Compte rendu – Carnets de prison, d’Erich Honecker

Erich Honecker, Carnets de prison

Un compte rendu rédigé par David Frapet, docteur en histoire du droit de l’Université de Lyon 3, et Chevalier des Arts et des Lettres. Il se rend souvent en Allemagne, pays dont il apprécie la langue, la culture et les paysages romantiques. 

Les éditions Delga, spécialisées en Sciences Sociales, fondées en 2004 pour promouvoir la recherche marxiste ainsi que l’Histoire du mouvement ouvrier, ont très récemment  publié en langue française les Carnets de prison[1] d’Erich Honecker. Ironie du sort en effet, Erich Honecker ( 1912-1994), l’homme fort de l’ex RDA entre 1971 et 1989, période au cours de laquelle il occupa les fonctions de Secrétaire Général du SED ( le Parti Socialiste Unifié d’Allemagne – Sozialistische Einheitspartei Deutschlands -), mais aussi de Président du Conseil d’État et du Conseil de Défense Nationale de la RDA, fut incarcéré en 1992 à la prison berlinoise de Moabit, là-même où la Gestapo l’avait placé en détention entre 1935 et 1937. Continuer la lecture de « Compte rendu – Carnets de prison, d’Erich Honecker »

W. Schmidt: Erinnerungen eines deutschen Historikers

Compte rendu sur l’autobiographie de l’un des historiens les plus fidèles au régime de la RDA :

Walter Schmidt  Erinnerungen eines deutschen Historikers. Vom schlesischen Auras an der Oder übers vogtländische Greiz und thüringische Jena nach Berlin,

Berlin 2018: Trafo Verlag, 562 S.

 

https://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-30485?utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-4&utm_campaign=htmldigest&utm_source=hskhtml&utm_medium=email&utm_term=2019-4&utm_campaign=htmldigest

 

La destruction de l’église de l’université à Leipzig en 1968 : “Demolition on Karl Marx Square. Cultural Barbarism and the People’s State in 1968” Demshuk, Andrew

Compte rendu signalé

Demolition on Karl Marx Square. Cultural Barbarism and the People’s State in 1968/ Demshuk, Andrew, New York 2017: Oxford University Press

La révolution silencieuse – Das schweigende Klassenzimmer: Lars Kraume

Paul Maurice : Compte de rendu de La révolution silencieuse ( Das schweigende Klassenzimmer), film écrit et réalisé par Lars Kraume (2018).

Paul Maurice est doctorant en histoire allemande, en co-tutelle entre Sorbonne Université et l’Université de la Sarre. Sa thèse de doctorat, débutée en 2015, porte sur les élites au sein de l’ex-RDA, principalement à travers la figure de l’historien de l’économie Jürgen Kuczynski.

Dans son film La Révolution silencieuse / Das Schweigende Klassenzimmer, le réalisateur Lars Kraume poursuit, après son film Fritz Bauer, un héros allemand (2015), son exploration de l’histoire contemporaine allemande de l’après-guerre. Dans son précédent film, il radiographiait la société ouest-allemande des années 1950, à travers le prisme du personnage de Fritz Bauer, révélateur de l’incapacité de l’Allemagne de l’Ouest à regarder son passé national-socialiste. Dans La Révolution silencieuse/Das Schweigende Klassenzimmer (sorti en France le 2 mai 2018), il met en scène « l’autre côté » et l’incapacité de la RDA à regarder vers l’avenir.

