Cinéma. Le vent de la liberté/ Ballon. Un film de Michael Herbig, 2019

Un compte rendu de Perrine Val, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Le Vent de la liberté (Ballon, Michael Herbig, 2019)

L’imminence du trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin semble encourager les initiatives cinématographiques et audiovisuelles à se pencher sur la RDA et son histoire. Plusieurs films allemands sur la RDA sortis au cours des derniers mois peuvent ainsi être évoqués. La Révolution silencieuse (Das schweigende Klassenzimmer, Lars Kraume) revenait par exemple sur la trajectoire de lycéens est-allemands qui, en 1956, firent une minute de silence en hommage aux victimes de la répression soviétique à Budapest et devinrent la cible de plusieurs responsables politiques avant de se résoudre à quitter la RDA. Même s’il n’a pas fait l’objet d’une sortie commerciale en France, le dernier film d’Andreas Dresen, Gundermann, proposait quant à lui un portrait de Gerhard Gundermann, un auteur, compositeur et interprète critique envers le régime, tout en étant ouvrier et collaborateur non-officiel de la Stasi pendant quelques années.

Le Vent de la liberté (Ballon) revient à son tour sur l’opposition d’habitants est-allemands au régime socialiste. En 1979, deux familles originaires de Pößnek, à quelques kilomètres de la frontière avec la Bavière, tentent de fuir la RDA en montgolfière. Les Strelzyk échouent une première fois et, alors que la Stasi déploie de vastes moyens pour les identifier et les retrouver, ils entreprennent une nouvelle tentative avec la famille Wetzel. Que ce soit la presse généraliste ou les ressources pédagogiques destinées aux enseignants et lycéens français, la majorité des commentaires français s’avèrent positifs[1] et le film a d’ailleurs été récompensé par les festivals de Pessac et de Valenciennes. En optant pour un thriller qui maintient le suspense jusqu’à la fin du film, le réalisateur Michael “Bully” Herbig parvient à capter l’attention des spectateurs. Si l’on peut se réjouir que Le Vent de la liberté soit utilisé comme une porte d’entrée pour des spectateurs peu ou moins familiers de l’histoire de la RDA, la représentation de la société est-allemande telle qu’elle est donnée à voir dans le film interroge et renvoie directement à plusieurs éléments pointés dans l’ouvrage collectif La RDA et la société postsocialiste dans le cinéma allemand après 1989  paru l’an dernier. En effet, Le Vent de la liberté reprend à la fois un arc narratif emprunté à Night Crossing (Delbert Mann), film étasunien produit par Walt Disney en 1982, inspiré par l’histoire des deux familles , et des codes de représentation issus des films sur la RDA produits depuis la fin des années 1990.

La binarité, l’absence de toute complexité qui viendrait nuancer le propos s’étend à l’ensemble du film, et en premier lieu aux personnages et aux décors. Les deux familles qui cherchent à s’évader sont présentées comme des victimes du régime : on apprend notamment que le frère de Doris Strelzyk (Karoline Schuch) a été arrêté par la Stasi et que Günter Wetzel (David Kross) n’a pas pu suivre la formation dont il rêvait parce que son père avait tenté de fuir la RDA lorsqu’il était enfant. De leur quotidien hors de leurs domiciles, nous ne verrons presque rien. Rien ne semble les retenir à Pößnek – aucun collègue, aucun ami, aucune famille. Lorsque le jeune Fitscher Strelzyk (Tilman Döbler) demande ce qu’il en est des grands-parents qu’ils laisseront derrière eux, sa mère lui répond implicitement que cette séparation est un sacrifice nécessaire pour accéder à la liberté (matérialisée en l’occurrence par la promesse de se voir offrir un VTT…). Du côté de la famille Wetzel, c’est même le père de Günter qui l’incite à partir sans regret, ni culpabilité. Seul Frank (Jonas Holdenrieder), le fils adolescent des Strelzyk, qui rappelle d’ailleurs le personnage principal de Sonnenallee, hésite un instant à rester parce qu’il est tombé amoureux de sa jeune voisine Klara et qu’il cherche par là à s’opposer à son père. Or, Klara n’est autre que la fille d’Erik Baumann, un collaborateur de la Stasi. Son hésitation ne dure donc pas longtemps.

