Soutenance d’HDR : Anne Lemonnier-Lemieux – Quelle tradition pour la littérature est-allemande et ses suites? Du rôle des crises et de la critique dans la construction d’une filiation littéraire.

Anne Lemonnier-Lemieux soutiendra le jeudi 30 juin 2022, à la Faculté des Lettres de la Sorbonne, son habilitation à diriger des recherches sur le sujet:

“Quelle tradition pour la littérature est-allemande et ses suites? Du rôle des crises et de la critique dans la construction d’une filiation littéraire.”

Son travail inédit sera, lui, consacré plus spécifiquement à un roman de Reinhard Jirgl (2005):

“Les formes critiques de Reinhard Jirgl: vers une lecture postromantique de Renégat, roman du temps nerveux.”

Le jury se composera de:

– M. Bernard Banoun, professeur à la Sorbonne, garant,

– Mme Florence Baillet, professeure à la Sorbonne nouvelle Paris 3,

– Mme Sylvie Le Moël, professeure à la Sorbonne,

– M. Fabrice Malkani, professeur à l’université Lumière Lyon 2,

– M. Alain Muzelle, professeur émérite à l’université de Nancy,

– Mme Nicole Pelletier, professeure émérite à l’université Montaigne Bordeaux 3.

La soutenance aura lieu le jeudi 30 juin à 14 heures précises à la Maison de la Recherche, 28, rue Serpente, en salle 223.

Anne Lemonnier-Lemieux
ENS de Lyon
Maître de conférences en Études germaniques
Responsable de l’agrégation d’allemand
Chercheuse au CERCC
Membre associé du laboratoire LCE-Lyon2

Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA.

Compte rendu rédigé par Carola Hähnel-Mesnard, Maîtresse de conférences HDR en littérature allemande, Université de Lille.

Anne M. N. Sokoll, Die schreibenden Arbeiter der DDR. Zur Geschichte, Ästhetik und Kulturpraxis einer „Literatur von unten“, Bielefeld, transcript Verlag, 2021 (= Düsseldorfer Schriften zur Literatur und Kulturwissenschaft, Bd. 15), 493 p.

Parmi les travaux de recherche sur la politique culturelle et le champ littéraire de la RDA, une étude exhaustive sur le mouvement des « ouvriers-écrivains » faisait jusque-là défaut. On ne peut que saluer l’initiative de la germaniste Anne M. N. Sokoll de s’être penchée sur ce sujet dans sa thèse de doctorat soutenue en 2016 à l’université de Düsseldorf et dont le présent ouvrage est issu.

Le mouvement des « ouvriers-écrivains » a été initié dans le contexte de la « voie de Bitterfeld » (Bitterfelder Weg), une initiative de politique culturelle au tournant des années 1950/1960 visant à Continuer la lecture de « Compte rendu : le mouvement des “ouvriers-écrivains” en RDA. »

Compte rendu – Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR

Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR, Berlin, Aufbau Verlag, 2020.

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Quand on voudra écrire l’histoire de la RDA, il faudra lire sa littérature. C’est en substance ce qu’écrivit Jürgen Kuczyinski en 1984 dans Dialog mit meinem Urenkel. Gunnar Decker[1] se souvenait-il de cette phrase lorsqu’il a écrit ce livre passionnant ? Toujours est-il qu’il nous donne là l’occasion de revisiter les dernières années de la RDA, à travers de larges aperçus sur sa littérature mais aussi de quelques coups de projecteur jetés sur son œuvre picturale et photographique, son théâtre et son cinéma. Continuer la lecture de « Compte rendu – Gunnar Decker : Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR »

Hans Mayer – Revue germanique internationale 33/2021

Hans Mayer

Revue germanique internationale 33/2021, CNRS Editions

Un dossier dirigé par Bénédicte Terrisse et Clément Fradin

Ce numéro de revue consacré à la grande figure intellectuelle allemande que fut Hans Mayer « entend combler un manque dans sa réception française alors même que certains de ses textes ont été traduits, essentiellement dans les années 1990 mais aussi, dans une perspective franco-allemande, ouvrir cette réception à d’autres horizons, notamment celle d’une histoire croisée des intellectuels » (p. 6). Hans Mayer, né en 1907 dans une famille de la bourgeoisie juive de Cologne, a en effet connu le destin de nombreux intellectuels de cette époque, empêchés de poursuivre leur carrière en Allemagne après 1933, contraints à l’exil, et ayant dû choisir entre Est et Ouest à leur retour. Hans Mayer fit le choix de la zone soviétique puis de la RDA, où il connut tous les honneurs avant de quitter sa chaire de littérature à l’université de Leipzig en 1963 après avoir été attaqué et marginalisé. Continuer la lecture de « Hans Mayer – Revue germanique internationale 33/2021 »

Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten

Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten, dtv, 2021, 222 p.