En 1956, deux élèves de terminale dont il est question dans cette « salle de classe » et qui s’apprêtent à passer le bac, ont appris grâce aux actualités filmées lors d’une excursion dans un cinéma de Berlin-Ouest (le mur de Berlin n’est pas encore construit) le soulèvement hongrois, dont ils apprennent ensuite qu’il a été réprimé dans le sang par les troupes soviétiques. Les lycéens réussissent à convaincre leurs camarades de classe d’observer une minute de silence en hommage aux victimes, au début d’un cours, sans rien dire au professeur des raisons de leur silence. Leur geste va déclencher un processus de répression par les autorités que les deux lycéens, Kurt et Theo, n’avaient pas imaginé. Cette minute de silence de protestation contre cette répression par le système soviétique devient une affaire d’État, trois ans à peine après le soulèvement du 17 juin 1953 en RDA, réprimé par l’Armée rouge. Le directeur de l’école essaie dans un premier temps d’excuser leur geste comme celui d’une passion de jeunesse, mais il se heurte à la machine répressive du SED. La directrice du Conseil scolaire mène l’enquête pour connaître le nom du ou des meneurs. Elle les divise, les menace, utilise les dossiers de leurs parents qui ont eu un passé politique sous le Troisième Reich. S’ils ne parlent pas, ils seront renvoyés du lycée et interdits de baccalauréat en RDA. Le ministre de l’éducation lui-même, Fritz Lange (interprété par Burghart Klaussner), qui a été torturé par les nazis, leur rend visite sur place et devient un personnage terrifiant pour ces adolescents. Les anciennes victimes issues des rangs communistes, très présentes dans la mythologie de la RDA de l’après-guerre, se muent alors en bourreaux, révélateurs de la violence d’un système.

La thématique du film tourne autour de la fermeté des convictions et de la trahison. Les lycéens sont déterminés, lorsqu’ils organisent une minute de silence pour protester, opposant le mutisme à la propagande est-allemande qui relaie partiellement et partialement les événements. Le silence est également utilisé comme une arme, une résistance passive, symbole de la solidarité des lycéens, contre la répression brutale du soulèvement en Hongrie en 1956. Les adolescents sont soumis à la pression des fonctionnaires, de leurs parents et de leurs propres camarades. Le ministre lui-même, ancien résistant, révèle la rigidité de l’Etat face aux actes de « contre-révolution » (ou de « révolution » comme le laisse entendre le titre français du film). La trahison est celle des convictions, des idéaux et des espoirs que portait le régime à ses débuts, et qui ont déjà été mis à mal par la révolte de juin 1953. La question de la trahison hante les lycéens, entretenus dans le doute qu’un « traître » va les dénoncer en raison des méthodes d’un régime prêt à briser les individus.

Le film est adapté du livre de l’un des lycéens concernés, Dietrich Garstka (décédé le 18 avril 2018, peu après la sortie du film en Allemagne), qui a retracé en 2006 les événements, qui se sont déroulés dans la ville de Storkow dans la Marche de Brandebourg. Le réalisateur déplace volontairement l’histoire dans la ville de Stalinstadt, créée en 1950 pour le Eisenhüttenkombinat Ost (EKO), et débaptisée dans les années qui ont suivi, lorsqu’elle a été incorporée en 1961 dans la ville d’Eisenhüttenstadt. Ainsi, il s’agit de planter le décor de la tristesse est-allemande qui se perd dans les rangées de maisons de cette ville modèle planifiée par le régime, qui en a exclu l’église, mais a créé des écoles et des jardins d’enfants avec des vitraux colorés aux scènes inspirées de réalisme socialiste dans la cage d’escalier. De cette ville nouvelle et colorée se dégage un gris uniforme avec lequel tranche la couleur des vêtements – qui excluent systématiquement et volontairement le bleu des FDJ – de cette jeunesse pleine de vie et d’espoir dans cette période de Dégel.

Mais le Dégel est encore loin de se concrétiser dans la société est-allemande et le film anticipe la construction du mur de Berlin qui se produit cinq ans plus tard. Présente en creux durant tout le film, la fuite à l’Ouest semble être la solution inévitable pour cette jeunesse sans avenir dans un État qui pourtant affirmait être « tournée vers l’avenir[1]».

[1]« der Zukunft zugewandt », Auferstanden aus Ruinen, Hymne de la RDA, texte de Johannes R. Becher et musique de Hanns Eisler, 1949.