Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction

Par Camille Grapa, diplômée du master Métiers de la culture dans le domaine franco-allemand, Université Sorbonne Nouvelle.  Elle a rédigé un mémoire sous la direction d’Elisa Goudin-Steinmann.

Le présent article résulte d’un travail de master et d’une enquête sur les dispositifs olfactifs des expositions allemandes contemporaines, qui avait abouti à une première typologie de ces manifestations, soutenu en juin 2022 à l’Université de Paris 3. Pour cet article, nous nous concentrons sur la question des odeurs en RDA : que sentait la RDA ? Comment la Stasi utilisait-elle les odeurs ? Quel rapport à l’olfaction peut-on mettre en évidence dans les expositions récentes ayant trait à la RDA ?

A la suite de la chute du mur de Berlin en 1989, on observe l’apparition d’un phénomène que l’artiste est-allemand Uwe Steimle nomme pour la première fois en 1992 « Ostalgie[1] ». La population est-allemande se trouve confrontée sans transition à un nouveau système politique et économique, ressentant une difficulté à se trouver des points communs avec ses compatriotes de l’Ouest. Eux aussi ont du mal à comprendre un mode de vie imposé à l’Est pendant 40 ans. L’« Ostalgie » correspond alors à une nostalgie de l’enfance ou de la jeunesse : on se souvient par exemple de l’entraide informelle qui palliait les carences du système, ou on a encore le souvenir des produits typiques consommés.

L’olfaction a un pouvoir d’évocation très fort, notamment du fait de la partie du cerveau qui permet d’analyser et interpréter les odeurs, le « bulbe olfactif » situé à côté de l’hippocampe, qui joue un rôle dans la création et la fixation des souvenirs. La mémoire olfactive est souvent brusque, intense et involontaire et renvoie à des souvenirs fabriqués pendant l’enfance ou la jeunesse. La capacité mnésique de l’olfaction, soit l’usage des odeurs, peut aider la mémoire et ainsi faciliter l’apprentissage.

Une histoire du sensible qui serait celle de l’odorat à l’époque de la RDA reste encore largement à écrire. De ce point de vue, la Guerre froide représente un moment de conflit, de rivalité culturelle matérielle qui passe aussi par les sens[2]. Nous interrogerons ici la manière dont cette période historique peut être racontée à travers le souvenir olfactif des gens qui l’ont vécue, mais aussi par le biais des manifestations odorantes de l’époque et leurs traductions contemporaines actuelles, dans une série d’expositions et d’artistes qui se sont emparé du sujet.

L’invention de l’odeur est-allemande

Le phénomène de l’Ostalgie survient presque immédiatement après la chute du mur de Berlin en 1990. Il faut préciser ici quelques éléments de contextualisation : l’Allemagne de l’Est est alors une société très industrielle, le socialisme y est profondément lié à une idéologie de production[3]. La loyauté envers l’État est assurée par les industries, qui pratiquent une forme de paternalisme, en concentrant un lieu de travail, des possibilités de socialisation, avec des voyages organisés par exemple, et des commodités importantes, en proposant souvent une garderie, un magasin général, ou encore un cabinet médical. Le lieu de travail est ainsi un espace symbolique de communauté et offre un sentiment général d’appartenance. Il faut aussi prendre en compte le fait que l’offre des produits est-allemands reste quasiment identique tout au long des quarante années de la République Démocratique. On n’observe peu d’innovation dans les produits, ce qui ajoute au sentiment général que cette proposition immuable fait partie d’une identité est-allemande. Ce sentiment a été renforcé à partir de 1989 a contrario par un discours « triomphaliste » capitaliste considérant les produits est-allemands comme ternes et de mauvaise facture. Continuer la lecture de « Une histoire de l’Allemagne de l’Est par l’olfaction »

Parution en version allemande de “La RDA après la RDA”: Die DDR nach der DDR

L’ouvrage d’Agnès Arp et Elisa Goudin-Steinmann, La RDA après la RDA,  vient de paraître en version allemande :

Die DDR nach der DDR – Ostdeutsche Lebenserinnerungen
Psychosozial-Verlag
314 Seiten,
Erschienen im August 2022
https://www.psychosozial-verlag.de/3161