Un compte rendu d’Anne-Marie Pailhès

Le prix Ingeborg Bachmann, l’un des plus prestigieux en Allemagne, récompense un/e jeune auteur/e qui lit devant un jury des extraits d’un texte inédit. Il a ainsi permis de découvrir de nouveaux talents littéraires, en particulier issus de l’Est de l’Allemagne et de lancer leur carrière. Le prix 2020 dérogea à plusieurs titres à la tradition établie depuis 1977 : il fut décerné en ligne, en raison de la pandémie, et à une auteure de 80 ans, Helga Schubert, née en 1940. Continuer la lecture de « Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten »

Gabriele Eckart : Havelobst, Erinnerungen

Gabriele Eckart

Havelobst, Erinnerungen, Königshausen und Neumann, Würzburg, 2021

L’ouvrage publié en 2021 par Gabriele Eckart nous vient de loin : cette auteure avait connu son heure de gloire dans les années 1980, mais son nom était tombé dans un relatif oubli du fait de son absence sur la scène littéraire allemande depuis une trentaine d’années. Elle réapparaît cette année avec ce recueil de textes autobiographiques. Son titre, Havelobst, renvoie explicitement à l’ouvrage qui la fit connaître en 1984, So sehe ick die Sache. Alors envoyée dans la production après ses études, comme on le disait alors, elle avait été chargée de l’animation culturelle dans la coopérative agricole Havelobst, une entreprise d’État chargée de la culture et de la transformation des pommes dans cette région connue pour son arboriculture. La jeune écrivaine avait mené là une série d’entretiens avec les ouvriers et ouvrières, à partir desquels elle conçut un manuscrit de littérature documentaire. Continuer la lecture de « Gabriele Eckart : Havelobst, Erinnerungen »

Gunnar Decker, Zwischen den Zeiten. Die späten Jahre der DDR

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/reb-94146?title=g-decker-zwischen-den-zeiten&recno=29&q=DDR&fq=&sort=newestPublished&page=2&total=2359

Publication – Utz Rachowski : La lumière des jardins/Das Licht aus den Gärten

Notre éditeur Daniel Argelès publie en édition bilingue des textes de l’auteur est-allemand Utz Rachowski (Éditions de l’Ecole Polytechnique). Ils sont ainsi accessibles pour la première fois aux francophones.

Table des matières et extrait à lire sur le site de l’éditeur: https://www.editions.polytechnique.fr/?auteur=1092

Né en 1954 en Allemagne de l’Est, Utz Rachowski a écrit deux magnifiques nouvelles sur des journées d’été ayant marqué l’histoire du XXe siècle : la construction du Mur le 13 août 1961 et la répression du Printemps de Prague par les chars du Pacte de Varsovie le 21 août 1968. Narrées du point de vue d’un enfant et d’un jeune adolescent, Continuer la lecture de « Publication – Utz Rachowski : La lumière des jardins/Das Licht aus den Gärten »

Colloque L’EST À L’OUEST : trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels et artistes émigrés hors de RDA

Colloque L’EST À L’OUEST : trajectoires, expériences et modes d’expression des intellectuels et artistes émigrés hors de RDA – Der Osten im Westen: Lebens(ver)läufe, Erfahrungen, Ausdrucksformen von ausgereisten Intellektuellen und Künstlern der DDR

Roger Loewig, Eine deutsche Herbstlandschaft © VG Bild-Kunst, Bonn 2021

Colloque international organisé à distance du 25 au 27 mars
et le 09 avril 2021 par Emmanuelle Aurenche-Beau,
Sibylle Goepper, Anne Lemonnier-Lemieux, Ralf Zschachlitz.

Université Lyon 2, Université Lyon 3, ENS Lyon, Goethe Institut

Programme complet : http://llce.ens-lyon.fr/a-la-une/actualites-du-departement/section-allemand/lest-a-louest-trajectoires-experiences-et-modes-dexpression-des-intellectuels-et-artistes-emigres-hors-de-rda

Elke Erb : choix de poèmes et traduction sur le site poezibao

Elke Erb, née en 1938, a reçu le prix Büchner 2020. La germaniste Françoise Toraille propose un choix de ses poèmes sur le site poezibao :

https://poezibao.typepad.com/poezibao/2020/10/anthologie-permanente-elke-erb-choix-de-po%C3%A8mes-par-fran%C3%A7oise-toraille.html

Compte rendu de lecture : correspondance de Sarah Kirsch et Christa Wolf

Un compte rendu rédigé par Katja Schubert, maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, spécialiste de littérature germanophone contemporaine

Die Fahrt wird schneller dem Rand meines Lands zu.

