Nouveau numéro de la revue Allemagne d’Aujourd’hui : L’Allemagne unifiée, 30 ans après

Où en est l’Allemagne trente après avoir réalisé son unification ? Sur le plan politique, économique, social, culturel. La question du différentiel est-ouest et de « l’unité intérieure » Quel rôle assume l’Allemagne unifiée en Europe et dans le monde ? Quelle défense veut-elle pour l’Europe ?

Le numéro peut être acheté sur le site des Presses du Septentrion : http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100509090

ou consulté en ligne sur CAIRN.

Table des matières

DOSSIER

L’Allemagne unifiée, trente ans après

Un dossier dirigé par Étienne Dubslaff, Hans Stark et Jérôme Vaillant

Introduction. Étienne Dubslaff, Hans Stark et Jérôme Vaillant……………..3
É. Dubslaff– La « révolution pacifique » et la « réunification allemande » ..8 Continuer la lecture de « Nouveau numéro de la revue Allemagne d’Aujourd’hui : L’Allemagne unifiée, 30 ans après »

Diffusion sur ZDF de la série « Unterleuten », d’après le roman de Juli Zeh

Unterleuten, le roman de Juli Zeh paru en français sous le titre de Brandebourg, a déjà fait l’objet d’un compte rendu sur ce carnet. Son adaptation cinématographique en trois parties est disponible jusqu’en septembre 2020 sur la médiathèque de ZDF : https://www.zdf.de/serien/unterleuten/unterleuten—das-zerrissene-dorf-1-100.html

Appel à communication : ALLEMAGNE, 30 ANS APRÈS. DE L’UNIFICATION À L’UNITÉ ? Strasbourg

La Maison interuniversitaire des sciences de l’Homme – Alsace (MISHA), la Maison des sciences de l’Homme de Lorraine (MSHL) et le Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA) organisent les 1er et 2 octobre 2020 à Strasbourg un colloque interdisciplinaire sur l’unification allemande.

https://ages-info.org/fr/2020/01/23/cfp_allemagne-30-ans-apres-de-lunification-a-lunite_1er-2octobre-2020-_strasbourg_delai-6-mars-2020/#content

Soutenance de thèse Julien BEAUFILS – Sport et politique

13 décembre 2019, Université Sorbonne Nouvelle

Julien Beaufils, l’un des rédacteurs de ce carnet de recherche, a soutenu avec succès sa thèse de doctorat en Études germaniques intitulée :

Le quotidien d’une « école rouge ». La politisation protéiforme du sport en République Démocratique Allemande à l’exemple de la Deutsche Hochschule fûr Köperkultur de Leipzig (1969-1990)

Directeur :
M. Armin OWZAR- Université Sorbonne Nouvelle, CEREG

Membres du jury :

M. André GOUNOT, Professeur des universités
Université de Strasbourg
 
Mme Dominique HERBET,  Professeur des universités
Université de Lille

Mme Hélène MIARD-DELACROIX, Professeur des universités 
Université Paris 4 – Paris Sorbonne

M. Armin OWZAR , Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Mme Anne-Marie PAILHES, Maître de conférences HDR
Université Paris Nanterre

Bref résumé de la thèse

Le sport a été un des rares domaines où la RDA a atteint l’excellence mondiale, avec 519 médailles olympiques, dont 192 en or. Toutefois, pour les dirigeants du SED, « le sport n’est pas un objectif en soi, c’est un moyen d’atteindre cet objectif », comme l’avait déjà dit Erich Honecker en 1948, alors qu’il était président de la FDJ. Cette réussite sportive a cependant été acquise au prix d’un encadrement permanent et très strict de la part des autorités (moyens humains et financiers importants, dopage systématique, culte du secret, etc.). Pour le gouvernement, le sport était un outil devant servir à propager une image de puissance et d’indépendance. Continuer la lecture de « Soutenance de thèse Julien BEAUFILS – Sport et politique »

Avis de soutenance HDR de Sibylle Goepper, Université de Bordeaux

Le 9 décembre, Sibylle Goepper a soutenu avec succès à l'Université de Bordeaux, son habilitation à diriger des recherches intitulée :