Nous en avions parlé lors de sa parution en français : https://allemagnest.hypotheses.org/2525

Nos lecteurs berlinois pourront assister à la lecture-discussion autour de cet ouvrage le 24 novembre 2022 :

https://www.helle-panke.de/de/topic/3.termine.html?id=3376

 

Compte rendu : Steffen Mau , Lütten Klein. Leben in der ostdeutschen Transformationsgesellschaft. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2019

La micro-étude sociologique de Steffen Mau sur le quartier de Lütten Klein[1], une banlieue de Rostock faite d’immeubles collectifs en préfabriqué construits dans les années 1970 (on appelait ce type de constructions un Plattenbau) a été un best-seller en Allemagne et vient d’être traduite en français (Éditions de la MSH, traduction de Christophe Lucchese). Outre le fait que cette étude soit très riche et très bien écrite, elle arrive au bon moment : il y a un besoin de plus en plus net en Allemagne de promouvoir dans l’espace public un discours nuancé sur la RDA. L’ouvrage pose la question centrale de la manière dont on met en récit le passé. Si l’on racontait l’histoire de la RFA en se centrant uniquement sur la répression des homosexuels, les élites nazies qui continuent d’être influentes, la police, la RAF, les Zwangserziehungsheime (maisons de redressement), tout le monde s’écrierait : certes, mais ce n’était pas que cela, la RFA. Et cela vaut aussi pour la RDA. D’où l’importance d’ouvrages tels que celui-ci pour raconter l’histoire de la RDA sans « verklären », c’est-à-dire sans minimiser le caractère répressif et dictatorial du régime, mais aussi sans jugements à l’emporte-pièces. En ce sens, ce livre est aussi une façon de « se confronter à la façon dont on s’est confronté » à l’histoire de la RDA (« die Aufarbeitung der Aufarbeitung der DDR-Geschichte », pour reprendre le terme de l’historien Karsten Krampitz qui est d’ailleurs cité[2]). Continuer la lecture de « Compte rendu : Steffen Mau , Lütten Klein. Leben in der ostdeutschen Transformationsgesellschaft. Frankfurt am Main, Suhrkamp, 2019 »

Histoire culturelle de l’hiver à Leipzig : exposition (annulée)

Une exposition du Stadtgeschichtliches Museum de Leipzig, prévue jusqu’au 27 février 2022 et actuellement malheureusement fermée en raison de la situation sanitaire.

@Stadtgeschichtliches Museum Leipzig

Schnee von gestern? Winter in Leipzig – Kulturgeschichte und Zukunft einer Jahreszeit

https://www.leipzig-im.de/index.php?section=details&auswahl=ausstellungen&auswahl2=142362

Vidéo : https://www.sachsen-fernsehen.de/schnee-von-gestern-sonderausstellung-nimmt-leipzigs-winter-in-den-fokus-988587/#

Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten

Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten, dtv, 2021, 222 p.

Un compte rendu d’Anne-Marie Pailhès

Le prix Ingeborg Bachmann, l’un des plus prestigieux en Allemagne, récompense un/e jeune auteur/e qui lit devant un jury des extraits d’un texte inédit. Il a ainsi permis de découvrir de nouveaux talents littéraires, en particulier issus de l’Est de l’Allemagne et de lancer leur carrière. Le prix 2020 dérogea à plusieurs titres à la tradition établie depuis 1977 : il fut décerné en ligne, en raison de la pandémie, et à une auteure de 80 ans, Helga Schubert, née en 1940. Continuer la lecture de « Helga Schubert, Vom Aufstehen, Ein Leben in Geschichten »

Compte rendu : Christoph Hein, Guldenberg, 2021.

Christoph Hein, Guldenberg, Suhrkamp, Frankfurt/Main, 2021, 284 p.

Un compte rendu rédigé par Fanny Perrier, qui prépare une thèse sur les romans de Christoph Hein.

 

Guldenberg, petite ville de Saxe, 2017.