Sarah Kirsch/Christa Wolf, Wir haben uns wirklich an allerhand gewöhnt. Der Briefwechsel. Hg. Sabine Wolf unter Mitarbeit von Heiner Wolf, Berlin, Suhrkamp 2019, 438 S.

2020 ist das Jahr, in dem drei wichtige Literaturpreise an Autorinnen vergeben werden, die den Großteil ihres Lebens in der DDR verbracht haben: der Büchnerpreis geht an Elke Erb, Continuer la lecture de « Compte rendu de lecture : correspondance de Sarah Kirsch et Christa Wolf »

Compte rendu : Katja Oskamp, Marzahn mon amour – Geschichten einer Fußpflegerin [Marzahn mon amour – Histoires d’une pédicure]

Katja Oskamp

Marzahn mon amour – Geschichten einer Fußpflegerin [Marzahn mon amour – Histoires d’une pédicure]  Hanser, Berlin, 2019, 144 p.

https://www.hanser-literaturverlage.de/buch/marzahn-mon-amour/978-3-446-26414-4/

Les autorités culturelles de la RDA n’avaient de cesse d’envoyer les écrivains « dans la production », c’est-à-dire au contact du monde ouvrier pour les inciter à décrire (positivement) les réalités de l’économie socialiste. Peut-être peut-on situer dans cette lointaine filiation un courant littéraire qui continue d’explorer les expériences de la « vraie vie » pour les décrire au plus près, dans des œuvres proches de la « non-fiction ». Celles-ci ne sont pas nécessairement empreintes de tragique, mais peuvent simplement rendre compte du quotidien en proposant une analyse plus profonde qu’il n’y paraît de la réalité transcrite.  C’est la démarche de Katja Oskamp qui, fatiguée d’une existence de papier qu’elle juge sans perspectives, a décidé de plonger dans un univers qu’elle n’aurait pas découvert sans l’acte volontaire de « changer de vie », pour côtoyer les humbles et les sans-noms. Écrivaine née en 1970 à Leipzig, Continuer la lecture de « Compte rendu : Katja Oskamp, Marzahn mon amour – Geschichten einer Fußpflegerin [Marzahn mon amour – Histoires d’une pédicure] »

Stalinkomplex!? Deutsche Kulturkader im Moskauer Exil und in der DDR

Bochum, 18 au 20 février 2020.

Bourses de participation pour jeunes chercheurs – date limite de candidature : 31 janvier 2020

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-42158?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2020-1&utm_campaign=htmldigest

CFP: Dreißig Jahre danach. Mauerfall und deutsche Einheit in Literatur, Kultur und Politik. Versuch einer Bilanz (01.02.2020)

Appel à communication, colloque du 28 au 30 septembre 2020, Université Adam Mickiewicz, Poznań

https://networks.h-net.org/node/79435/discussions/5434302/tagung-28-30092020-amu-pozna%C5%84-drei%C3%9Fig-jahre-danach-mauerfall-und

Avis de soutenance HDR de Sibylle Goepper, Université de Bordeaux

Le 9 décembre, Sibylle Goepper a soutenu avec succès à l'Université de Bordeaux, son habilitation à diriger des recherches intitulée :

"Contribution à l'étude des rapports entre écrivain, pouvoir et société pendant et après la RDA. Entre dissidence et subculture, collectif et individu, texte et corps"


Le jury était composé de :

Madame Florence Baillet (Université Paris-Sorbonne Nouvelle) - rapporteure
Monsieur Bernard Banoun (Université Paris-Sorbonne) - rapporteur
Monsieur Patrick Farges (Université Paris Diderot)
Madame Elizabeth Guilhamon (Université Bordeaux Montaigne)
Madame Françoise Lartillot (Université de Lorraine)
Madame Nicole Pelletier (Université Bordeaux Montaigne) - garante


Résumé de l’inédit

Esprit performatif : intermédialité, émotion, mémoire dans l’œuvre expérimentale et essayistique de Jan Faktor (1978-2018) – Sibylle Goepper

 

Ce travail constitue la première monographie consacrée à l’écrivain tchèque Jan Faktor, né à Prague en 1951, installé à Berlin-Est en 1978 et s’exprimant depuis les années 1980 en langue allemande. Il entreprend de croiser la perspective individuelle et collective, en se situant au plus près de l’œuvre de Faktor, mais également du côté de la génération des auteurs et artistes qui formèrent l’underground culturel au sein duquel il évolua jusqu’à la chute du Mur. Tout en accordant une large place au contexte, il adopte une perspective résolument esthétique. Afin de montrer les continuités et les évolutions, la cohérence et la richesse du parcours créatif de Jan Faktor, il dépasse également l’habituelle focalisation sur la période de la RDA et traite de l’époque du Tournant et des années 2000.

