Nouveau numéro de la revue : Gerbergasse 18, 24 (2019), 4

Orte des Gedenkens

Das Heft 93 schließt den laufenden Jahrgang ab und wirft im Schwerpunkt einen vielschichtigen Blick auf den Umgang mit Gedenkstätten, Museen und Erinnerungsorten. Die Ausgabe enthält unter anderem die Vorstellung des innovativen Modellprojektes DENKOrte, Porträts über das Grenzlandmuseum Eichsfeld und das Grenzmuseum Schifflersgrund, einen Bericht über den Beginn des russischen Gedenkprojektes „letzte Adresse“ in Deutschland oder einen Artikel zur Frage, wie und warum es mitunter zu Konflikten in der historisch-politischen Vermittlungsarbeit kommt, wenn Zeitzeugen in der Ausstellung sagen: „Das war doch gar nicht so!“. In weiteren Beiträgen der Ausgabe geht es etwa um die Jugendweihe im katholischen Eichsfeld, die Rolle der Botschaftsflüchtlinge im Herbst 1989 in Prag oder eine Rezension über Forschungen zur politischen Traumatisierung durch Repression und Verfolgung in der DDR.

https://www.hsozkult.de/journal/id/zeitschriftenausgaben-12179?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2020-1&utm_campaign=htmldigest

CFP: Dreißig Jahre danach. Mauerfall und deutsche Einheit in Literatur, Kultur und Politik. Versuch einer Bilanz (01.02.2020)

Appel à communication, colloque du 28 au 30 septembre 2020, Université Adam Mickiewicz, Poznań

https://networks.h-net.org/node/79435/discussions/5434302/tagung-28-30092020-amu-pozna%C5%84-drei%C3%9Fig-jahre-danach-mauerfall-und

A. Saunders: Memorializing the GDR. Monuments and Memory after 1989

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-29582?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-6&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-6&utm_campaign=htmldigest

Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019

Un compte rendu de Fanny Perrier, qui prépare un doctorat sur L’écriture de l’histoire dans l’œuvre romanesque de Christoph Hein depuis la réunification allemande.

CHRISTOPH  HEIN – GEGENLAUSCHANGRIFF (2019)

Réflexion sur la portée de l’ouvrage et sur la polémique que les propos de l’auteur ont déclenchée.

Dans le roman Frau Jenny Treibel de Theodor Fontane, Distelkamp critique la conception de l’histoire du professeur Schmidt : « Tu as toujours eu un faible pour l’anecdote, la peinture de genre. Ce qui importe dans l’histoire, ce sont seulement les grandes choses, pas les petites, les secondaires » [1]. Schmidt répond : « L’histoire néglige presque toujours ce à quoi elle devrait s’accrocher d’abord. […] Les choses secondaires, c’est exact, n’ont aucune importance quand elles sont seulement secondaires, quand il n’y a rien derrière ; mais, quand il y a quelque chose, cela devient l’essentiel, car on y trouve l’élément véritablement humain »[2]Le dernier ouvrage de Christoph Hein illustre à merveille cette importance de l’anecdote et des petites choses. Gegenlauschangriff, que l’on pourrait traduire mot à mot par « contre-écoute » ou « contre-surveillance »[3] est un recueil de 28 anecdotes, souvent très courtes – la plupart font moins de quatre pages – dans lequel l’auteur nous livre quelques souvenirs personnels, voire intimes sur la vie en RDA et dans l’Allemagne réunifiée. Continuer la lecture de « Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019 »

Compte rendu : entretiens avec l’architecte Bruno Flierl

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier.

Bruno Flierl : Haus Stadt MenschÜber Architektur und Gesellschaft. Gespräche. Das Neue Berlin, 2019.