"Contribution à l'étude des rapports entre écrivain, pouvoir et société pendant et après la RDA. Entre dissidence et subculture, collectif et individu, texte et corps"


Le jury était composé de :

Madame Florence Baillet (Université Paris-Sorbonne Nouvelle) - rapporteure
Monsieur Bernard Banoun (Université Paris-Sorbonne) - rapporteur
Monsieur Patrick Farges (Université Paris Diderot)
Madame Elizabeth Guilhamon (Université Bordeaux Montaigne)
Madame Françoise Lartillot (Université de Lorraine)
Madame Nicole Pelletier (Université Bordeaux Montaigne) - garante


Résumé de l’inédit

Esprit performatif : intermédialité, émotion, mémoire dans l’œuvre expérimentale et essayistique de Jan Faktor (1978-2018) – Sibylle Goepper

 

Ce travail constitue la première monographie consacrée à l’écrivain tchèque Jan Faktor, né à Prague en 1951, installé à Berlin-Est en 1978 et s’exprimant depuis les années 1980 en langue allemande. Il entreprend de croiser la perspective individuelle et collective, en se situant au plus près de l’œuvre de Faktor, mais également du côté de la génération des auteurs et artistes qui formèrent l’underground culturel au sein duquel il évolua jusqu’à la chute du Mur. Tout en accordant une large place au contexte, il adopte une perspective résolument esthétique. Afin de montrer les continuités et les évolutions, la cohérence et la richesse du parcours créatif de Jan Faktor, il dépasse également l’habituelle focalisation sur la période de la RDA et traite de l’époque du Tournant et des années 2000.

La réception de l’œuvre de Faktor a souffert du discrédit global qui s’est abattu sur les membres du « Prenzlauer Berg » après le scandale des « mouchards » de la Stasi. Il s’agissait donc d’interroger et de réviser le verdict d’innocuité politique (adressé au groupe et à la contre-culture qu’il incarne) et d’innocuité esthétique (adressé aux individus et à l’avant-garde dont ils se réclament) en particulier par Wolf Biermann. Sans retomber dans le travers de la critique ouest-allemande qui, dans les années 1980, avait vu dans cette production une remise en question frontale des structures du pouvoir en RDA, nous ne voulions pas évacuer la question du politique, mais examiner la dimension « protestataire », « subversive » de cette production en renouvelant les catégories d’analyse traditionnelles de « dissidence » et d’« opposition », peu à même de saisir une œuvre expérimentale telle que celle de Faktor

Pour ce faire, notre attention est tout d’abord allée à la tradition de Dada et de la poésie concrète, à laquelle Faktor se réfère à travers les figures de Kurt Schwitters et d’Ernst Jandl. L’exploration d’un corpus mixte, composé de textes, mais surtout de lectures enregistrées et de performances filmées rendait elle aussi justice à l’esprit des avant-gardes historiques. L’étude se penche ainsi sur l’aspect événementiel et spectaculaire de cette production, perspective qui a peu été adoptée, alors même que les filiations littéraires évoquées et la pratique des lectures dans les appartements privés en RDA semblaient y inviter. C’est ici le cas à l’aide de sources audio et vidéo inédites déposées par Jan Faktor à l’Académie des arts de Berlin en 2013.

Des actes de langage d’Austin aux travaux d’Erika Fischer-Lichte sur la performance théâtrale, en passant par la performativité littéraire théorisée par Derrida, la notion de « performatif » permet, dans ses diverses déclinaisons, de saisir les multiples facettes mais également la cohérence profonde de l’œuvre de Faktor : importance de l’oralité, du phonique, centralité du corps et de l’implication physique de l’artiste, notions d’événement, d’action et d’effet sur l’auditoire.

Différents volets de l’œuvre sont ainsi explorés. L’intermédialité, tout d’abord, présente aussi bien à travers les collaborations concrètes de Faktor avec d’autres artistes, notamment peintres et graphistes, qu’au sein de ses poèmes minimalistes ou sériels qui associent texte, image et son. Telle est la constellation performative qui ne s’adresse plus à l’intellect ou à la conscience mais aux couches les plus profondes du psychisme, bouleversant en profondeur l’expérience de lecture de celles et ceux qui la rencontrent.

