Cinéma. Le vent de la liberté/ Ballon. Un film de Michael Herbig, 2019

Un compte rendu de Perrine Val, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Le Vent de la liberté (Ballon, Michael Herbig, 2019)

L’imminence du trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin semble encourager les initiatives cinématographiques et audiovisuelles à se pencher sur la RDA et son histoire. Plusieurs films allemands sur la RDA sortis au cours des derniers mois peuvent ainsi être évoqués. La Révolution silencieuse (Das schweigende Klassenzimmer, Lars Kraume) revenait par exemple sur la trajectoire de lycéens est-allemands qui, en 1956, firent une minute de silence en hommage aux victimes de la répression soviétique à Budapest et devinrent la cible de plusieurs responsables politiques avant de se résoudre à quitter la RDA. Même s’il n’a pas fait l’objet d’une sortie commerciale en France, le dernier film d’Andreas Dresen, Gundermann, proposait quant à lui un portrait de Gerhard Gundermann, un auteur, compositeur et interprète critique envers le régime, tout en étant ouvrier et collaborateur non-officiel de la Stasi pendant quelques années.

Le Vent de la liberté (Ballon) revient à son tour sur l’opposition d’habitants est-allemands au régime socialiste. En 1979, deux familles originaires de Pößnek, à quelques kilomètres de la frontière avec la Bavière, tentent de fuir la RDA en montgolfière. Les Strelzyk échouent une première fois et, alors que la Stasi déploie de vastes moyens pour les identifier et les retrouver, ils entreprennent une nouvelle tentative avec la famille Wetzel. Que ce soit la presse généraliste ou les ressources pédagogiques destinées aux enseignants et lycéens français, la majorité des commentaires français s’avèrent positifs[1] et le film a d’ailleurs été récompensé par les festivals de Pessac et de Valenciennes. En optant pour un thriller qui maintient le suspense jusqu’à la fin du film, le réalisateur Michael “Bully” Herbig parvient à capter l’attention des spectateurs. Si l’on peut se réjouir que Le Vent de la liberté soit utilisé comme une porte d’entrée pour des spectateurs peu ou moins familiers de l’histoire de la RDA, la représentation de la société est-allemande telle qu’elle est donnée à voir dans le film interroge et renvoie directement à plusieurs éléments pointés dans l’ouvrage collectif La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989  paru l’an dernier. En effet, Le Vent de la liberté reprend à la fois un arc narratif emprunté à Night Crossing (Delbert Mann), film étasunien produit par Walt Disney en 1982, inspiré par l’histoire des deux familles , et des codes de représentation issus des films sur la RDA produits depuis la fin des années 1990.

La binarité, l’absence de toute complexité qui viendrait nuancer le propos s’étend à l’ensemble du film, et en premier lieu aux personnages et aux décors. Les deux familles qui cherchent à s’évader sont présentées comme des victimes du régime : on apprend notamment que le frère de Doris Strelzyk (Karoline Schuch) a été arrêté par la Stasi et que Günter Wetzel (David Kross) n’a pas pu suivre la formation dont il rêvait parce que son père avait tenté de fuir la RDA lorsqu’il était enfant. De leur quotidien hors de leurs domiciles, nous ne verrons presque rien. Rien ne semble les retenir à Pößnek – aucun collègue, aucun ami, aucune famille. Lorsque le jeune Fitscher Strelzyk (Tilman Döbler) demande ce qu’il en est des grands-parents qu’ils laisseront derrière eux, sa mère lui répond implicitement que cette séparation est un sacrifice nécessaire pour accéder à la liberté (matérialisée en l’occurrence par la promesse de se voir offrir un VTT…). Du côté de la famille Wetzel, c’est même le père de Günter qui l’incite à partir sans regret, ni culpabilité. Seul Frank (Jonas Holdenrieder), le fils adolescent des Strelzyk, qui rappelle d’ailleurs le personnage principal de Sonnenallee, hésite un instant à rester parce qu’il est tombé amoureux de sa jeune voisine Klara et qu’il cherche par là à s’opposer à son père. Or, Klara n’est autre que la fille d’Erik Baumann, un collaborateur de la Stasi. Son hésitation ne dure donc pas longtemps.

