Parution de la revue Gerbergasse 18, n° 25, 2020. Dossier : prisonniers politiques en RDA

https://www.hsozkult.de/journal/id/zeitschriftenausgaben-12364?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2020-4&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2020-4&utm_campaign=htmldigest

Nouveau numéro de la revue : Gerbergasse 18, 24 (2019), 4

Orte des Gedenkens

Das Heft 93 schließt den laufenden Jahrgang ab und wirft im Schwerpunkt einen vielschichtigen Blick auf den Umgang mit Gedenkstätten, Museen und Erinnerungsorten. Die Ausgabe enthält unter anderem die Vorstellung des innovativen Modellprojektes DENKOrte, Porträts über das Grenzlandmuseum Eichsfeld und das Grenzmuseum Schifflersgrund, einen Bericht über den Beginn des russischen Gedenkprojektes „letzte Adresse“ in Deutschland oder einen Artikel zur Frage, wie und warum es mitunter zu Konflikten in der historisch-politischen Vermittlungsarbeit kommt, wenn Zeitzeugen in der Ausstellung sagen: „Das war doch gar nicht so!“. In weiteren Beiträgen der Ausgabe geht es etwa um die Jugendweihe im katholischen Eichsfeld, die Rolle der Botschaftsflüchtlinge im Herbst 1989 in Prag oder eine Rezension über Forschungen zur politischen Traumatisierung durch Repression und Verfolgung in der DDR.

https://www.hsozkult.de/journal/id/zeitschriftenausgaben-12179?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2020-1&utm_campaign=htmldigest

Avis de soutenance HDR de Sibylle Goepper, Université de Bordeaux

Le 9 décembre, Sibylle Goepper a soutenu avec succès à l'Université de Bordeaux, son habilitation à diriger des recherches intitulée :

"Contribution à l'étude des rapports entre écrivain, pouvoir et société pendant et après la RDA. Entre dissidence et subculture, collectif et individu, texte et corps"


Le jury était composé de :

Madame Florence Baillet (Université Paris-Sorbonne Nouvelle) - rapporteure
Monsieur Bernard Banoun (Université Paris-Sorbonne) - rapporteur
Monsieur Patrick Farges (Université Paris Diderot)
Madame Elizabeth Guilhamon (Université Bordeaux Montaigne)
Madame Françoise Lartillot (Université de Lorraine)
Madame Nicole Pelletier (Université Bordeaux Montaigne) - garante


Résumé de l’inédit

Esprit performatif : intermédialité, émotion, mémoire dans l’œuvre expérimentale et essayistique de Jan Faktor (1978-2018) – Sibylle Goepper

 

Ce travail constitue la première monographie consacrée à l’écrivain tchèque Jan Faktor, né à Prague en 1951, installé à Berlin-Est en 1978 et s’exprimant depuis les années 1980 en langue allemande. Il entreprend de croiser la perspective individuelle et collective, en se situant au plus près de l’œuvre de Faktor, mais également du côté de la génération des auteurs et artistes qui formèrent l’underground culturel au sein duquel il évolua jusqu’à la chute du Mur. Tout en accordant une large place au contexte, il adopte une perspective résolument esthétique. Afin de montrer les continuités et les évolutions, la cohérence et la richesse du parcours créatif de Jan Faktor, il dépasse également l’habituelle focalisation sur la période de la RDA et traite de l’époque du Tournant et des années 2000.