Né en 1927, Bruno Flierl, architecte de formation a fait toute sa carrière en RDA, en qualité d’urbaniste.  C’est à lui qu’on doit, pour une large part, la configuration socio-spatiale du Berlin-Est d’hier. Il est considéré comme un théoricien important de l’architecture et de l’urbanisme. Il a notamment fait partie du collectif d’architectes qui a œuvré à la conception, en 1972/73, de ce bâtiment multi-fonctions qui prit le nom de Palais de la République. Continuer la lecture de « Compte rendu : entretiens avec l’architecte Bruno Flierl »

Séminaire franco-allemand : “La RDA et sa postérité”, Berlin, avril-juillet 2019

11 avril : Nicolas Offenstadt, “Le pays disparu”

16 mai : Sarah Kiani, “Sexual revolution oder sexual evolution? Repression und Überwachung von Homosexualitäten im Vergleich: Berlin-Ost und Berlin-West (1970–1980)”

10 juillet : Etienne Dubslaff, “Die Bedeutung sozialdemokratischen Handelns im letzten Jahr der DDR”

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-39790?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest

Ce qui reste de la RDA, un essai d’Elisa Goudin

Une rédactrice de ces carnets, Elisa Goudin, vient de publier un essai sur le blog “La vie des idées” :  https://laviedesidees.fr/Ce-qui-reste-de-la-RDA-1989-2019.html

Voir un autre texte d’Elisa Goudin : “La nouvelle extrême-droite allemande, les spécificités des nouveaux Länder” https://allemagnest.hypotheses.org/143

 

 

RDA, non, tout n’a pas encore été dit

Compte rendu d’un atelier, Rostock

https://www.hsozkult.de/conferencereport/id/tagungsberichte-8176?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest

Journée d’étude sur Lutz Seiler, 22 mars 2019, Paris

L’écrivain Luz Seiler est en résidence d’écrivain à la Sorbonne en mars et avril 2019.

Une journée d’étude lui est consacrée :

https://www.maison-heinrich-heine.org/manifestations-culturelles/2019/mars/lutz-seiler

“Traître” entre Est et Ouest – Karoline Kleinert : Sie nannten ihn Verräter. Auf den Spuren meines Grossvaters zwischen Ost und West

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier

Karoline Kleinert : Sie nannten ihn Verräter. Auf den Spuren meines Grossvaterszwischen Ost und West, Rowohlt 2018, 319 pages.

 

Pendant longtemps, Karoline Keinert n’eut de son grand-père paternel, Heinz Lippmann, que ces deux images, celle d’un traître et d’un salaud. Traître, il ne pouvait que l’être pour la RDA : parti à l’Ouest en 1953 en emportant la caisse de la FDJ, l’organisation de jeunesse au sein de laquelle il était depuis 1949, à Berlin, l’adjoint d’Honecker, il avait aussi un temps collaboré avec le Verfassungschutz[1] ouest-allemand. Un salaud, ein Schwein , Inge n’avait pas d’autre mot pour parler – rarement – de celui qu’elle avait épousé en 1947 et qui après quelques mois de mariage, la quittait en lui laissant un enfant sur les bras, le père de l’auteure. Dans la maison, rien de lui, pas même une photo. Continuer la lecture de « “Traître” entre Est et Ouest – Karoline Kleinert : Sie nannten ihn Verräter. Auf den Spuren meines Grossvaters zwischen Ost und West »

Appel à communication. “L’héritage de 1989” . Erbe’89. Politisierung der Erinnerung – Deutungsversuche und Erklärungsansätze

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-39515?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-2&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-2&utm_campaign=htmldigest

Petra Köpping : Integriert doch erst einmal uns ! Eine Streitschrift für den Osten. (Commencez donc par nous intégrer, nous ! Pamphlet pour l’Est).

Petra Köpping : Integriert doch erst einmal uns ! Eine Streitschrift für den Osten. (Commencez donc par nous intégrer, nous ! Pamphlet pour l’Est). Ch. Links Verlag, Berlin, 2018

Une réflexion de Jean Mortier à partir d’un ouvrage récent sur la situation de l’Allemagne de l’Est

Cet ouvrage est le résultat de centaines de débats et d’entretiens que, durant les quatre dernières années, Petra Köpping, native de l’Est, a menés avec des habitants du Land de Saxe, un Land où elle occupe depuis 2014, au sein de la coalition SPD-CDU, le poste de ministre social-démocrate pour l’intégration et l’égalité.

Son expérience antérieure de maire d’une commune et de Landrätin[1] lui avaient déjà permis de sentir le pouls de cette population. Elle possède donc toute légitimité pour émettre un diagnostic sur les maux dont semblent souffrir encore aujourd’hui les anciens territoires de l’Est devenus Nouveaux Länder après l’unification allemande en 1990.

