marqué l’histoire du XXe siècle : la construction du Mur le 13 août 1961 et la répression du Printemps de Prague par les chars du Pacte de Varsovie le 21 août 1968. Narrées du point de vue d’un enfant et d’un jeune adolescent, Continuer la lecture de « Publication – Utz Rachowski : La lumière des jardins/Das Licht aus den Gärten »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search