Cet effet de déstabilisation est renforcé lorsque le texte est incarné en public. S’ajoute alors l’émotion, régulièrement mise en avant par Faktor dans ses déclarations. L’importance qu’il lui accorde suggère que la prestation scénique n’est pas un simple adjuvant de l’œuvre, motivé par le contexte de censure, mais bien au cœur de sa démarche. Si le concept d’émotion permet de remonter à la source de la subjectivité du créateur Faktor, elle possède également une dimension collective qui permet de poser différemment la question du subversif et du politique, notamment à l’aide des notions de « boucle rétroactive » et de « communauté ».

Lorsqu’enfin on suit l’œuvre au long cours, on assiste au dévoilement progressif d’une strate autobiographique et mémorielle, qui existait déjà chez certains représentants des avant-gardes historiques comme Jandl. Partant de cette hypothèse intime et existentielle, nous montrons comment le dispositif performatif est, à une époque où ils ne peuvent encore être les thèmes explicites de l’œuvre, la manifestation esthétique des traumas familiaux et personnels – Shoah, répression du Printemps de Prague et, dans une moindre mesure, vie sous le régime du SED. Le « bricolage avec les mots » apparaît dès lors comme le reflet du « bricolage avec l’identité » et la performance comme une étape d’élaboration nécessaire avant que n’adviennent la rencontre avec l’Histoire dans les spectacles des années 1990 et les narrations plus classiques dans les romans des années 2000.

 


Travaux de Sibylle Goepper : voir sur ce carnet de recherches https://allemagnest.hypotheses.org/?s=Goepper

Anne-Marie Pailhès, Communautés rurales en Allemagne de l’Est : vers une réunification des contre-cultures ?

Anne-Marie Pailhès, Communautés rurales en Allemagne de l’Est : vers une réunification des contre-cultures ?, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2019, 356 p.

ISBN: 978-2-379065-020-5

Le présent ouvrage livre les résultats très richement contextualisés d’une vaste enquête de terrain menée par l’auteure en deux temps, à presque dix ans d’intervalle, en 2006/2007 et 2015/16, dans cinq communautés rurales d’Allemagne de l’Est. Ces communautés rurales se sont établies sur le territoire de l’ex-RDA à la suite de l’unification, en octobre 1990, des deux Etats allemands et représentent un petit échantillon d’un phénomène quantitativement plus important.

Le fil rouge de l’analyse est indiqué dans le titre et porte tout particulièrement sur la dimension Est-Ouest du phénomène étudié, considérée sous différents angles : quels ont été les ressorts principaux (économiques, idéologiques, historiques ou autres) de cette installation numériquement remarquable de communautés « alternatives » en Allemagne de l’Est, après 1990 ? Quel rôle y ont joué les éventuels transferts culturels d’Ouest en Est ou réciproquement, qu’il s’agisse de l’héritage du mouvement alternatif ouest-allemand des années 1970/80 et de ses diverses racines intellectuelles, ou, à l’inverse, qu’il s’agisse de l’impact exercé par l’environnement est-allemand, géographiquement et socialement spécifique, sur les communautés étudiées ? Que peut-on dire des relations Est-Ouest au sein de la mouvance communautaire étudiée ? Continuer la lecture de « Anne-Marie Pailhès, Communautés rurales en Allemagne de l’Est : vers une réunification des contre-cultures ? »

Allemagne de l’Est, histoire d’une annexion : dossier du Monde diplomatique, novembre 2019

Dans le Monde diplomatique de novembre, deux articles de fond sont consacrés à l’Allemagne de l’Est :

Séries d’émissions sur la musique à Berlin : Berlin, le son du mur

Une série de cinq émissions diffusées en août 2019 sur France Culture

https://www.franceculture.fr/emissions/la-serie-musicale-dete/berlin-les-sons-du-mur

Les jeunes Allemands dans la Guerre froide, colloque « Jugend im Kalten Krieg »

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-41016?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest

Leipzig : exposition Point of No Return. « Wende und Umbruch in der ostdeutschen Kunst »

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-41014?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-8&utm_campaign=htmldigest

Internationale Tagung – Die DDR als kulturhistorisches Phänomen zwischen Tradition und Moderne 10./11. September 2019

Annonce d’un colloque sur la RDA, organisé par la Leibniz-Sozietät.