Ainsi, non seulement les raisons de fuir la RDA ne sont à aucun moment remises en question dans le film, mais lorsque des hésitations surgissent et mettent en cause le projet de fuite, les personnages féminins en sont presque toujours à l’origine. À cet égard, on note que, outre l’absence de parité dans le film, les femmes sont représentées la plupart du temps comme les responsables (directes ou indirectes) des échecs ou des dangers courus par les deux familles. Par exemple, c’est parce que Doris a perdu ses médicaments dans la forêt lors de la première tentative de fuite que la Stasi peut remonter la piste de la famille Strelzyk. Même lorsque son mari Peter (Friedrich Mücke) est en proie au désespoir, elle lui apporte certes une oreille attentive mais ce sont leurs fils qui proposent une solution. Peter s’appuie d’ailleurs davantage sur eux dans la réalisation concrète de la fuite que sur elle. Petra Wetzel (Alicia von Rittberg) est définie quant à elle uniquement par son caractère craintif : l’une des motivations premières de la famille Wetzel est de retrouver la mère malade de Petra à l’Ouest ; Günter se dit prêt à se sacrifier pour qu’elle et leurs enfants partent sans lui, mais c’est elle qui se perd en atermoiements, qui pleure et qui agit finalement très peu. Enfin, la jeune Klara s’illustre par sa passivité : certes, elle garde le silence quand Frank lui confie leur projet de fuite, mais elle apparaît dans le film surtout comme une source de distraction et de danger. Même le personnage secondaire de l’institutrice est trouble : elle semble d’abord forcer le fils des Wetzel à révéler les secrets de ses parents, tout en tenant tête au lieutenant-colonel de la Stasi (incarné par Thomas Kretschmann) lorsque celui-ci l’interroge sur ses élèves. Or, on apprendra plus tard que Petra Wetzel avait simplement expliqué à ses enfants que leur père était en train de coudre une tente pour aller faire du camping. L’institutrice n’avait donc aucun élément compromettant en sa connaissance.

Comme l’écrit Elizabeth Guilhamon au sujet des films de genre sur la RDA, la fuite à l’Ouest est utilisée comme simple ressort dramatique[4]. L’intrigue se résume à une course contre la montre : le bruit du « tic-tac » qui revient très régulièrement et la montre-chronomètre le rappellent. Le film joue sur les codes du thriller, en créant notamment de faux suspenses (la voiture qui ne démarre pas, la lettre que Frank cherche à récupérer dans la boîte aux lettres, le voisin envahissant, etc.). Ces tensions sont celles que ressentent les protagonistes, qui deviennent de plus en plus paranoïaques (la séquence de l’attente dans la chambre d’hôtel berlinoise en est le meilleur exemple).

Cette déformation de la réalité est surtout le fait du réalisateur. À l’instar des personnages qui voient la Stasi partout, Michael Herbig oublie complètement la dimension beaucoup moins palpitante et nettement plus banale de la vie quotidienne en RDA, pour n’en conserver que les aspects « walt-disneyiens» (les bons traqués par les méchants, la course contre la montre et bien sûr la magie de la fuite à bord d’une montgolfière multicolore). En recourant d’une part à la formule usuelle « d’après une histoire vraie » au début du film et en montrant les photographies d’archives des vraies familles et de la vraie montgolfière dans le générique final, et en reprenant d’autre part certains éléments qui renvoient à des films comme Good Bye Lenin!, La Vie des autres ou Sonnenallee (le soin apporté aux couleurs, aux détails du décor, aux costumes des personnages), Herbig cherche à apporter une authenticité au récit, à en faire une représentation fidèle de la réalité (dans ses interviews, Herbig insiste longuement sur le travail de recherche effectué dans les archives de la Stasi ainsi que sur le dialogue noué avec les deux familles). On ne peut donc que regretter que les bonnes intentions du réalisateur n’aient pas abouti à une vision plus complexe et nuancée de la RDA et de ses habitants.

[1] Voir notamment Antoine de Baecque, « Faire le mur en ballon », L’Histoire n°459, mai 2019, en ligne : https://www.lhistoire.fr/cinéma/faire-le-mur-en-ballon ; Corinne Renou-Nativel, « “Le vent de la liberté”, par la voie des airs », La Croix, 9 avril 2019, en ligne : https://www.la-croix.com/Culture/Cinema/Le-vent-liberte-voie-airs-2019-04-09-1201014515. Voir aussi le dossier proposé par Zéro de conduite, en ligne : https://www.zerodeconduite.net/ressources/5031 et le supplémentaire cinéma de Vocable, en ligne : https://www.vocable.fr/index.php?option=com_content&view=article&layout=enseignants&id=4057&Itemid=1366

[2] « Stasi-Staat », formule employée par le documentariste Thomas Heise dans son entretien avec Matthias Steinle pour dénoncer ces représentations stéréotypées : « Interroger les images de la RDA », in Camarade, Steinle et al., La RDA et la société post-socialiste dans le cinéma allemand après 1989, op. cit., p. 303-318.