La vie y est décrite comme « calme, familière, agréable »[1]. Les fonds européens ont permis de restaurer quelques belles bâtisses et de redonner aux anciennes façades leur éclat d’antan.
Cette ville s’appelle tantôt Guldenberg, tantôt Bad Guldenberg car on y accueille des curistes qui profitent d’un gigantesque centre de bien-être, on Continuer la lecture de « Compte rendu : Christoph Hein, Guldenberg, 2021. »

Rencontre avec Steffen Mau : Lütten Klein. Vivre en Allemagne de l’Est, une société en transition. Paris, Goethe Institut

Présentation de l’ouvrage par l’auteur avec Elisa Goudin-Steinmann, rédactrice des Carnets Regards sur la RDA.

Lundi 25 octobre 2021, 19h.

Avec Lütten Klein, Steffen Mau offre un livre aussi personnel qu’instructif. Son étude, rédigée avec beaucoup d’empathie, repose sur une profonde expertise en sciences sociales. Elle réussit non seulement à mieux comprendre la vie en RDA, mais aussi le changement du système après la réunification. En prenant l’exemple du lotissement préfabriqué éponyme de Rostock où l’auteur lui-même a grandi, celui-ci analyse, sous une forme à la fois originale et biographique, la constitution sociale de l’Allemagne de l’Est dans cette phase de transformation qui se poursuit jusqu’à ce jour. Il révèle les failles sociales déjà inhérentes à la société de la RDA et montre à quel point celles-ci se sont creusées au cours des décennies suivantes.

Lire la suite sur le site du Goethe Institut :

https://www.goethe.de/ins/fr/fr/sta/par/ver.cfm?event_id=22364818

Catalogue : Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967

Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967, Parenthèses, Marseille, 2021, 224 p. Textes de Nathalie Neumann, Ronan Guinée et Gabrielle de la Selle.

Nous avions déjà fait état dans ce carnet de recherche de l’exposition de photos de Willy Ronis sur la RDA, qui s’est achevée à Versailles le 18 septembre 2021. Le plaisir peut en être prolongé par la lecture du catalogue publié à cette occasion.

L’exposition de ces clichés commandés par les Échanges franco-allemands (association qui a précédé « France-RDA ») avait débuté en 1968 dans la ceinture rouge de Paris, à Montreuil, sans pouvoir alors, dans le contexte du Printemps de Prague, être montrée à Paris même, pour des raisons politiques. Signe des temps, c’est à Versailles qu’elle a été présentée un demi-siècle plus tard. Les textes du catalogue, publié en version bilingue, contextualisent les images au-delà de la Guerre froide et replacent ce travail dans l’œuvre du photographe humaniste.

Les photos reproduites sur environ 120 pages sont classées selon cinq thématiques principales. La partie « Europe vs RDA » met judicieusement en regard, sur des doubles-pages, une photo prise en RDA et une photo prise à Paris, ou bien ailleurs en Europe. La similitude de l’approche saute alors aux yeux : la RDA n’est pas opposée à l’Europe de l’Ouest mais incluse dans la culture européenne (l’objectif de l’exposition étant aussi, en 1968, de contribuer au mouvement pour la reconnaissance de l’État de RDA par les pays occidentaux). Willy Ronis n’a pas photographié de manifestations officielles du pouvoir, mais la partie « Politique » suggère un regard critique porté sur les scènes du quotidien : réception de la radio ouest-allemande par un transistor, contrastes sociaux. Le voyage à proprement parler se lit dans « Villes et paysages », qui montre surtout un pays en pleine mutation industrielle. Le photographe du quotidien excelle dans les portraits qui illustrent « Travail et loisirs » et « Arts et culture ». Continuer la lecture de « Catalogue : Willy Ronis en RDA – La vie avant tout, 1960-1967 »

Colloque Femmes de RDA de 1949 à nos jours, Institut Goethe de Bordeaux, 23-24 septembre 2021.

Le colloque Femmes de RDA de 1949 à nos jours, qui aurait dû avoir lieu en mars 2020 à l’université de Bordeaux, se tiendra les 23 et 24 septembre 2021 à l’Institut Goethe.

Informations et programme à télécharger sous le lien suivant : https://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/actualites/recherche/colloque-international-femmes-de-rda-de-1949-a-nos-jours.html#

Le naturisme en RDA/ Freikörperkultur in der DDR – Une forme de micro-résistance dans un État autoritaire ?