« Commencez donc par nous intégrer, nous » ! Cette exclamation – qui donne son titre au présent ouvrage –, Petra Köpping l’a entendue dans les rangs des manifestants de Pegida, à Dresde et ailleurs en Saxe.  Continuer la lecture de « Petra Köpping : Integriert doch erst einmal uns ! Eine Streitschrift für den Osten. (Commencez donc par nous intégrer, nous ! Pamphlet pour l’Est). »

Compte rendu. Nicolas Offenstadt, Le pays disparu. Sur les traces de la RDA

 

Nicolas Offenstadt, Le pays disparu. Sur les traces de la RDA, Paris, Stock (collection « les essais »), 2018, 419 p., 22,50 euros – ISBN 978-2-234-07789-8

https://www.editions-stock.fr/livres/essais-documents/le-pays-disparu-9782234077898

Un compte rendu de Sylvie Le Grand, maître de conférences HDR à l’Université Paris Ouest

C’est un livre attachant sur un sujet attachant que propose ici l’historien français Nicolas Offenstadt, à la fois médiéviste et spécialiste de la Grande Guerre, connu aussi pour ses interventions médiatiques, notamment sur les questions ayant trait à la politique de la mémoire.

On peut lui savoir gré de s’emparer d’un sujet qui n’a rien perdu de sa pertinence, mais que les universitaires français spécialistes de la RDA et des nouveaux Länder ont fini par délaisser après l’avoir abordé sous diverses formes ponctuelles dès le courant des années 1990 : la relégation symbolique de la RDA – de l’ensemble de son passé sans distinction, de ses monuments, de ses traces matérielles et idéelles – dans l’espace public de l’Allemagne unifiée et les sentiments de perte et d’humiliation qui en résultent chez un certain nombre d’ex-ressortissants de la RDA. Continuer la lecture de « Compte rendu. Nicolas Offenstadt, Le pays disparu. Sur les traces de la RDA »

Le peuple est mort, vive le peuple ! Variations sur le slogan “Wir sind das Volk!”

Ce carnet de recherches fête aujourd’hui sa première année d’existence, en même temps que les 29 ans de la chute du Mur. Les rédacteurs vous proposent un texte de circonstance sur la réutilisation du célèbre slogan depuis 1989.

Louise Soucheyre  a soutenu un mémoire de master 2 KulturWissenschaften à l’Université Paris Nanterre en 2018, sur la langue de la droite nationale-populiste allemande contemporaine (Dir. Sibylle Sauerwein).

            Automne 2018. Les feuilles tombent, le froid arrive, marquant la fin d’un été allemand agité par des manifestations de la droite radicale. Les feuilles tombent, le froid arrive, et voici déjà venir le 9 novembre, jour hautement symbolique en Allemagne en raison des nombreux événements historiques qu’il rappelle. En particulier le « Schicksalstag », « jour du destin», celui de la chute du mur de Berlin en 1989. C’est l’occasion de revenir sur le rapport controversé mais manifeste qu’entretient l’extrême droite à la mémoire de cet épisode de l’histoire allemande.

            Les idées d’extrême droite connaissent un retentissement particulier à l’Est depuis la réunification allemande ; c’est ce que montrent les résultats des votes par Land à chaque élection[1] ainsi que la carte des mouvements contestataires. Les événements de la fin août 2018 l’ont une nouvelle fois montré : partie de Chemnitz en Saxe, la vague de manifestations s’est rapidement étendu à la Thuringe et au Brandebourg. Ainsi les citoyens partisans de cette mouvance politique semblent-ils aspirer à un nouvel Octobre 1989. Continuer la lecture de « Le peuple est mort, vive le peuple ! Variations sur le slogan “Wir sind das Volk!” »

Volkseigenes Erinnern. Die DDR im sozialen Gedächtnis. (Souvenirs du peuple. La RDA dans la mémoire sociale)

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-28290

Une publication de Haag, Hanna; Heß, Pamela et Leonhard, Nina.
 
Compte rendu critique du sociologue Thomas Ahbe, qui montre  dans quelle mesure le changement de discours dominant influence les souvenirs individuels ou même toute la construction des autobiographies.