5. Dirk Oschmann – La démocratie.

Démocratie[1]

L’Est se fait régulièrement reprocher sa « compréhension défaillante de la démocratie », ou bien il est même, à cause de sa socialisation par la dictature de la RDA, de temps à autre tout bonnement déclaré dépourvu de toute « aptitude démocratique[2] ».  L’historien Per Leo, né à l’Ouest, invoque la « fierté dominatrice de l’Ouest » quand il est question de démocratie, et parle du fait « qu’un climat d’intimidation morale s’est répandu à partir de l’Ouest, une ambiance dans laquelle on perçoit en permanence l’Est comme l’Autre de la démocratie ». A cela on pourrait ajouter dans un premier temps qu’il n’est pas nécessaire d’expliquer à des gens qui ont mis à genoux une dictature, pour certains en courant de grands risques personnels, ce qu’est la démocratie. On pourrait même dire que c’est l’Est qui comprend le mieux la démocratie, étant donné qu’il a dû se battre pour l’obtenir au lieu de la recevoir en cadeau des Américains. Ou bien comme Klaus Wolfram le dit : « Jamais aucun Allemand de l’Est n’a eu de mépris pour la démocratie, pas avant 1989 et encore moins après – c’est juste qu’il la reconnaît avec plus de précision, qu’il la perçoit de manière plus personnelle[3]. » Pourtant, l’Ouest essaye sans cesse de délégitimer les expériences politiques de l’Est, précisément parce qu’elles sont réputées ne consister qu’en expériences de la dictature. « L’historiographie moderne de la démocratie est, plus que toute autre, un récit écrit par les vainqueurs. Continuer la lecture de « 5. Dirk Oschmann – La démocratie. »

Étienne Dubslaff, « Oser plus de socialdémocratie » La recréation et l’établissement du Parti social-démocrate en RDA, Berlin, Éditions Peter Lang, Civilisations et Histoire, 2019.

 

https://www.peterlang.com/document/1110888

Comme l’a montré Christophe Prochasson dans Le socialisme, une culture[1], la doctrine socialiste ne se laisse pas enfermer dans le périmètre d’une définition simple et stable dans le temps. « Dans la grande cuisine des idéologues, le chaudron socialiste est celui qui réclame le plus de soin et d’attention. Il déborde toujours ses fondateurs, ses organisations, son électorat traditionnel, les forces sociales qu’il est censé représenter[2] ». Dans cette optique, le cas de la recréation du Parti social-démocrate en RDA en octobre 1989 sous le nom de SDP et des diverses expériences qu’il traverse jusqu’à sa fusion avec le SPD ouest-allemand en septembre 1990 nous semble être un cas d’école : c’est à la fois un phénomène fascinant, propre aux époques de grande fièvre collective, où des anonymes peuvent se voir confier, en un temps record, des responsabilités auxquelles ils ne s’étaient pas préparés. Et c’est aussi l’histoire d’un échec, car les sociaux-démocrates est-allemands n’ont finalement pas réussi à empêcher que leur identité et leur pays ne soient happés par la RFA[3]. Continuer la lecture de « Étienne Dubslaff, « Oser plus de socialdémocratie » La recréation et l’établissement du Parti social-démocrate en RDA, Berlin, Éditions Peter Lang, Civilisations et Histoire, 2019. »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search