Ainsi, non seulement les raisons de fuir la RDA ne sont à aucun moment remises en question dans le film, mais lorsque des hésitations surgissent et mettent en cause le projet de fuite, les personnages féminins en sont presque toujours à l’origine. À cet égard, on note que, outre l’absence de parité dans le film, les femmes sont représentées la plupart du temps comme les responsables (directes ou indirectes) des échecs ou des dangers courus par les deux familles. Par exemple, c’est parce que Doris a perdu ses médicaments dans la forêt lors de la première tentative de fuite que la Stasi peut remonter la piste de la famille Strelzyk. Même lorsque son mari Peter (Friedrich Mücke) est en proie au désespoir, elle lui apporte certes une oreille attentive mais ce sont leurs fils qui proposent une solution. Peter s’appuie d’ailleurs davantage sur eux dans la réalisation concrète de la fuite que sur elle. Petra Wetzel (Alicia von Rittberg) est définie quant à elle uniquement par son caractère craintif : l’une des motivations premières de la famille Wetzel est de retrouver la mère malade de Petra à l’Ouest ; Günter se dit prêt à se sacrifier pour qu’elle et leurs enfants partent sans lui, mais c’est elle qui se perd en atermoiements, qui pleure et qui agit finalement très peu. Enfin, la jeune Klara s’illustre par sa passivité : certes, elle garde le silence quand Frank lui confie leur projet de fuite, mais elle apparaît dans le film surtout comme une source de distraction et de danger. Même le personnage secondaire de l’institutrice est trouble : elle semble d’abord forcer le fils des Wetzel à révéler les secrets de ses parents, tout en tenant tête au lieutenant-colonel de la Stasi (incarné par Thomas Kretschmann) lorsque celui-ci l’interroge sur ses élèves. Or, on apprendra plus tard que Petra Wetzel avait simplement expliqué à ses enfants que leur père était en train de coudre une tente pour aller faire du camping. L’institutrice n’avait donc aucun élément compromettant en sa connaissance.

Comme l’écrit Elizabeth Guilhamon au sujet des films de genre sur la RDA, la fuite à l’Ouest est utilisée comme simple ressort dramatique[4]. L’intrigue se résume à une course contre la montre : le bruit du « tic-tac » qui revient très régulièrement et la montre-chronomètre le rappellent. Le film joue sur les codes du thriller, en créant notamment de faux suspenses (la voiture qui ne démarre pas, la lettre que Frank cherche à récupérer dans la boîte aux lettres, le voisin envahissant, etc.). Ces tensions sont celles que ressentent les protagonistes, qui deviennent de plus en plus paranoïaques (la séquence de l’attente dans la chambre d’hôtel berlinoise en est le meilleur exemple).

Cette déformation de la réalité est surtout le fait du réalisateur. À l’instar des personnages qui voient la Stasi partout, Michael Herbig oublie complètement la dimension beaucoup moins palpitante et nettement plus banale de la vie quotidienne en RDA, pour n’en conserver que les aspects « walt-disneyiens» (les bons traqués par les méchants, la course contre la montre et bien sûr la magie de la fuite à bord d’une montgolfière multicolore). En recourant d’une part à la formule usuelle « d’après une histoire vraie » au début du film et en montrant les photographies d’archives des vraies familles et de la vraie montgolfière dans le générique final, et en reprenant d’autre part certains éléments qui renvoient à des films comme Good Bye Lenin!, La Vie des autres ou Sonnenallee (le soin apporté aux couleurs, aux détails du décor, aux costumes des personnages), Herbig cherche à apporter une authenticité au récit, à en faire une représentation fidèle de la réalité (dans ses interviews, Herbig insiste longuement sur le travail de recherche effectué dans les archives de la Stasi ainsi que sur le dialogue noué avec les deux familles). On ne peut donc que regretter que les bonnes intentions du réalisateur n’aient pas abouti à une vision plus complexe et nuancée de la RDA et de ses habitants.