La réception de l’œuvre de Faktor a souffert du discrédit global qui s’est abattu sur les membres du « Prenzlauer Berg » après le scandale des « mouchards » de la Stasi. Il s’agissait donc d’interroger et de réviser le verdict d’innocuité politique (adressé au groupe et à la contre-culture qu’il incarne) et d’innocuité esthétique (adressé aux individus et à l’avant-garde dont ils se réclament) en particulier par Wolf Biermann. Sans retomber dans le travers de la critique ouest-allemande qui, dans les années 1980, avait vu dans cette production une remise en question frontale des structures du pouvoir en RDA, nous ne voulions pas évacuer la question du politique, mais examiner la dimension « protestataire », « subversive » de cette production en renouvelant les catégories d’analyse traditionnelles de « dissidence » et d’« opposition », peu à même de saisir une œuvre expérimentale telle que celle de Faktor

Pour ce faire, notre attention est tout d’abord allée à la tradition de Dada et de la poésie concrète, à laquelle Faktor se réfère à travers les figures de Kurt Schwitters et d’Ernst Jandl. L’exploration d’un corpus mixte, composé de textes, mais surtout de lectures enregistrées et de performances filmées rendait elle aussi justice à l’esprit des avant-gardes historiques. L’étude se penche ainsi sur l’aspect événementiel et spectaculaire de cette production, perspective qui a peu été adoptée, alors même que les filiations littéraires évoquées et la pratique des lectures dans les appartements privés en RDA semblaient y inviter. C’est ici le cas à l’aide de sources audio et vidéo inédites déposées par Jan Faktor à l’Académie des arts de Berlin en 2013.

Des actes de langage d’Austin aux travaux d’Erika Fischer-Lichte sur la performance théâtrale, en passant par la performativité littéraire théorisée par Derrida, la notion de « performatif » permet, dans ses diverses déclinaisons, de saisir les multiples facettes mais également la cohérence profonde de l’œuvre de Faktor : importance de l’oralité, du phonique, centralité du corps et de l’implication physique de l’artiste, notions d’événement, d’action et d’effet sur l’auditoire.

Différents volets de l’œuvre sont ainsi explorés. L’intermédialité, tout d’abord, présente aussi bien à travers les collaborations concrètes de Faktor avec d’autres artistes, notamment peintres et graphistes, qu’au sein de ses poèmes minimalistes ou sériels qui associent texte, image et son. Telle est la constellation performative qui ne s’adresse plus à l’intellect ou à la conscience mais aux couches les plus profondes du psychisme, bouleversant en profondeur l’expérience de lecture de celles et ceux qui la rencontrent.

Cet effet de déstabilisation est renforcé lorsque le texte est incarné en public. S’ajoute alors l’émotion, régulièrement mise en avant par Faktor dans ses déclarations. L’importance qu’il lui accorde suggère que la prestation scénique n’est pas un simple adjuvant de l’œuvre, motivé par le contexte de censure, mais bien au cœur de sa démarche. Si le concept d’émotion permet de remonter à la source de la subjectivité du créateur Faktor, elle possède également une dimension collective qui permet de poser différemment la question du subversif et du politique, notamment à l’aide des notions de « boucle rétroactive » et de « communauté ».

Lorsqu’enfin on suit l’œuvre au long cours, on assiste au dévoilement progressif d’une strate autobiographique et mémorielle, qui existait déjà chez certains représentants des avant-gardes historiques comme Jandl. Partant de cette hypothèse intime et existentielle, nous montrons comment le dispositif performatif est, à une époque où ils ne peuvent encore être les thèmes explicites de l’œuvre, la manifestation esthétique des traumas familiaux et personnels – Shoah, répression du Printemps de Prague et, dans une moindre mesure, vie sous le régime du SED. Le « bricolage avec les mots » apparaît dès lors comme le reflet du « bricolage avec l’identité » et la performance comme une étape d’élaboration nécessaire avant que n’adviennent la rencontre avec l’Histoire dans les spectacles des années 1990 et les narrations plus classiques dans les romans des années 2000.

