Lorsqu’un dirigeant du PCF parisien visitait la RDA : extraits de Jean-Marie Argelès, « Longtemps (trop?) j’ai cru aux matins… »

Jean-Marie Argelès publie ces jours-ci ses mémoires sous le titre : « Longtemps (trop ?) j’ai cru aux matins… ». Né en 1936, professeur d’allemand, il fut, de 1966 à 1979, un des premiers dirigeants de la fédération parisienne du Parti communiste français. A ce titre, il a souvent fréquenté la RDA et ses apparatchiks. Il a aimablement accepté, ainsi que son éditeur, que nous publiions ici en exclusivité un extrait de son livre ayant trait à ses séjours en RDA, un  témoignage précieux sur l’histoire des relations entre la France et la RDA.

 

 La RDA, du côté du pouvoir

La vision qu’ont désormais les communistes du « socialisme réel » a perdu de la ferveur initiale. Le « rapport Khrouchtchev », malgré son caractère de coupe-feu, a brisé bien des certitudes. Les révélations qui filtrent obligent à relativiser : la construction du socialisme n’a pas été, n’est pas et ne sera pas un long fleuve tranquille. Long, certes, mais pas tranquille. On ne sait pas tout, on pressent et on se rassure en se disant que, dans d’autres conditions… Le hasard me donne l’occasion d’aller voir de plus près en RDA dont on se dit que, bénéficiant d’infrastructures économiques et culturelles héritées du passé et stimulée par la concurrence avec l’autre Allemagne, elle préfigure peut-être le socialisme dans un pays développé. Pour des raisons qui m’échappent – les dirigeants est-allemands tentent-ils de mettre un coin au sein du parti français dont les prises de position inquiètent ou bien la direction du SED de Berlin poursuit-elle des objectifs particuliers ? –, Konrad Naumann, le premier secrétaire de Berlin-Est, troisième ou quatrième homme du régime, annonce à la fédé parisienne, en 1972, qu’il entend développer avec elle des relations de fédération à fédération. Je pense que c’était chose inédite. Les directions nationales ne semblent pas s’opposer au projet. Me voilà donc parti, au printemps, hôte officiel cette fois, reçu à Berlin-Schönefeld avec fleurs, délégation et limousine !

Continuer la lecture de « Lorsqu’un dirigeant du PCF parisien visitait la RDA : extraits de Jean-Marie Argelès, « Longtemps (trop?) j’ai cru aux matins… » »

Compte rendu d’ouvrage: Zelba, Dans le même bateau

Zelba, Dans le même bateau, Paris : Futuropolis, 2019 (160 p.). ISBN : 978-2-7548-2852-9

Wiebke Petersen, Zelba de son nom de plume, est une auteure de bande dessinée installée en France depuis la fin des années 1990, mais née en 1973 à Aix-la-Chapelle. Durant cette enfance passée dans ce qui est encore à l’époque l’Allemagne de l’Ouest, elle pratique à haut niveau l’aviron, près d’Essen. Elle devient d’ailleurs en 1991 championne du monde junior du « deux sans barreur », une carrière de sportive qu’elle choisit de ne pas poursuivre au niveau senior, afin de pouvoir se consacrer à ses études aux Beaux-Arts. Continuer la lecture de « Compte rendu d’ouvrage: Zelba, Dans le même bateau »

Soutenance de thèse Julien BEAUFILS – Sport et politique

13 décembre 2019, Université Sorbonne Nouvelle

Julien Beaufils, l’un des rédacteurs de ce carnet de recherche, a soutenu avec succès sa thèse de doctorat en Études germaniques intitulée :

Le quotidien d’une « école rouge ». La politisation protéiforme du sport en République Démocratique Allemande à l’exemple de la Deutsche Hochschule fûr Köperkultur de Leipzig (1969-1990)

Directeur :
M. Armin OWZAR- Université Sorbonne Nouvelle, CEREG

Membres du jury :

M. André GOUNOT, Professeur des universités
Université de Strasbourg
 
Mme Dominique HERBET,  Professeur des universités
Université de Lille

Mme Hélène MIARD-DELACROIX, Professeur des universités 
Université Paris 4 – Paris Sorbonne

M. Armin OWZAR , Professeur des universités
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Mme Anne-Marie PAILHES, Maître de conférences HDR
Université Paris Nanterre

Bref résumé de la thèse

Le sport a été un des rares domaines où la RDA a atteint l’excellence mondiale, avec 519 médailles olympiques, dont 192 en or. Toutefois, pour les dirigeants du SED, « le sport n’est pas un objectif en soi, c’est un moyen d’atteindre cet objectif », comme l’avait déjà dit Erich Honecker en 1948, alors qu’il était président de la FDJ. Cette réussite sportive a cependant été acquise au prix d’un encadrement permanent et très strict de la part des autorités (moyens humains et financiers importants, dopage systématique, culte du secret, etc.). Pour le gouvernement, le sport était un outil devant servir à propager une image de puissance et d’indépendance. Continuer la lecture de « Soutenance de thèse Julien BEAUFILS – Sport et politique »