La réception de l’œuvre de Faktor a souffert du discrédit global qui s’est abattu sur les membres du « Prenzlauer Berg » après le scandale des « mouchards » de la Stasi. Il s’agissait donc d’interroger et de réviser le verdict d’innocuité politique (adressé au groupe et à la contre-culture qu’il incarne) et d’innocuité esthétique (adressé aux individus et à l’avant-garde dont ils se réclament) en particulier par Wolf Biermann. Sans retomber dans le travers de la critique ouest-allemande qui, dans les années 1980, avait vu dans cette production une remise en question frontale des structures du pouvoir en RDA, nous ne voulions pas évacuer la question du politique, mais examiner la dimension « protestataire », « subversive » de cette production en renouvelant les catégories d’analyse traditionnelles de « dissidence » et d’« opposition », peu à même de saisir une œuvre expérimentale telle que celle de Faktor

Pour ce faire, notre attention est tout d’abord allée à la tradition de Dada et de la poésie concrète, à laquelle Faktor se réfère à travers les figures de Kurt Schwitters et d’Ernst Jandl. L’exploration d’un corpus mixte, composé de textes, mais surtout de lectures enregistrées et de performances filmées rendait elle aussi justice à l’esprit des avant-gardes historiques. L’étude se penche ainsi sur l’aspect événementiel et spectaculaire de cette production, perspective qui a peu été adoptée, alors même que les filiations littéraires évoquées et la pratique des lectures dans les appartements privés en RDA semblaient y inviter. C’est ici le cas à l’aide de sources audio et vidéo inédites déposées par Jan Faktor à l’Académie des arts de Berlin en 2013.

Des actes de langage d’Austin aux travaux d’Erika Fischer-Lichte sur la performance théâtrale, en passant par la performativité littéraire théorisée par Derrida, la notion de « performatif » permet, dans ses diverses déclinaisons, de saisir les multiples facettes mais également la cohérence profonde de l’œuvre de Faktor : importance de l’oralité, du phonique, centralité du corps et de l’implication physique de l’artiste, notions d’événement, d’action et d’effet sur l’auditoire.

Différents volets de l’œuvre sont ainsi explorés. L’intermédialité, tout d’abord, présente aussi bien à travers les collaborations concrètes de Faktor avec d’autres artistes, notamment peintres et graphistes, qu’au sein de ses poèmes minimalistes ou sériels qui associent texte, image et son. Telle est la constellation performative qui ne s’adresse plus à l’intellect ou à la conscience mais aux couches les plus profondes du psychisme, bouleversant en profondeur l’expérience de lecture de celles et ceux qui la rencontrent.

Cet effet de déstabilisation est renforcé lorsque le texte est incarné en public. S’ajoute alors l’émotion, régulièrement mise en avant par Faktor dans ses déclarations. L’importance qu’il lui accorde suggère que la prestation scénique n’est pas un simple adjuvant de l’œuvre, motivé par le contexte de censure, mais bien au cœur de sa démarche. Si le concept d’émotion permet de remonter à la source de la subjectivité du créateur Faktor, elle possède également une dimension collective qui permet de poser différemment la question du subversif et du politique, notamment à l’aide des notions de « boucle rétroactive » et de « communauté ».

Lorsqu’enfin on suit l’œuvre au long cours, on assiste au dévoilement progressif d’une strate autobiographique et mémorielle, qui existait déjà chez certains représentants des avant-gardes historiques comme Jandl. Partant de cette hypothèse intime et existentielle, nous montrons comment le dispositif performatif est, à une époque où ils ne peuvent encore être les thèmes explicites de l’œuvre, la manifestation esthétique des traumas familiaux et personnels – Shoah, répression du Printemps de Prague et, dans une moindre mesure, vie sous le régime du SED. Le « bricolage avec les mots » apparaît dès lors comme le reflet du « bricolage avec l’identité » et la performance comme une étape d’élaboration nécessaire avant que n’adviennent la rencontre avec l’Histoire dans les spectacles des années 1990 et les narrations plus classiques dans les romans des années 2000.

 


Travaux de Sibylle Goepper : voir sur ce carnet de recherches https://allemagnest.hypotheses.org/?s=Goepper
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search