[1] Voir notamment Antoine de Baecque, « Faire le mur en ballon », L’Histoire n°459, mai 2019, en ligne : https://www.lhistoire.fr/cinéma/faire-le-mur-en-ballon ; Corinne Renou-Nativel, « “Le vent de la liberté”, par la voie des airs », La Croix, 9 avril 2019, en ligne : https://www.la-croix.com/Culture/Cinema/Le-vent-liberte-voie-airs-2019-04-09-1201014515. Voir aussi le dossier proposé par Zéro de conduite, en ligne : https://www.zerodeconduite.net/ressources/5031 et le supplémentaire cinéma de Vocable, en ligne : https://www.vocable.fr/index.php?option=com_content&view=article&layout=enseignants&id=4057&Itemid=1366

[2] « Stasi-Staat », formule employée par le documentariste Thomas Heise dans son entretien avec Matthias Steinle pour dénoncer ces représentations stéréotypées : « Interroger les images de la RDA », in Camarade, Steinle et al., La RDA et la société post-socialiste dans le cinéma allemand après 1989, op. cit., p. 303-318.

[3] « Ich habe die ganze Zeit mitgefiebert. » Rencontre avec Michael “Bully” Herbig, in Supplément cinéma de Vocable, op.cit.

[4] Elizabeth Guilhamon, « Entre les lignes : le franchissement du Rideau de fer dans Ma vraie famille (2002), Vent d’Ouest (2011) et Rendez-vous l’an prochain (2013) », in Camarade, Steinle et al., La RDA et la société post-socialiste dans le cinéma allemand après 1989, op. cit., p.135-148.

Histoire d’un camp de transit en RFA. Arne Hoffrichter: Verwaltung, Politik, Geheimdienste. Das Notaufnahmelager Uelzen-Bohldamm im Prozess der Zuwanderung aus SBZ und DDR 1945-1963

Arne Hoffrichter: Verwaltung, Politik, Geheimdienste. Das Notaufnahmelager Uelzen-Bohldamm im Prozess der Zuwanderung aus SBZ und DDR 1945-1963 (= Veröffentlichungen der historischen Kommission für Niedersachsen und Bremen; 297), Göttingen: Wallstein 2018, 403 S.

Compte rendu de Helga Heidemeyer publié dans sehepunkte.

“Traître” entre Est et Ouest – Karoline Kleinert : Sie nannten ihn Verräter. Auf den Spuren meines Grossvaters zwischen Ost und West

Un compte rendu rédigé par Jean Mortier

Karoline Kleinert : Sie nannten ihn Verräter. Auf den Spuren meines Grossvaterszwischen Ost und West, Rowohlt 2018, 319 pages.

 

Pendant longtemps, Karoline Keinert n’eut de son grand-père paternel, Heinz Lippmann, que ces deux images, celle d’un traître et d’un salaud. Traître, il ne pouvait que l’être pour la RDA : parti à l’Ouest en 1953 en emportant la caisse de la FDJ, l’organisation de jeunesse au sein de laquelle il était depuis 1949, à Berlin, l’adjoint d’Honecker, il avait aussi un temps collaboré avec le Verfassungschutz[1] ouest-allemand. Un salaud, ein Schwein , Inge n’avait pas d’autre mot pour parler – rarement – de celui qu’elle avait épousé en 1947 et qui après quelques mois de mariage, la quittait en lui laissant un enfant sur les bras, le père de l’auteure. Dans la maison, rien de lui, pas même une photo. Continuer la lecture de « “Traître” entre Est et Ouest – Karoline Kleinert : Sie nannten ihn Verräter. Auf den Spuren meines Grossvaters zwischen Ost und West »

Béatrice Durand – Nouvelles pérégrinations à travers la Marche de Brandenbourg

Béatrice Durand enseigne au Lycée français de Berlin. Elle est l’auteur de différents travaux d’histoire littéraire et culturelle: Le Paradoxe du bon maître (1999), Cousins par alliance (2002, réédition 2018), La Nouvelle Idéologie française (2010), Sauvages expérimentaux et Fictions d’isolement enfantin (2017).