Lieu :

Einstein-Saal der Archenhold-Sternwarte

Alt-Treptow 1, 12435 Berlin-Treptow

Programme:

Continuer la lecture de « Internationale Tagung – Die DDR als kulturhistorisches Phänomen zwischen Tradition und Moderne 10./11. September 2019 »

Compte rendu – Carnets de prison, d’Erich Honecker

Erich Honecker, Carnets de prison

Un compte rendu rédigé par David Frapet, docteur en histoire du droit de l’Université de Lyon 3, et Chevalier des Arts et des Lettres. Il se rend souvent en Allemagne, pays dont il apprécie la langue, la culture et les paysages romantiques. 

Les éditions Delga, spécialisées en Sciences Sociales, fondées en 2004 pour promouvoir la recherche marxiste ainsi que l’Histoire du mouvement ouvrier, ont très récemment  publié en langue française les Carnets de prison[1] d’Erich Honecker. Ironie du sort en effet, Erich Honecker ( 1912-1994), l’homme fort de l’ex RDA entre 1971 et 1989, période au cours de laquelle il occupa les fonctions de Secrétaire Général du SED ( le Parti Socialiste Unifié d’Allemagne – Sozialistische Einheitspartei Deutschlands -), mais aussi de Président du Conseil d’État et du Conseil de Défense Nationale de la RDA, fut incarcéré en 1992 à la prison berlinoise de Moabit, là-même où la Gestapo l’avait placé en détention entre 1935 et 1937. Continuer la lecture de « Compte rendu – Carnets de prison, d’Erich Honecker »

Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019

Un compte rendu de Fanny Perrier, qui prépare un doctorat sur L’écriture de l’histoire dans l’œuvre romanesque de Christoph Hein depuis la réunification allemande.

CHRISTOPH  HEIN – GEGENLAUSCHANGRIFF (2019)

Réflexion sur la portée de l’ouvrage et sur la polémique que les propos de l’auteur ont déclenchée.

Dans le roman Frau Jenny Treibel de Theodor Fontane, Distelkamp critique la conception de l’histoire du professeur Schmidt : « Tu as toujours eu un faible pour l’anecdote, la peinture de genre. Ce qui importe dans l’histoire, ce sont seulement les grandes choses, pas les petites, les secondaires » [1]. Schmidt répond : « L’histoire néglige presque toujours ce à quoi elle devrait s’accrocher d’abord. […] Les choses secondaires, c’est exact, n’ont aucune importance quand elles sont seulement secondaires, quand il n’y a rien derrière ; mais, quand il y a quelque chose, cela devient l’essentiel, car on y trouve l’élément véritablement humain »[2]Le dernier ouvrage de Christoph Hein illustre à merveille cette importance de l’anecdote et des petites choses. Gegenlauschangriff, que l’on pourrait traduire mot à mot par « contre-écoute » ou « contre-surveillance »[3] est un recueil de 28 anecdotes, souvent très courtes – la plupart font moins de quatre pages – dans lequel l’auteur nous livre quelques souvenirs personnels, voire intimes sur la vie en RDA et dans l’Allemagne réunifiée. Continuer la lecture de « Compte rendu : Christoph Hein, Gegenlauschangriff, 2019 »

Histoire d’un camp de transit en RFA. Arne Hoffrichter: Verwaltung, Politik, Geheimdienste. Das Notaufnahmelager Uelzen-Bohldamm im Prozess der Zuwanderung aus SBZ und DDR 1945-1963

Arne Hoffrichter: Verwaltung, Politik, Geheimdienste. Das Notaufnahmelager Uelzen-Bohldamm im Prozess der Zuwanderung aus SBZ und DDR 1945-1963 (= Veröffentlichungen der historischen Kommission für Niedersachsen und Bremen; 297), Göttingen: Wallstein 2018, 403 S.

Compte rendu de Helga Heidemeyer publié dans sehepunkte.