 


Travaux de Sibylle Goepper : voir sur ce carnet de recherches https://allemagnest.hypotheses.org/?s=Goepper

Cinéma. Le vent de la liberté/ Ballon. Un film de Michael Herbig, 2019

Un compte rendu de Perrine Val, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Le Vent de la liberté (Ballon, Michael Herbig, 2019)

L’imminence du trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin semble encourager les initiatives cinématographiques et audiovisuelles à se pencher sur la RDA et son histoire. Plusieurs films allemands sur la RDA sortis au cours des derniers mois peuvent ainsi être évoqués. La Révolution silencieuse (Das schweigende Klassenzimmer, Lars Kraume) revenait par exemple sur la trajectoire de lycéens est-allemands qui, en 1956, firent une minute de silence en hommage aux victimes de la répression soviétique à Budapest et devinrent la cible de plusieurs responsables politiques avant de se résoudre à quitter la RDA. Même s’il n’a pas fait l’objet d’une sortie commerciale en France, le dernier film d’Andreas Dresen, Gundermann, proposait quant à lui un portrait de Gerhard Gundermann, un auteur, compositeur et interprète critique envers le régime, tout en étant ouvrier et collaborateur non-officiel de la Stasi pendant quelques années. Continuer la lecture de « Cinéma. Le vent de la liberté/ Ballon. Un film de Michael Herbig, 2019 »

Photographie est-allemande aux rencontres d’Arles jusqu’au 22 septembre !

Corps impatients

Photographie est-allemande, 1980 — 1989

1 juillet – 22 septembre

10H00 – 19H30

30 ans après la chute du mur de Berlin, que sait-on en France de la photographie est-allemande ? De ce large chapitre encore trop peu connu, l’exposition met en avant la dernière décennie, par le prisme du corps. Elle entend montrer comment, dans un état autoritaire reposant sur la négation de l’individu, l’enfermement physique, la surveillance et la normativité, la photographie fut un médium par lequel les artistes ont manifesté la singularité de leur vie, de leur rapport au corps, exprimant ainsi une puissante liberté intérieure. Après trois décennies marquées par une photographie documentaire et humaniste, le début des années 1980 voit apparaître un langage plus subjectif et hybride. Sans désavouer l’héritage de leurs aînés, les photographes se détachent du réalisme subtilement critique de ceux-ci pour s’attaquer de front aux tabous sociaux et donner chair aux hommes et femmes de leur temps. Les corps, marginaux ou solidaires, mis en scène ou auto-performés, rêveurs, introspectifs, explosifs, racontent avant tout la vie qui déborde sous le couvercle de la répression, la solitude de l’individu au sein de la collectivité, l’irréductibilité du sujet.

https://www.rencontres-arles.com/fr/expositions/view/757/corps-impatients

Voir quelques photos :

https://www.lense.fr/news/le-corps-dans-lallemagne-de-lest-la-photo-comme-exutoire/

 

Compte rendu – Carnets de prison, d’Erich Honecker

Erich Honecker, Carnets de prison

Un compte rendu rédigé par David Frapet, docteur en histoire du droit de l’Université de Lyon 3, et Chevalier des Arts et des Lettres. Il se rend souvent en Allemagne, pays dont il apprécie la langue, la culture et les paysages romantiques. 

Les éditions Delga, spécialisées en Sciences Sociales, fondées en 2004 pour promouvoir la recherche marxiste ainsi que l’Histoire du mouvement ouvrier, ont très récemment  publié en langue française les Carnets de prison[1] d’Erich Honecker. Ironie du sort en effet, Erich Honecker ( 1912-1994), l’homme fort de l’ex RDA entre 1971 et 1989, période au cours de laquelle il occupa les fonctions de Secrétaire Général du SED ( le Parti Socialiste Unifié d’Allemagne – Sozialistische Einheitspartei Deutschlands -), mais aussi de Président du Conseil d’État et du Conseil de Défense Nationale de la RDA, fut incarcéré en 1992 à la prison berlinoise de Moabit, là-même où la Gestapo l’avait placé en détention entre 1935 et 1937. Continuer la lecture de « Compte rendu – Carnets de prison, d’Erich Honecker »

A. Saunders: Memorializing the GDR. Monuments and Memory after 1989

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-29582?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-6&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-6&utm_campaign=htmldigest

Histoire d’un camp de transit en RFA. Arne Hoffrichter: Verwaltung, Politik, Geheimdienste. Das Notaufnahmelager Uelzen-Bohldamm im Prozess der Zuwanderung aus SBZ und DDR 1945-1963

Arne Hoffrichter: Verwaltung, Politik, Geheimdienste. Das Notaufnahmelager Uelzen-Bohldamm im Prozess der Zuwanderung aus SBZ und DDR 1945-1963 (= Veröffentlichungen der historischen Kommission für Niedersachsen und Bremen; 297), Göttingen: Wallstein 2018, 403 S.