Nouvelles pérégrinations à travers la Marche de Brandenbourg

J’ai pris le train jusqu’à Brandebourg avec l’idée de visiter enfin une ville que les grands trains traversent sans s’arrêter : Brandebourg est une somptueuse ville médiévale avec fortifications, portes et tours, canaux et ponts, églises monumentales de ce gothique nordique tout en brique, comme dans mon Sud-Ouest natal, mais d’une brique plus sombre, plus ornée aussi. C’est une ville sur l’eau, il y a littéralement de l’eau partout : la cathédrale est sur une île, la Dominsel ; la Altstadt et la Neustadt (qui est presque aussi ancienne que la Altstadt) sont sur des presqu’îles. Toute cette eau n’est en fait que la Havel qui oublie momentanément de couler et se transforme en un lacis de lacs aux formes compliquées.

Surprise de trouver une vraie ville avec des constructions récentes, Continuer la lecture de « Béatrice Durand – Nouvelles pérégrinations à travers la Marche de Brandenbourg »

Un parfum de Guerre froide : Louis-Bernard Robitaille, Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu

Louis-Bernard Robitaille

Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu

Editions Noir sur Blanc, Lausanne, 2017, 144 p.

http://www.leseditionsnoirsurblanc.fr/bouffees-d-ostalgie-louis-bernard-robitaille-9782882504456

A la lecture du titre de cet ouvrage, on pourrait croire que prévaut une sincère nostalgie d’un monde communiste disparu, dans ces chroniques du journaliste franco-québécois Louis-Bernard Robitaille, qui déclare être « originaire d’un continent étranger à toute idéologie » (p. 14). Le lecteur se permettra de douter de cette absence totale d’idéologie sous sa plume en découvrant des pages où il est sans cesse question de « prison » ou de « caserne » pour décrire les endroits parcourus.

Le sentiment d’« ostalgie » ne peut être ainsi réinterprété et réduit à un simple discrédit jeté sur une cinquantaine d’années d’histoire de la partie orientale de l’Allemagne. Comme le rappelait Jean Mortier : Continuer la lecture de « Un parfum de Guerre froide : Louis-Bernard Robitaille, Bouffées d’ostalgie – Fragments d’un continent disparu »

Compte-rendu signalé : Le camp de transit de Giessen, 1946-1989/90

Histoire du camp d’accueil des réfugiés de RDA à leur arrivée en RFA

van Laak, Jeannette, Einrichten im Übergang. Das Aufnahmelager Gießen 1946–1990, Frankfurt am Main 2017: Campus Verlag

https://www.hsozkult.de/searching/id/rezbuecher-27791?title=j-van-laak-einrichten-im-uebergang&q=Giessen&sort=&fq=&total=3490&recno=17&subType=reb

Soldats américains à Berlin-Est – article signalé

Vient de paraître dans le dernier numéro de la revue en ligne Zeithistorische Forschungen

Stefanie Eisenhuth – Freizeit beim Feind – US-amerikanische Soldaten in Ost-Berlin

http://www.zeithistorische-forschungen.de/1-2018/id=5555

Compte-rendu signalé : Mödlareuth ou le “petit Berlin”, histoire d’un village divisé par le Mur.

Johnson, Jason B., Divided Village. The Cold War in the German Borderlands, London 2017: Routledge, 233 p.

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-27780