[3] « Ich habe die ganze Zeit mitgefiebert. » Rencontre avec Michael “Bully” Herbig, in Supplément cinéma de Vocable, op.cit.

[4] Elizabeth Guilhamon, « Entre les lignes : le franchissement du Rideau de fer dans Ma vraie famille (2002), Vent d’Ouest (2011) et Rendez-vous l’an prochain (2013) », in Camarade, Steinle et al., La RDA et la société post-socialiste dans le cinéma allemand après 1989, op. cit., p.135-148.

Photographie est-allemande aux rencontres d’Arles jusqu’au 22 septembre !

Corps impatients

Photographie est-allemande, 1980 — 1989

1 juillet – 22 septembre

10H00 – 19H30

30 ans après la chute du mur de Berlin, que sait-on en France de la photographie est-allemande ? De ce large chapitre encore trop peu connu, l’exposition met en avant la dernière décennie, par le prisme du corps. Elle entend montrer comment, dans un état autoritaire reposant sur la négation de l’individu, l’enfermement physique, la surveillance et la normativité, la photographie fut un médium par lequel les artistes ont manifesté la singularité de leur vie, de leur rapport au corps, exprimant ainsi une puissante liberté intérieure. Après trois décennies marquées par une photographie documentaire et humaniste, le début des années 1980 voit apparaître un langage plus subjectif et hybride. Sans désavouer l’héritage de leurs aînés, les photographes se détachent du réalisme subtilement critique de ceux-ci pour s’attaquer de front aux tabous sociaux et donner chair aux hommes et femmes de leur temps. Les corps, marginaux ou solidaires, mis en scène ou auto-performés, rêveurs, introspectifs, explosifs, racontent avant tout la vie qui déborde sous le couvercle de la répression, la solitude de l’individu au sein de la collectivité, l’irréductibilité du sujet.

https://www.rencontres-arles.com/fr/expositions/view/757/corps-impatients

Voir quelques photos :

https://www.lense.fr/news/le-corps-dans-lallemagne-de-lest-la-photo-comme-exutoire/

 

Compte rendu – Carnets de prison, d’Erich Honecker

Erich Honecker, Carnets de prison

Un compte rendu rédigé par David Frapet, docteur en histoire du droit de l’Université de Lyon 3, et Chevalier des Arts et des Lettres. Il se rend souvent en Allemagne, pays dont il apprécie la langue, la culture et les paysages romantiques. 

Les éditions Delga, spécialisées en Sciences Sociales, fondées en 2004 pour promouvoir la recherche marxiste ainsi que l’Histoire du mouvement ouvrier, ont très récemment  publié en langue française les Carnets de prison[1] d’Erich Honecker. Ironie du sort en effet, Erich Honecker ( 1912-1994), l’homme fort de l’ex RDA entre 1971 et 1989, période au cours de laquelle il occupa les fonctions de Secrétaire Général du SED ( le Parti Socialiste Unifié d’Allemagne – Sozialistische Einheitspartei Deutschlands -), mais aussi de Président du Conseil d’État et du Conseil de Défense Nationale de la RDA, fut incarcéré en 1992 à la prison berlinoise de Moabit, là-même où la Gestapo l’avait placé en détention entre 1935 et 1937. Continuer la lecture de « Compte rendu – Carnets de prison, d’Erich Honecker »

A. Saunders: Memorializing the GDR. Monuments and Memory after 1989

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-29582?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-6&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-6&utm_campaign=htmldigest

Histoire d’un camp de transit en RFA. Arne Hoffrichter: Verwaltung, Politik, Geheimdienste. Das Notaufnahmelager Uelzen-Bohldamm im Prozess der Zuwanderung aus SBZ und DDR 1945-1963

Arne Hoffrichter: Verwaltung, Politik, Geheimdienste. Das Notaufnahmelager Uelzen-Bohldamm im Prozess der Zuwanderung aus SBZ und DDR 1945-1963 (= Veröffentlichungen der historischen Kommission für Niedersachsen und Bremen; 297), Göttingen: Wallstein 2018, 403 S.

Compte rendu de Helga Heidemeyer publié dans sehepunkte.

Surveillance de l’opposition par écoute téléphonique en RDA. I.-S. Kowalczuk u.a. (Hrsg.): Fasse Dich kurz!