Un texte de Justine Guillet, issu d’un mémoire de fin d’études franco-allemandes sous la direction d’Elisa Goudin-Steinmann (Université Sorbonne Nouvelle)

La culture du corps libre, appelée Freikörperkultur en allemand et désignée par le sigle FKK, est l’héritage d’une longue tradition en Allemagne. Elle est la descendante du mouvement de la réforme de la vie, die Lebensreformbewegung, qui date de la fin du XIXème siècle en Allemagne et qui prône un retour à la nature.

[La Réforme de la vie] apparaît en réaction à la modernisation urbaine accélérée, l’industrialisation, l’explosion démographique. C’est une prise de conscience que la vie devient aliénante. On s’interroge sur la pollution visuelle, sonore, l’alimentation, le bio, le végétarisme voire le véganisme, les pratiques sportives, les pédagogies alternatives. Il s’agit de revenir à soi. On lève toute forme de médiation entre soi et la nature. Dans ce contexte, le vêtement est considéré comme une médiation. Il est lié à des tabous sur le corps, à la culture judéo-chrétienne. C’est le vêtement qui crée le péché. Ainsi se développe le naturisme, qui se retrouve désexualisé[1]. Continuer la lecture de « Le naturisme en RDA/ Freikörperkultur in der DDR – Une forme de micro-résistance dans un État autoritaire ? »

Willy Ronis en RDA – La vie avant tout – Exposition de photos à Versailles

« Willy Ronis en RDA » : une rencontre de l’histoire et de l’émotion par la photographie

Célèbre photographe humaniste français, Willy Ronis (1910-2009) a fondé sa renommée sur ses photos sensibles de Paris, ses illustrations des régions françaises, ses vues engagées du monde ouvrier et des mouvements sociaux. Willy Ronis se vit rarement confier des missions à l’étranger. La Ville de Versailles lui rend hommage à l’Espace Richaud en exposant ses clichés pris en 1960 et 1967 dans l’ex-République démocratique allemande (RDA).  https://www.versailles.fr/willy-ronis-202

© Donation Willy Ronis, ministère de la Culture, Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, diff. RMN-GP

Le catalogue de l’exposition est paru !

“Willy Ronis en RDA – La vie avant tout”
Nathalie Neumann / Gabrielle de la Selle / Ronan Guinée – Éditions Parenthèses – Édition bilingue (français / allemand), établie avec la coopération de la maison d’édition Wasmuth & Zohlen 224 pages – Format 25 x 21 cm

 

8 mars, journée internationale des droits des femmes : “Tricoter en RDA”, par Rosemarie Fret

Rosemarie Fret, née en 1935, écrivaine et photographe,  vit à Leipzig. Elle a publié des recueils de nouvelles et des ouvrages de photos dont elle a écrit les textes.

Elle nous confie un texte que nous souhaitons publier à l’occasion du 8 mars, journée internationale des femmes, qui était célébrée chaque année en RDA. Nous proposerons par la suite une traduction de ce texte en français.

 

Wenn dich die bösen Buben locken

Das wortlose Gespräch zwischen Augen, Händen und einem Wollknäuel begann mit einem Stubenarrest. Nachdem die Tür hinter mir verschlossen war und ich mich mit der Lage abgefunden hatte, fiel mein Blick auf ein flaches Körbchen mit mehreren Farbknäulen, obenauf leuchtete es tomatenrot, daneben zartgrün. Ich bin mir heute sicher, dass diese Glück versprechende Versuchung – schon beim Anblick von Wolle – hier ihren Ursprung hatte. Heimlich versteckte ich mir ein buntes Knäuel nach dem anderen. Warum? Ich konnte zu der Zeit weder stricken noch häkeln. Deshalb fiel auf mich kein Verdacht. Im Handarbeitsunterricht bekam ich nur schlechte Noten. Aber meine geduldige Großmutter gab nicht auf, sie schenkte mir einen Stopfpilz mit dem sinnvollen Spruch: „Wenn dich die bösen Buben locken, bleib zu Haus und stopf die Socken.“ Ich aber ließ mich locken und lernte so – aus Liebe zu den „bösen Buben“ – das Stricken. Continuer la lecture de « 8 mars, journée internationale des droits des femmes : “Tricoter en RDA”, par Rosemarie Fret »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search