Compte rendu de Helga Heidemeyer publié dans sehepunkte.

Surveillance de l’opposition par écoute téléphonique en RDA. I.-S. Kowalczuk u.a. (Hrsg.): Fasse Dich kurz!

Fasse Dich kurz!. Der grenzüberschreitende Telefonverkehr der Opposition in den 1980er Jahren und das Ministerium für Staatssicherheit Hrsg. v.
Kowalczuk, Ilko-Sascha; Polzin, Arno, Göttingen 2014: Vandenhoeck & Ruprecht

Séminaire franco-allemand : « La RDA et sa postérité », Berlin, avril-juillet 2019

11 avril : Nicolas Offenstadt, « Le pays disparu »

16 mai : Sarah Kiani, « Sexual revolution oder sexual evolution? Repression und Überwachung von Homosexualitäten im Vergleich: Berlin-Ost und Berlin-West (1970–1980) »

10 juillet : Etienne Dubslaff, « Die Bedeutung sozialdemokratischen Handelns im letzten Jahr der DDR »

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-39790?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest

RDA, non, tout n’a pas encore été dit

Compte rendu d’un atelier, Rostock

https://www.hsozkult.de/conferencereport/id/tagungsberichte-8176?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest

Compte rendu : Verwirrnis – le dernier roman de Christoph Hein (2018)

Christoph Hein. Verwirrnis, Suhrkamp, 2018.

Un compte rendu de Fanny Perrier, qui prépare un doctorat sur l’écriture de l’histoire dans l’œuvre romanesque de Christoph Hein depuis 1990.

Le titre de l’ouvrage mérite un commentaire. Ce terme « Verwirrnis », introuvable dans les dictionnaires de référence, n’est pourtant pas un néologisme ; il s’agit plutôt d’un archaïsme dont le Dictionnaire de Grimm mentionne quelques rares occurrences, essentiellement dans la littérature du XVIème siècle, pour désigner un état d’âme proche de celui qu’exprime le terme plus moderne « Verwirrung » : confusion, désarroi.  Continuer la lecture de « Compte rendu : Verwirrnis – le dernier roman de Christoph Hein (2018) »

Compte rendu : Thomas Höpel, Opposition, Dissidence et « Resistenz » à Leipzig, 1945-1989

Thomas Höpel, Opposition, Dissidenz und Resistenz in Leipzig 1945-1989, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2018, 229 p.

Un compte rendu rédigé par Anne-Marie Pailhès.

Thomas Höpel, historien spécialiste de l’histoire culturelle des villes, vient de publier un volume sur un sujet proche de celui des germanistes Hélène Camarade et Sibylle Goepper, Résistance, dissidence et opposition en RDA (1949-1990)  paru en 2016. Dans une collection consacrée ici à l’histoire de Leipzig, et placée sous l’égide du maire de la ville, ce volume est le premier qui concerne exclusivement la ville pendant l’après-guerre et l’époque de la RDA (Les quatorze autres survolant la plupart du temps les siècles à partir de thématiques générales). Cette époque est abordée en premier lieu, comme c’est souvent le cas dans la recherche allemande actuelle, sous l’angle de la dictature et de la répression. Continuer la lecture de « Compte rendu : Thomas Höpel, Opposition, Dissidence et « Resistenz » à Leipzig, 1945-1989 »

Compte rendu signalé : Schwedt, la prison militaire de la RDA/Polzin, Arno: Mythos Schwedt. DDR-Militärstrafvollzug und NVA-Disziplinareinheit aus dem Blick der Staatssicherheit