Fasse Dich kurz!. Der grenzüberschreitende Telefonverkehr der Opposition in den 1980er Jahren und das Ministerium für Staatssicherheit Hrsg. v.
Kowalczuk, Ilko-Sascha; Polzin, Arno, Göttingen 2014: Vandenhoeck & Ruprecht

Séminaire franco-allemand : “La RDA et sa postérité”, Berlin, avril-juillet 2019

11 avril : Nicolas Offenstadt, “Le pays disparu”

16 mai : Sarah Kiani, “Sexual revolution oder sexual evolution? Repression und Überwachung von Homosexualitäten im Vergleich: Berlin-Ost und Berlin-West (1970–1980)”

10 juillet : Etienne Dubslaff, “Die Bedeutung sozialdemokratischen Handelns im letzten Jahr der DDR”

https://www.hsozkult.de/event/id/termine-39790?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest

RDA, non, tout n’a pas encore été dit

Compte rendu d’un atelier, Rostock

https://www.hsozkult.de/conferencereport/id/tagungsberichte-8176?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-3&utm_campaign=htmldigest

Compte rendu : Verwirrnis – le dernier roman de Christoph Hein (2018)

Christoph Hein. Verwirrnis, Suhrkamp, 2018.

Un compte rendu de Fanny Perrier, qui prépare un doctorat sur l’écriture de l’histoire dans l’œuvre romanesque de Christoph Hein depuis 1990.

Le titre de l’ouvrage mérite un commentaire. Ce terme « Verwirrnis », introuvable dans les dictionnaires de référence, n’est pourtant pas un néologisme ; il s’agit plutôt d’un archaïsme dont le Dictionnaire de Grimm mentionne quelques rares occurrences, essentiellement dans la littérature du XVIème siècle, pour désigner un état d’âme proche de celui qu’exprime le terme plus moderne « Verwirrung » : confusion, désarroi.  Continuer la lecture de « Compte rendu : Verwirrnis – le dernier roman de Christoph Hein (2018) »

Compte rendu : Thomas Höpel, Opposition, Dissidence et “Resistenz” à Leipzig, 1945-1989

Thomas Höpel, Opposition, Dissidenz und Resistenz in Leipzig 1945-1989, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2018, 229 p.

Un compte rendu rédigé par Anne-Marie Pailhès.

Thomas Höpel, historien spécialiste de l’histoire culturelle des villes, vient de publier un volume sur un sujet proche de celui des germanistes Hélène Camarade et Sibylle Goepper, Résistance, dissidence et opposition en RDA (1949-1990)  paru en 2016. Dans une collection consacrée ici à l’histoire de Leipzig, et placée sous l’égide du maire de la ville, ce volume est le premier qui concerne exclusivement la ville pendant l’après-guerre et l’époque de la RDA (Les quatorze autres survolant la plupart du temps les siècles à partir de thématiques générales). Cette époque est abordée en premier lieu, comme c’est souvent le cas dans la recherche allemande actuelle, sous l’angle de la dictature et de la répression. Continuer la lecture de « Compte rendu : Thomas Höpel, Opposition, Dissidence et “Resistenz” à Leipzig, 1945-1989 »

Compte rendu signalé : Schwedt, la prison militaire de la RDA/Polzin, Arno: Mythos Schwedt. DDR-Militärstrafvollzug und NVA-Disziplinareinheit aus dem Blick der Staatssicherheit

La destruction de l’église de l’université à Leipzig en 1968 : “Demolition on Karl Marx Square. Cultural Barbarism and the People’s State in 1968” Demshuk, Andrew

Compte rendu signalé

Demolition on Karl Marx Square. Cultural Barbarism and the People’s State in 1968/ Demshuk, Andrew, New York 2017: Oxford University Press

La révolution silencieuse – Das schweigende Klassenzimmer: Lars Kraume

Paul Maurice : Compte de rendu de La révolution silencieuse ( Das schweigende Klassenzimmer), film écrit et réalisé par Lars Kraume (2018).

Paul Maurice est doctorant en histoire allemande, en co-tutelle entre Sorbonne Université et l’Université de la Sarre. Sa thèse de doctorat, débutée en 2015, porte sur les élites au sein de l’ex-RDA, principalement à travers la figure de l’historien de l’économie Jürgen Kuczynski.

Dans son film La Révolution silencieuse / Das Schweigende Klassenzimmer, le réalisateur Lars Kraume poursuit, après son film Fritz Bauer, un héros allemand (2015), son exploration de l’histoire contemporaine allemande de l’après-guerre. Dans son précédent film, il radiographiait la société ouest-allemande des années 1950, à travers le prisme du personnage de Fritz Bauer, révélateur de l’incapacité de l’Allemagne de l’Ouest à regarder son passé national-socialiste. Dans La Révolution silencieuse/Das Schweigende Klassenzimmer (sorti en France le 2 mai 2018), il met en scène « l’autre côté » et l’incapacité de la RDA à regarder vers l’avenir.

En 1956, deux élèves de terminale dont il est question dans cette « salle de classe » et qui s’apprêtent à passer le bac, ont appris grâce aux actualités filmées lors d’une excursion dans un cinéma de Berlin-Ouest (le mur de Berlin n’est pas encore construit) le soulèvement hongrois, dont ils apprennent ensuite qu’il a été réprimé dans le sang par les troupes soviétiques. Les lycéens réussissent à convaincre leurs camarades de classe d’observer une minute de silence en hommage aux victimes, au début d’un cours, sans rien dire au professeur des raisons de leur silence. Leur geste va déclencher un processus de répression par les autorités que les deux lycéens, Kurt et Theo, n’avaient pas imaginé. Cette minute de silence de protestation contre cette répression par le système soviétique devient une affaire d’État, trois ans à peine après le soulèvement du 17 juin 1953 en RDA, réprimé par l’Armée rouge. Le directeur de l’école essaie dans un premier temps d’excuser leur geste comme celui d’une passion de jeunesse, mais il se heurte à la machine répressive du SED. La directrice du Conseil scolaire mène l’enquête pour connaître le nom du ou des meneurs. Elle les divise, les menace, utilise les dossiers de leurs parents qui ont eu un passé politique sous le Troisième Reich. S’ils ne parlent pas, ils seront renvoyés du lycée et interdits de baccalauréat en RDA. Le ministre de l’éducation lui-même, Fritz Lange (interprété par Burghart Klaussner), qui a été torturé par les nazis, leur rend visite sur place et devient un personnage terrifiant pour ces adolescents. Les anciennes victimes issues des rangs communistes, très présentes dans la mythologie de la RDA de l’après-guerre, se muent alors en bourreaux, révélateurs de la violence d’un système.

La thématique du film tourne autour de la fermeté des convictions et de la trahison. Les lycéens sont déterminés, lorsqu’ils organisent une minute de silence pour protester, opposant le mutisme à la propagande est-allemande qui relaie partiellement et partialement les événements. Le silence est également utilisé comme une arme, une résistance passive, symbole de la solidarité des lycéens, contre la répression brutale du soulèvement en Hongrie en 1956. Les adolescents sont soumis à la pression des fonctionnaires, de leurs parents et de leurs propres camarades. Le ministre lui-même, ancien résistant, révèle la rigidité de l’Etat face aux actes de « contre-révolution » (ou de « révolution » comme le laisse entendre le titre français du film). La trahison est celle des convictions, des idéaux et des espoirs que portait le régime à ses débuts, et qui ont déjà été mis à mal par la révolte de juin 1953. La question de la trahison hante les lycéens, entretenus dans le doute qu’un « traître » va les dénoncer en raison des méthodes d’un régime prêt à briser les individus.

Le film est adapté du livre de l’un des lycéens concernés, Dietrich Garstka (décédé le 18 avril 2018, peu après la sortie du film en Allemagne), qui a retracé en 2006 les événements, qui se sont déroulés dans la ville de Storkow dans la Marche de Brandebourg. Le réalisateur déplace volontairement l’histoire dans la ville de Stalinstadt, créée en 1950 pour le Eisenhüttenkombinat Ost (EKO), et débaptisée dans les années qui ont suivi, lorsqu’elle a été incorporée en 1961 dans la ville d’Eisenhüttenstadt. Ainsi, il s’agit de planter le décor de la tristesse est-allemande qui se perd dans les rangées de maisons de cette ville modèle planifiée par le régime, qui en a exclu l’église, mais a créé des écoles et des jardins d’enfants avec des vitraux colorés aux scènes inspirées de réalisme socialiste dans la cage d’escalier. De cette ville nouvelle et colorée se dégage un gris uniforme avec lequel tranche la couleur des vêtements – qui excluent systématiquement et volontairement le bleu des FDJ – de cette jeunesse pleine de vie et d’espoir dans cette période de Dégel.

Mais le Dégel est encore loin de se concrétiser dans la société est-allemande et le film anticipe la construction du mur de Berlin qui se produit cinq ans plus tard. Présente en creux durant tout le film, la fuite à l’Ouest semble être la solution inévitable pour cette jeunesse sans avenir dans un État qui pourtant affirmait être « tournée vers l’avenir[1]».

[1]« der Zukunft zugewandt », Auferstanden aus Ruinen, Hymne de la RDA, texte de Johannes R. Becher et musique de Hanns Eisler, 1949.